Bladestorm : La Guerre de Cent Ans
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PS4 PS3 360
Créer un contenu
Test : Bladestorm : La Guerre De Cent Ans
PS3
Bladestorm : La Guerre de Cent Ans
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 novembre 2007 à 18:00:00
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (39)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Tous les prix
Prix Support
34.89€ 360
59.89€ PS3
Voir toutes les offres
  • Partager sur :

Alors que Level-5 avait déjà choisi d'éduquer les petits japonais en leur apprenant la véritable histoire de Jeanne d'Arc (qui n'était ni plus ni moins qu'une proche parente des sentais), Omega Force revient sur la Guerre de Cent ans à travers un jeu d'action/stratégie dans la droite lignée d'un Kingdom Under Fire. Malheureusement, tout en entretenant également des liens de parenté avec Dynasty Warriors, le jeu se retrouve face à un ennemi contre lequel il ne peut rien faire : la médiocrité.

Bladestorm : La Guerre De Cent Ans

Vous qui êtes féru d'histoire, saviez-vous que la Guerre de Cent ans avait été marquée par le sceau d'un jeune bellâtre (voire d'une jeune demoiselle) ? Non, eh bien, c'est ce que propose de vous raconter Omega Force et Koei à travers Bladestorm : La Guerre De Cents Ans. Mais avant cela, vous devrez créer votre champion en choisissant son sexe, son visage et sa voix parmi trois choix possibles. Au demeurant, sachez tout de même que malgré quelques voix françaises connues, le doublage français reste très moyen, la plupart des comédiens étant à des années-lumière d'une prestation décente. Quoi qu'il en soit, une fois donné naissance à votre héros, vous arriverez dans une taverne d'où vous aurez moult choix à votre disposition, puisque cette modeste bâtisse vous servira de quartier général.

Bladestorm : La Guerre De Cent Ans
Comme je le disais, Omega Force n'a semble-t'il pas compris que les next-gen possédaient plus de ressources qu'une PS2.
Ainsi, c'est au milieu de poivrots et de mercenaires que vous pourrez effectuer diverses actions. Tout d'abord, vous pourrez équiper votre avatar des pieds à la tête ou effectuer divers achats à commencer par les ouvrages. Ces livres sont en fait liés aux types de troupes que vous pourrez commander sur le champ de bataille. Ainsi, on trouve onze unités différentes dans Bladestorm, des lanceurs de couteaux aux soldats sachant manier les rapières, les couteaux ou les haches en passant par les lanciers, les cavaliers, etc. De plus, en récoltant des PC (expérience), vous pourrez booster les ouvrages afin d'augmenter les caractéristiques et les compétences de vos hommes. Autre chose à retenir, les affinités entre unités. En effet, une "massue" sera efficace contre un cheval, un "arc" sera efficace contre une "pique" qui elle sera à préconiser pour attaquer une "épée" et ainsi de suite. Pour en terminer avec la taverne, vous aurez aussi le choix d'obtenir de nombreuses informations sur tous les personnages importants et unités de l'histoire. D'ailleurs, autant vous dire tout de suite que c'est un peu le grand n'importe quoi à ce niveau vu qu'en plus des chevaliers en armure propres sur eux, on trouve dans le titre des soldats romains, des ninjas, des éléphants, j'en passe et des meilleures. J'espère donc que vous n'avez rien contre quelques petites libertés historiques. Mais revenons à nos moutons.

Bladestorm : La Guerre De Cent Ans
La gestion d'équipement de votre héros est aussi importante que celle de vos troupes.
Une des choses les plus importantes de cette fameuse taverne ne concernera pas certaines conversations, peu intéressantes, qu'on peut écouter aux abords des tables mais bel et bien les contrats qu'on peut obtenir. En fait, ces contrats ne sont rien de moins que les missions de l'aventure principale. En tant que mercenaire, vous aurez alors le choix de vous enrôler dans les rangs anglais ou français. A noter que seules les missions précédées d'un point d'exclamation sont vitales pour l'avancée du scénario. Une fois jeté votre dévolu sur un des contrats, la bataille pourra commencer, enfin presque. Avant cela, vous aurez encore à modifier, si vous le souhaitez, votre équipement, distribuer des points de compétence ou glaner quelques renseignements sur vos adversaires. Enfin, si vous évitez le piège de la retraite, vous pourrez enfin vous projeter dans la bataille. Ici, le titre retrouve le chemin d'un Dynasty Warriors même si vous ne pouvez pas, à proprement parler, frapper vos ennemis. Dans un premier temps, il vous faudra vous approcher d'une unité alliée afin d'en prendre le contrôle. Si vous n'êtes pas satisfait de votre troupe, rien ne vous empêchera de diriger une autre troupe, dans la limite de ce que vous permettent vos ouvrages bien évidemment. Pour chaque type d'unités, trois techniques seront disponibles, si tant est que la jauge d'action rattachée à chaque attaque soit pleine, ceci se faisant plus rapidement si des joueurs de trompettes se tiennent près de vos hommes. Ensuite, il restera à vous rendre à l'endroit indiqué sur la map et à défourailler comme un beau diable, votre héros utilisant la technique choisie ou frappant automatiquement un ennemi proche.

