CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Tony Hawk's American Sk8land
  • Tout support
  • DS
  • GBA
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Tony Hawk's American Sk8land
Appréciations du jeu
15
L'avis de la rédaction
18
L'avis des lecteurs (50)
Test Tony Hawk's American Sk8land

Tony Hawk's American Sk8land : Vibrations

4 203 vues
Profil de Killy,  Jeuxvideo.com
Killy - Journaliste jeuxvideo.com

Tony Hawk. Un nom anodin pour la majeure partie des gens, mais qui prend tout son sens d'une part chez les amateurs de skateboard, et d'autre part chez les sportifs vidéoludiques, armés de genouillères sur les articulations de la main. Initiateur, de par son image, d'une série de jeux vidéo à succès, ce sportif de l'extrême est donc parvenu à redonner le goût du spectacle à nombre de joueurs blasés. Cette saga est également à l'origine de longues frustrations dues à des compétitions sauvages devant un parterre de chips crème-oignon (pour remplacer les vinaigre-échalote). En effet, dans la majeure partie des cas, l'ami désirant se mesurer à vous n'est autre que le détenteur du soft, et qui plus est l'être qui vient de passer une dizaine d'heures à s'acharner sur les tricks les plus fous. Les lois sociales prennent alors le relais pour vous conduire dans les tourments d'une lourde défaite. Et oui, c'est aussi ça la vie...

Tony Hawk's American Sk8land

Sévissant depuis de nombreuses années sur toutes les consoles du marché, ayant même réussi à se faire un nom sur une GBA pourtant peu propice à l'accueil de ce type de jeu, la série de Neversoft (développé ici par Vicarious Visions) tente désormais de percer sur la récente DS. Les mauvaises langues laissent alors véhiculer des rumeurs, comme quoi on allait encore avoir droit à une 3D isométrique dérivant des opus précédents, que de toute façon la DS n'abrite que des versions un peu améliorées de la 2D originale de la GBA, et d'autres insultes que je tairai à dessein. Pourtant, ce vieux Tony nous gardait une surprise de choix sous les roues de sa planche multicolore et effilée. En effet, loin de retrouver un pseudo remaniement seulement basé sur les espérances de vente de la licence, nous voici gratifiés d'une réalisation stupéfiante, utilisant un cel shading magnifique au sein d'un parti pris artistique particulièrement réussi. Rappelant un tantinet Jet Set Radio, tant dans les teintes utilisées que dans le "découpage" des décors et personnages, Tony Hawk's American Sk8land choisit d'emprunter la voie peu aisée de la cohérence plastique générale, se forçant à créer un univers complet et en accord avec le ton général. Tout s'imbrique afin de former une écorce dense, qui donne un cachet très attachant à ce soft imbriqué dans une sorte de fun avoué, jusque dans l'apparence et les situations. D'autre part, la fluidité est exemplaire, ne laissant jamais transparaître le moindre ralentissement décourageant. Un point éminemment positif qui découle néanmoins d'un des principaux écueils du titre, à savoir la taille plutôt réduite des environnements, ne laissant que peu de place à l'instauration d'un sentiment de liberté. Certes, la diversité des lieux dans lesquels vous vous déplacerez demeure suffisamment notable pour éviter toute lassitude visuelle, mais il est clairement dommage de se sentir à longueur de temps enfermé dans des demi-quartiers semblant privés de toute vie, mis à part des PNJ (personnages non jouables) peu motivés.

Tony Hawk's American Sk8land
C'est bon, ça va, je gère, pas de problème... Je ne veux pas mourir !
Cependant, ne pensez pas subir les foudres de le redondance ou d'un manque d'idées au gré de vos pérégrinations. Tony aime recevoir et combler ses modestes invités, cela se voit de manière évidente. Il n'y a qu'à jeter un oeil au copieux menu que nous a préparé le champion pour s'en convaincre. Entre les modes Histoire, Classique, dans lesquels vous progresserez à la façon des anciens épisodes, ou encore Free Skate, vous aurez de quoi occuper vos longues soirées d'hiver sans être obligé de regarder le feu crépiter pendant des heures. A ce sujet, le mode Histoire diffère un tant soit peu des volets précédents, dans la mesure où il vous incombera de créer de toutes pièces un skater vous correspondant, ou non, dans le but de rencontrer le grand Tony et ses amis pleins de bleus. C'est d'ailleurs par ce biais que vous pourrez remettre au goût du jour un ancien entrepôt et ainsi bâtir votre propre spot de skate. Une idée ingénieuse qui permet d'insérer logiquement l'éditeur de skatepark et les rencontres qui en découlent. En effet, nombreux sont ceux qui, approuvant votre geste, désireront vous aider dans cette tâche herculéenne. A commencer par une jeune fille qui vous servira un peu de coach, vous aiguillant dans vos choix et narrant vos aventures par le biais de dessins assez amusants. C'est donc affublé de cette fine équipe que vous allez sillonner la Californie en accomplissant divers objectifs dans les plus célèbres lieux des cités de la côte. Pour ce faire, vous devrez discuter avec les rares personnes meublant les rues, qui vous confieront chacune deux "missions" à effectuer le plus souvent dans un temps limité. Aller chercher des clés, réussir des "wallrides" ou des "nollies" en cascade, enchaîner des "no comply" doublés de "spine transfers" sera de ce fait votre lot quotidien dans l'espoir d'obtenir un pécule nécessaire à l'achat d'équipements acrobatiques à placer dans votre skate-park maison ou à l'apparition de nouveaux tricks spéciaux.

