Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Comparatif : 26 manettes / gamepads à l'essai, pour consoles ou PC /

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation - Comparatif : 26 manettes / gamepads à l'essai, pour consoles ou PC

Page Dossier
Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation
Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation
PC PS4 Switch ONE WiiU PS3
Partager sur :
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
31 juillet 2018 à 09:36:54
17/20
Spécifications
CompatibilitéPS4, PS3 (partiel), Windows (via Steam ou drivers tiers), Mac
Type de connexionUSB, sans fil propriétaire et Bluetooth
Boutons d’action 8
Sticks analogiques2
Croix directionnelleOui
VibrationsOui
Détection de mouvementsGyroscope et Accéléromètre
BatterieIncluse (1 000 mAh)
Poids230g

Après avoir véritablement essoré pendant près de 20 ans un format devenu iconique, Sony se décide à faire table rase d’une bonne partie de ses acquis pour nous pondre une manette “nouvelle”. Désormais disponible en version 2, cette DualShock 4 nous sort le grand jeu sous toutes ses formes, en filaire comme en sans-fil, en motion gaming comme en VR, avec une saveur d’avant-garde teintée de classicisme, et ce, dans le but de répondre aux attentes de toutes les générations de joueurs PlayStation. Un sacré challenge pour un si petit objet.

S’il y a bien une chose qu’on ne peut reprocher à Sony avec sa DualShock 4, c’est son désir d’innovation. Si l'on prend en référence sa fiche technique, cette manette sait tout faire et surpasse la concurrence en tous points ou presque. En plus d’une gamme complète d’éléments plutôt habituels, entre boutons d’action, sticks, et gâchettes, elle intègre une triple connexion radio/bluetooth/filaire, une batterie lithium, une détection de mouvements sur trois axes, un pavé tactile multipoints, un système de distinction et de positionnement pour caméra, une entrée/sortie audio et même un haut-parleur indépendant, le tout dans un nouveau format à la fois compact et léger. Impressionnant quand on voit le tarif plutôt contenu de ce contrôleur. Et si nous avons aujourd’hui une V2 sur le banc de test, c’est qu’il s’agit du modèle actuellement commercialisé, lequel fait simplement suite à une première mouture lancée en même temps que la PlayStation 4. Et entre les deux générations, peu de différences sont visibles : des sticks profitant d’un nouveau matériau (pour résoudre la polémique liée à l’usure rapide de ces derniers sur la première génération) et d’une position à peine ajustée, une barre lumineuse qui se voit désormais aussi par dessus, grâce à la transparence de la zone tactile, et une connexion filaire en USB qui, en plus de la charge, offre désormais le transfert de données pour jouer avec une latence minimale. De petits détails qui apportent tous une amélioration, certes, mais sans vraiment révolutionner le modèle original.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

Dès la première prise en main, cette manette étonne par sa légèreté. 230 grammes seulement pour un modèle avec batterie embarquant tant de fonctions, c’est largement moins que ce à quoi on pourrait s’attendre. Et c’est aussi 40 grammes de moins que sa concurrente principale, la manette officielle Xbox One, ou 20 grammes de moins que la manette Switch Pro, toutes deux moins fournies en gadgets. Il faut dire que par rapport aux designs choisis par Microsoft ou Nintendo, Sony a réduit les espaces recouverts de plastique au maximum en adoptant des lignes certes un peu plus marquées, mais donnant un côté beaucoup plus aérien à sa manette, jusqu’aux joysticks et gâchettes qui semblent glisser dans le vide. Et le confort qui en résulte n’est en rien altéré par ces choix, bien au contraire, la DualShock 4 se présentant parmi les plus agréables pour des mains d’adulte tout en restant plutôt accessible aux enfants. C’est d’ailleurs le modèle offrant la meilleure prise et le meilleur équilibre à une main, des fois qu’une envie de vous gratter le nez se présente en plein jeu (oui, c’est important à noter). Reste que de l’avis général, il semblerait qu’en termes de confort sur le long terme, la manette Xbox One garde son petit avantage, surtout lorsqu’on utilise principalement le stick gauche et non la croix directionnelle.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

