Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News culture /

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre

News culture
Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
PC PS4 ONE PS3 360 Mac
Partager sur :

Entre explosions nucléaires et transhumanisme, les jeux vidéo ne cessent de créer des intrigues angoissantes pour l’avenir de notre humanité. Grâce au 10e art, il est possible de vivre l’expérience de scénarios catastrophes causés par les dérives de notre société. Pour autant, le jeu vidéo doit-il avoir un rôle de sensibilisation auprès du grand public ? Au vu de la beauté graphique et narrative de ces jeux, n’est-il pas risqué de rendre les catastrophes de notre humanité aussi séduisantes ? Zoom sur ces jeux vidéo qui nous entraînent dans les abysses des pires destins de l’humanité.

Ces univers sombres et tragiques qui nous captivent tant

Entre les scénarios dystopiques et post-apocalyptiques, la science-fiction nous a toujours permis d’imaginer ce qu’il y aurait de pire pour notre planète. Tandis que la dystopie se définit comme un monde imaginaire où une idéologie qui a mal tourné détruit l’épanouissement des êtres humains, le post-apocalyptique dépeint ce qu’il reste d’un monde vivant après une catastrophe qui a désintégré la civilisation. Bien avant l’apparition des jeux vidéo, la science-fiction s’immisçait déjà dans la cinématographie et la littérature du siècle dernier. Quand bien même aujourd’hui les thèmes se ressemblent beaucoup, leurs naissances s’inspirent souvent d’une réalité et chaque époque avait sa peur.

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
La Guerre des Mondes (1953)

Par exemple, avec l’avènement des régimes totalitaires en Allemagne et en URSS, des œuvres littéraires comme 1984 de Georges Orwell publié en 1949 ou encore La Servante Ecarlate de Margaret Atwood écrit en 1985 (qui a été adapté en série en 2017) révèlent des futurs dystopiques aux régimes totalitaires qui représentent le traumatisme d’une époque. Autre lubie, cette fois de la fin du 20e siècle : l’invasion extraterrestre. L’affaire de Roswell en 1947 concernant un ovni s’étant écrasé sur le sol du Nouveau-Mexique et le premier pas sur le Lune par Neil Armstrong en 1969 y sont sûrement pour quelque chose. De l’envahissement de la Terre par des extraterrestres (La Guerre des Mondes, 1953), en passant par de mystérieuses créatures métamorphes tuant tous les êtres humains qui croisent leur chemin (The Thing, 1982), la croyance en une forme hostile de spécimens venus d’ailleurs s’est rapidement retranscrite dans le septième art.

Tout comme les films, les jeux vidéo font appel à des angoisses symptomatiques d’une époque. Ici il va sans dire que l’on parlera de la nôtre. Half-Life 2 et régime totalitaire en 2020, Metro 2033 et hiver nucléaire, The Last of Us et la pandémie provoquée par un champignon… pourquoi les catastrophes imaginaires nous attirent tant ?

Half-Life 2Metro 2033The Last of Us

La curiosité est l’une des premières raisons qui peut pousser un joueur à vouloir expérimenter un univers parallèle aussi perturbant. On pourrait penser que l’être humain a besoin de voir toutes ces fins alternatives de la Terre – ou bien même de son propre avenir si c’est un futur proche – pour dépasser ses angoisses et ses peurs. Cette réaction pourrait s’apparenter à la catharsis d’Aristote : appliquée à notre sujet, il s’agit de l’extériorisation d’une angoisse effectuée au moment où l’on parcourt un univers post-apocalyptique ou dystopique en étant confortablement installé devant notre écran. Tout en restant en sécurité, on peut laisser notre « moi » virtuel expérimenter un enfer imaginaire pour se rassurer sur sa condition. Par exemple dans Fallout, notre envie d’incarner un personnage qui erre dans un lieu dévasté par une guerre nucléaire où des créatures mutantes y ont pris place serait le reflet « d’une exorcisation du mal moderne » pour citer Sébastien Jenvrin, auteur de la thèse « Catastrophe, sacré et figures du mal dans la science-fiction : une fonction cathartique ».

