Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Medal of Honor : Warfighter
PS3

Les arbres commencent à perdre leurs feuilles, les champignons tapissent les sous-bois et les FPS militaires grand public commencent à montrer le bout de leur nez : il n'y a pas de doute, nous sommes bien en automne. Cette année c'est Electronic Arts qui ouvre le bal avec Medal of Honor : Warfighter. Mais suffit-il de tirer les premiers pour toucher le cœur des fans du genre ?

La série des Medal of Honor n'est pas vraiment née de la dernière pluie, on peut même considérer qu'à la fin du siècle dernier c'est elle qui a lancé la mode des FPS basés sur la Seconde Guerre mondiale. On se souvient tous que la licence a connu un reboot plutôt surprenant en 2010 puisqu'elle quittait son cadre historique pour nous plonger dans des conflits contemporains. La chasse aux nazis était terminée, les nouveaux ennemis de l'Amérique sont bien entendu les hordes de talibans qui se cachent dans les montagnes afghanes. Warfighter est la suite directe de ce reboot, on y retrouve donc les opérateurs du fameux Tier 1, cette unité d'élite de l'armée américaine déployée un peu partout dans le monde pour mener des missions dangereuses dans la plus grande discrétion.

Ce screen est un peu mensonger sur les bords : il n'est absolument pas question d'être discret.

Ca c'est pour la théorie, car en pratique vous ne tarderez pas à vous rendre compte qu'on ne vous demande pas de faire dans la finesse. Le scénario est un peu confus mais après quelques flash-back vous finirez par comprendre que vous êtes à la poursuite d'une bande de terroristes internationaux disposant d'un gros stock de PETN, un explosif surpuissant. Ne cherchez surtout pas à comprendre les motivations de ces fameux terroristes, ni même comment ils peuvent agir en même temps aux Philippines, en Somalie, au Pakistan et à Dubaï... On oubliera du même coup les nombreux scandales qui entachent en ce moment les opérations de l'armée américaine à travers le monde : vous êtes amené à arroser joyeusement des villages entiers, mais rassurez-vous, leurs habitants sont tous des combattants hostiles ! Vous êtes un habitué des FPS et vous pensiez avoir déjà vu ce qui se fait de mieux en matière de propagande militariste ? Vous risquez d'avoir des surprises avec la morale de fin de Medal of Honor : Warfighter qui vous expliquera tout bêtement qu'une femme de soldat préfère vivre peu de temps avec un super héros amené à mourir au combat plutôt qu'une vie entière avec un homme ordinaire. La frontière entre le kamikaze et le brave soldat n'a malheureusement jamais été aussi floue.

Les phases de conduite sont plutôt bien conçues mais ce n'est pas forcément ce qu'on attendait d'un FPS.

Il serait malvenu de chercher une échappatoire à cette débauche de patriotisme, cette dernière est entièrement justifiée par le petit message qui nous rappelle que les missions s'inspirent de faits réels. Il faut reconnaître que l'utilisation du moteur graphique Frostbite 2, déjà à l'œuvre sur Battlefield 3, produit son petit effet : l'ensemble est assez joli dans le solo et on se prend même parfois à s'extasier devant de simples particules, des lumières ou des destructions diverses et variées. Mais le réalisme d'un jeu ne tient pas uniquement à ses graphismes, il est ici mis à mal par une foule de bugs qui vont totalement casser votre immersion. Certains d'entre eux ont été corrigés par le patch proposé directement à la sortie du titre mais il reste malheureusement quelques gros soucis liés par exemple à des scripts qui ont un peu de mal à se lancer. On peut toujours garder espoir en espérant voir débarquer de nouveaux patchs, mais ceux-ci ne résoudront jamais les problèmes d'IA. En effet, vos coéquipiers ont la fâcheuse manie de tirer dans les murs tandis que vos ennemis réagissent souvent comme une horde de lemmings en se jetant littéralement sur vos rafales de balles. Bref, en prenant un peu de recul, on fait finalement un constat assez amusant : Medal of Honor : Warfighter est un titre qui cherche à tendre vers le réalisme mais qui rate le coche du vraisemblable.

Oui, ce collègue s'enfonce la tête dans un mur depuis 30 secondes.

Le solo est certes assez varié, vous aurez même droit à des séquences de course en voiture pas trop mal fichues, mais l'ensemble est incroyablement court : comptez environ quatre heures pour en faire le tour. Il n'y a aucune replay value, n'espérez même pas collectionner des éléments cachés au cours des niveaux. On sait bien que ce genre de jeux s'appuie désormais davantage sur leur multijoueur que sur leur solo, malheureusement ce ne sont pas les parties en ligne qui vont sauver le soldat Medal of Honor. Pour commencer, le rendu graphique est nettement moins satisfaisant que dans le solo alors que les maps ne brillent pas par leur taille. Il ne faut pas s'attendre non plus à de la diversité puisqu'on doit se contenter de seulement huit environnements différents. Avant de commencer à jouer vous serez aussi amené à pester sur l'interface des menus particulièrement mal pensée et sur le système de classes qui manque affreusement de clarté. La fausse bonne idée du studio Danger Close était de nous permettre d'incarner des membres des forces spéciales issues de différentes armées. Vous commencez donc par choisir votre nationalité ce qui déterminera la classe avec laquelle vous devrez commencer avant de pouvoir en débloquer d'autres. Le système est extrêmement rigide et on peut donc se retrouver à passer les premières heures de jeu avec un style de combat et un équipement qui ne nous convient pas du tout.

