Bientôt l'été : Aux frontières du jeu vidéo et de l'art conceptuel

PC - PCMac - Mac
Le par de jeuxvideo.com

Bientôt l'été : Aux frontières du jeu vidéo et de l'art conceptuelSi vous êtes un de nos lecteurs réguliers, vous savez déjà qu'on fait des tests de jeux vraiment divers et variés. Nous ne sommes pas du genre à nous défiler lorsqu'il s'agit de donner notre avis sur un titre qui sort de l'ordinaire. Mais il faut bien avouer que nos critères traditionnels se cassent immanquablement les dents lorsqu'il s'agit de rendre compte de Bientôt l'été, le dernier bébé du studio Tale of Tales. Ce développeur s'était déjà distingué avec des productions atypiques telles que le surprenant The Graveyard dans lequel on accompagnait une vieille dame jusqu'à sa tombe ou encore The Endless Forest, un MMO dans lequel les joueurs incarnaient des cerfs et ne pouvaient interagir les uns avec les autres que par gestes ou en poussant des brames... Le coup d'éclat du studio était certainement l'excellent The Path, un jeu offrant une lecture particulièrement glauque et torturée du célèbre conte du Petit Chaperon Rouge. Bref, on savait déjà que ce développeur aimait nous emmener hors des sentiers battus, mais avec Bientôt l'été il pousse l'expérience encore plus loin et nous amène à nous questionner sur la distinction entre le jeu vidéo et une forme d'art contemporain interactif.

 

Bientôt l'été : Aux frontières du jeu vidéo et de l'art conceptuelLe concept qui est à la base de Bientôt l'été est déjà en soi assez étonnant : vous êtes dans une station spatiale et vous êtes en train d'utiliser un module individuel restituant une réalité virtuelle. Concrètement, vous devez commencer par indiquer si vous êtes une femme ou un homme. Vous êtes ensuite largué sur une plage déserte dans la peau de l'avatar que vous venez de vous choisir. En marchant près de l'eau, vous verrez des phrases apparaître comme par magie. Ces formules prédéterminées trouveront leur importance dans la seconde phase de jeu. Vous pouvez aussi observer de plus près le seul élément saillant du décor. N'ayez pas peur, vous le trouverez forcément, il suffit que votre personnage ferme les yeux pour qu'il apparaisse en surbrillance sur votre écran. Il peut s'agir d'un magnolia en fleurs, d'un champ de blé, d'une grue ou même du cadavre d'un chien... Une fois que vous avez interagi avec cet élément, il va tout simplement disparaître en laissant une pièce d'échecs derrière lui. Il ne vous reste plus qu'à ramasser cet objet et vous voilà désormais fin prêt pour vous aventurer dans le bâtiment qui surplombe la fameuse plage.

 

Bientôt l'été : Aux frontières du jeu vidéo et de l'art conceptuelN'espérez pas vraiment explorer la bâtisse, la seule chose que vous pouvez y faire est de vous attabler devant un échiquier et d'attendre qu'un représentant de l'autre sexe vous y rejoigne. Si jamais personne ne rapplique, vous pouvez toujours faire appel à une simulation qui fera apparaître un partenaire virtuel. Il est désormais temps de rentrer dans le vif du «jeu». Tour à tour avec votre acolyte, vous aurez l'occasion de tirer sur une Gauloise, de boire un peu de vin rouge, de changer la musique d'ambiance (le juke-box contient neuf chansons à succès des années 60 et 70, on y retrouve par exemple Joe Dassin, Salvatore Adamo, Hervé Villard ou Christophe) ou de placer la pièce d'échecs préalablement ramassée sur la plage. Cette dernière action vous permettra de ressortir l'une des phrases qui était apparue près de l'eau. Voilà donc le cœur de l'expérience : vous amener à communiquer, voire à flirter, avec un ou une inconnue en utilisant uniquement des expressions prédéterminées. Au final, on se retrouve avec une forme singulière de rapport à l'autre que n'aurait certainement pas renié un membre de l'Oulipo : les échanges sont fortement contraints dans leur forme et prennent du même coup une saveur totalement inédite.

 

Bientôt l'été : Aux frontières du jeu vidéo et de l'art conceptuelOn a déjà vu d'autres titres qui permettaient à des inconnus de communiquer entre eux de manière minimaliste, créant ainsi une relation aussi éphémère qu'atypique. C'est par exemple le cas de Journey dans lequel deux joueurs peuvent coopérer pour traverser les niveaux. Mais Bientôt l'été est assez différent pour la simple et bonne raison qu'il n'y a ici aucun objectif à accomplir. La notion de jeu n'est pas à chercher du côté d'une aventure classique qui nous réserverait des rebondissements, voire un dénouement, mais plutôt dans l'exploration calme et minutieuse d'un univers particulièrement référencé. En effet, pour apprécier le titre à sa juste valeur, il faut être familier de l'œuvre de Marguerite Duras dont la vie et le travail ont été de véritables sources d'inspiration pour les développeurs. Vous pouvez d'ailleurs jeter un œil à cette page pour avoir un aperçu des différentes références qui ont laissé leur trace sur le développement de ce titre singulier : du cinéma de la Nouvelle Vague aux photographies de bord de mer, Tale of Tales joue à fond la carte de la nostalgie. Dans ces conditions, difficile de conseiller l'achat de Bientôt l'été au tout venant. Le titre propose une expérience vraiment atypique, un trip qui ravira sans doute les fans de Marguerite Duras, mais ceux qui ne disposent pas des références culturelles adéquates risquent malheureusement de rester hermétiques à la poésie de cet univers éthéré.

 

Miniblob

 

Rechercher une News