Menu
Soul Nomad & the World Eaters
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Soul Nomad & the World Eaters sur PS2 /

Test du jeu Soul Nomad & The World Eaters sur PS2

Test : Soul Nomad & The World Eaters
PS2
Soul Nomad & the World Eaters
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
23 juillet 2008 à 16:57:49
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (9)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.8/20
Partager sur :

Dernier titre développé par le studio Nippon Ichi pour la PS2, Soul Nomad & The World Eaters est un Tactical-RPG d'un genre nouveau qui s'inspire des softs dans la lignée de Disgaea tout en s'en détachant d'une manière assez subtile. Sorti en catimini sur le monolithe de Sony, Soul Nomad est un jeu de rôle tactique accrocheur à la fois surprenant et plaisant.

Soul Nomad & The World Eaters

On dit qu'il n'existe nul fléau pire que la guerre, et pourtant l'univers de fantasy dans lequel est ancré Soul Nomad abrite une engeance si terrible qu'elle a condamné ce monde à demeurer éternellement dans le chaos. Au cours des siècles passés, les grandes guerres et les courtes périodes de paix se sont succédées de manière éphémère avant que la terre ne soit à chaque fois ravagée par les World Eaters, les dévoreurs de monde. A l'époque où commence le jeu, on ne sait pas grand-chose de ces entités cauchemardesques généralement qualifiées de béhémoths, sinon qu'elles auraient disparu grâce au sacrifice de la reine guerrière Layna qui aurait emprisonné l'âme de Gig, le chef des World Eaters, dans une épée. C'est justement de cette arme maudite dont hérite le héros au début de l'aventure, son caractère vertueux luttant désespérément contre la volonté démoniaque de Gig qui compte bien trouver une enveloppe corporelle à posséder pour se libérer.

Soul Nomad & The World Eaters
Le relief est seulement dessiné mais les bonus terrains sont tout de même pris en compte.
Derrière ce scénario ténébreux, on imagine mal comment Nippon Ichi est parvenu à pimenter l'aventure de ces petites touches de dérision qui caractérisent habituellement les productions du développeur. A vrai dire, le soft est essentiellement dominé par une atmosphère sombre, l'humour ne transparaissant qu'à travers les propos des personnages qui tranchent avec le ton sérieux de l'ensemble du jeu. D'ailleurs, si le héros reste désespérément muet tout au long de l'aventure, ce n'est pas le cas de Gig qui ne manque pas une occasion de s'exprimer méchamment à travers l'épée dans laquelle son âme est enfermée. Pour autant, ne vous attendez pas à quelque chose d'aussi délirant qu'un Disgaea, on entre ici dans une histoire beaucoup plus épique, les conflits entre royaumes étant au coeur du développement de l'intrigue. Dommage que la non traduction des textes ne facilite pas vraiment l'immersion dans l'univers du soft, même si l'on a tout de même droit au doublage original japonais proposé en option.

Soul Nomad & The World Eaters
Vous êtes libre de constituer vos escouades avec les unités que vous souhaitez.
Comparé aux autres productions développées par Nippon Ichi, Soul Nomad se démarque déjà par un découpage assez singulier dans le déroulement des missions. Ici, ce ne sont pas les unités que vous allez contrôler individuellement sur le terrain, mais plutôt différentes escouades dont vous serez entièrement libre de déterminer le nombre et la composition. Bien sûr, plus vous engagerez d'unités, plus vous pourrez commander de bataillons durant les combats, mais encore faut-il penser au coût financier que cela impliquera et au partage de l'expérience qui en résultera à la fin du conflit. Mieux vaut donc, dans un premier temps, privilégier quelques unités triées sur le volet pour les booster avant d'élargir progressivement son armée à mesure que de nouvelles classes de personnages deviennent accessibles. Dans Soul Nomad, l'efficacité d'une escouade réside d'ailleurs davantage dans sa composition que dans le niveau de chaque unité, plusieurs types de formations pouvant être mis en place selon les classes de personnages utilisées. On en dénombre d'ailleurs plus d'une vingtaine, des plus classiques (soldat, clerc, magicien, archer...) aux plus inattendues (plantes carnivores, néréides, loups-garous, angelots...). Soutenus à l'arrière par une poignée de mages et d'archers, les combattants purs se chargeront par exemple de percer les lignes ennemies, tandis qu'un simple clerc suffira à régénérer les forces de l'équipe à chaque tour.

