Menu
Metal Gear Solid : Portable Ops
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Metal Gear Solid : Portable Ops sur PSP /

Test du jeu Metal Gear Solid : Portable Ops sur PSP

Metal Gear Solid : Portable Ops
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 mai 2007 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (192)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.9/20
Test Metal Gear Solid : Portable Ops

Après avoir dégainé deux Metal Gear Acid fort intéressants mais par plusieurs côtés frustrants, Konami nous offre un véritable Metal Gear Solid sur la console de Sony en singeant la forme de Metal Gear Solid 3 : Snake Eater tout en approfondissant le fond. Le résultat, non exempt de défauts, s'accorde davantage avec les volontés des fans de la première heure, plus habitués à l'action/infiltration qu'à la stratégie cel shadée.

Metal Gear Solid : Portable Ops

Bien que Snake Eater est sans doute, à l'heure actuelle, le Metal Gear Solid le plus ambitieux en terme de scénario mythologique car s'appuyant principalement sur les personnages et le background de la série à défaut d'y inclure des notions plus abstraites, cela n'aura pas empêché la Kojima Team d'y revenir par des chemins détournés qui se rejoignent tous vers le Metal Gear Solid : Portable Ops ici présent. En somme, bien que Snake Eater nous offrait un bien beau retour dans le passé pour nous conter la mort de The Boss et la naissance de Big Boss, restait encore à nous raconter la création de l'unité Fox Hound, entité légendaire qui s'illustrera notamment lors de la crise d'Outer Heaven. De fait, Portable Ops, tout comme le dernier opus PS2, peut se vivre comme une page ouverte sur les arcanes de la saga de Kojima en cela qu'il nous laisse être le témoin d'une période emblématique de laquelle naîtront des personnages connus de tous et de toutes. Ainsi donc, rien que le début du jeu résonne comme un moment d'émotion en découvrant Roy Campbell, emprisonné dans une cellule jouxtant la vôtre. La première rencontre avec Campbell donne bien le ton et ce doux parfum de nostalgie se répandra à mesure que vous avancerez dans le titre en rencontrant par exemple Frank Jaeger, futur Gray Fox. Bref, l'histoire se veut ambitieuse, les racines profondes et les non-dits et autres surprises scénaristiques toujours aussi savoureux.

Metal Gear Solid : Portable Ops
La qualité graphique reste impressionnante pour une PSP.
Dans l'absolu, Portable Ops est donc une nouvelle pierre angulaire de l'oeuvre de Kojima mais ce qui se veut tout aussi important que le synopsis se situe au niveau du gameplay. Certes, nous sommes toujours devant un jeu d'action à la troisième personne, avec ses qualités et ses problèmes, mais là où le titre se démarque clairement de ses prédécesseurs vient du fait que vous pourrez compter sur l'aide de soldats ennemis que vous aurez au préalable ralliés à votre cause. Du coup, on est presque en droit de se demander si Portable Ops peut toujours être qualifié de jeu d'infiltration au sens propre vu qu'il nous est donné de diriger quatre personnages au lieu d'un et de switcher à tout moment entre les différents membres de notre unité. La réponse est simple. Oui, Portable Ops est bel et bien un jeu d'infiltration mais il intègre également une dimension stratégique en cela que vous devrez penser la mission en amont en choisissant consciencieusement les soldats qui vous accompagneront. Mais avant toute chose, penchons-nous sur ce recrutement quelque peu forcé. En fait, tout commence par un face-à-face avec un soldat lambda. A ce stade, vous devrez l'endormir (en utilisant un pistolet à fléchettes ou en l'étranglant) puis le ramener à votre camion. Ensuite, après avoir réussi vos objectifs, vous vous retrouverez à un menu d'entre-missions d'où vous pourrez gérer vos troupes. A ce moment, plusieurs options vous seront proposées. Tout d'abord, sachez que vos recrues auront des caractéristiques (vie, stamania, perception, armes de poings...) et compétences propres et pourront être rattachées à divers types d'unités comme l'infiltration, l'espionnage, l'unité médicale ou l'unité technique. De plus, précisons que quelques dix-neuf types de soldats vous attendront au garde-à-vous. Pêle-mêle, on citera l'agent réduisant les points de vie de l'ennemi, l'armurier qui augmente la quantité de munitions transportable, le coursier pouvant ramener des objets au camion de Campbell, le politicien facilitant le recrutement de troupes, etc. Bref, vous avez de quoi constituer une véritable petite armée (de 100 hommes maximum) et au fur et à mesure que les heures passeront, vous vous rendrez compte des multiples subtilités du système de jeu.

