Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur 3DS / Animal Crossing : New Leaf sur 3DS /

Test Animal Crossing : New Leaf sur 3DS du 04/06/2013

Test : Animal Crossing : New Leaf
3DS

Contributeur

Gigantesque carton au Japon, Animal Crossing : New Leaf est enfin disponible sur 3DS dans nos vertes contrées et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce nouvel épisode nomade a plus d'un argument à faire valoir pour devenir également un immense succès en Occident.

Premier épisode 3DS, Animal Crossing : New Leaf s'est d'ores et déjà écoulé à plus de 4 millions d'unités depuis sa sortie au Pays du Soleil Levant en novembre dernier. Notée 39/40 par le célèbre magazine Famitsu, en rupture de stock au bout de quelques jours chez tous les revendeurs du pays, cette simulation de vie aussi mignonne qu'addictive a immédiatement fait l'unanimité auprès des joueurs nippons. Il faut dire que Nintendo n'a pas lésiné sur les moyens pour adapter sur 3DS cette série née en 2001 sur N64 et Gamecube. Pas plus tard qu'en mai dernier, son producteur Katsuya Eguchi nous avait même confié avoir exploité le potentiel de la console à son maximum. Vu le résultat, tant sur le plan esthétique qu'en termes de gameplay, nous voulons bien le croire.

Bienvenue monsieur le maire !

Cette fois-ci, le maire n'est autre que le joueur lui-même !

Pour ceux qui ne connaissent pas Animal Crossing, rappelons tout d'abord qu'il s'agit d'une simulation de vie nous permettant d'évoluer dans un petit village peuplé d'animaux, parfaitement synchronisé avec l'horloge interne de la console (date, heure, saison). Ici, pas de monde à sauver, d'invasion de zombies à repousser, ni de glorieuse mission à accomplir : chacun fait ce qu'il veut. Ainsi, les plus sociables passent généralement leur temps à discuter avec les habitants du village tandis que les amoureux de la nature partent à la pêche ou à la chasse aux papillons. Les décorateurs en herbe réorganisent régulièrement l'intérieur de leurs maisons, les fans de design créent leurs propres motifs à l'aide du stylet, les collectionneurs exposent leurs trouvailles dans le musée, les curieux visitent les villes des autres joueurs en ligne ou en réseau local... Bref, ce qui fait la force d'Animal Crossing, c'est justement son côté bac à sable. Cette année cependant, Nintendo a décidé d'accorder encore plus de liberté au joueur en lui permettant non seulement de vivre sa vie comme il l'entend au sein de sa petite communauté mais aussi en lui donnant la possibilité de gérer directement le développement de son village. En effet, dans Animal Crosssing : New Leaf, on n'incarne pas un citoyen lambda mais bien un maire rapidement doté des pleins pouvoirs sur sa municipalité !

Le design est toujours aussi mignon.

Comme toujours, l'aventure débute par une rencontre avec Charly dans un train, en route pour une ville générée aléatoirement. La conversation terminée, notre avatar (dont l'apparence dépend une fois de plus des réponses que l'on aura données à Charly) a tout juste le temps de descendre du train qu'il est immédiatement assailli par un joyeux comité d'accueil lui souhaitant la bienvenue en tant que nouveau maire du village. Il aura beau expliquer qu'il veut juste emménager sur place et qu'il s'agit manifestement d'un quiproquo, le voici déjà placé à la tête de la mairie par sa nouvelle collaboratrice : la pétillante Marie. A peine remis de ses émotions, le joueur sera invité à planter un arbre pour symboliser la renaissance du village avant de se rendre dans une rue commerçante pour demander au fameux Tom Nook, désormais agent immobilier, de lui construire un logement à l'emplacement de son choix. La partie peut alors vraiment commencer.

Une technique parfaitement maîtrisée

Il y a de nombreuses façons d'interagir avec d'autres joueurs.