Le solo offre tout de même pas mal de variété, mais sa brièveté et ses bugs ne jouent pas en sa faveur.

Vous êtes prêt à prendre votre mal en patience pour débloquer finalement la classe qui vous convient parmi les six disponibles et pour personnaliser son armement avec amour ? Vous êtes plein de bonne volonté et vous voulez vous frotter à des camarades de jeu en ligne ? Pas de chance, vous risquez fort de tomber une nouvelle fois sur des bugs qui vont contrarier vos plans. Vous pourriez par exemple très bien vous trouver dans l'impossibilité de viser ou ne pas réussir à respawner, avouez que c'est plutôt gênant pour jouer... Les parties en elles-mêmes s'avèrent relativement classiques, les cinq modes proposés tournent évidemment autour du team deathmatch, de la destruction d'objectifs ou de la capture de drapeaux. La seule originalité que s'est permis Danger close concerne le système d'escouades : ces dernières ne regroupent ici que deux combattants qui sont censés travailler en symbiose. Dans les faits, vous voyez toujours où se situe votre coéquipier, même à travers les murs, vous pouvez le soigner, le ravitailler et même revenir directement à ses côtés quand il est à couvert. Cette relation très forte de dépendance est censée reproduire le lien qui unit deux opérateurs sur le terrain... On ne va pas encore mettre en doute le réalisme de cet aspect mais force est de constater qu'il faut vraiment connaître le collègue en question pour que la magie opère, un inconnu croisé sur le Net ne prendra généralement pas la peine de vous donner un coup de main. On pourrait en rajouter en parlant des points de spawn farfelus, des killstreaks mal équilibrés ou du level design peu inspiré des maps mais vous avez certainement déjà compris qu'il ne faut définitivement pas compter sur le multijoueur de ce Medal of Honor : Warfighter pour compenser les carences de son solo.

Les notes
  • Graphique 15 /20

    Les missions du solo ne sont pas forcément très inspirées en termes de design mais le Frostbite 2 remplit assez bien son office et nous permet donc de profiter de jolis effets lumineux et de particules plutôt bien rendus. Les choses se gâtent sérieusement en multijoueur, on a alors l'impression d'avoir affaire à un autre jeu plombé par un aliasing omniprésent et par des textures grossières.

  • Jouabilté 9 /20

    Autant être prévenu, le jeu est encore bourré de bugs même après le premier patch qui accompagnait sa sortie. Le feeling des armes n'est pas très convaincant : les tirs manquent de pêche et la balistique est prise en compte de manière assez étrange (parfois la distance va influer sur la trajectoire de la balle tandis que ce ne sera pas le cas à d'autres moments...). Mention spéciale à la feature la plus inutile de l'histoire des FPS : vous pouvez choisir comment défoncer les portes (et elles sont nombreuses) mais ça n'aura strictement aucun effet sur le gameplay. Le multijoueur n'arrive jamais à trouver vraiment ses marques en restant à mi-chemin entre le rendu relativement « réaliste » d'un Battlefield (n'oubliez pas les guillemets) et l'action frénétique d'un Call of Duty.

  • Duree 8 /20

    Il nous a fallu un peu moins de cinq heures pour faire le tour de la campagne solo mais des bugs nous avaient obligé de recommencer plusieurs missions... Le premier patch a donc dû réduire la durée de vie à environ quatre heures. Ne comptez pas sur le multijoueur pour allonger la sauce, ce dernier ne comporte que huit maps de taille réduite dont vous aurez rapidement fait le tour.

  • Son 14 /20

    Les bruitages des armes ne sont pas toujours extraordinaires mais les musiques rattrapent largement le coup. Même si vous n'êtes pas fan de Linkin Park, vous devriez trouver votre bonheur dans les différentes musiques d'ambiance qui collent parfaitement à votre périple à travers le monde.

  • Scénario 9 /20

    Le scénario est tellement décousu qu'il en devient relativement confus. Passons rapidement sur les multiples incohérences et sur le fait qu'on ne nous explique jamais les motivations des différents protagonistes, le pire reste que l'ensemble soit emballé dans un affreux discours propagandiste qui a de quoi écœurer les combattants virtuels les plus aguerris.

Il faut bien reconnaître que Medal of Honor : Warfighter nous a vraiment surpris. On ne s'attendait peut-être pas à découvrir le jeu de l'année mais on pensait tout de même trouver un divertissement relativement efficace. Finalement, on a droit à un solo rachitique, à un multijoueur sans intérêt et à une ribambelle de bugs qui finiront certainement par avoir raison de votre patience. Bref, la saison des FPS commence plutôt mal cette année...

Profil de la_redaction
L'avis de la_redaction
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
26 octobre 2012 à 16:04:12
10/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (386)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/ 20
Mis à jour le 26/10/2012 Voir l'historique
PlayStation 3 FPS Electronic Arts Danger Close
  • Partager cette page :
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Medal of Honor : Warfighter sur PS3
    -
    PS3
  • Aperçu : Medal of Honor : Warfighter sur PS3
    - 28
    PS3
  • Aperçu : Medal of Honor : Warfighter sur PS3
    - 66
    PS3
Boutique
  • Medal of Honor : Warfighter PS3
    19.93 € Neuf
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.