Menu
Gran Turismo
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Gran Turismo
PSP
Gran Turismo
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
21 septembre 2009 à 09:15:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (373)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.2/20
Partager sur :

Des quatre consoles Sony, seule la PSP n'avait pas encore eu droit à son Gran Turismo. C'est désormais chose faite avec la toute première expérience de la série sur la console portable. Attendue au tournant, celle-ci n'a d'autre ambition que de devenir le jeu de courses de référence sur un support boudé par les simulations auto.

Gran Turismo

Auteurs d'exceptionnels Gran Turismo sur les trois Playstation de salon, les développeurs de Polyphony Digital ont enfin pris un peu de temps pour essayer de contenter les amateurs de plaisir portatif. Inspiré des précédents opus, ce titre débarque sans trop de pression sur PSP. En effet, si les jeux de courses se sont accumulés sur la console portable, peu d'entre eux se sont risqués sur le terrain glissant de la simulation. Bien que l'on remette de plus en plus en question l'orientation réaliste de GT, force est de constater que c'est ce qui se rapproche le plus d'une véritable simulation sur PSP. Reprenant fidèlement les mécanismes bien huilés mais quelque peu rigides de ses aînés, Gran Turismo PSP s'adresse en priorité, pour ne pas dire exclusivement, aux fans invétérés de la franchise de Sony. Incomparable à d'autres titres sur ce support, il apporte indiscutablement une expérience de jeu novatrice. Cependant, développée en parallèle de Gran Turismo PS3, cette itération semble avoir malheureusement fait les frais du planning chargé de Polyphony, "contraint" de zapper purement et simplement le célèbre mode carrière du jeu...

Gran Turismo
Visuellement, GT PSP est un titre assez impressionnant.
Un Gran Turismo sans mode carrière (ou mode Gran Turismo pour les puristes), n'a plus grand-chose d'un Gran Turismo. Tellement improbable, cet "oubli" constitue à lui seul une bonne raison de ne pas craquer pour GT PSP, même en étant un inconditionnel de la série. De manière générale, toute la logique de progression du jeu est à revoir. Une grosse heure passée à réussir les défis que l'on assimile à des permis maquillés suffit à débloquer le générique de fin et des millions de crédits et sabote ainsi tout l'intérêt premier d'un Gran Turismo : une progression lente et par étape, ponctuée par quelques difficultés qui font tout le charme de la série. Ainsi, le joueur peut très vite s'offrir une machine de guerre, sans sueur et sans être passé par les traditionnelles séances de tunning mécanique qui n'existent du reste même pas. Concrètement, on tourne très vite en rond, frustré par le contenu maigrichon du jeu qui se résume à des courses libres, des courses contre-la-montre et des défis dérapages, une sorte de pseudo-drift sans intérêt. En effet, drifter avec des modèles de grand tourisme n'est pas des plus aisé, surtout lorsque l'on doit adapter le gameplay de base assez rigide à une conduite tout en souplesse comme l'exige cette discipline ! Bref, espérer faire déraper une voiture de Gran Turismo tient de l'utopie la plus totale, d'autant que les développeurs n'ont fait aucun effort pour assouplir la maniabilité.

Gran Turismo
En ad-hoc, les courses Jackpot permettent de gagner beaucoup d'argent, utilisable en solo.
Cette maniabilité justement, reprend scrupuleusement le gameplay du jeu sur console de salon. Elle divisera mais les initiés retrouveront immédiatement leur marque et une jouabilité propre à la série. Le gros point fort du titre est sans doute d'être parfaitement jouable, à la croix comme au stick analogique, ce qui est en soi un exploit dans la mesure où de nombreux jeux de courses se sont brisés les dents à ce niveau-là. On jouit donc d'une précision extrême dans le choix des trajectoires et immédiatement, les sensations des Gran Turismo reviennent à l'identique. De plus, cette version profite de l'arrivée de deux nouvelles caméras, l'une en cockpit, l'autre sur le capot. Malheureusement, difficile de nous emballer pour l'une ou pour l'autre. Si elles s'avèrent parfaitement jouables, elles sont techniquement bâclées. La première n'est autre qu'un masque rajouté en surimpression, ne profitant d'aucun effet de lumière et omettant même de modéliser un semblant de tableau de bord. La seconde quant à elle, manque énormément de finesse et met en avant les rares soucis techniques du jeu. En effet, en dehors de ces deux faux pas, Gran Turismo est de loin le plus beau jeu de courses de la machine et sans doute l'un des titres visuellement les plus réussis depuis les débuts de la PSP en 2005.

Gran Turismo
Il est possible d'activer ou non certaines aides, comme la trajectoire idéale.
Le reste du gameplay n'offre pas vraiment de surprises et se heurte à quelques démons qui continuent de hanter la simulation de Polyphony. On doit en effet composer avec une IA peu encline à s'adapter à notre présence ou à des conventions oubliées, comme la modélisation des dégâts, la gestion des collisions ou encore la météo. Ne soyons cependant pas trop critiques à l'égard de GT PSP qui fait ses débuts sur cette machine et dont l'essentiel se base sur l'expérience accumulée depuis les débuts de la série et surtout sur les opus PS2, à savoir Gran Turismo 3 et 4. En revanche, ce que l'on ne peut retirer à cette version, c'est de proposer suffisamment de réglages pour que les plus acharnés y trouvent leur compte. Toutefois, on ne trouve pas l'exhaustivité de l'interface de réglages qui sévit sur PS2. Sans doute un choix de Polyphony de s'adapter au public et d'éviter ainsi de rendre Gran Turismo trop élitiste sur une machine censée être utilisée par tous les joueurs possibles et imaginables. Reste que pour faire face à l'IA, ces possibilités suffisent, d'autant que l'absence de tunning mécanique n'incite pas vraiment à passer des heures dans le garage pour ajuster la garde au sol ou la flexibilité des ressorts.

Gran Turismo
Le rallye est, comme tous les rallyes des Gran Turismo, passablement raté.
A défaut de jeu en ligne, les possesseurs de PSP pourront s'en donner à cœur-joie en ad-hoc, le multijoueur en local qui nécessite évidemment de posséder deux machines et deux jeux. Un mode relativement sympathique, d'autant qu'il propose quelques variantes de choix, notamment destinées à combler le fossé qui peut séparer un bon joueur d'un néophyte. Ainsi, en "Course pour le fun", le vainqueur de la course précédente se voit octroyé un handicap sur la ligne de départ, afin de laisser aux autres joueurs la possibilité de le battre. Plus il remporte de victoires, plus long est le délai avant son départ. Idem en mode "Course aléatoire" où cette fois il est question d'attribuer arbitrairement une voiture plus lente au dernier vainqueur d'une course. S'il réussit à enchaîner les victoires malgré tout, le niveau de sa caisse sera encore rabaissé, et ainsi de suite... Enfin, nous noterons que l'argent remporté en ad-hoc peut être ensuite utilisé en solo, d'où l'intérêt des courses "Jackpot", elles aussi, une idée originale du multijoueur, mettant en jeu des sommes bien plus importantes que des courses classiques. Terminons en précisant qu'en multi comme en solo, le nombre de voitures sur la piste est limité à quatre, ce qui, avouons-le, est une petite déception. Un peu à l'image du jeu...

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    En dépit de ses soucis techniques, notamment l'aliasing dont la série ne se défait décidément pas, Gran Turismo est un petit bijou esthétique sur PSP. Réaliste, fluide, fouillé, il impressionne et surclasse toute la concurrence. Dommage que les différentes caméras n'aient pas bénéficié du même soin, surtout la vue intérieure, relativement hideuse.

  • Jouabilité 14 /20

    On retrouve les mécanismes d'un Gran Turismo classique mais le plaisir est quelque peu gâché par l'absence totale de progression puisque les plus gros modèles sont accessibles très rapidement. De plus, le drift est complètement manqué et les épreuves de rallye toujours aussi peu réalistes. Toutefois, difficile de trouver plus proche de la simulation sur PSP...

  • Durée de vie 11 /20

    L'absence du mode Carrière est un sacrilège, une hérésie. C'est toute l'âme d'un Gran Turismo qui a été aspirée par ce choix plus que douteux. Si le nombre de caisses est impressionnant, on est déçu de ne voir que très peu de nouveaux circuits dans cette mouture. Enfin, le multijoueur se limite au local puisqu'aucun Online n'est au rendez-vous.

  • Bande son 14 /20

    Là aussi, c'est assez classique mais relativement plaisant, surtout en vue intérieure où l'immersion sonore est de la partie.

  • Scénario /

Il aura fallu ses débuts sur PSP pour que la série Gran Turismo commette son premier faux pas. Si les sensations sont là, si la réalisation est impressionnante, le contenu est creux et n'offre aucune rejouabilité digne de ce nom. Certes, cette simulation demeure un titre agréable et réellement différent de la majorité des jeux de courses sur PSP mais sans mode Carrière, GT est un titre bancal, malgré la présence d'un multijoueur en local assez convaincant.

Profil de Rivaol
L'avis de Rivaol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
21 septembre 2009 à 09:15:00
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (373)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.2/20
Mis à jour le 21/09/2009
PlayStation Portable Course Sony Polyphony Digital
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! Il y a 23 heures
PreviewNeed for Speed Heat : Courses et customisation enragées sous le soleil de Floride 15 oct., 15:00
PreviewDisco Elysium : un RPG particulièrement ambitieux 07 oct., 15:53
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019