Que l'on soit un vétéran de la série ou un débutant complet, deux constats s'imposent d'emblée. Le premier, c'est que le soft est très bien réalisé. Des décors colorés à la délicieuse frimousse des habitants (sélectionnés aléatoirement parmi des dizaines de personnages tous plus attachants les uns que les autres), en passant par les effets météo ou l'intérieur des habitations, Animal Crossing est clairement une réussite esthétique. Certes son design enfantin peut être rebutant pour certains joueurs mais honnêtement, il faudrait avoir un cœur de pierre pour ne pas être sous le charme. Les musiques d'ambiance, discrètes et apaisantes, sont fidèles à l'esprit de la série et les bruitages sont sympathiques. Par chance, les développeurs ont également décidé de conserver les doublages yaourt qui font le charme des dialogues depuis 2004. Le second point fort d'Animal Crossing est incontestablement son ergonomie exemplaire. Mettant à profit aussi bien l'ensemble des boutons de la console que l'écran tactile, sans pour autant nous obliger à dégainer le stylet toutes les 2 minutes, le soft se prend immédiatement en main et demeure un régal à jouer du début à la fin de chaque session. De nombreux raccourcis nous permettent ainsi d'accéder instantanément aux diverses fonctionnalités du jeu ou d'utiliser les outils de notre choix en un clin d'oeil et les menus sont aussi clairs que fonctionnels. Les contrôles de notre avatar sont bien pensés, organiser l'intérieur de notre maison ne demande quasiment aucun effort et l'éditeur de motifs à appliquer sur les vêtements, drapeaux et autres parapluies est très pratique. De fait, toutes les conditions se trouvent réunies pour profiter du gameplay au maximum.

Modes et travaux

Diverses festivités ont lieu en fonction du calendrier.

En ce qui concerne le gameplay justement, on aura d'une part le plaisir de retrouver tout ce qui fait le charme de la série (discuter avec les habitants, écrire des lettres, déterrer des fossiles, pêcher des poissons, planter des arbres, faire du shopping...) mais aussi une poignée de nouveautés appréciables. Tout d'abord, en tant que maire, le joueur a désormais la possibilité d'ordonner des travaux publics et de signer des arrêtés municipaux. Il peut donc non seulement modifier l'aspect de sa ville (en construisant des ponts, des fontaines, des lampadaires, etc.) mais aussi intervenir directement dans son fonctionnement en décidant par exemple des horaires d'ouverture des magasins ou en favorisant le tourisme. Bien sûr, tout cela a un coût se chiffrant en dizaines voire en centaines de milliers de Clochettes. La bonne nouvelle cependant, c'est que nos administrés apporteront une contribution financière pour peu que notre cote de confiance soit décente. Autre nouveauté appréciable, la customisation de notre avatar comme celle de notre maison a sérieusement été étoffée. Ainsi, il est désormais possible de changer de pantalons, de jupes, de chaussures ou même de chaussettes. Il existe à présent divers types de hauts comme les débardeurs et une foule d'accessoires est toujours disponible pour se déguiser en père Noël ou en héros de jeu vidéo. On peut aussi enfiler des maillots de bain pour aller piquer une tête et chercher des trésors sous-marins. Du côté de la maison, on est ravi d'apprendre qu'on peut enfin accrocher des objets au mur et surtout modifier l'aspect extérieur de notre habitation. Toit, façade, porte, haie, boîte aux lettres... On peut tout changer en allant faire un tour chez Tom Nook. Et pour les plus riches, il est même possible d'acheter un château ou une maison japonaise traditionnelle si le cœur leur en dit.

Nos amis virtuels

On peut enfin customiser l'extérieur de sa maison.

