Test Prototype- Xbox 360

Xbox 360

Si le nom de Radical Entertainment vous dit quelque chose, vous devez forcément connaître The Hulk : Ultimate Destruction. En effet, en 2005, les Canadiens nous avaient gratifiés d'un bon jeu d'action, fortement jouissif mais doté de plusieurs défauts. En 2009, Radical revient sur le devant de la scène avec leur très attendu Prototype qui se veut un copier-coller à peine masqué de leur précédent bébé. Le hic, c'est que si on y trouve les mêmes qualités, quelques-uns des défauts répondent également présents. Est-ce suffisant pour bouder ce monument du gore se déroulant dans la ville de Spidey et de Woody Allen ? La réponse ci-dessous.

Prototype

Bien que Prototype évoque Spider-Man, qu'on ne s'y trompe pas, Alex Mercer, le héros principal de l'intrigue, tient beaucoup plus de Venom et Hulk. Ainsi, si le fait de taquiner les gratte-ciel de la Big Apple, d'effleurer les nuages et d'enchaîner les pirouettes sur le flanc d'un immeuble nous renvoie dans la face la création de Stan Lee, Prototype n'est rien de moins qu'un luxueux copier/coller d'un des précédents jeux de Radical dédié au géant vert de la Marvel. Cependant, il convient de mettre les choses au point : si Prototype reprend la formule de Ultimate Destruction, il se veut bien plus jouissif et ambitieux. De fait, vous pouvez oublier le décevant The Incredible Hulk de Edge Reality car outre des problèmes lestant le confort de jeu, Prototype représente actuellement le produit se rapprochant le plus d'un véritable comics de pixels.

Test Prototype Xbox 360 - Screenshot 152On est d'accord, il est temps de privilégier l'infiltration.

La première chose qui fait de Prototype un titre hautement recommandable provient de son scénario. Non pas qu'il soit original, ce n'est d'ailleurs pas le cas, mais on appréciera que les scénaristes aient pris le temps d'élaborer une intrigue plus évoluée que celle servant de canevas à la plupart des jeux d'action du moment. Ainsi, sans trop vous en révéler, il y est question de la dégénérescence de Manhattan affectant aussi bien les bâtiments que les personnes. L'armée brandit très rapidement son étendard et va devoir mettre en quarantaine plusieurs secteurs de la ville, ne sachant pas encore s'il s'agit d'une contamination chimique ou d'une attaque biologique. Tout ceci marque le début de l'histoire commençant sur les chapeaux de roue via une gigantesque scène d'action. Alex, entouré d'une myriade de soldats, éviscère, écrase, charcle à tout-va en usant de terrifiants pouvoirs polymorphes. Là-dessus, fondu au noir, retour arrière, 18 jours avant le point culminant de l'infection. On retrouve alors notre héros, dans une morgue, se réveillant tel Lazare. Le décor est planté, le jeu peut véritablement commencer. Tout en évoquant I am Legend, 28 semaines plus tard ou une partie de la filmo de Romero, Prototype chipe notamment à Hulk l'idée du héros considéré comme un monstre, un paria, inlassablement pourchassé par les militaires ici représentés par l'unité Black Watch. Un certain général Randall y remplace même au pied levé le colonel Ross. Mais au-delà de tous ces clichés, on retiendra aussi le fait qu'il soit possible d'assimiler plus de 130 personnes (passants, militaires, etc.) afin d'en apprendre un peu plus sur son passé, l'évolution de la contamination. Sans être transcendant, le synopsis s'avère donc solide pour ce type de jeu.

Test Prototype Xbox 360 - Screenshot 153Une fois que vous aurez connecté tous les noeuds mémoriels, les révélations seront légion.

L'ossature de Prototype se veut plus ou moins identique à celle de plusieurs GTA-like. Ainsi, on retrouve une ville ouverte, New York donc, découpée en plusieurs zones. Ceci est d'ailleurs synonyme de multiples quêtes annexes et d'évolution de personnage comme nous allons tout de suite le voir. De fait, vous apprendrez vite que la ville se divise en zones bleues et rouges, les premières étant contrôlées par l'armée, les secondes étant sujettes à une contamination galopante. Bien que ceci soit facultatif, vous pourrez alors détruire des bases militaires ou des nids afin de repousser l'infection et ainsi obtenir des points d'évolution indispensables à l'acquisition de nouvelles techniques. Pour rester dans l'amélioration de vos capacités, sachez qu'il existe d'autres moyens de récolter des PE, ne serait-ce qu'en échappant à une unité aérienne, en ramassant une des 200 sphères disséminées dans la ville, etc. Bien sûr, en plus d'avoir une réelle incidence sur vos attributs, tout cela rallonge la durée de vie s'étalant sur une quinzaine d'heures si vous filez en ligne droite. Toutefois, plusieurs missions annexes viendront elles aussi gonfler la longévité du jeu. On citera pêle-mêle des courses chronométrées ou des phases d'infiltration. Mais avant de privilégier la furtivité, il vous faudra assimiler la bonne personne afin de prendre son apparence. C'est là que Prototype devient purement génial, les capacités d'Alex suffisant à elles seules à nous faire passer un long moment dans le mode Exploration rien que pour le plaisir de la découverte.

