Menu
Oddworld : La Fureur de l'Etranger
  • Tout support
  • PC
  • Switch
  • PS3
  • 360
  • Vita
  • iOS
  • Android
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Oddworld : La Fureur De L'Etranger
Xbox
Oddworld : La Fureur de l'Etranger
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 mars 2005 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (97)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.2/20
Partager sur :

Des frissons. Voilà ce que provoque ce nouveau volet de la saga Oddworld dès son ouverture. Au rythme de percussions tribales et d'une longue complainte rappelant le cheminement du vent dans des landes asséchées, la scène d'introduction s'inscrit profondément dans votre esprit et restera tout au long de l'aventure le symbole d'une ambiance fascinante. Rarement un titre a été capable de poser une atmosphère, d'asseoir aussi rapidement une inspiration si forte et intense. Un monde se dessine autour de vous et vous happe littéralement dès les premières secondes, vous plongeant au coeur même de l'imagination fertile et irradiante des développeurs de Oddworld Inhabitants. La poussière se lève et masque l'horizon, la chasse peut commencer.

Oddworld : La Fureur De L'Etranger

Comme évoqué dans le chapeau, Oddworld : La Fureur de l'Etranger donne vie à la construction d'un background profond et hypnotisant, enlaçant le joueur dans une douceur teintée d'admiration. Présentant un monde apocalyptique, où les seules traces d'une modernité passée gisent dans des plaines sablonneuses, le titre d'EA offre une sorte d'ouverture béante sur une étendue vierge, seulement peuplée de vos pérégrinations fantasmées. En effet, chaque colline, chaque vallée est propice à une projection de votre désir d'aventure dans sa manifestation la plus épique. Un réel désir de voyage s'éprend de vous, sublimé par le gigantisme sauvage des environnements. Bercé par l'onirisme sous-jacent, vous parcourrez des terres baignées par la touche habituelle du studio responsable des différents opus de la série, ou plutôt de l'odyssée Oddworld. On retrouve donc avec plaisir le style "ironique" mélangeant habilement un rendu proche d'un film d'animation destiné à un jeune public jouant de formes rondes, avec un climat ténébreux et torturé. Il en ressort de ce fait une ambiguïté de ton, intervenant pour beaucoup dans l'originalité de l'univers mis en avant habilement. Reprenant en conséquence l'approche particulière d'un Tim Burton dans une allure autre évidemment, l'oeuvre d'Oddworld Inhabitants se crée ainsi un espace de liberté conséquent, pouvant contenir un nombre incalculable de trames et d'inventions variées. Tout ajout semble pouvoir se fondre à merveille dans ce dernier. Toutefois, il est important de noter une évolution imposante dans la thématique abordée. Alors que l'Odyssée et l'Exode d'Abe prenaient place dans un contexte gothico-futuriste la plupart du temps enfoui dans les méandres du sous-sol, LFDE (c'est plus pratique que le nom complet) se laisse tenter par une combinaison sincèrement sensationnelle entre les codes propres au western-spaghetti et une espèce de pessimisme glauque habillé d'humour. On s'éloigne par conséquent nettement des autres épisodes, même si Munch's Oddysée préparait un tantinet à ce passage, pour rentrer dans quelque chose de plus émancipé, aéré, tout en conservant une sensation pesante d'oppression . Autant vous dire que vos expériences passées dans la peau d'Abe et de Munch ne seront pas dénaturées tout en étant renouvelées. Un tour de force notable qui pousse évidemment à se lancer à corps perdu dans une quête soutenue par une qualité graphique envoûtante à défaut d'être équilibrée.