Far Cry New Dawn : un nouveau monde est apparu après l'explosion nucléaire de Hope County

Chargement de la vidéo Far Cry : New Dawn trailer

Autre raison qui pourrait expliquer notre passion pour ces jeux vidéo au futur sombre : l’envie de tout recommencer à zéro. D’autant plus que le jeu vidéo nous permet d’être actif et non plus passif, notre fantasme d’un renouveau n’est pas loin (notre amitié avec Joseph Seed dans Far Cry 5 aussi). La frustration de vivre dans une société décadente nous pousse à vouloir nous immerger dans notre monde actuel, mais décimé par une catastrophe. Il s’agit alors pour le joueur d'évoluer dans un univers familier auquel de nouvelles contraintes s'ajoutent, comme des zombies ou des ruines. A titre d’exemple, Far Cry New Dawn nous fait découvrir un Hope County dévasté par une explosion nucléaire. Néanmoins, les paysages restent les mêmes que ceux du cinquième opus, et le joueur peut s’amuser à reconnaître certains endroits derrière leur parure post-apocalyptique. Cette curiosité de l’inconnu et cette envie d’adrénaline nous conduisent inlassablement vers ces univers désespérés aux péripéties tumultueuses. Cependant, il serait légitime de se demander si ces jeux vidéo qui dépeignent de sombres narrations éveillent la conscience des joueurs.

Le jeu vidéo doit-il avoir un rôle de sensibilisateur ?

« Le divertissement est la philosophie en mouvement » affirme Jason VandenBerghe dans le documentaire Playing Hard sur Netflix. On ne peut que donner raison au directeur créatif de For Honor qui voit au-delà des univers divertissants voire violents : le jeu vidéo est aussi un vecteur de réflexions.

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
Horizon Zero Dawn

Même si la tendance s’inverse, il est vrai que nous avons l’habitude d’entendre l’opposé dans les médias concernant le jeu vidéo. On aime prétendre que les joueurs n’ont aucun discernement concernant les actions qu’ils effectuent à l’écran. Là où quelques esprits butés ne souhaitent voir que la violence d’une secte envers l’héroïne d’Horizon Zero Dawn, beaucoup reconnaîtront les dangers de la robotique à travers cette narration post-apocalyptique. Et si l’acquisition d’une pensée responsable était possible dans un jeu vidéo, au-delà d’une simple échappatoire virtuelle ? Si l’on passe outre les vices présents dans ces jeux dystopiques et post-apocalyptiques, les préoccupations de notre temps se laissent plus aisément entendre.

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
Fallout 76 ou l'impact des bombes nucléaires

Dans les jeux vidéo qui ont pour sujet l’avenir pessimiste de notre civilisation, il y a souvent les prémices de ces futurs dramatiques dans notre présent. Ces histoires fictives existent pour nous rappeler que les dérives de notre société actuelle peuvent se concrétiser si l’on continue de jouer la carte de l’ignorance. Très certainement que la sensibilisation à une cause particulière n’incarnera pas le motif principal de l’achat d’un jeu « catastrophe ». Néanmoins, c’est inconsciemment que l’univers décadent peut faire réagir, en faisant vivre (oui, car le joueur n’est plus passif mais actif) une histoire angoissante qui s’apparente aux conséquences de notre civilisation actuelle.

De nombreux jeux post-apocalyptiques insèrent des questions environnementales, comme la série Fallout qui nous projette dans un monde ruiné par une guerre nucléaire. Les conséquences sont de l’ordre de la survie, et l’homme doit apprendre à vivre dans un environnement hostile qu’il a lui-même créé. Faire vivre au joueur un bouleversement irréversible est susceptible de susciter inconsciemment de l’engagement dans la transformation de notre civilisation actuelle. Dans un autre registre, il existe des jeux qui délivrent un message plus subtil à travers leur narration du fait de leur appartenance à une autre époque.

We Happy Few
We Happy Few

We Happy Few sorti en 2018, nous expose une uchronie dystopique où l’Allemagne a remporté la Seconde Guerre Mondiale. Pour oublier la réalité, les britanniques de la ville de Wellington Wells se droguent avec un hallucinogène, la « Joy ». Même si l’histoire se déroule dans les années soixante, ce tableau négatif incite à la réflexion sur les conséquences d’une guerre (nous ne sommes jamais à l’abri) et sur les méfaits de la drogue, qui est une préoccupation intergénérationnelle. Nous pourrions également citer le chef d’œuvre que représente Bioshock Infinite, où les sujets transgénérationnels comme l’endoctrinement des sectes et le racisme sont abordés dans cette fable dystopique des années 1910. Aujourd’hui encore, on se rend compte que l’humain n’apprend jamais de ses erreurs !

En parlant d’erreurs humaines perpétuelles, Cyberpunk 2077 dépeint un univers dystopique tiré du jeu de rôle papier qui fait ressortir les dangers de la cybernétique poussée à l’extrême. Dans les années 1960, le terme de cybernétique a donné naissance au mot « cyborg » qui s’est implanté dans le genre de la science-fiction. Cette parenthèse étymologique nous permet de comprendre ce qui est mis en lumière dans le RPG de CD Projekt Red, à savoir les extensions cybernétiques. En 2077, dans une métropole futuriste appelée Night City, les personnages (dont notre protagoniste nommée « V ») se dotent d’implants cybernétiques pour améliorer leurs capacités. Cependant, une pratique excessive peut conduire à une maladie que l’on appelle la « cyberpsychose ».

Cyberpunk 2077 trailer

Chargement de la vidéo

Les symptômes qu’expérimentent les « Psychos » - les « victimes » des implants à forte dose – sont la paranoïa et l’agressivité. Leur objectif est d’exterminer les « organiques », c’est-à-dire les personnages dépourvus d’implants car ils ne se sentent plus humains. Le jeu nous révèle les dérives dramatiques de notre société actuelle qui est celle du paraître et de la quête de la perfection. « Haute technologie, vie misérable » affirme d’ailleurs Mike Pondsmith, le créateur du jeu de rôle sur table « Cyberpunk 2020 » dont s’est inspiré le jeu vidéo.

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
L'Affaire Johnson

La plupart des jeux cités sont des AAA qui éclipsent leur message de sensibilisation derrière un gameplay efficace et une narration gorgée de péripéties engageantes. Alors que ces œuvres éveillent les consciences de manière subconsciente, il existe une catégorie de jeux qui entend bien (r)éveiller les mentalités : le serious game. Dans ce cas précis, il est indéniable que l’objectif du jeu est de susciter une réflexion sur les problèmes de notre société actuelle. A titre d’exemple, L’affaire Johnson est un serious game futuriste dont l’objectif est de nous sensibiliser à la cohabitation entre humains et robots – un de ces derniers étant le principal suspect d’un meurtre. Bien qu’ils attirent l’attention sur des sujets sociétaux, les serious games n’ont pas la cote de popularité qu’ils méritent. En partant de ce constat, il serait dénaturé de prétendre que le rôle premier du jeu vidéo est de faire naître des militants.

Le jeu vidéo ou l’art du divertissement

A l’instar du cinéma et de la littérature, le jeu vidéo possède également sa forteresse dans la classification des arts étant donné qu’il s’agit du 10e art. Par nature, le jeu vidéo est un divertissement au même titre que n’importe quel autre art, et on ne va pas le blâmer pour ça. En effet, il n’est pas le premier médium vers lequel on va se tourner pour éduquer les joueurs – si l’on exclut les serious games. Tout comme le grand écran (et quand bien même il est question de scénarios désastreux), le jeu vidéo insère d’incroyables univers qui stimulent notre imaginaire. L’expression artistique est à son comble quand il est question de mondes post-apocalyptiques et dystopiques édulcorés, à la limite d’un fantasme comme dans Far Cry New Dawn ou Rage 2. Dans ces types de jeux, le réalisme cède la place au vraisemblable pour proposer des univers familiers qui intègrent des éléments créatifs et imaginaires pour déclencher la notion de « spectacle ».

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
Les "Cramés" - Rage 2

Dans Rage 2, bien qu’il soit concevable qu’il puisse exister des punks anarchistes dans le monde réel, les « Cramés » - nom donné à une faction de bandits chaotique – n’ont heureusement rien de réaliste. Parce qu’ils sont dans l’excès le plus total - que ce soit par leur style beaucoup trop déjanté, par leur comportement excessivement suicidaire et hystérique ou par leurs armes dangereusement sophistiquées – cette faction est l’exemple d’un élément créatif dans un univers familier, autrement dit notre Terre (du moins ce qu’il en reste). Evidemment, on aurait bien aimé avoir des super-pouvoirs comme le ranger que l’on incarne dans Rage 2 avec le Vortex. Mais pour le moment, le jeu vidéo est le meilleur médium pour répondre à ces fantasmes en parvenant à concentrer son interactivité et sa dimension créative au sein d’un univers post-apocalyptique.

