Menu
ShellShock 2 : Blood Trails
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Shellshock 2 : Blood Trails
PS3
ShellShock 2 : Blood Trails
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
13 février 2009 à 16:08:55
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
8.6/20
Tous les prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Parfois, on se demande ce qui peut passer par la tête des éditeurs. En 2004, Eidos nous proposait Shellshock premier du nom, un FPS médiocre qui ne connut ni un succès critique ni même un succès commercial. A l'issue de quelle réunion interne partie en sucette l'éditeur a-t-il trouvé que lui offrir une suite 5 ans plus tard serait une idée de génie ?

Shellshock 2 : Blood Trails

Direction ce charmant coin de paradis un rien humide qu'est le Vietnam des années 60. Enfin humide quand on ne le bombarde pas au napalm, évidemment. Nous voilà donc embarqués dans le bourbier vietnamien, un contexte guerrier encore peu usité dans les FPS malgré son gros potentiel ludique. Un peu comme son grand frère, Shellshock 2 tente de miser sur l'horreur mais laisse de côté l'enfer militaire plus ou moins réaliste pour se concentrer sur un trip horrifique rempli de visions monstrueuses, de soldats transformés en créatures grognantes tout droit sorties de Resident Evil. Du coup, on pense fatalement au film l'Echelle de Jacob, du moins pour la forme, parce que pour le fond, on est tout de même plus proche d'une version gore de Tirelipimpom sur le Chihuahua en décomposition, ce qui donne tout de suite nettement moins envie de remuer ses castagnettes en se touchant les ananas.

Shellshock 2 : Blood Trails
Ces QTE n'ont guère d'intérêt.
Tout commence lorsque vous Nate Walker, êtes conduit au chevet de ce qui reste de votre frère, Cal. Arnaché sur un lit de camp, le voilà grognant et gesticulant pendant qu'on vous apprend qu'il a été infecté par l'Ange Noir, épidémie étrange tapie au fond de la jungle qui fait du plus gentil et inoffensif des soldats volontaires un monstre assoiffé de destruction. Ah aussi, juste avant cette scène, on vous fait discrètement une injection d'un produit inconnu "pour votre bien". Pfiou, dites donc est-ce que ça ne cacherait pas quelque chose ça ? Comme par exemple un bon gros cliché ? Bref, après une explosion, Cal s'enfuit et vous voilà parti à sa recherche à travers villes, villages, tunnels, maisons coloniales en ruine et autres temples abandonnés, de préférence en pleine nuit à la lueur d'une torche. L'idée sera donc de retrouver le frangin moribond avant que les Viêt-congs ne le fassent et surtout de comprendre ce qu'est l'Ange Noir. En chemin, il s'agira bien sûr de se frayer un passage en affrontant l'armée vietnamienne et les infectés qui eux au moins n'ont plus ni orientations idéologiques ni considérations de couleur de peau, seulement une grosse envie de vous énucléer. Une mission de longue haleine que vous effectuerez le plus souvent seul même s'il vous arrivera de croiser d'autres unités alliées qui en général se feront décimer avant que vous ayez pu échanger quelques sommaires salutations courtoises.

Shellshock 2 : Blood Trails
Une scène mémorable qui mériterait un oscar.
Cette idée de plonger le joueur dans un environnement particulièrement hostile et en saupoudrant le tout d'une ambiance très glauque est potentiellement sympathique et quelquefois efficace. L'ennui c'est que la partition de Rebellion est truffée de couacs. L'ambiance en premier lieu souffre énormément d'une bande-son dont le mixage est si mal fini que lorsqu'on tire en utilisant l'iron sight, on n'entend parfois plus son arme quand il n'est au contraire pas rare d'entendre un ennemi murmurer alors qu'il se trouve à 500 mètres de distance. Le doublage pour sa part peut être tout à fait correct comme il peut sembler provenir du pire des nanars cosmiques (à ce titre, on recommande la scène du bateau au début du troisième chapitre). Même les grognements des infectés finissent par devenir risibles. Quant au scénario, sa narration est si lancinante qu'on se demande quand il va se décider à se manifester. On sauvera quelques séquences parvenant à faire monter un peu la pression mais sans jamais concrétiser les attentes.