En effet, Sony a eu beau revisiter son format de manette, la firme a choisi de conserver une organisation symétrique de ses sticks, à l’ancienne. Et côté gauche, c’est bien la croix directionnelle qui tombe le plus naturellement sous le pouce, quand le stick analogique demande un léger décalage de ce doigt. Décalage qui tire légèrement mais continuellement sur les muscles et se montre plus difficile à gérer si la taille de votre main est dans la moyenne basse. Or, de nombreux jeux modernes demandent une utilisation intensive de ce stick gauche. Et sur de longues heures de jeu, cette ergonomie se montre finalement moins agréable, plus fatigante que celle adoptée par la concurrence. Un détail auquel la plupart d’entre nous s’habituent (on a joué de cette façon sur PlayStation pendant plus de 15 ans), mais qui aurait probablement mérité une petite révision à la hauteur du reste de la manette. C’est d’ailleurs probablement ce détail qui permet à la Onyx de Hori de trouver un certain public sur PlayStation 4.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

Quant au reste des prestations, on peut les qualifier de vraiment élevées. Côté finition, les plastiques utilisés ont beau être fins (avec quelques grincements lorsqu’on y applique une torsion), ils offrent un toucher des plus agréables, légèrement texturés sur les points de contact avec la paume de la main. Du côté des boutons de façade, on cumule douceur et nervosité, avec un toucher soft, une faible hauteur d’activation, un retour nerveux et une sensation de qualité de finition bien supérieure à ses principaux concurrents. La croix directionnelle ne s'en sort pas moins bien, et quoiqu'elle donne l’impression d’être constituée de quatre touches indépendantes avec son centre placé sous la coque, elle sait se montrer confortable, maniable, et surtout très précise avec des directions qui passent en douceur, même au niveau des diagonales. Un délice pour les jeux de combat en 2D, les Shoot’Em Up et les jeux de plateforme. Quant aux sticks, avec une rigidité très légèrement supérieure à la moyenne, ils offrent une très bonne précision, sans que cela ne pèse sur la réactivité. On trouve juste dommage que le revêtement et la texture ne soient pas au niveau de ceux proposés par la manette Xbox One et qu’on ne se sente jamais vraiment à l’abri d’un décrochage du pouce dans le feu de l’action.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

Du côté des contrôles situés à l’arrière, nous sommes moins convaincus par le format des boutons L1 et R1, trop fins en hauteur comme en largeur, imposant une position des index pas forcément très naturelle. Sur ce point, la DualShock 4 souffre de la comparaison avec les très larges boutons de la manette Xbox One, cliquables sur toute leur surface, et qui peuvent être actionnés quand la main est totalement au repos, affalée sur la manette, ce qui n’est pas vraiment le cas ici. Comme pour les sticks, ces touches mettent les doigts un peu en tension et demandent un minimum de précision à l’appui. La sensation est proche de celle procurée par une DualShock 3, c’est à dire tout à fait acceptable, mais la concurrence fait mieux.

Les gâchettes quant à elles ont subi un vrai lifting par rapport aux générations précédentes. Désormais concaves, elles s’activent avec une grande facilité, même du bout des doigts, tout en offrant une résistance suffisamment élevée pour se montrer précises. On regrette simplement qu’elles ne bénéficient pas d’une vibration indépendante, comme sur Xbox One, tant la fonction se montre utile pour certains types de jeux.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation
Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

Mais là où la liste des fonctions s’arrête pour la plupart des contrôleurs de cette gamme de prix, la DualShock 4 nous offre un florilège de possibilités supplémentaires. Commençons avec le pavé tactile cliquable, large et accessible malgré une position très en arrière de la manette, et utilisable tour à tour comme contrôle de pointeur, reconnaissance de caractères, mouvements spéciaux ou simplement pour ajouter deux boutons supplémentaires à votre panel. Au final, il s’apprécie naturellement et rapidement, quand bien même la plupart des jeux ne lui laissent qu’une place de second rang. On note aussi la présence d’un haut-parleur intégré, que nous avions pu apprécier dès la sortie de la console avec un titre comme Resogun et qui rappelle une innovation que nous devons à Nintendo et la Wiimote, permettant d’avoir un canal audio alternatif ajoutant à l’immersion. Mais si sa qualité sonore reste assez faible, il pêche surtout par l’absence d’intérêt qu’il suscite chez les développeurs. Même chose avec le contrôle des mouvements, pourtant beaucoup plus précis et réactif que du temps de la PlayStation 3 mais qui, en dehors de quelques titres VR, a du mal à se faire une véritable place dans le coeur des joueurs. La VR est d’ailleurs à l’honneur avec la DualShock 4 qui se présente comme un compagnon parfaitement bien équipé. En plus de toutes les fonctions déjà citées, on trouve ainsi une barre lumineuse permettant à la caméra PlayStation 4 de savoir qui tient la manette et quelle est sa position.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