Soul Nomad & The World Eaters
Les Rooms déterminent le type de formation dont vous pourrez bénéficier.
La position des membres du groupe au sein de la formation influe sur le type d'attaque qu'ils utiliseront, le plus important étant de réunir des personnages compatibles pour leur donner la possibilité de déclencher des techniques spéciales capables de neutraliser facilement le leader adverse. Chaque bataillon est en effet guidé par un chef qu'il suffit d'éliminer pour anéantir d'un seul coup toute l'escouade. Un élément tactique majeur à prendre en compte tout au long du jeu, tout comme les talents spéciaux dont peuvent vous faire bénéficier les leaders qui composent votre armée. Entrecoupées de séquences narratives et d'une phase de préparation très riche sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin, les batailles ne constituent finalement pas l'élément le plus stratégique de Soul Nomad. Si les déplacements sur le terrain s'effectuent case par case, comme dans la plupart des RPG tactiques, la carte est représentée par un plan de jeu sans relief, dessiné comme une peinture mais comportant tout de même divers modificateurs de terrain. Ainsi, même si l'absence de relief peut surprendre, le fait de placer son escouade sur une route, une zone montagneuse ou une zone immergée a donc son importance et peut infliger des bonus ou des malus à vos unités. Pour le reste, l'ordre des tours d'action s'affiche en permanence à l'écran et il suffit d'aller au contact pour engager une altercation avec un groupe ennemi. La contre-attaque étant systématique, il n'est pas toujours conseillé de rechercher à tout prix l'initiative, les représailles étant parfois lourdes de conséquences. Outre les capacités d'attaque et de soutien spécifiques aux différents types d'unités, il faut également prendre en compte l'endurance de ses bataillons dont le potentiel diminue rapidement à mesure qu'ils s'épuisent en combattant.

Soul Nomad & The World Eaters
Méfiez-vous des attaques des mages et des pièges posés par les saboteurs.
La notion d'item réside ici dans les Gig Edicts, qui sont des objets de soutien auxquels vous pouvez recourir à chaque tour pour optimiser les performances de vos troupes ou diminuer celles de l'adversaire. Comme la plupart des éléments tactiques du soft, ces objets peuvent être achetés durant la phase de préparation, via le menu Arrange. Dans les villages, les Gig Edicts vous permettront également de défier des marchands pour leur dérober de l'argent, de piller leurs magasins sans être vu ou encore d'essayer de combiner vos aptitudes avec les leurs pour renforcer vos stats. Malhonnête et risquée, l'utilisation des Gig Edicts reste néanmoins un bon moyen de renflouer ses caisses pour préparer ses troupes avant la bataille. Il est d'ailleurs conseillé de défier régulièrement les vendeurs de Gig Edicts pour augmenter leur niveau d'expérience afin d'accéder à des éventails d'objets plus intéressants. Le processus est le même pour l'achat des éléments de Decor qui correspondent aux bonus que vous pouvez attribuer à vos Rooms, les salles dans lesquelles sont constituées chacune de vos escouades.

Soul Nomad & The World Eaters
Inspectez vos Rooms pour entraîner vos personnages avant la prochaine bataille.
Pour apprécier Sould Nomad, il faut déjà bien appréhender toutes ces notions et savoir comment optimiser ses troupes avant les combats. La stratégie réside d'ailleurs davantage dans cette préparation que dans le déroulement des batailles. Les Rooms dont vous disposez servent donc à placer vos unités selon une formation imposée qui comporte plus ou moins de place. Si vous voulez en changer, vous pouvez faire défiler les Rooms les unes après les autres jusqu'à trouver celle qui vous convient, mais leur apparition est totalement aléatoire. L'idée est surprenante mais pas très convaincante, car on passe inutilement du temps à attendre qu'une salle intéressante daigne se présenter. Heureusement, un système de verrouillage permet de bloquer les Rooms déjà obtenues pour éviter qu'elles ne soient remplacées à chaque fois que vous tenterez d'en renouveler une autre. Enfin, si les éléments de Decor peuvent renforcer de manière importante les capacités des Rooms, le fait qu'ils disparaissent à la fin de chaque bataille n'incite pas vraiment le joueur à s'en équiper.