Oddworld : La Fureur De L'Etranger
L'ambiance de ce jeu est tout bonnement extraordinaire. Ces catacombes en sont un exemple probant
Charmé par l'apparition autant impressionnante qu'époustouflante d'un panorama lointain aux accents ocrés, se détachant dans la lumière chancelante d'un coucher de soleil hésitant, vous en oublieriez presque de traquer impitoyablement votre proie. Au détour d'un chemin, d'un massif de fleurs ou d'un champ d'herbes folles, se rencontrent souvent de véritables tableaux naturels, contenant en leur sein le gène de l'admiration. Proposant une gestion de la lumière dans une volonté évidente de mettre en exergue les formes des objets et des décors environnants, ménageant des zones d'ombres nécessaires à la conservation de l'atmosphère vaporeuse du soft, le moteur graphique étonne de plus en plus au fur et à mesure de votre progression. Et ce n'est pas tout. En effet, le travail sur les dégradés fait preuve d'une méticulosité phénoménale, travaillant de concert avec la mise en forme de l'exposition lumineuse, aboutissant de fait à une sorte de rendu situé entre l'animé et le photo-réalisme. Le bonheur de la découverte est sans cesse renouvelé, au gré d'étendues tapissées de pissenlits dont les graines s'envolent lestement au gré du vent (rappelant dans une bien moindre mesure l'intro de Valkyrie Profile), ou de cours d'eau serpentant au creux de canyons orangés. Dans le même ordre d'idées, la modélisation des divers intervenants, si elle n'est pas exempte de reproches, apparaît assez fine pour exposer la valeur du chara-design et aboutir de ce fait à un attachement immédiat. En revanche et séparé de cet éblouissement constant, on remarque tout de même quelques errances au niveau des textures et de la représentation de certains environnements ou objets naturels. En effet, une fois proche d'une partie des hautes herbes et de nombreuses parois rocheuses ou poussiéreuses, on aperçoit nettement un certain effet de flou, doublé d'une relative grossièreté en ce qui concerne le niveau de détail général de ces éléments mis en cause. Il est surprenant de repérer un aplat désirant par exemple représenter un terrain caillouteux, n'affichant pas de relief particulier dans un ensemble un peu brouillon. On pardonnera toutefois facilement à une Xbox, certes puissante mais pas encore à la hauteur d'un PC, ces quelques petites erreurs synonymes d'une volonté évidente des développeurs de proposer un monde débordant d'espace. Certes quelques textures et décors paient le prix de cette évasion, mais l'univers offert en échange mérite ce sacrifice. L'évocation virtuelle d'une fantaisie noire et ocre.

Oddworld : La Fureur De L'Etranger
On retrouve l'atmosphère des aventures d'Abe à de nombreux moments dans sa quête
Continuant sur le principe de la dualité, le gameplay, à la grande différence des anciens opus de la série, oscille entre jeu d'aventure/action à la Tomb Raider, et FPS "réflexif". En effet, vous aurez la possibilité, suivant la situation à laquelle vous faites face, d'investir l'une ou l'autre des deux vues disponibles, à savoir externe dans des phases davantage axées vers la plate-forme et la recherche, ou interne lors des affrontements en règle. Bien entendu, chaque approche de l'action modifie un tant soit peu votre façon de jouer. Idéale pour se définir dans l'espace et se rendre compte de le tournure d'une échauffourée la vue à la "troisième personne" vous permet également d'admirer les divers panoramas en quête d'indices ou de passages auparavant masqués par les limitations de la vision à la "première personne". Cette dernière quant à elle, rend votre précision bien plus imposante, et augure donc une plongée dans le coeur de l'univers dynamique et immersif notable. Qui plusest , elle demeure l'unique accès à votre arme de poing, prenant la forme d'une arbalète surmontée de divers animaux offensifs. Une définition qui paraît étrange énoncée comme cela, mais qui contient pourtant l'un des piliers du titre d'EA. En fait, et ça n'a rien d'étonnant quand on connaît un tant soit peu l'esprit torturé de Lorne Lanning, vous n'utilisez pas de munitions classiques mais des êtres tout droit sortis du sein d'Oddworld. Pouvant en positionner deux sur votre outil d'assaut, il va vous incomber de gérer au mieux leurs différences et leur complémentarité pour remplir l'ensemble de vos contrats. En effet, chacune de ces créatures possède une compétence particulière s'adaptant à divers schémas de jeu. Le Putois, par exemple, permet de pousser un groupe d'ennemis entier à vomir durant de précieuses secondes, vous laissant le temps de vous emparer des brigands, tandis que les Bolamites entourent vos opposants dans leur toile d'une résistance sans pareil. Au nombre de neuf, ces valeureuses bêtes, limitées dans leur utilisation, pourront bien sûr être acquises dans des Epiceries de village, mais aussi et surtout chassées. Voici donc la principale originalité de ce système, la prise en compte de la nature en tant qu'alliée, dans un respect inaltérable. Muni d'un Zap, sorte d'insecte électrique, vous devrez alors paralyser vos "munitions" gambadant ça et là dans le but de les placer dans votre sac et de les avoir à disposition pour votre arbalète. Vous composez en un sens vos différents chargeurs au gré de vos promenades. Adaptant leur rareté à leur puissance, vos frêles bestioles, avec en chef de file les Fuzzles de Munch's Oddysée vous demanderont parfois quelques minutes d'intense recherche. Révolutionnaire et véritablement décalé.