Metal Gear Solid : Portable Ops
Le sytème d'action rapide : Pratique et ergonomique.
Par exemple, il faut savoir que certains corps de métier ont beaucoup plus leur place à l'abri derrière un ordinateur que sur le terrain. Ainsi, le chimiste ou le professeur en ingénierie, disposant de très peu de points de vie, travailleront d'arrache-pied pour vous faire profiter des tous derniers progrès en matière de médecine ou de développement technique. Cependant, il faudra souvent attendre un petit moment avant d'obtenir des résultats. Ici, n'oubliez pas de profiter du timer grâce auquel il est possible de faire avancer le temps par tranches de 12 heures afin d'écourter les recherches, de débuter une mission de nuit et de jour, le degré des soldats variant en fonction du moment de la journée, d'obtenir des renseignements de la part de vos espions ou de récupérer des forces. Enfin, une fois sur le terrain, vous n'aurez plus qu'à analyser la situation pour savoir quel personnage choisir en fonction de la situation. N'essayez donc pas coûte que coûte de terminer une mission avec Naked Snake alors qu'il serait beaucoup plus simple de le faire avec un soldat, souvent invisible aux yeux des caméras de sécurité ou de la plupart de ses homologues.

Metal Gear Solid : Portable Ops
Le mode online offre une durée de vie très conséquente au soft.
En dehors de cet aspect gestion, la maniabilité d'ensemble reste grosso modo la même que celle de Snake Eater. Plusieurs armes, accessibles par le biais d'un menu d'action rapide fort pratique, telles l'uzi, le SVD, le M63, le SAA, l'AK-47, le Remington M870 ainsi que toute une gamme de grenades (flash, électronique, fumigène), pièges (TNT, claymore, magazine) et autres gadgets (détecteur de mines, lunettes de vision nocturne, camouflage optique) vous faciliteront la vie. Question mouvements, outre les habituelles commandes CQC, il est toujours question de ramper, de se planquer derrière les murs, de se suspendre, d'avancer à tâtons et dieu sais-je encore. On notera aussi que malgré la possibilité de tourner librement la caméra autour de Snake ou de passer en vue subjective, des problèmes de visibilité subsistent. C'est assez agaçant car au bout du compte, on passe autant de temps à regarder le radar (peu lisible au demeurant car basé sur des ondes sonores) que ce qui se passe à l'écran. Pour rester dans les problèmes, on mettra aussi en avant l'IA plus que perfectible des adversaires, que ce soit en Facile ou Normal. Pourtant, ces quelques peccadilles, auxquelles on rajoutera une traduction française remplie de coquilles, ne brideront en aucune façon le plaisir de la découverte qui s'appuie sur une excellente gestion de troupes, un scénario travaillé et un rendu graphique impressionnant bien que moins impressionnant que celui de Syphon Filter : Dark Mirror.