Soul Nomad & The World Eaters
On résiste difficilement aux pouvoirs offerts par Gig, le maître des World Eaters.
Suivant l'idée de l'Item World présent dans la série Disgaea, le menu Arrange donne aussi accès à l'option Inspection qui permet d'explorer n'importe laquelle de ses Rooms comme s'il s'agissait d'un champ de bataille. Le terrain est alors envahi de monstres que vous pouvez essayer de vaincre pour faire leveler vos unités, sachant qu'une victoire contre un boss permet de passer à l'étage suivant et d'optimiser les éléments de Decor équipés dans cette salle. Tout ceci compense largement l'absence de gestion de points de magie ou d'équipement pour chaque unité, même si l'aspect tactique n'est sans doute pas aussi prononcé que dans les autres titres de Nippon Ichi. Le fait, par exemple, de ne pas pouvoir choisir la cible visée par chaque membre de son escouade est un peu rageant, la disposition des unités n'étant pas toujours suffisante pour obtenir le résultat souhaité en combat. On aurait pu souhaiter, également, que les situations proposées et les conditions de victoire se renouvellent un peu plus, le meilleur moyen de ne pas se lasser trop vite étant de reformer régulièrement son armée pour essayer de varier son schéma d'action. Ces petits défauts restent heureusement mineurs face au plaisir de jeu que nous offre ce nouveau titre de Nippon Ichi.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    On aime ou pas les charmes de la 2D et la touche Nippon Ichi, mais même si le rendu n'est pas aussi enchanteur que celui d'un jeu comme Odin Sphere, les nostalgiques apprécieront. Au character design, on retrouve Takehiko Harada, l'illustrateur habituel des productions Nippon Ichi, dont vous pouvez découvrir quelques-uns des dessins préparatoires sur le site officiel du jeu.

  • Jouabilité 15 /20

    Le système de jeu proposé par Soul Nomad nous change agréablement des épisodes de Disgaea et de ses clones, même si la dimension tactique est un peu en retrait. Si le déroulement des batailles ne laisse pas énormément de liberté au joueur, les phases de préparation sont d'une richesse bien réelle.

  • Durée de vie 16 /20

    La campagne principale se compose d'une bonne cinquantaine de batailles pour une durée de vie qui atteint facilement les 30 heures de jeu en ligne droite. Au-delà, on peut débloquer de multiples missions supplémentaires, rejouer en mode New Game + et tenter de découvrir la totalité des fins que comporte le jeu, ce qui décuple la durée de vie.

  • Bande son 16 /20

    Les compositions de Tenpei Sato sont vraiment remarquables et rythment les batailles de façon parfaite. Les ambiances se renouvellent constamment et l'excellent doublage original japonais peut être sélectionné en option.

  • Scénario 15 /20

    Plus sérieuse que dans les autres productions de Nippon Ichi, l'histoire met l'accent sur le caractère épique de la quête et l'intervention de multiples personnages donne un peu de piment aux discussions. Une traduction des textes en français aurait tout de même facilité l'immersion dans l'univers du jeu.

Sorti depuis quelque temps en import, Soul Nomad & The World Eaters fait une arrivée discrète dans l'hexagone mais nous encourageons les amateurs de T-RPG à se le procurer. Son système de jeu se démarque habilement des autres productions Nippon Ichi avec une gestion des escouades assez poussée et des batailles plaisantes à orchestrer. Le jeu profite d'ailleurs d'une réalisation graphique et sonore soignée et d'une très bonne durée de vie.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
23 juillet 2008 à 16:57:49
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (9)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.8/20
Mis à jour le 23/07/2008
PlayStation 2 RPG Stratégie Tactique Koei Nippon Ichi Software Animation Mangas Série TV
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019