Oddworld : La Fureur De L'Etranger
La Bolamite permet de capturer sans heurts les ennemis les plus coriaces. Sauf les boss...
Mais à quoi vont bien pouvoir vous servir ces serviteurs d'un genre particulier ? Et bien tout simplement à capturer les nombreux bandits écumant les terres d'Oddworld, sur lesquels ont été placés des avis de recherche plus ou moins intéressants. Néanmoins, en tant que chasseur de prime dans le besoin, vous ne devrez sous aucun prétexte faire la fine bouche. Une fois décidée l'identité de votre homme à ramener mort ou vif, l'horizon s'ouvre à vous. Votre traque peut débuter. Suivant les traces de vos proies à l'aide des indications de villageois complètement azimutés, et vecteurs d'un humour détonnant, vous devrez profiter du moindre recoin pour vous dissimuler afin de ne pas débarquer dans un camp toutes griffes dehors. Effectivement, s'ils ont l'air idiots, vos opposants n'en restent pas moins très précis dans leurs tirs et organisés intelligemment dans leur schéma de bataille. Veillez donc à éviter le pugilat direct, et surtout récupérez-les de préférence vivants, valant de ce fait plus d'argent, en jonglant avec les capacités de vos bébêtes. Et comme je n'ai plus de place, sachez que cet énoncé n'est que la surface d'un soft fascinant, onirique, et tout simplement fantastique. Il reste tant de choses dont je ne vous ai pas parlé, tant de détails construisant une oeuvre aboutie dans la lignée des aventures de Abe. Vous devez sans doute être comme moi frustré, mais le principal est là, LFDE est un grand titre, un de ceux qui pousse à acheter une machine rien que pour s'y essayer.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    Somptueux est l'adjectif qui convient le mieux face à la réalisation exemplaire dont fait preuve La Fureur de l'Etranger. Tour à tour oppressant, ouvert, grandiloquent et à taille humaine, l'univers mis en place pour ce titre ne cesse d'étonner au fur et à mesure de sa découverte. Plaçant des ambiances vaporeuses, terreuses au creux de panoramas sublimes, le titre édité par EA contient une part de l'essence même de l'aventure. Et que dire de l'animation fluide et réellement souple des intervenants. Bref, malgré quelques petits bémols, LFDE fascine.

  • Jouabilité 16 /20

    Le gameplay, au travers de la gestion des créatures à votre service, de la dualité symbiotique entre phases FPS et phases de recherche en vue externe, ou encore par le biais simplement d'une maniabilité infaillible, s'avère terriblement prenant et magnifiquement travaillé. En revanche, le principal défaut réside non dans la manière d'appréhender les quêtes, mais surtout dans le côté relativement répétitif de l'architecture des missions. Le triptyque plaine-camp-boss est en effet un peu trop d'actualité.

  • Durée de vie 15 /20

    Suffisamment long pour vous plonger des heures durant dans son aventure, LFDE possède en sus un capital d'attachement tel, que vous y reviendrez simplement par plaisir. Néanmoins, et comme évoqué ci-dessus, le côté un peu redondant de certaines quêtes freinera peut-être votre implication. Mais au-delà de ce constat, LFDE apporte suffisamment d'atouts pour vous convaincre de dépasser cette limite gênante.

  • Bande son 18 /20

    Composée par Michael Bross, la bande sonore du titre s'avère totalement en phase avec son contenu. Parvenant à décrire une ambiance simplement au gré de ses notes, chaque mélodie apporte une dimension supérieure aux environnements traversés, formant un tout indivisible et de qualité. Utilisant des instruments aux sonorités diverses et variées, complètement dans le style western, la musique acquiert une originalité probante. De même, le doublage est impressionnant de justesse, faisant passer les caractères de chaque protagoniste idéalement.

  • Scénario 14 /20

    Assez classique dans les thèmes abordés, la trame scénaristique pousse tout de même à poursuivre l'aventure à la recherche de réponses aux questions concernant l'identité du héros et surtout le rôle des croyances passées. La mise en scène quant à elle, relayée par des cinématiques somptueuses, demeure très cinématographique dans ses plans encore une fois et logiquement focalisée sur le western.

Heureuse renaissance que celle touchant le monde d'Oddworld. Effectivement après un Munch's Oddysée décevant de par son passage à la 3D pas toujours probant, La Fureur de l'Etranger renouvelle les codes inhérents à la série tout en conservant cette touche particulière. Innovant dans son gameplay, fascinant dans sa réalisation, le titre de Oddworld Inhabitants étonne à chaque seconde et se pose comme l'un des plus grands jeux de ce début d'année, malgré certains défauts un tantinet gênants. On attend désormais impatiemment la suite. En route foie jaune !

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 mars 2005 à 18:00:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (97)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.2/20
Mis à jour le 03/03/2005 à 18:00
Xbox Action Aventure Oddworld Inhabitants Electronic Arts
Dernières Preview
PreviewHumankind : Un concurrent sérieux à Civilization ? 24 oct., 21:00
PreviewThe Falconeer : La Xbox Series X tient-elle son nouveau Crimson Skies ? 23 oct., 11:41
PreviewImmortals Fenyx Rising : Un AC pour les plus jeunes ? 22 oct., 18:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Assassin's Creed Valhalla
10 nov. 2020
3
Marvel's Spider-Man : Miles Morales
19 nov. 2020