Comme sur GameCube, DS et Wii, les interactions avec les habitants de notre ville sont aussi amusantes que nombreuses. On discute avec eux, on joue avec eux, on leur rend des services. Un jour, l'un d'eux nous demandera de lui donner le poisson que l'on vient de pêcher sous ses yeux, le lendemain un autre nous fera spontanément cadeau d'un meuble qui nous plaît. Et ainsi de suite. Mais ce qui donne vraiment l'impression de faire partie d'une communauté vivante, c'est la manière dont les habitants interagissent ensuite entre eux. Ils parlent de nous, colportent des rumeurs, donnent leur avis. Untel confiera ainsi à son voisin le contenu de la dernière lettre qu'on lui a écrite, unetelle arborera fièrement devant ses amies le motif que l'on a exposé quelques jours plus tôt chez la couturière. Bien entendu, tout ce beau monde se réunit régulièrement lors d'événements liés au jeu (concours de pêche, etc.) ou au monde réel (Noël, Halloween...). Parfois l'un d'eux déménage ou au contraire un autre vient s'installer. Un magasin ouvre dans la rue commerçante, un colporteur ou une voyante est de passage... Bref, en dépit de son apparente simplicité, la vie sociale dans notre petit monde virtuel est remarquablement riche.

Une connectivité épatante

A propos de vie sociale, s'il y a bien un point sur lequel Nintendo a insisté ces derniers mois au sujet d'Animal Crossing : New Leaf, c'est bien son interconnectivité. Il était déjà possible de visiter la ville de ses amis sur DS et Wii mais, nouvelle console portable oblige, les possibilités se sont encore étoffées cette année. En plus de pouvoir s'inviter en réseau local, voire en ligne, pour s'entraider ou jouer à quelques mini-jeux basiques sur une île paradisiaque également accessible en solo, on peut désormais récupérer grâce à StreetPass les données d'une cinquantaine de joueurs croisés dans le métro ou à l'école. Transférées dans un village témoin, celles-ci nous permettent d'une part d'admirer leurs avatars et leurs maisons mais aussi et surtout d'acheter par correspondance tout le matériel (meubles, vêtements, papier peint...) qu'ils auront exposé ! Et là, c'est carrément le bonheur puisque grâce à ce système ingénieux, les joueurs solitaires peuvent voir ce qui se fait ailleurs, les collectionneurs avertis décuplent leur chance de se procurer des objets rares et de parfaits inconnus peuvent partager leur jardin secret simplement en passant à quelques mètres l'un de l'autre. Alors bien sûr, on peut trouver quelques défauts à cet Animal Crossing : New Leaf qui ne révolutionne par exemple en rien une formule vieille de presque 10 ans, qui nécessite toujours l'usage fastidieux des codes amis pour jouer sur Internet ou qui n'est guère jouable plus d'une heure par jour. Mais très franchement, si on adhère au concept des simulations de vie, il n'y a vraiment pas un instant à perdre pour se procurer celle-ci aussi vite que possible.

Les notes
+ Points positifs
  • Mignon tout plein
  • Excellente ergonomie
  • Un concept parfaitement adapté à la 3DS
  • Les interactions sociales
  • La fonction de maire
  • Des milliers d'objets à collectionner
  • La customisation poussée des vêtements
  • La possibilité de personnaliser l'extérieur de notre maison
  • L'île tropicale
  • La connectivité et le StreetPass
- Points négatifs
  • Gameplay très similaire aux autres opus
  • Essentiellement jouable par petites sessions
  • Utilisation des codes amis

Bien réalisé, parfaitement optimisé pour la 3DS, Animal Crossing : New Leaf est un véritable régal pour les amateurs de simulations de vie. Entre ses nombreuses interactions sociales, ses milliers d'objets à collectionner et ses possibilités de customisation sans précédent, cet opus est clairement à ce jour le plus réussi de la série.

Profil de dharn
L'avis de dharn
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
04 juin 2013 à 17:11:23
17/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (783)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/ 20
Mis à jour le 04/06/2013 Voir l'historique
Nintendo 3DS Gestion Nintendo
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (21)
  • Vidéos (42)
  • Images (339)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (6)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Animal Crossing : New Leaf sur 3DS
    -
    3DS
Boutique
  • Animal Crossing : New Leaf 3DS
    38.00 € Neuf
    31.80 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.