Menu
Croc : Legend of the Gobbos
  • Tout support
  • PC
  • GB
  • PS1
  • Saturn
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Croc : Legend of the Gobbos
Saturn
Croc : Legend of the Gobbos
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Wolphegon
L'avis de Wolphegon
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 janvier 2010 à 14:53:22
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.8/20
Partager sur :

En 1997, le studio Argonaut profite du succès rencontré par Super Mario 64 et Crash Bandicoot pour développer son propre jeu de plates-formes, mettant en scène un petit crocodile tout mignon qui devra évoluer sur des îles à la recherche des membres de sa famille d’adoption. Zoom sur un titre dont les défauts de jouabilité ont malheureusement tendance à prendre le dessus sur le plaisir de jeu.

Croc : Legend of the Gobbos

La vie des Gobbos, petites boules de poils aux yeux exorbités, est soudainement chamboulée par l'arrivée d'un bébé crocodile, apparemment abandonné au large de leur île volcanique. Le roi Rufus prend en pitié le petit saurien et décide alors de l'élever comme un membre de sa tribu. Tout va donc très bien pour le petit animal jusqu'à ce que le Baron Dante et ses sbires, les Dantinis, décident de semer la panique au sein de la tribu. Voyant ses sujets se faire capturer les uns après les autres, Rufus frappe le gong de l'oiseau Birdie afin que celui-ci transporte Croc au loin avant qu'il ne se fasse attraper à son tour. Bien que le jeune croco soit désormais en sécurité, il n'en est pas de même pour le souverain, qui se retrouve emprisonné dans le château de Dante. Désormais seul, Croc doit retrouver les membres de sa famille d'adoption et affronter personnellement le Baron afin de délivrer son roi bien-aimé.

Croc : Legend of the Gobbos
Veillez à ne pas tomber dans la lave !
A l'instar du premier volet de Crash Bandicoot, Croc évolue dans différentes îles aux environnements variés qui le mèneront des terres volcaniques de l'île Gobbo à la sombre forteresse du Baron Dante. Au nombre de quatre, chacune de ces îles est composée de six niveaux d'exploration, de deux boss et de deux zones secrètes à débloquer. Si la collecte des Gobbos n'est que facultative au cours de l'aventure, elle se révèle indispensable pour faire apparaître les niveaux bonus. Ces derniers sont d'une importance capitale si vous souhaitez terminer le jeu à 100%, car ils renferment chacun une des huit pièces d'un puzzle magique qui, une fois reconstitué, ouvre l'accès à une cinquième île cachée. Cette quête secondaire rallonge considérablement la durée de vie, déjà conséquente au vu de la quarantaine de niveaux proposés. Sachez aussi que chaque niveau d'exploration recèle cinq cristaux de couleur à ramasser afin que Croc puisse ouvrir une porte spéciale située en fin de parcours. Celle-ci donne alors accès à une zone bonus où se cache généralement le sixième et dernier Gobbo du niveau visité. Vous aurez donc de quoi faire si vous souhaitez explorer le jeu à fond.

Croc : Legend of the Gobbos
Croc peut s’accrocher à des grilles pour avancer.
Les niveaux sont entièrement modélisés en 3D conformément aux nouvelles normes des jeux de plates-formes instaurées par un certain Mario 64. Pour l'époque, il était vraiment plaisant de pouvoir se balader librement dans les niveaux sans être contraint à une progression en couloir comme c'était le cas dans Crash Bandicoot. Cela dit, on regrette que les niveaux soient saucissonnés en plusieurs petites zones. Un monde plus vaste aurait été l'occasion de profiter pleinement de la liberté de déplacement offerte par le jeu. De plus, bien que les graphismes soient mignons et colorés, les niveaux d'une même île se ressemblent beaucoup trop, qu'ils se déroulent en extérieur ou dans des grottes. Ce n'est pas la joie non plus côté animations ; certaines zones manquent de contenu et les ennemis, peu nombreux et pas assez variés, se contentent de tourner en rond en attendant que vous veniez les approcher. Le système de santé de Croc est représenté par des cristaux incolores, à chercher absolument partout dans les niveaux. Tant que l'animal en possède au moins un, il peut se faire toucher, mais dans le cas contraire il perd une vie et vous êtes contraint de recommencer à l'entrée de la zone où vous avez échoué.

