Menu
Guilty Gear Dust Strikers
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur DS / Guilty Gear Dust Strikers sur DS /

Test Guilty Gear Dust Strikers sur DS du 10/08/2007

Test : Guilty Gear Dust Strikers
DS
Guilty Gear Dust Strikers
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 août 2007 à 18:00:00
11/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (12)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.2/20
Tous les prix
Prix Support
19.90€ DS
29.99€ DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

"Chouette ! Enfin un jeu de combat pour la DS !" se dit-on en découvrant la fière jaquette de Guilty Gear Dust Strikers. Il est vrai que pour l'amateur de softs de baston, la console aux deux écrans ne s'est jamais montrée très généreuse. Et cette fois, c'est une sérié réputée qui vient tenter de combler ce vide sidéral avec un épisode spécifiquement développé pour l'occasion. Mais malheureusement, fanatiques de la série comme néophytes risquent bien d'en être pour une déception.

Guilty Gear Dust Strikers

Déclarons-le d'emblée, ce nouvel épisode de la très bonne série Guilty Gear est sans doute le moins réussi de tous. En effet, après quelques heures passées sur le titre, il apparaît clairement que les développeurs ont laissé de côté l'essentiel pour se concentrer sur de petits détails et quelques ajouts à l'intérêt douteux. Renouveler une série n'est pas chose aisée, surtout lorsqu'on s'attaque à un genre aussi codifié et limité en perspective qu'un jeu de combat. Au fond, quoi qu'on en dise, il s'agit avant tout de délivrer un gameplay soigné et équilibré pour permettre à deux combattants de s'affronter dignement, comme deux escrimeurs qui enchaînent les feintes et les parades jusqu'à trouver une faille. Bien sûr, des titres comme Super Smash Bros. tentent d'injecter un peu de folie à la formule, mais cela n'a sans doute jamais été le véritable propos de la série des Guilty Gear. Pourtant, la cartouche DS examinée par nos soins aujourd'hui semble ne plus trop savoir dans quel domaine elle se situe et finit par proposer un système de jeu qui s'inspire justement du distributeur de baffes de Nintendo. On se retrouvera donc avec quatre combattants, lâchés dans une arène à plusieurs étages, et forcés d'utiliser de nombreux power-ups qui apparaissent de manière complètement aléatoire pour espérer triompher.

Guilty Gear Dust Strikers
Le bonus que l'on aperçoit dans le coin inférieur de l'écran permet de multiplier les attaques spéciales.
L'idée de base aurait aussi pu redonner un nouveau souffle à la série, mais on considérera plutôt cet épisode comme un petit moment de faiblesse passagère. "Mais quelles sont donc les raisons de tous ces reproches ?" vous demandez-vous sans doute avec raison. Hé bien les voici. Dans Guilty Gear Dust Strikers, le système de combat semble avoir été réduit à sa plus simple expression, au sens où la plupart des attaques de base, des super-attaques et des combos ne se déclenchent qu'en appuyant sur deux ou trois touches successivement, pour les plus compliqués. Finies les grosses plâtrées de boutons à apprendre par coeur et à reproduire péniblement en plein milieu d'un combat. Et si ce gameplay simplifié a l'avantage de rendre le jeu nettement plus accessible, il tend également à gommer les différences entre un bon joueur et le bourrin de base qui piétine les touches de sa console sans le moindre discernement. Il est évident qu'un excellent joueur aura plus de chances de l'emporter qu'un simple débutant, mais il sera continuellement à la merci d'une avalanche de coups déclenchée au petit bonheur la chance par un enfiévré. Pour beaucoup, c'est là que se situe la différence entre un bon jeu de combat et un titre quelconque. Car dans un monde idéal, un bon joueur ne devrait jamais se faire démembrer par un néophyte, et c'est justement ce qui arrive un petit peu trop souvent dans Guilty Gear Dust Strikers.

Guilty Gear Dust Strikers
La couronne signifie que le joueur est le mieux placé pour remporter la victoire.
Mais ce constat ne tient pas uniquement à ce nouveau système de combat mal démocratisé. Comme indiqué plus haut, les développeurs ont également choisi d'abandonner le face-à-face basique entre deux combattants et de proposer des combats à 4, où chacun défend chèrement sa peau. Ce n'est pas la première fois que Guilty Gear joue la carte des combats multiples, puisque les fans se souviendront sûrement de l'épisode Isuka qui cherchait lui aussi à injecter un peu d'originalité dans la série mais ne réussissait finalement qu'à rendre les combats trop confus. Ici, le résultat est tout à fait semblable, et donc exagérément brouillon. On se retrouve régulièrement avec les 4 combattants, entassés dans un coin de l'écran sans qu'on puisse distinguer clairement ce que chacun est en train de faire. A cela, s'ajoute des arènes bâties sur un système d'étages (4 généralement) qui s'étendent sur les deux écrans de la console. A tout moment, votre guerrier (choisi parmi près de 20 combattants issus des précédents jeux) peut sauter à l'étage supérieur ou inférieur pour se dérober à une attaque ou tomber sur un adversaire déjà occupé à latter un autre joueur.