Tony Hawk's American Sk8land
L'atmosphère du jeu est vraiment sympathique, permettant de se plonger complètement dans le côté purement ludique
Mais qu'est ce qu'un trick spécial ? Me direz-vous. Et bien c'est tout simplement une figure qui ne peut se réaliser qu'à partir du moment où votre jauge de Special se trouve remplie. A ce moment précis, vous aurez la possibilité de déclencher ces voltiges inédites, simplement en cliquant sur leurs icônes disposées sur l'écran tactile de la DS. Une idée sympathique mais qui pose toujours le problème de l'utilisation du stylet ou d'un doigt traînant par là au coeur de l'action. Il est bien problématique de lâcher les touches indispensables à la tenue d'un équilibre ou tout bonnement au maintien de la direction dans l'optique d'aller chercher ces mouvements spécifiques. A l'inverse, la présence du système Freak Out via une nouvelle fois l'écran tactile se révèle particulièrement bien pensé. Ce principe se base en fait sur les conséquences d'une chute en plein combo. Une fois que vous vous trouvez face contre terre, trois jauges apparaissent sur le bas de l'écran en question. Si vous parvenez à frapper chacune d'entre elles lorsqu'elles se trouvent à leur point culminant, vous pourrez récupérer une grande partie de vos points virtuellement perdus. Bien entendu, plus vous stoppez les jauges loin de l'objectif, et moins vous parvenez à engranger de nouveau vos précieux points. Et il est peu dire que ceux-ci provoquent un attachement viscéral tant ils demandent des efforts pour être gagnés. Toujours ancré dans l'excellente jouabilité commune à la série, Tony Hawk's American Sk8land suit donc la route de ses grands frères, mêlant un fun immédiat et captivant à un fond ludique peut-être moins original qu'au début de la saga, mais conservant ce souci d'apprentissage sans cesse renouvelé. Et si l'on ajoute à cela l'opportunité de customiser sa planche grâce au stylet, agissant comme un pinceau, de concevoir ses propres tags, ou bien encore de définir des tricks personnels, le titre d'Activision peut se targuer de donner au joueur tout ce qu'il attend, sans fioritures inutiles, avec honnêteté et surtout porté par une réalisation bluffante. Il ira loin ce petit.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Utilisant un cel shading de très bonne facture, le titre de Vicarious Vision est une véritable bouffée d'air frais pour une DS souvent critiquée sur ses performances graphiques. Utilisant un rendu proche de celui utilisé dans Jet Set Radio, le soft vous convie dans un univers coloré et attachant, permettant une immersion rapide et passionnée. De plus, on ne note aucun ralentissement ni bugs particuliers. Reste seulement que les environnements s'avèrent un tantinet trop petits.

  • Jouabilité 15 /20

    Comme d'habitude, monsieur (c'est un champion quand même) Tony nous a préparé un gameplay aux petits oignons, mêlant avec saveur un côté intuitif et une profondeur ludique incontestable. Les seuls reproches que l'on peut encore formuler visent encore et toujours la difficulté de faire demi-tour en une seule fois sans être obligé de se briser le pouce sur la croix directionnelle et les chocs contre les parois qui provoquent un changement de direction bien trop radical. Néanmoins, ce ne sont que des broutilles face à une approche loin d'être originale, mais de grande qualité.

  • Durée de vie 15 /20

    Le titre en lui-même se termine relativement rapidement, si tant est que vous ne vous axiez que sur le mode histoire. Dans le cas inverse, vous devrez en plus clôturer le mode Classique, et surtout vous pourrez participer à des compétitions enragées en Wi-Fi, jusqu'à deux participants. Au détour de cinq types d'épreuves plus ou moins intéressantes (le Free Skate est assez inutile), il vous incombera de montrer au monde entier vos talents de skateur. Un passe-temps qui vous demandera de longues heures de jeu supplémentaires.

  • Bande son 15 /20

    Les compositions signées tout de même par Oingo Boingo ou encore le très actuel Green Day, s'avèrent en parfait accord avec le jeu, et ne souffrent pas des habituels grésillements du processeur sonore de la DS. De plus, certaines mélodies se révèlent très agréables à l'écoute. Le doublage, quant à lui, dispose de la même attention et prend sa place à chaque scène scénarisée, dévoilant des acteurs assez impliqués dans leurs personnages et rendant crédibles les divers intervenants.

  • Scénario /

    -

Tony Hawk's American Sk8land est une bien belle surprise. Bénéficiant d'un aspect plastique très convaincant et particulièrement original, il se place aisément parmi les plus beaux jeux de la console et surtout parmi les plus intéressants. Offrant une oasis de plaisir purement ludique il donne une petite idée de ce que pourraient être des jeux DS tirant parti des possibilités du cel shading. Au final, le titre de Vicarious Visions est donc un très bon émissaire pour une portable un peu en manque de jeux importants.

Note de la rédaction

15
18

L'avis des lecteurs (50)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
DS Vicarious Visions Activision Sport
Dernières Preview
PreviewUn mélange de Game of Thrones et Fire Emblem signé Square Enix ? Premières impressions sur The DioField Chronicle 09 août, 14:00
PreviewOn a essayé l'étonnant jeu vidéo de tir et rollers que personne n'a vu venir cet été 26 juil., 15:34
PreviewSaints Row : Le jeu d'action-aventure en monde ouvert à surveiller avant GTA 6 ? 21 juil., 16:00
Les jeux attendus
1
God of War : Ragnarok
09 nov. 2022
2
FIFA 23
30 sept. 2022
3
The Last of Us Part I
02 sept. 2022
La vidéo du moment