Test Prototype Xbox 360 - Screenshot 154La possibilité de conduire un véhicule est souvent synonyme de spectacle pyrotechnique.

Comme je le disais plus haut, notre héros pourra user de pouvoirs polymorphes. Vous devrez alors simplement vous approcher d'un passant et en deux boutons trois mouvements, Alex lui écrabouillera la caboche sur le bitume ou lui défoncera le plexus avant de prendre son apparence. Ensuite, par le biais de la croix de direction, il ne restera plus qu'à changer d'apparence en fonction des situations. Ceci vous sera fort utile par exemple lorsque vous devrez échapper aux militaires. En effet, ces courses-poursuites étant très souvent synonymes de un contre 100, mieux vaudra courir vite, trouver une cachette puis changer d'apparence en attendant que le calme revienne. L'idée, liée à une jauge d'alerte pour chacune de vos deux apparences, s'avère intéressante puisque mettant en exergue un de vos pouvoirs les plus sympathiques. Mais le plus beau dans l'histoire vient de vos autres habiletés qui se révèlent plus jubilatoires les unes que les autres. Entre celles permettant de courir continuellement sur les immeubles, de bondir tel un cabri, d'envoyer valdinguer un tank ou de trancher en deux un ennemi, autant dire que la sensation de puissance est presque palpable. Le tout étant facilement accessible par le biais de deux menus d'action rapide, on aura donc tôt fait de trouver ses marques, les pouvoirs se divisant grosso-modo en deux grandes catégories : offensive et défensive.

Test Prototype Xbox 360 - Screenshot 155De par sa nature d'antihéros, Alex ne fait jamais dans la demi-mesure.

Mais alors, Prototype serait-il l'Alpha et l'Omega du jeu de super-héros ? Malheureusement non car si dans son ensemble, ce produit est jubilatoire, les erreurs du passé ont à nouveau rattrapé Radical. Par conséquent, on retiendra surtout une difficulté mal dosée, les missions courtes et trop faciles succédant parfois à des objectifs à même de vous provoquer un anévrisme et ce même en Facile. Ceci ne vient d'ailleurs pas d'un quelconque soucis de gameplay mais plutôt du n'importe quoi ambiant synonyme d'explosions, de tirs de missiles, de centaines de débris obstruant la vue ou bien encore d'hélicoptères, de chars et de drones virevoltant autour de nous. Dans ces cas-là, deux solutions : projeter une voiture après avoir locké ce qui s'acharne le plus sur nous ou s'emparer d'un desdits véhicules et faire le ménage. Vous pourrez aussi vous armer d'une mitraillette ou d'un lance-roquettes traînant par terre mais à ce niveau, autant miser sur nos griffes géantes, nos poings organiques ou nos coups de pieds sautés. Dans tous les cas, et si on excepte surtout les missions découpées en seulement trois ou quatre types, Prototype reste un pur concentré d'action ultra jouissive. Pas vraiment joli, pas vraiment original mais foutrement stimulant.

Logan, le 11 juin 2009

Les notes

  • Graphismes 14/20

    En comparaison d'autres GTA-like proposant une ville ouverte, Prototype s'en sort moyennement. On retrouve toutefois la patte Radical Entertaiment avec des myriades d'effets lors des scènes d'action. En revanche, la modélisation de New York ou des personnages est loin de flatter la rétine.

  • Jouabilité 15/20

    La jouabilité en elle-même est simple d'accès, bien pensée et permet des actions toutes plus jouissives les unes que les autres. Les menus d'action rapide, couplés à la croix de direction, sont bien pensés et il est aisé de passer d'un pouvoir à l'autre. En revanche, le grand fatras résultant des scènes d'action pourra vite saouler d'autant que cette cacophonie visuelle est souvent synonyme de montée en flèche de la difficulté.

  • Durée de vie 15/20

    Bien que la trentaine de missions composant l'aventure puissent se boucler en une quinzaine d'heures, les nombreuses quêtes annexes (courses, infiltration, destruction de nids) rallongent la durée de vie. Pour celles et ceux aimant le challenge, retenez bien que la difficulté très fluctuante pourra souvent vous poser problème, principalement en Normal et Difficile.

  • Bande son 15/20

    Le doublage américain apporte une certaine consistance aux personnages pendant que les excellentes compositions symphoniques dynamisent les scènes d'action déjà furieuses à l'origine.

  • Scénario 14/20

    Tout en accumulant les clichés et en bouffant à nombre de râteliers (I am Legend, 28 jours plus tard Hulk, Spider-Man), le scénario de Prototype acquiert paradoxalement une vraie cohérence en profitant d'une atmosphère réussie.

  • Note Générale15/20

    Poussant jusqu'à son paroxysme le concept du super-héros, invincible, vindicatif et amnésique, Radical Entertainment signe un jeu d'action diablement réjouissant. Si on pourra lui reprocher une difficulté parfois mal dosée, une redondance précoce et un visuel disgracieux, Prototype assure lorsqu'il s'agit d'offrir aux joueurs des sensations fortes. Sans pour autant transformer l'essai, les développeurs auront néanmoins réussi à offrir une première aventure virevoltante à leur vigilante rageur n'ayant rien à envier à Hulk, Spider-Man ou Venom.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

Vidéos

Voir les 39 vidéos de Prototype