On apprécie aussi la présence d’un port micro-casque standard, en jack 3,5 mm 4-pôles, et ce dès la première génération. L’amplificateur qui se cache derrière fournit d’ailleurs une puissance suffisante pour obtenir un volume conséquent, quelle que soit l’impédance du casque utilisé. Evidemment, tout ceci consomme de l’énergie et la petite batterie non-amovible de 1000mAh a un peu de mal à tenir la distance. Comptez en moyenne 6 heures de jeu, 8 heures grand maximum, avant que la recharge soit obligatoire. C’est peu, très peu même au regard des performances de la concurrence, du moins quand la batterie est fournie. Mais c’est le prix à payer pour profiter de tant de fonctions. On aurait quand même apprécié que Sony, fabricant réputé de batteries, nous offre au moins de quoi tenir un dimanche complet de jeu. Surtout qu’aucun câble n’est fourni avec la manette lorsque vous l’achetez séparément et que celui livré avec la console ne permet pas, de par sa longueur ridicule, de profiter d’un mode filaire quasiment dénué de latence. Le grief de l’autonomie suivra donc probablement cette manette tout au long de sa vie.

Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation

Reste enfin la question de la compatibilité. Sur PlayStation 4, l’ensemble des fonctions est évidemment accessible, sans manipulation particulière. Sur PlayStation 3, c’est un peu plus compliqué. La manette est considérée comme un contrôleur Bluetooth générique et seule une partie des jeux de la console se montrent compatibles. On perd en plus la plupart des fonctions particulières, détection des mouvements, vibrations, et même le bouton PS central. Sur PC enfin, Steam a ouvert grand ses portes à la DualShock 4 et l’accueille comme un de ses périphériques officiels, sans driver additionnel, en filaire comme en sans-fil. Seule la barre lumineuse se montre inutile et le port casque reste inaccessible (comme sur tous les contrôleurs en Bluetooth d’ailleurs), quand toutes les autres fonctions sont parfaitement utilisables et paramétrables. Et pour jouer sur Windows sans le client Steam, il faudra se faire aider par un pilote non officiel tel que DS4Windows, lequel fera passer votre contrôleur pour un produit Xbox, en l'occurrence une manette Xbox 360, pour une compatibilité maximale.

A l’heure de la conclusion, cette DualShock 4 se place à nos yeux parmi les meilleurs contrôleurs jamais créés et ce malgré quelques petits points qu’on aurait aimé voir améliorés. On citera en premier lieu une grande générosité au niveau des fonctions qu’elle propose mais surtout des fonctionnalités abouties et parfaitement utilisables. On apprécie beaucoup le toucher de ses boutons, la précision de ses sticks, l’efficacité de sa croix directionnelle et de ses gâchettes. Elle souffre néanmoins de la comparaison avec la manette de la Xbox One quant à son confort, la faute à des touches de tranches plus difficiles d’accès et surtout un design symétrique au niveau de ses sticks analogiques, moins agréables sur les jeux modernes, mais évidemment meilleur si vous privilégiez la croix directionnelle, pour le coup difficilement critiquable. Enfin, si on apprécie que la batterie soit fournie malgré un tarif qui reste concurrentiel, on aurait aimé un peu plus d’énergie pour une autonomie plus conséquente, voire une batterie amovible pour faire plaisir aux gros joueurs.

Les notes
+Points positifs
  • Légère et super maniable
  • Des fonctions nombreuses et abouties
  • Des touches d’action agréables et efficaces
  • Une croix directionnelle vraiment réussie
  • Les sticks un peu plus rigides pour une meilleure précision
  • Le port micro-casque intégré
  • Le pavé tactile utile en jeu comme en navigation
  • La compatibilité native Steam
  • Un tarif qui reste attractif au regard des prestations et des fonctions
-Points négatifs
  • Le design symétrique des sticks, moins confortable
  • Autonomie trop faible et câble optionnel
  • Le grip des sticks qui manque d’efficacité
  • Touches de tranche trop fines

Rangez donc ces fourches : ce n'est pas encore aujourd'hui que nous trancherons l'éternel débat sur la nécessité d'avoir des sticks symétriques ou asymétriques. Nous nous contenterons d'émettre une légère préférence pour la seconde solution, quand bien même la première reste très satisfaisante dans la majorité des cas. A côté de cela, on ne peut nier l'excellent travail de Sony visant à rendre sa manette la plus fonctionnelle possible : croix directionnelle et boutons efficaces, présence d'un pavé tactile, de capteurs de mouvements, une utilisation filaire ou sans fil... La DS4 V2 multiplie les possibilités tout en maintenant un tarif très raisonnable. Ne lui manque qu'une autonomie un peu plus élevée et des touches de tranches un peu plus volumineuses.

Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
31 juillet 2018 à 09:36:54
17/20
Mis à jour le 29/04/2019

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
jojo612
jojo612
MP
le 30 mai à 11:10

J'ai une PS4 pro et a cause de l'ergonomie de la manette je ne l'utilise jamais je préfère jouer sur la ONE

Lire la suite...
Extremeboyzz
Extremeboyzz
MP
le 14 déc. 2018 à 11:38

C'est horrible comment sa nique la manette ps4 surtout quand t'est habitué au confort Xbox pour spider man ps4 (voir la plus part des autres jeux même avec des mains d'adultes correct et plus que dans la norme au bout de quelques heures de rush tu le sens passé) par exemple a force je bougeais même plus la caméra au bout d'un moment tellement c'est mal foutue j'avoue ont s'en rend pas compte si ont a pas les deux consoles mais la Manette One et clairement la plus érgonomique et mieux optimisé

Lire la suite...
Commentaire édité 14 déc. 2018, 11:41 par Extremeboyzz
Kuntash
Kuntash
MP
le 23 oct. 2018 à 12:27

Ma manette d'origine de ma ps4 pro, déconnait il y a deux mois et demi, du jour au lendemain.

Le bouton R2 ne fonctionnait plus quand je jouais à GTA5 et GTA ONLINE, par contre, aucun soucis pour tous les autres jeux... Sur des forums (en cherchant bien 1h) il s'avère que la "précision" du bouton R2 est très "pointilleux" sur GTA5 et vu qu'il est utilisé pour accélérer dans un véhicule ou tirer en tant que piéton...

J'ai donc acheté une manette V2 NEUVE à la fnac y a 2 mois et demi et il y a une semaine, elle a rendu l'âme... Elle ne s'allumait pas quand j'appuyais sur le bouton du logo PS, et ne clignotait pas quand je branchais la manette au câble, testé avec mon ancienne manette, elle se chargait, donc pas de problème de câble et puis ma manette était quasiment tout le temps branchée sur le câble, donc pas de problème de batterie.

Je ne sais donc pas si c'est un défaut de fabrication, en tout cas elle n'est jamais tombé.

La fnac m'en a donné une neuve en remplacement de celle H/S, par contre ils ont gardé l'emballage, le mec m'a dit qu'ils sont obligé d'envoyer les manettes défectueuses avec l'emballage au SAV de SONY, sinon ils reprennent pas l'objet (j'hallucine... Comme si les gens gardent les emballages de leurs TV, machine à laver, frigo, console...)

- Donc vu que les manettes sont garanties 2 ans, n'oubliez pas de garder votre emballage de côté ET SURTOUT le ticket de caisse de l'achat (faire une impression papier et/ou scanner car les encres des tickets s'effacent vite avec le temps) si vous achetez une nouvelle manette (et n'arrachez évidemment PAS le code barre collé sous la manette).

Lire la suite...
masterpad
masterpad
MP
le 04 sept. 2018 à 00:37

Les joysticks symétriques des manettes playstation ne sont et n'ont jamais été un inconvénient.
Si nintendo a toujours fait des manettes visant avant tout le confort pour leurs titres phares avec comme resultats une ergonomie de rêve dans The Wind Waker et Mario Sunshine sur GameCube, SNKvsCapcom2 ou Mortal Kombat Deadly Alliance en revanche étaient quasi injouables.
Microsoft a lui a toujours visé avec ses manettes le meilleur confort dans les jeux les plus en vogue du moment avec grosso modo comme ligne de mire la transition confortables des jeux PC vers leurs consoles. Comme resultat, depuis la 1ere Xbox les FPS vivent un rèvent mais pour les plateformes 2D c'est pas la joie.
Sony lui a toujours misé sur le maximum de polyvalence possible. La 1ère Playstation est sortie en 1995 et les joysticks symétriques ont suivis juste quelque temsp après, bref à une ère ou le plateforming 2D etait le genre roi tout en aillant en cahier de charge l'avènement de la 3D. Inconcevable dès lors de ne pas aligner le pavé directionnel avec les bouttons d'action.
Du coup cela est resté ainsi et vous l'avez bien relevé en parlant de la préférence selon l'utilisation plus fréquente de la croix(pavé) directionnelle ou du stick gauche dans les jeux modernes(entendez à déplacement en 3D polygonale).
Mais aucune révision n'est nécéssaire. il ya les fabricants tiers pour ceux qui ne conçoivent le jv en 2018 que via un FPS avec confort absolue. Autant que des tiers produisent actuellement des joycon gauche pour Switch en remattant un bon pavé pour les jeux 2D à la place des bouttons directionels.
La dualshock c'est le juste milieu à 19/20 minimum de qualité pour tous et c'est parfait ainsi.