Shellshock 2 : Blood Trails
hum hum... oui, oui, oui je vois... enfin, façon de parler.
Bien sûr, ça, c'était pour ce qui n'est qu'un à-côté, il reste à s'interroger sur le gameplay. Tout d'abord, il faut savoir que Shellshock cède à cette nouvelle mode qui peut se révéler aussi intéressante que pénible consistant à plonger le joueur dans l'obscurité jusqu'à ce que ses yeux deviennent tout sec et qu'il faille lui désincarcérer les paupières. Une grande partie du jeu se déroule donc une torche à la main avec certaines séquences où la visibilité est tellement réduite qu'on arrive à se perdre dans un couloir. Lors d'une séance de combat en extérieur, votre serviteur en fut réduit à méthodiquement balayer l'écran en attendant que le réticule devienne rouge pour savoir où se trouvait l'ennemi qui, lui, ne semblait avoir aucun problème pour trouver sa cible. Cela alors même que l'IA est loin, très loin de faire des étincelles. Il en résulte souvent une difficulté absurde et totalement artificielle renforcée par d'autres aspects pesants du titre comme son inexplicable tendance à ne pas vous fournir convenablement en munitions. Se retrouver enfermé avec une douzaine d'infectés qui ne peuvent être liquidés qu'à coups de headshot alors qu'on a en tout et pour tout qu'un demi-chargeur ce n'est pas ce qu'on appelle un challenge, mais plutôt un ticket direct vers l'abattoir pour le Chihuahua. Mieux vaut maîtriser la machette si on veut s'en sortir. Ceci dit, pour être honnête, ce côté "survival" peut avoir son charme dans certaines circonstances et à plusieurs reprises, Shellshock 2 : Blood Trails parvient à nous embarquer dans son trip.

Shellshock 2 : Blood Trails
Le petit frère ne va pas fort fort.
Toujours dans la série "fallait pas toucher à mes castagnettes si tu voulais pas que je te décape les ananas", on peut ajouter que Shellshock est abominablement linéaire. Ce n'est certes pas un cas isolé, l'ennui c'est qu'ici on ne voit que ça. Littéralement, dans la jungle, on sent les murs invisibles qui nous emprisonnent sur un chemin de 3 mètres de large, tout ça parce que notre super GI n'est pas fichu de sauter par-dessus une souche morte. Ce qui, étrangement, ne vous empêchera pas d'avoir à chercher votre chemin, soit parce que vous ne verrez rien, soit parce que le level-design est de temps à autre particulièrement abscons. Et pour conclure, on enfoncera le dernier clou du cercueil en parlant du "feeling" pénible du jeu. Les déplacements sont lourdauds, le moindre contact avec l'environnement vous ralentit ou vous stoppe net et la vitesse d'animation, constante certes mais faible, renforce encore ce sentiment de lourdeur très agaçant lors des gunfights. Quant aux armes, elles semblent n'avoir aucune pêche, c'est à peine si un semblant de recul est simulé juste pour le fun. On pourra également parler des quelques "cinématiques actives" qui se produiront lorsqu'un ennemi vous saisira ou si vous mettez le pied sur un piège. Il suffira alors de suivre la séquence de touches affichée à l'écran et de faire preuve de patience. Si l'idée est bonne, sa mise en pratique est laborieuse et on fera tout pour éviter d'avoir à y recourir.

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    Rebellion ne signe pas un chef-d'oeuvre. L'obscurité fait office de cache-misère à un moteur 3D tout juste passable, affichant des textures grossières, des modélisations quelconques et des animations peu convaincantes. Le taux d'images/seconde, s'il est constant, est par ailleurs peu élevé, le résultat est assez désagréable...

  • Jouabilité 9 /20

    Les sensations ne sont pas au rendez-vous, la faute à des déplacements lourds et patauds, accompagnés d'une visée peu précise et d'armes qui n'ont aucun feeling. Seuls quelques passages parvenant à profiter un peu de l'ambiance sont à sauver.

  • Durée de vie 9 /20

    Comptez 7 petites heures environ en mode Normal, la triste moyenne basse des FPS. Aucun mode multi ne viendra prolonger le jeu et on a guère envie de s'y replonger une fois terminé.

  • Bande son 10 /20

    Le gros du problème vient ici du mixage. Certaines musiques sont sympa, mais on les entend à peine, idem pour les effets. On regrette également que les doublages soient en dents de scie, avec quelques bonnes performances plombées par des ratages complets.

  • Scénario 10 /20

    Rebellion avait de grandes ambitions métaphysiques avec un jeu s'inspirant beaucoup de L'Echelle de Jacob. Ou sont-elles passées ? On ressent parfois une plaisante oppression mais la mise en scène ne tient jamais la distance, dommage.

Malgré un effort pour sérieusement se démarquer du premier Shellshock, Blood Trails ne fait pas tellement mieux. Il porte les stigmates d'un développement trop rapide car on sent bien que de bonnes idées se cachent derrière tout ça. Las, l'ambiance est sous-exploitée et se contente de nous faire peur avec un sample de grognement et l'absence d'éclairage. Bouh ! Quant au gameplay, il repose sur des rouages grippés qui font grincer des dents. On pourra toujours se laisser tenter si on voit passer Shellshock : Blood Trails à tout petit prix, par curiosité, mais rien de plus aventureux.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
13 février 2009 à 16:08:55
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
8.6/20
Mis à jour le 13/02/2009
PlayStation 3 FPS Eidos Interactive Rebellion
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : WRC 8 : Un pas de géant à l'horizon ?
    PC - PS4 - SWITCH - ONE
  • Preview : Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Just Cause 4 - Danger Rising : Toujours plus loin, plus fort, plus vite
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce