Test The Unholy War- PlayStation

PlayStation

Si le studio Crystal Dynamics est connu de tous pour sa légendaire série des Legacy of Kain, et aussi plus récemment pour sa reprise de la licence Tomb Raider, il réalisa également un jeu atypique moins célèbre mais pourtant bourré de qualités sorti sur la PlayStation première du nom. Son titre : The Unholy War.

The Unholy War

Sorti en 1998, The Unholy War est un jeu de combat étonnant, reposant sur un gameplay novateur, malgré un scénario bancal et des graphismes un peu en dessous de la moyenne. Le synopsis : les extraterrestres Teknos, en manque de carburant, s'écrasent sur la planète Xsarra qu'ils colonisent afin d'en extraire toutes les ressources. Mais le peuple autochtone, les Arcanes, ne comptent pas se laisser faire. Relativement original à l'époque, le jeu se présente non pas sous la forme classique de personnages se chamaillant en vue de profil, mais sous forme de 3D vue de dessus, avec une caméra évolutive. En effet, les combats se déroulent en arènes, où l'on suit les deux champions grâce à une vue en plongée tournant lentement autour du champ de bataille, afin que l'on puisse mieux apprécier l'action. De plus, la caméra n'est pas statique, elle se rapproche des combattants selon qu'ils s'éloignent ou se rejoignent, apportant un certain dynamisme aux combats.

Test The Unholy War PlayStation - Screenshot 7Prana est redoutable au corps à corps.

Le titre comporte deux modes de jeu : Chaos et Stratégie. Chaos est un mode arcade où l'on se bat librement en choisissant sa faction, son arène et sa difficulté. Il est à signaler qu'il y a 14 personnages disponibles au début du jeu mais il est impossible de les choisir à sa guise : 7 combattants appartiennent à l'équipe Teknos et les 7 autres aux Arcanes. De ce fait, les choix offerts sont limités : prendre la faction Teknos, ou Arcane, ou les deux. Notons que l'on optera bien plus souvent pour cette dernière solution, les choix stratégiques se révélant plus importants avec la totalité des personnages. Les combats se déroulent ainsi : le joueur et l'IA sélectionnent un personnage, l'affrontement commence, puis lorsque l'un des deux combattants est tué, le menu de sélection des héros s'affiche, moins celui qui vient de se faire tuer. Ensuite, le joueur (ou la machine) choisit un personnage parmi ceux qui restent et ainsi de suite jusqu'à l'extinction de tous les persos de l'une ou l'autre des équipes.

Test The Unholy War PlayStation - Screenshot 8Angel peut voler, mais doit redescendre au sol pour recharger ses pouvoirs.

L'originalité du système de combat réside dans le fait que chaque protagoniste est unique. Il dispose de faiblesses, de forces, et de capacités propres, ainsi que d'une vitesse et d'une distance de saut particulière, quand il ne vole pas. De même, ses barres de vie et de pouvoir sont plus ou moins élevées que d'autres. La jauge de pouvoir (ou de « mana » si l'on veut) est très importante, puisque tous nos coups sont régis par elle. En gros, on saute avec la touche X, alors que triangle, rond et carré représentent 3 pouvoirs uniques par personnage. Chaque fois qu'on utilise l'un d'eux, il consomme une partie de notre «mana» (qui se régénère automatiquement au fil du temps), et s'il passe en dessous d'un certain seuil, on ne peut pas le réutiliser avant un certain temps. Ainsi, Magus peut invoquer des météorites qui bombardent toute l'arène, mais pour le faire, il doit avoir sa jauge de pouvoir remplie au maximum,. A l'inverse, le suicide de Killcycle, qui est une attaque kamikaze à utiliser dans les cas désespérés, ne consomme aucun point de pouvoir, car elle n'est utilisable qu'une fois et doit être disponible à tout instant. Ainsi, chaque personnage dispose de sa palette de coups à connaître par cœur, et les stratégies à employer ne se révèlent à nous qu'une fois qu'on comprend bien les différentes caractéristiques d'un personnage. Par exemple, un perso possédant des projectiles est plus efficace contre un personnage volant, et un perso avec peu de vie mais beaucoup de vitesse est plus efficace contre un perso lent avec une grande barre de vie, et ainsi de suite. Vous l'aurez compris, le principe est simple, mais terriblement complet et jouissif. Le vrai plaisir étant de jouer contre un ami qui connaît un peu le jeu, pour des batailles sans cesse renouvelées. Sachant que les différents terrains donnent divers bonus temporaires (invincibilité, pouvoir illimité, vitesse ou saut accru, …), les possibilités offertes sont plus qu'honorables.

Test The Unholy War PlayStation - Screenshot 9On peut acheter des guerriers en échange de quelques deniers en mode Stratégie.

Le mode Stratégie est quant à lui assez complet. On choisit sa faction et sa difficulté, sachant que le scénario change en fonction qu'on prenne les Arcanes ou les Teknos. En fait de scénario, ce sont surtout des images accompagnées de textes, sans réels liens les uns avec les autres, qui nous en apprendront un peu plus sur l'histoire du jeu. Mais ces passages restent bien trop décousus et ne sont en fait qu'un prétexte pour créer un semblant de cohérence avec l'univers et les personnages présentés. Le tout comporte 12 niveaux constitués de cases, où l'on déplace nos unités au tour par tour. Le but est de capturer la base ennemie, et chaque tour nous permet de réaliser différentes choses. On dispose de trois points d'action par tour, que l'on peut dépenser soit en déplaçant ses unités, soit en utilisant la capacité spéciale de celles-ci, soit en attaquant une unité adverse. A chaque fois qu'une de nos unités se trouve sur une case adjacente à un adversaire, on peut choisir de l'attaquer. Un combat classique s'engage alors en mode Chaos, le vaincu étant bien évidemment rayé de la carte. On peut cependant acheter ou vendre des unités dans notre QG, l'argent du jeu se gagnant en récoltant l'Aur, un minerai que l'on extrait en posant un personnage sur une case dorée de la map. Les unités plus grosses, comme les tanks, permettent de récolter plus d'argent par tour, il est donc important de prendre rapidement les points stratégiques d'Aur, si l'on veut avoir une chance de remporter la partie.

Test The Unholy War PlayStation - Screenshot 10Brontu décide finalement d'abandonner des ressources pour m'attaquer.

Chaque unité possède un pouvoir unique, allant du soin à la téléportation en passant par l'attaque à distance. Ceci dit, les Arcanes et les Teknos ne possèdent pas du tout les mêmes capacités, changeant du coup la stratégie adoptée. Pour exemple, les Teknos possèdent une unité de soin qui doit, pour soigner un allié, se trouver sur la case adjacente de celui-ci ; alors que l'unité de soin des Arcanes peut soigner un allié présent sur n'importe quelle case de la carte, mais plus cet allié est loin, plus le coup en ressources sera élevé. A l'inverse, certaines unités sont uniques, à l'instar des Pranas chez les Arcanes, qui possèdent une petite chance de spawner un double de lui-même sur la carte, ou des Mantis chez les Teknos, qui peuvent rendre un allié surpuissant pendant trois tours. Enfin, signalons que le mode Stratégie est jouable à deux, rallongeant ainsi la durée de vie. D'autant plus qu'il y a 3 modes de difficulté, et qu'en les finissant avec les 2 factions, on débloque de nouvelles maps et de nouveaux personnages au fur à mesure, afin que notre persévérance soit ainsi récompensée.

The Unholy War demeure au final un jeu très prenant. Son gameplay novateur, simple et complet, est un vrai bonheur, et jouer en multi avec des amis se révèle particulièrement plaisant. On déplore juste une réalisation qui reste un peu en deçà d'autres titres de l'époque, notamment au niveau des musiques et des graphismes. De plus, il est dommage que l'univers du jeu soit si peu travaillé, alors qu'il y avait matière à en faire quelque chose de réellement intéressant, surtout quand on sait que Crystal Dynamics réalisera un an plus tard un certain Soul Reaver.

Tomblur (contributeur de jeuxvideo.com), le 20 novembre 2011

Les notes

  • Graphismes 13/20

    C’est sûr, ce n’est pas le plus beau jeu de la PlayStation. Cependant, le character design reste original et plutôt varié, et l’animation est relativement fluide. Le level design, même s’il repose toujours sur le même schéma, se révèle suffisamment changeant pour renouveler les paysages et le gameplay. La cinématique d’intro en revanche n’a pas pris une ride, et reste toujours aussi spectaculaire.

  • Jouabilité 16/20

    Le principe est simple mais particulièrement addictif. Connaître les différents pouvoirs de chaque personnage demande un petit temps d’adaptation, mais une fois qu’on les cerne bien, c’est du plaisir à l’état pur. L’interface du mode Stratégie reste lisible, bien qu’un peu austère.

  • Durée de vie 15/20

    Si l’on adhère au principe, ce sont plusieurs heures de jeu qui s’offrent à vous. Les 3 modes de difficultés sont là pour mettre vos nerfs ou vos talents de stratège à l’épreuve mais ce qui rallonge réellement la durée de vie, c’est le mode 2 joueurs, accessible autant en mode Chaos qu’en Stratégie.

  • Bande son 14/20

    Les musiques restent discrètes pendant les combats, mais possèdent un peu plus de personnalité en Stratégie. Rien d’inoubliable cependant. Les bruitages sont plutôt réussis dans l’ensemble.

  • Scénario 8/20

    L’histoire est plus un prétexte servant à présenter l’univers du jeu, mais celui-ci manque singulièrement d’originalité pour avoir un réel intérêt.

  • Note Générale14/20

    Loin d’être parfait, ce jeu peu connu du grand public pose pourtant un gameplay simple et addictif où novices comme joueurs confirmés peuvent y trouver leur compte. Le mode Stratégie n’est certes pas parfait, mais il reste tout de même complet, et la possibilité d’y jouer à deux en fait un jeu relativement intéressant à parcourir avec un ami.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

Vidéos

Voir les 2 vidéos de The Unholy War