Menu
Chicago 1930
  • Tout support
  • PC
  • Mac
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Chicago 1930
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Jihem
L'avis de Jihem
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
27 janvier 2004 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Test Chicago 1930

Chicago 1930 : Trailer

2 927 vues

Les gars de Spellbound nous ont déjà prouvés à deux reprises qu'ils aimaient le genre action tactique avec Desperados puis Robin Hood. L'équipe allemande explore pour la troisième fois ce style de jeux en plantant ce coup-ci son décor à Chicago dans les années 30.

Chicago 1930

Depuis le succès du premier Commandos, nombreuses sont les boîtes à s'être inspirées du titre de Eidos pour créer leurs propres jeux. Si beaucoup d'entre elles n'ont fait que copier la référence, Spellbound a pour sa part apporté un peu de fraîcheur avec des univers bien loin de la seconde guerre mondiale. D'abord le Far West avec Desperados puis les campagnes anglaises avec Robin Hood. Ce coup-ci, on est projeté en 1930 dans le Chicago de la prohibition. Al Capone, la mafia, les bars clandestins, les poulets, tout ça... De prime abords, Chicago 1930 ne diffère pas vraiment de tout ce que l'on connaît déjà. Une vue de haut, légèrement de 3/4, un groupe de cinq personnages qui évoluent sur des maps vastes et détaillées, un contrôle tout à la souris, oui, on reconnaît bien le style. Pourtant, Chicago 1930 n'est pas un simple clone de Desperados ou de Robin Hood simplement revu et corrigé à la sauce film noir. Le jeu apporte des éléments de gameplay assez novateurs et qui réussissent à relancer l'intérêt d'un genre que l'on pensait connaître par coeur.

Chicago 1930
Si les portes sont fermées, on passe par la fenêtre. Logique.
En début de jeu, on nous propose de se ranger aux côtés de la pègre ou d'enfiler l'uniforme de la police. Suivant le choix effectué ici découle aussi la manière dont on abordera chaque mission. La campagne des gangsters commence en 1928 alors que Don Falcone tente de conquérir un à un les quartiers de la ville – 8 quartiers pour autant de niveaux. Si on joue du côté des flics, on est transporté en 1930 et on tente alors de sécuriser les mêmes quartiers. Les deux scénarios sont donc étroitement liés, mais le jeu nous donne quand même la liberté de les faire dans l'ordre que l'on veut. Si les lieux sont alors les mêmes dans les deux campagnes, la manière de les aborder diffère du tout au tout. C'est à ce niveau que Chicago se démarque de ses confrères.

Chicago 1930
Un meutre a été commis chez le procureur. Le début d'une longue enquête.
Avec les flics, il y a plusieurs règles de conduite à observer scrupuleusement sous peine de se voir pénaliser. Par exemple, il est interdit de tirer le premier lors d'une confrontation. Même si on sait pertinemment que l'homme devant soi est un bandit, on ne pourra ouvrir le feu avant lui. Sinon, c'est l'avertissement et le risque de se faire renvoyer – avec accessoirement l'échec de la mission. Pour contrer cela, on peut toujours assommer puis menotter les suspects ou les tenir en joug pour les calmer et les fouiller tranquillement. En tant que représentant de la loi, la recherche d'indices occupe une bonne partie de votre emploi du temps, mais vous aurez également à escorter des témoins, faire des descentes dans des bars clandestins ou nettoyer simplement un quartier de tous les malfrats qui s'y planquent.

En optant pour la mafia, le joueur a un peu plus de liberté. Terminées les règles du "je tire que s'il tire d'abord", là vous êtes du côté des méchants et en tant que tel, vous pouvez faire à peu près ce qui vous chante. Méfiez-vous simplement des témoins. Si quelqu'un vous voit abattre une personne, il pourra très bien vous dénoncer aux flics à moins que vous lui graissiez suffisamment la patte pour qu'il ne dise rien. Et si l'argent ne suffit pas à la faire taire, une balle entre les omoplates fera l'affaire.