Metal Gear Solid : Portable Ops
Les combats contre les boss sont pour la plupart très jouissifs.
Outre un succulent mode solo, Metal Gear Solid : Portable Ops soignera le petit mercenaire qui sommeille en vous grâce à un mode multijoueur particulièrement bien fichu. Il sera donc question d'affronter 6 adversaires dans l'un des trois modes de jeu proposés : Combat réel, simulation de combat ou Versus. Plusieurs règles (match à mort solo ou par équipe, mission de capture solo ou par équipe et résurrection) viendront égayer vos parties au terme desquelles il sera possible de récupérer des soldats d'autres joueurs. L'intérêt est donc double car en plus d'une durée de vie rallongée, il sera question de grossir les rangs de vos troupes en piquant des unités à vos potes. Par contre, on pourra regretter que le multi de Portable Ops soit plus orienté action que celui de Snake Eater, les maps étant plus dépouillées et offrant moins de cachettes ou de positions de snipe. Mais qu'à cela ne tienne, ce MGS est trop généreux pour lui tourner le dos que ce soit en solo ou en multi. Mission réussie pour Konami, donc, qui nous tend un vrai bon jeu doublé d'un excellent épisode de Metal Gear Solid, sur un plateau d'argent. Honnêtement, nous n'en espérions pas tant.

Dans l'incapacité de prendre nos propres screens, ces images nous sont fournies par l'éditeur.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Peu être moins détaillés et éclectiques que les graphismes de Syphon Filter : Dark Mirror, ceux de Portable Ops n'ont en tout cas pas à rougir de la comparaison. On reprochera un peu que les environnements soient toujours aussi austères mais sorti de là, les artistes de Konami ont réalisé un excellent boulot qui est quasiment du niveau de celui de Snake Eater.

  • Jouabilité 15 /20

    Le gameplay du titre reprend ce qui avait été réalisé pour MGS 3, exception faite de tout l'aspect camouflage et survie, ce qui nous permet de retrouver les mouvements habituels de notre baroudeur préféré. Malgré tout, plusieurs problèmes de visibilité subsistent et l'IA des adversaires n'est vraiment pas tip top. L'aspect gestion de troupes est une idée lumineuse, apportant énormément au jeu, et se révèle au final passionnante.

  • Durée de vie 16 /20

    Une dizaine d'heures pour terminer l'aventure principale dont la difficulté n'est pas très élevée, du moins en Normal. Cependant, les modes multijoueurs rallongent énormément la durée de vie du jeu d'autant qu'à travers eux, il est possible de récupérer davantage de soldats pour améliorer votre propre petite troupe.

  • Bande son 15 /20

    Les doubleurs de Snake Eater rempilent de même que les musiques très Harry Gregson-Williamesques qui apportent toujours un cachet indéniable à l'ensemble.

  • Scénario 15 /20

    Se situant six ans après les événements de Snake Eater, Portable Ops revient sur les faits de ce dernier tout en nous jetant en pâture à un certain Gene, commandant d'une section composée d'anciens soldats FOX, et bien décidé à rompre la fragile paix existant entre les Américains et Soviétiques. L'histoire est une fois de plus à la hauteur, l'ensemble est moins scénarisé et audacieux que MGS 3 mais on reste dans un contexte politiquo-hollywodien affiché, marque de fabrique de la saga.

Metal Gear Solid : Portable Ops n'est pas un Metal Gear Solid tel qu'on a pu en connaître sur PS2. Plus profond, du moins dans son gameplay, et toujours aussi soigné d'un point de vue scénaristique, le soft de Konami ne rend pas caducs tous les problèmes de Snake Eater (la visibilité et l'IA en tête de liste) mais se paye quand même le luxe de repenser quelque peu le genre action/infiltration en y injectant une bonne dose de stratégie. Snake ne s'en porte que mieux et les joueurs avec lui.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 mai 2007 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (192)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.9/20
PSP Action Infiltration Kojima Productions Konami
Dernières Preview
PreviewNew World : nous avons pu jouer à une expédition du MMO de Amazon Games, nos impressions Il y a 14 heures
PreviewSniper Ghost Warrior Contracts 2 : le jeu de tir tactique qui vise juste ? 04 mai, 15:00
PreviewMiitopia Switch : Un avant-goût prometteur pour le retour du RPG familial de Nintendo 28 avr., 17:12
Les jeux attendus
1
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
2
Biomutant
25 mai 2021
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022