Guilty Gear Dust Strikers
Le combat contre le boss n'est pas très intéressant à jouer.
Le seul véritable challenge consiste alors à garder le sens de l'orientation, puisque votre guerrière ou votre guerrier (perso, je préfère les minijupes virevoltantes...) ne se tourne pas automatiquement vers la cible la plus proche, et semble souvent rechigner à faire volte-face quand vous lui en intimez l'ordre. Résultat : à chaque changement de plate-forme, on court souvent le risque de se faire vigoureusement palper le dos par les semelles cloutées d'un, voire deux, ou même trois adversaires. Et comme si le désordre ambiant n'était pas suffisamment développé, on devra également compter sur des bonus qui feraient presque pâlir d'envie les joueurs de Mario Kart. Ceux-ci apparaissent aléatoirement dans chaque arène et permettent de lâcher un éclair ou une bombe sur les adversaires, de récupérer de la vie ou de l'énergie pour les combos, voire d'interchanger les positions de tous les joueurs à l'écran. Vous ne pouvez stocker qu'un bonus à la fois et devez le déclencher en pressant son symbole sur l'écran tactile. Le système est amusant mais ne fait qu'ajouter au chaos ambiant. La chance prenant encore le pas sur le talent. Effectivement, voir un adversaire que vous avez copieusement allumé se revigorer avec un bonus de vie juste avant la fin du compte à rebours, s'octroyant ainsi la victoire, a franchement de quoi énerver. D'autant qu'en mode normal, vous aurez rarement le temps de conclure le combat par un KO. Fort heureusement, on pourra choisir des supprimer les bonus dans les options des parties personnalisées et ainsi remédier au problème, dans une certaine mesure.

Guilty Gear Dust Strikers
Guilty Gear propose également 7 mini-jeux. Ici, il s'agit de nettoyer un yo-yo...
Outre sa campagne aux dialogues incompréhensibles, son mode partie rapide classique, ses parties en duel et un mode multi qu'on ne pourra pratiquer que si les participants disposent tous de leur propre cartouche, Guilty Gear se lance également dans la foire aux mini-jeux tactiles. Ces derniers sont au nombre de sept, comme les péchés capitaux, et s'avèrent globalement mauvais. On pourra donc jouer au billard lors de parties peu lisibles où la physique des boules aurait pu faire l'objet d'un épisode de X-files. On aura également le plaisir de sabrer des bottes de paille qui tombent du ciel avec le stylet, ou encore de faire plonger des dauphins dans des cercles. Certaines de ces activités sont tout de même divertissantes quelques minutes, il faut le reconnaître. Et le titre vous incite d'ailleurs à y revenir régulièrement puisque si vous parvenez à entrer dans le tableau des meilleurs scores, vous obtiendrez alors une technique spéciale, à utiliser dans la "Robo-Ky Factory". Ce nom étrange dissimule en fait un éditeur de personnages sympathique. Les plus motivés pourront donc tenter de dominer les sept mini-jeux afin de créer leur combattant ultime et enfin faire voltiger les molaires de l'ennemi. En résumé, Guilty Gear Dust Strikers détient un bon petit stock de bonnes idées qui malheureusement, portent plus préjudice à la série qu'autre chose. Oui, on pourra clairement s'amuser quelques heures à bastonner tout le monde au sein d'un agréable fatras, mais les fans de la série risquent fort de déchanter en découvrant un gameplay qui fait primer la chance sur la technique. Un achat à ne considérer que si vous êtes en manque absolu de jeux de combat. Les fans découvriront quant à eux un très petit épisode de leur série fétiche.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    La série n'oublie pas les bonnes habitudes et nous offre vingt personnages 2D superbement modélisés et magnifiquement animés. Le rendu est logiquement moins impressionnant que dans les autres jeux de la série, sortis sur console de salon, mais le résultat est tout de même très agréable à l'oeil.

  • Jouabilité 9 /20

    Le titre souffre à peu près des mêmes problèmes que Guilty Gear Isuka, à savoir des combats à quatre trop confus et un gameplay déséquilibré par des ajouts certes originaux, mais mal intégrés à l'ensemble. L'architecture en étages des différentes arènes ainsi que l'arrivée aléatoire de bonus finissent en effet par porter préjudice à la formule Guilty Gear. D'autant que les personnages réagissent mal lors des fréquents changements d'orientation. On souffre plus que de raison.

  • Durée de vie 13 /20

    Si vous accrochez à un jeu de combat, vous pouvez facilement y passer des nuits, mais le système foncièrement aléatoire de Guilty Gear Dust Strikers risque de vous lasser prématurément. Si vous êtes motivé, vous pourrez également compter sur 7 mini-jeux assez moyens pour prolonger l'expérience. Reste enfin le multijoueur, sympa, mais qui nécessite une cartouche par joueur.

  • Bande son 15 /20

    La cartouche délivre son quota de musiques rock et de bruitages pêchus. Après tout, nous sommes tout de même dans un Guilty Gear et la série a toujours bénéficié d'une bande-son de qualité. Dust Strikers ne déroge pas à la règle.

  • Scénario /

    En campagne, les dialogues qui précèdent chaque combat sont tout bonnement incompréhensibles.

Trop confus et fondamentalement déséquilibré, voilà ce qui ressort des quelques heures passées en compagnie des superbes combattants de Guilty Gear Dust Strikers. Le jeu pèche par sa volonté excessive de nous offrir du neuf et du contenu typiquement adapté à la DS. Une action qui se partage entre quatre joueurs et qui s'étend sur les deux écrans, des bonus et des mini-jeux, tout cela laisse présager de nombreuses heures de bonheur mais passe finalement assez mal à l'écran. Décevant.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 août 2007 à 18:00:00
11/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (12)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.2/20
Mis à jour le 10/08/2007
Nintendo DS Combat Majesco Arc System Works
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live