Bladestorm : La Guerre De Cent Ans
Chaque type d'unité dispose de trois techniques spéciales.
Dommage que sur ce point Bladestorm soit aussi fouillis que Dynasty Warriors. En effet, entre des corps se mélangeant comme dans les meilleurs John B. Root, des explosions d'effets et l'obligation de tourner la caméra pour savoir de quoi il en retourne, on a vite fait de pousser de gros, très gros soupirs, comme chez Marc Dorcel. L'autre lien de parenté avec la franchise de Koei consiste à remplir une jauge de moral pour profiter durant quelques secondes du mode Ardeur (tiens, un autre point commun avec les films de John B. Root) qui vous octroiera un regain de puissance. Bien utile quand il s'agit de placer des combos vous rapportant bien plus d'EXP lorsqu'ils s'élèvent au minimum à 50. Ceci dit, le côté stratégique est réduit à sa plus simple expression même s'il est aussi question d'utiliser des porteurs d'étendards pour augmenter l'attaque de vos unités tout en baissant la défense de vos ennemis. Une autre méthode est d'appeler vos recrues, qu'on peut engager dans la taverne, ceci étant surtout appréciable lorsque vous ne contrôlez aucune troupe. Pourtant, malgré ces subtilités ou bien encore les effets de capacités spéciales pour infliger des dégâts élémentaires, esquiver, charmer ou augmenter la vitesse de déplacement de vos hommes, Bladestorm se saborde de lui-même à cause d'erreurs impardonnables. Ceci dit, si une réalisation vieillotte et une action confuse ne vous rebutent pas, vous pourrez toujours essayer ce titre qui comporte une partie "gestion de troupes" plutôt complète.

Les notes
  • Graphismes 7 /20

    Il faudrait peut-être que Koei et Omega Force commencent à se bouger. Ce qui était déjà difficilement acceptable sur 128 bits ne l'est plus du tout du next-gen. Ainsi, exception faite des superbes cinématiques en CG, le graphisme du titre est d'une laideur sans nom. Des textures à jeter, des décors dépouillés, des bugs d'affichage, c'est une vraie débandade.

  • Jouabilité 11 /20

    Du pur Dynasty Warriors-like durant les phases de bataille : brouillon et confus. Un général y perdrait ses troupes. De plus, entre les effets spéciaux rendant encore plus incompréhensible ce qui se passe à l'écran, les ralentissements lors des attaques spéciales et la carte peu pratique, on peine comme un vieux suricate atteint de spasmophilie. Heureusement que la gestion des troupes est intéressante tout comme l'évolution de votre héros.

  • Durée de vie 14 /20

    De très nombreuses missions pour une guerre qui n'en manque pas. Le fait de pouvoir jouer avec les anglais ou les français rallonge la durée de vie mais vu que le titre est relativement injouable et rasoir, tenterez-vous l'aventure ? Dans ce cas, l'absence de contenu online est finalement un point positif.

  • Bande son 13 /20

    Les thèmes musicaux sont de qualité mais le doublage français n'est pas vraiment du même niveau. En effet, passées quelques voix connues, on nage en pleine série B avec des acteurs peu inspirés.

  • Scénario /

    Difficile de porter un jugement car si les nombreuses batailles émaillant la Guerre de Cent Ans nous sont narrées, les développeurs se sont permis énormément de liberté d'un point de vue historique. On appréciera, ou on détestera, le côté exotique du jeu.

Plus proche d'un Kingdom Under Fire que qu'un Dynasty Warriors, Bladestorm : La Guerre De Cent Ans ne provoquera que des soupirs et des crises d'hystérie de votre part. Bien que la gestion de nos troupes ou la customisation de notre champion ne manque pas d'intérêt, la réalisation technique à la ramasse ainsi qu'une jouabilité désastreuse, inspirée par celle de Dynasty Warriors, ne jouent clairement pas en la faveur du soft d'Omega Force. Ah ma bonne Jeanne, je me disais bien aussi que ça sentait le roussi.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 novembre 2007 à 18:00:00
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (39)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Tous les prix
Prix Support
34.89€ 360
59.89€ PS3
Voir toutes les offres
Mis à jour le 08/11/2007
PlayStation 3 Beat'em All Stratégie OMEGA Force Koei
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Indivisible : Un Action RPG 2D enchanteur
    PC - PS4 - ONE - SWITCH - MAC
  • Aperçu : Bravo Team : la nouvelle référence du tir en coop ? sur PS4
    PS4
  • Aperçu : Que vaut L.A. Noire en réalité virtuelle ? Nos premières impressions sur PC
    PC
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Monster Hunter World
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Xenoblade Chronicles 2
    SWITCH
    Vidéo - Gaming Live