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
Far Cry New Dawn

Et que dire de l’univers de Far Cry New Dawn ? Au premier abord, l’univers paraît invraisemblable car il est (beaucoup trop) fleuri, coloré et un poil déjanté comme dans Rage 2. Pour rappel, le scénario prend place dix-sept ans après l’explosion nucléaire qu’avait prédit Joseph Seed. En vérité, les paysages se révèlent être la conséquence de recherches scientifiques sur l’impact potentiel d’une explosion nucléaire sur l’environnement. En s’entretenant avec des météorologues ayant travaillé pour le gouvernement américain, l’équipe de développement a découvert que l’étape qui suit l’hiver nucléaire est la « Super Bloom » qui signifie « super floraison ». De ce fait, la nature reprend ses droits et la végétation est luxuriante et colorée. C’est sur cette base de vraisemblable qu’Ubisoft a souhaité divertir le joueur en intégrant des libertés créatives comme les animaux transformés par l’explosion nucléaire.

C’est à ce moment précis que l’on pourrait tenter d’être méfiant : avec tous ces univers décadents, n’est-il pas risqué de rendre cool une situation de l’humanité qui ne l’est pas du tout, au risque de donner au joueur l’envie de vivre dans une société dystopique voire détruite ? Il serait judicieux d’entraver le développement de cette réflexion par une autre interrogation : pourquoi l’art du jeu vidéo serait plus susceptible d’influencer les consciences que les autres ?

Dès lors que l’on parle du jeu vidéo, le problème est celui de l’interactivité qu’il confère avec le joueur. Elle se révèle fructueuse lorsqu’il s’agit d’éveiller les consciences sur les dérives sociétales étant donné que le joueur incarne le premier rôle. Cependant, il serait injustifié de blâmer l’interactivité lorsqu’il est question d’univers déchus, lesquels sont atténués par une vision artistique. Le jeu vidéo reste avant tout un art du divertissement qui possède l’avantage de l’immersion. Le joueur est tout à fait capable d’avoir le même libre-arbitre qu’un amateur de cinéma devant un film qui n’a rien de réaliste. Il n’est donc pas dans l’intérêt du jeu vidéo de faire croire au premier degré qu’il y a une survie plutôt "sympathique" après une apocalypse.

Cyberpunk 2077, Rage 2… ces jeux vidéo qui nous prédisent un avenir sombre
Mad Max : Fury Road

Néanmoins, cette idée d’embellir un univers désenchanté au deuxième degré est une des caractéristiques importantes dans le marketing du jeu vidéo aujourd’hui. Il y a un détail que l’on oublie souvent : au même titre que pour les films, l’objectif d’un éditeur est de vendre son jeu. Pour des raisons économiques mais aussi parce que l’industrie s’adresse à un public plus large, les jeux qui seraient basés sur la stricte réalité d’une guerre nucléaire ou d’une dystopie dépeignant le totalitarisme n’intéresseraient pas grand monde. Le jeu vidéo délivre le spectacle du vraisemblable à la manière des blockbusters hollywoodiens pour attirer les foules. Cette tendance à vouloir plaire pourrait nous amener à ce type de réflexion : les gens aiment l’univers de Mad Max ? Bethesda va alors se servir de ce « lieu commun » pour sortir Rage 2. Quoi qu’il en soit, les fans de la saga Fallout ont perçu d’un mauvais œil ce changement d’atmosphère à la sortie de Fallout 4, l’univers post-apocalyptique étant beaucoup plus édulcoré qu’avant dans l’idée de plaire à une cible plus large.

Profil de JustineChloe,  Jeuxvideo.com
Par JustineChloe, Journaliste jeuxvideo.com
MP
PC PlayStation 4 Xbox One PlayStation 3 Xbox 360 Mac Action FPS Infiltration Aventure RPG Shooter Survie Aspyr id Software Interplay Ubisoft Bethesda Softworks Black Isle Studios Irrational Games Ubisoft Montreal Guerrilla CD Projekt 2K Games Avalanche Studios Sony Computer Entertainment CD Projekt RED Compulsion Games Fantastique Post-apocalyptique Cyberpunk Steampunk Mecha Dinosaures Robots Rétrogaming
Annonce
Commander We Happy Few
PC
24.99 €
PS4
19.98 €
ONE
20.00 €

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
LastAndFurious
LastAndFurious
MP
le 06 juil. à 10:33

Vu a quelle vitesse le monde se dégrade, entre l'extinction de masse des plantes et animaux, le réchauffement climatique, la pollution massive générée par les activités humaines, on ne va pas avoir à trop attendre et quand bien même notre bonne vieille terre ne nous exterminerai pas on trouveras bien le moyen de nous rayer de la planète nous mêmes, la seule lueur d'espoir c est qu' une fois l'homme disparu, la nature reprendra ses droits, peut être que la prochaine espèce dominante sera assez intelligente pour ne pas scier la branche sur laquelle elle est assise...

Lire la suite...
BaGamman
BaGamman
MP
le 25 juin à 21:49

Si ça peut vous rassurer, la prochaine guerre ne laissera qu'aux maigres survivants que leurs yeux aveugles pour pleurer.

Lire la suite...
chacha973
chacha973
MP
le 25 juin à 21:33

en post apocalyptique on y sera dès qu'il n'y aura plus de pétrole je dirais en 2100 grand max.On ne mérite pas ce monde

Lire la suite...
Commentaire édité 25 juin, 21:34 par chacha973
sebseb5
sebseb5
MP
le 24 juin à 21:55

Pourquoi prédire ? on est déjà dedans non ?

Lire la suite...
shaun47
shaun47
MP
le 24 juin à 18:50

L'histoire d'Half life 2 est très plausible selon moi. Mais en 2120.

Lire la suite...
Wolgast
Wolgast
MP
le 24 juin à 18:18

En même temps entre terrorisme, réchauffement climatique, montée en puissance des extrêmes politiques, l'avenir semble bien sombre.

Lire la suite...
Folioman
Folioman
MP
le 24 juin à 13:47

Même pas besoin des jeux vidéos comme arguments d'un futur sombre. Les vieux films de science-fiction qui ont tendance à devenir réalité révèlent aussi un futur sombre. Terminator et les robots qui remplacent les humains, Demolition Man et la "tafiolisation" de la société (sans parler du puçage systématique de tous les citoyens...) ou encore Total Recall et la reconnaissance faciale... je pourrais continuer comme ça encore longtemps...

Lire la suite...
taroh3
taroh3
MP
le 24 juin à 13:12

Ce qui fera de notre avenir un cauchemar ? un problème si simple à résoudre... : la surpopulation... mais à cela personne ne veut s'y attaquer... or c'est bien de là que découle tous les autres problèmes.... et pourtant ce problème originelle, de base il est si simple à résoudre...

Lire la suite...
bab734
bab734
MP
le 24 juin à 12:39

Un monde utopique est un monde où il ne se passe rien. On s'emmerderait.

Lire la suite...
EmpereurManchot
EmpereurManchot
MP
le 24 juin à 11:59

Finalement ce n'est pas la guerre que l'on a tant cherché à éviter qui va détruire notre société mais l'opulence apporté par la paix.

Lire la suite...
Commentaire édité 24 juin, 12:00 par EmpereurManchot
Top commentaires
Kazuya51
Kazuya51
MP
le 22 juin à 11:19

De toute façon une nouvelle guerre mondial arrivera bien tôt ou tard, j’espère juste que d'ici là on aura eu notre Half-Life 3 https://image.noelshack.com/fichiers/2017/39/3/1506524542-ruth-perplexev2.png

Lire la suite...
neopaladin
neopaladin
MP
le 22 juin à 11:24

On peut aussi citer Deus Ex qui, dans le genre d'humains augmentés, nous expose un futur très intéressant et même plausible.

Lire la suite...
Commentaire édité 22 juin, 11:26 par neopaladin
We Happy Few
PCPS4ONEMacLinux
RAGE 2
PCPS4ONE
Fallout 4
PCPS4ONE
Fallout
PCMac
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Amazon PS4 17.99€ Fnac Marketplace PS4 18.59€ Fnac Marketplace PS4 18.99€ Cdiscount PS4 19.95€ Amazon PS4 19.99€ Fnac Marketplace PS4 19.99€
Marchand
Supports
Prix
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
3
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
4
Death Stranding
08 nov. 2019
5
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020