Chicago 1930
Avec la police, il va falloir démonter les couvertures mafieuses.
Outre ces variations autour d'un même gameplay (à la base, on retrouve quand même un jeu d'action tactique classique), Chicago se distingue aussi par l'absence de spécialistes dans les équipes. En effet, dans à peu près tous les titres du genre, peut-être même dans tous, les hommes et femmes que l'on dirige ont tous leurs spécialités et il faut constamment utiliser la bonne personne pour effectuer telle tâche. Dans Chicago, ce n'est pas le cas. A part le héros de chaque campagne – le flic Edward Nash et Jack Beretto, le bras droit de Don Falcone – les quatre autres membres de l'équipe vont et viennent suivant notre bon vouloir. Tous sont définis par cinq aptitudes plus ou moins développées : tir, charisme, corps à corps, lancer et premiers soins. En fonction du niveau atteint dans chaque catégorie, le personnage sera plus à même de réaliser une action. Par exemple, tout le monde pourra parler aux témoinx, mais seuls les flics dotés d'un bon charisme pourront leur soutirer des informations. Les aptitudes peuvent être améliorées entre chaque mission à condition d'avoir au préalable trouvé les items appropriés dans les niveaux. Vos coéquipiers ne sont pas imposés par le jeu ce qui veut dire que vous pourrez prendre les hommes que vous voudrez et les remplacer à volonté. Plus vous avancerez dans le jeu et plus nombreuses seront les nouvelles recrues désirant travailler à vos côtés.

Chicago 1930
Avant chaque mission, vous choisissez les objets que vous souhaitez prendre avec vous.
Chicago parvient donc à trouver quelques nouveaux éléments pour faire évoluer le jeu d'action tactique. Malgré tout, il reste encore plusieurs éléments qui n'ont pas, ou peu, évolué et qui pénalisent le titre. Je veux parler de la réalisation graphique et de la jouabilité. Visuellement, Chicago n'a guère évolué depuis les productions précédentes. C'est donc un titre à l'aspect vieillot qui se montre à nous. Les personnages, sommairement animés, se déplacent dans des lieux certes détaillés, mais bien trop souvent exigus. Comme souvent, le mode de représentation choisi bouffe pas mal de visibilité et même si nos personnages apparaissent par transparence derrière un mur, la précision n'est pas au rendez-vous. La jouabilité n'est effectivement pas optimale. Elle est encore une fois un peu rigide. Même avec l'option de ralenti censée faciliter la coordination de plusieurs actions, on a un peu de mal ne serait-ce qu'à changer d'arme au milieu d'une fusillade. Pas catastrophique, mais gênant tout de même. Heureusement, le quick save est là pour pallier ce petit défaut.

Les notes
  • Graphismes 13 /20

    Tout en 2D, le jeu fait un peu plus vieux que ce qu'il n'est réellement. Les animations sont souvent très simplistes avec seulement une ou deux étapes par mouvement. Le tout a quand même le mérite d'être propre avec pas mal de détails dans chaque décor.

  • Jouabilité 13 /20

    L'interface a été revue par rapport aux précédents jeux de Spellbound. Cela dit, on rencontre encore quelques soucis lorsqu'il s'agit d'être rapide et précis.

  • Durée de vie 14 /20

    Les deux scénarios sont de moitié plus courts qu'une campagne d'un jeu normal, oui, mais ils sont deux justement. L'un dans l'autre, la longévité de Chicago 1930 entre donc dans une bonne moyenne. Attention à ne pas jouer en facile pour ne pas le terminer trop vite.

  • Bande son 13 /20

    Les musiques, d'influence jazzy, ont pour seul défaut d'être toujours trop répétitives. Réutilisés dans presque tous les niveaux, on finit par se lasser de ces thèmes de film noir. Les acteurs font un bon boulot pour assurer une version française de qualité.

  • Scénario 14 /20

    L'idée d'offrir deux scénarios complémentaires permet de suivre à peu près la même histoire sous deux angles différents. Un coup on prend la ville d'ouest en est avec la pègre, ensuite on fait le chemin inverse avec les flics.

Chicago 1930 apporte de nouveaux éléments au style action tactique. Les deux gameplays différents (flic et mafia), la non spécialisation des personnages et les deux scénarios intimement liés permettent de s'amuser avec ce titre qui séduira peut-être même des joueurs totalement novices en la matière.

Note de la rédaction

14
16

L'avis des lecteurs (10)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Jihem,  Jeuxvideo.com
Par Jihem, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
PC Action Stratégie Spellbound Wanadoo
A lire aussi
PreviewChicago 1930 25 sept. 2003, 18:00
Wiki de Chicago 1930 07 déc. 2014, 17:14
Dernières Preview
PreviewLes Gardiens de la Galaxie : Aussi bon que les films du MCU ? Il y a 18 heures
PreviewSIFU : Le jeu d'arts martiaux qui met KO ? 09 sept., 16:00
PreviewCall of Duty Vanguard : Après Cold War, est-ce que le multijoueur passe la Seconde ? 07 sept., 19:30
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
God of War : Ragnarok
2022
3
Horizon : Forbidden West
18 févr. 2022