Croc : Legend of the Gobbos
Il vous faudra effectuer un double saut pour entrer dans ce puits.
Plus que sur les monstres, la difficulté de Croc repose finalement sur ses séquences de sauts où il faut bondir de plate-forme en plate-forme sans manquer son atterrissage, sous peine de se retrouver dans le vide, dans la lave ou dans toute autre matière dangereuse. Le souci vient en fait de la maniabilité du personnage, qui est tout simplement cauchemardesque. S'il peut courir, sauter, nager, donner des coups de queue et escalader des parois, le petit sac à main sur pattes a bien du mal à faire marche arrière, et doit souvent tourner sur place afin de changer de direction, ce qui n'est pas pratique surtout quand les ennemis attaquent. Pire encore, les sauts sur le côté ne sont vraiment pas simples à réaliser, ce qui est pénible lorsque l'on a affaire à des mini-jeux du style tape-taupe où il faut déplacer Croc de gauche à droite pour appuyer sur des boutons situés au sol. L'impossibilité de changer l'angle de vue de la caméra est bien loin de faciliter les choses. Bloquée de sorte que l'on puisse toujours voir ce à quoi le saurien fait face, elle nous oblige ainsi à le déplacer si l'on souhaite voir ce qu'il se trame sur les côtés. Au final, Croc est un jeu très mignon mais son level design trop découpé et surtout ses défauts de jouabilité vous feront sans doute perdre quelque peu patience.

Les notes
  • Graphismes 13 /20

    Les décors sont colorés et les personnages sont vraiment mignons. Malheureusement, la taille réduite et la redondance graphique des niveaux au sein d’une même île ne rendent pas le titre plus intéressant visuellement que cela. Autre hic, le manque de vie des niveaux, que l’on aurait aimé voir un peu plus animés et plus riches.

  • Jouabilité 12 /20

    Si Croc bénéficie d’un panel de mouvements plutôt varié, sa maniabilité demande énormément de patience. Il n’est pas rare de tomber dans le vide à cause d’une mauvaise réception, souvent due à une caméra capricieuse qu’il est impossible de contrôler. De plus, le titre se révèle plutôt linéaire dans le sens où l'on ne fait que collecter dans chaque niveau tous les bonus nécessaires à la délivrance des Gobbos.

  • Durée de vie 16 /20

    Avec plus de quarante niveaux jouables, Croc est un titre disposant d’une durée de vie très honorable qui tiendra en haleine les joueurs pardonnant ses problèmes de maniabilité.

  • Bande son 16 /20

    L’ambiance sonore du soft est vraiment entraînante. Les musiques sont nombreuses, variées, et toutes de bonne qualité. Niveau bruitages, les petits cris poussés par Croc et ses compagnons renforcent leur côté mignon.

  • Scénario /

    -

Avec ses personnages adorables et sa montagne de niveaux à parcourir, Croc est un bon petit jeu de plates-formes qui a de quoi ravir les fans du genre. Néanmoins, sa prise en main difficile risque d’en rebuter certains, lassés de tomber dans le vide à cause d’un mouvement mal réalisé.

Profil de Wolphegon
L'avis de Wolphegon
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 janvier 2010 à 14:53:22
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.8/20
Mis à jour le 22/01/2010
Saturn Plate-Forme Fox Interactive Argonaut Rétrogaming
Dernières Preview
PreviewThe Elder Scrolls Online : Greymoor - Les vampires débarquent en Bordeciel 30 mars, 14:00
PreviewGears Tactics : Réflexion et action pour une alliance explosive 27 mars, 14:00
PreviewHearthstone : Retour en Outreterre avec une 10ème classe 17 mars, 18:15
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020