Lire la suite...
Commentaire édité 04 sept. 2018, 00:39 par masterpad
darckenside
darckenside
MP
le 03 sept. 2018 à 21:39

Tu oublies une chose importante dans les Points négatifs :

La batterie NON amovible !....

:pf:

Lire la suite...
apprentig
apprentig
MP
le 03 sept. 2018 à 21:37

je n'aurais pas mis un 17 à cette manette malgré le fait que je sois exclusivement un joueur sony...

les raisons?

1-l'autocollant extra-long qu'ils ont posé à l'arrière de la DS4: il se décolle avec la chaleur des doigts sur de longues sessions de jeu, et je vous garantis que la colle utilisée est très dégueu lorsqu'on en a sur les doigts (ça m'est arrivé hier soir)...

2-les joysticks "creux", je n'aime pas du tout cette forme qui me donne souvent l'impression que les sticks me glissent des doigts... je n'avais pas ce problème avec les sticks des anciennes playstation...

3-la barre lumineuse très dérangeante quand on joue dans le noir, on ne voit que la lumière de la manette lorsqu'elle se reflète dans l'écran TV... chez microsoft c'est pas beaucoup mieux car leur bouton xbox pique les yeux lorsque la lumière est allumée... il est vrai qu'on peut diminuer la lumière sur la DS4, mais on ne peut pas totalement la supprimer il me semble...

4-c'est un détail mais le micro-usb qui n'a qu'un seul sens: c'est pas terrible... j'aurais largement préféré ces usb réversibles qu'on retrouve désormais sur presque tous nos smartphones, plus facile de rebrancher la manette dans le noir et aucun risque d'endommager la prise (bon... ça ne m'est jamais arrivé, mais je suis sur que certains ont déjà vécu ça...).

5-l'absence totale de surface anti-dérapante sous la manette, à la place un plastique digne de la cochonnerie qu'on retrouve dans presque toutes les Renault: autrement dit: de la mer*e...

Une manette à ce prix avec autant de défauts de nos jours c'est pas terrible, et ça ne mérite carrément pas un 17/20... j'aurais plutôt mis un 14, ou un 15 au mieux...

la position des joysticks ça me dérange pas trop, une fois qu'on a l'habitude on s'y fait, c'est pas très naturel pour les mains celà dit. débat déjà abordé maintes fois...
je n'aime pas non plus les nouvelles gâchettes de la DS4, les anciens boutons me satisfaisaient largement: il m'arrive parfois de n'accélérer qu'à moitié sur les jeux de course parceque je n'appuie pas assez sur la manette... idéal pour choper des tendinites...

Lire la suite...
Commentaire édité 03 sept. 2018, 21:43 par apprentig
yogun33
yogun33
MP
le 03 sept. 2018 à 21:29

depuis quand la symétrie des joystick est un défaut? sur une manette en /=\?
sinon assez d'accord pour le reste...

Lire la suite...
ben51x
ben51x
MP
le 03 sept. 2018 à 20:25

A l'époque de la ps3 et X360, je préférer grandement les stick asymétriques de la 360 pour les fps, mais la sur ps4 ça passe, par contre j'ai pas testé ceux de la ONE pour dire si c'est mieux.

Lire la suite...
Nebra_Sky_Disk
Nebra_Sky_Disk
MP
le 03 sept. 2018 à 18:18

Après avoir préféré la manette 360 des années durant je suis désormais bien plus convaincu par cette DS4. J'ai aussi la one, mais la manette bien qu'excellente me pose problème au niveau de la croix directionnelle. Finalement, bien que j'ai détesté la Ds3 sur ps3, principalement à cause des sticks symétriques, je trouve ça vraiment agréable avec cette DS4. Même après une soirée ou une après midi entière de jeu, je n'ai jamais eut mal aux mains. Évidemment le point noir c'est l'autonomie mais j'ai des prises usb arrivant directement sur le canapé...

Lire la suite...
-Wise-
-Wise-
MP
le 01 août 2018 à 07:03

J'ai gueulé pendant 20 ans sur les Dualshocks que je déteste toujours pour plein de raisons (trop petites, angles saillants qui font une prise en main désagréable peu ergonomique, joysticks trop prêts et bombés au lieu d'être creusés = ca glisse même avec la gomme, peu solide, boutons tous grossiers et trop petits sur l1/r1/l2/r2), mais sur la 4 quasi tout est corrigé.
Il y a juste toujours la petite taille globale, et un nouveau défaut : options/share qui sont trop petits et inatteignables.
Le placement des sticks c'est tellement subjectif...
Alignés en bas je détestais aussi mais je m'y suis finalement fait. Cela a du sens avec les jeux modernes utilisant majoritairement ces deux sticks, et non plus les 4 boutons de façade, au contraire d'il y a 20 ans, cela évite d'être asymétrique comme sur xbox. Je préfère le placement de celle-ci quand même mais ca se joue à peu. Mais encore mieux : le modèle Wii U des deux sticks en haut. Là on évite reellement le décalage des deux pouces.
La batterie incluse ca fait toujours plus soigné, mais à voir dans 20 ans quand il faudra démonter de force quand il n'y aura plus de jus ou que le lithium fondra ;) Je suis d'avis partagé avec MS qui n'en met pas.
Bref, je préfère toujours ma manette de One pour sa grande taille mais vraiment avec ma DS4 c'est enfin devenu kif kif.

Lire la suite...
Top commentaires
Tokin34
Tokin34
MP
le 31 juil. 2018 à 10:17

J'ai une PS4 pour les exclus, mais je dois bien dire que cette symétrie des sticks me gène énormément. Quitte à avoir de la symétrie, je préfère le choix qui a été fait sur Wii U où les sticks sont en haut et les boutons en bas.
Ce serait génial que Sony sorte deux versions de leur manette, chacun choisit ce qui lui convient le mieux comme ça.
Ceci dit, ça reste la meilleure manette Playstation à ce jour.

Lire la suite...
Pantaimort
Pantaimort
MP
le 31 juil. 2018 à 12:00

+ 1 pour le problème du bouton option de la PS4 ! vraiment vraiment pénible :hum: il y a des jeux ou il faut s'en servir sans cesse et c'est une purge. Il est mal placé et ne dépasse pas assez .

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Manette Xbox Elite Série 2 : elle écrase la concurrence
  • Test Hori Battle Pad Switch : le retour du pad Gamecube
  • Nacon Revolution 3 : Rien de révolutionnaire pour cette manette filaire
  • Test Thrustmaster eSwap Pro Controller : La manette PS4 ultra modulaire
  • Test du Steelplay Contrôleur sans fil Switch : Bonne surprise mais pas dénuée de défauts
  • Test Hori Horipad Wireless Switch : Pas vraiment au niveau
  • Test Thrustmaster GP XID PRO : une manette à l'excellent rapport qualité-prix
  • Test Scuf Prestige : un avant goût de ce que sera la manette Elite 2 ?
  • Test de la Nacon Manette Sans Fil Asymétrique : L’alternative à la DualShock 4 ?
  • Test de la Nacon Revolution Unlimited : Si chère à notre coeur
  • Test Sony DualShock 4 v2 : Tradition et innovation
  • Test Nintendo Switch Pro Controller : La face sérieuse de Nintendo
  • Test Nintendo Joy-Con : La polyvalence avant tout
  • Test Microsoft Xbox One S Controller v2 : La voie de la sagesse
  • Test Xbox One Elite : Le haut de gamme qui avait du sens
  • Test Razer Raiju Ultimate : Le premium PS4 a enfin un nom
  • Test 8bitdo NES30 / FC30 : Le passé revisité
  • Test 8bitdo SN30 Pro / SF30 Pro : Vers la nostalgie et au delà
  • Test du Dragon Quest Slime pour PS4 : Manette, figurine ou les deux ?
  • Test Hori Onyx PS4 : L'appel aux joueurs Xbox
  • Test du Horipad Switch filaire : La croix et la bannière
  • Test Hyperkin X91 : Les défauts du rétro, façon moderne
  • Test Razer Raiju Tournament Edition : La qualité... à prix d’or
  • Test Razer Raiju Tournament Edition : La qualité... à prix d’or
  • Test Razer Wolverine Tournament Edition : Un tarif difficile à justifier
  • Test Nacon Revolution 2 : Plus de possibilités, moins de polyvalence
  • Test Valve Steam Controller : Le destin manqué