Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Sigma Star Saga sur GBA /

Test Sigma Star Saga sur GBA du 06/07/2006

Test : Sigma Star Saga
GBA

Contributeur

Le jeu vidéo est un média qui laisse libre cours à la plus grande créativité. Fait d'éléments différents, parfois très hétérogènes, un soft peut contenir un nombre incalculable de petites subtilités et de composants diversifiés. Une sorte de grand mélange réfléchi, qui forme dans la plupart des cas un ensemble cohérent. C'est visiblement dans ce sens qu'a été composé Sigma Star Saga, plaçant dans le même moule des morceaux de RPG et des copeaux de Shoot'em up. Un mariage qui peut sembler étrange et pas vraiment attirant sur le papier, mais qui dévoile ses charmes une fois dans le monde virtuel réduit de notre GBA.

Débutant de manière originale par une phase de shoot pure et dure sans aucune préparation en amont, Sigma Star Saga cherche dès le départ à créer la surprise. Laissant espérer une sorte de jeu d'exploration assez classique par le biais de son introduction, ce dernier prend le joueur à contre-pied et impose une construction qui va devenir son moteur central. Une fois le cap de l'étonnement passé, le titre ne vous laissera pas en paix pour autant, réservant un retournement scénaristique intéressant, malgré un côté relativement classique dans le fond. Sans vous dévoiler de détails inutiles, vous passez en résumé dans les rangs de l'ennemi Krill afin de les espionner de l'intérieur. Une situation ambiguë dans le sens où vous devrez obligatoirement éliminer quelques-uns de vos anciens compatriotes terriens pour prouver votre loyauté à cet empire extraterrestre. De plus, votre commandant humain ne reculera devant aucun sacrifice pour obtenir les données guerrières en possession des Krills, allant même jusqu'à tenir des propos cyniques et difficilement acceptables sur les personnes éliminées par vos soins. Surtout que vous ne savez jamais si celui-ci vous fait réellement confiance et s'il vous libérera une fois votre tâche terminée. Le malheureux pilote Ian Recker est donc empêtré dans une histoire de lutte de pouvoir des deux côtés, ne pouvant se raccrocher à rien ni à personne. Sigma Star Saga place une ambiance vraiment sombre et immersive, laissant le joueur s'inquiéter constamment pour son avatar, souvent proche d'être découvert par l'adversaire. Toutefois, ces phases de "crainte" sont habilement équilibrées avec des passages humoristiques bien utilisés et souvent assez drôles. Un aspect double que l'on retrouve facilement dans le gameplay.

Tu ne le sais pas encore mais tu es déjà mort !

Au lieu de se laisser aller à nous offrir des schémas classiques d'un Action-RPG tout ce qu'il y a de plus basique, Namco choisit la voie de l'honnêteté. Tablant sur l'innovation, le studio japonais prend le risque de placer côte à côte deux types de softs complètement à l'opposé, à savoir le shoot'em up et le RPG. Une expérience que même les plus grands alchimistes n'auraient pas osé tenter à part Square-Enix et Rare respectivement dans Kingdom Hearts et Starfox Adventures qui faisaient intervenir de courtes séquences de tir spatial. Sigma Star Saga va un peu plus loin et offre un mélange pas si effrayant que ça. Le tout se déroule en deux phases bien distinctes, avec d'un côté les passages d'exploration assez communs, durant lesquels vous chercherez certains passages ou objets afin de faire avancer votre quête, et de l'autre les combats spatiaux à scrolling horizontal. Mais là où Sigma Star innove c'est dans la manière de faire cohabiter les deux. En effet, vos déplacements sur la terre ferme se font à la manière de n'importe quel A-RPG. Vous avancez, actionnez des mécanismes, résolvez quelques maigres énigmes et surtout combattez contre la faune locale à l'aide de multiples armes. Au nombre de 6, ces dernières ne sont pas vraiment des plus inventives, mis à part le Krill Puck, une sorte de palet rebondissant sur les murs avant d'exploser et le Warp Tool vous permettant de passer à travers certaines matières. Ces outils de combat seront votre seule protection contre les créatures pas très conciliantes que vous rencontrerez au fil de votre progression. En revanche, un détail vous troublera rapidement. Si c'est un A-RPG comment se fait-ce que je ne gagne pas d'expérience ? Une interrogation qui trouve sa réponse ailleurs.

Parfois, des ennemis plus imposants remplaceront lâchement leurs petits compatriotes.

Cet ailleurs est bien évidemment l'espace intersidéral dans lequel vous évoluez aux commandes des meilleurs vaisseaux de la flotte Krill. Ces joutes spatiales font en réalité office de combats aléatoires, à la manière d'un RPG "old-school", se déclenchant sans prévenir durant vos recherches au sol. L'explication officielle est qu'il est impératif pour les pilotes de remonter dans leurs engins afin d'empêcher l'ennemi de profiter des moments de calme pour attaquer lâchement l'Empire. Une raison bien suffisante pour subir une téléportation soudaine dans le cockpit de l'un des quelques modèles de croiseur Krill. Vous vous retrouvez donc sans transition au coeur d'un gameplay très différent de celui que vous venez de quitter, sans autre indication qu'un nombre précis d'adversaires à abattre. Vous ne devrez donc pas éliminer tous les ennemis à l'écran, ce qui peut paraître troublant au départ, mais qui devient assez vite une habitude, voire une stratégie. Effectivement ces passages sont les seuls moments où vous pourrez récupérer de l'expérience, sous la forme de petites boules bleues lâchées par les vaisseaux adverses. Mais il faut savoir que suivant l'engin anéanti, les points d'XP varient largement. Il vaut alors mieux se concentrer sur ceux qui rapportent le plus et laisser passer les plus petits sans les détruire, dans la mesure du possible. Un plan de plus en plus facile à mettre en oeuvre avec l'arrivée de nouveaux éléments pour votre armement.

Le jeu qui montre enfin d'où sont originaires les extraterrestres des Simpsons.

En effet, l'un des intérêts de l'utilisation des vaisseaux est de pouvoir en modifier les outils offensifs de façon très simple. Il vous suffit de choisir trois "morceaux" dans les 76 disponibles que vous découvrirez dans les passages d'exploration. Le premier est le type de canon, le second est le genre de munition et le dernier s'avère être le modèle d'impact. Le nombre d'associations possibles est donc très important et permet de customiser au mieux son approche du shoot'em up. Malheureusement, à trop vouloir s'étendre sur deux genres différents, Sigma Star Saga ne parvient pas à être convaincant sur l'un et sur l'autre. Proposant des épisodes d'action au sol relativement mous et dénués d'un véritable rythme, le titre trébuche également sur une gestion de la difficulté assez troublante. Non que le soft soit vraiment compliqué, mais les points de sauvegarde sont disposés de telle manière que votre mort signifie souvent l'obligation de refaire avec le sourire plus d'un tiers du niveau entamé. Sans compter le côté terriblement haché de la progression à cause des innombrables combats aériens, durant d'ailleurs bien trop longtemps, en plus des affrontements avec les monstres au sol. Du côté des phases de shoot, on remarque également un manque réel de vitesse et d'intensité ce qui les rend répétitives sur le long terme et surtout fatigantes. Il aurait peut-être été plus malin de donner le choix de monter dans son vaisseau le moment donné ou de créer un véritable lien avec les passages au sol, en tout cas plus intéressant qu'une simple barre de vie commune. Les "instants shoot'em up" auraient aussi mérité un level design moins stéréotypé et surtout des situations de combat plus variées. Des problèmes dommageables amoindrissant le plaisir diffusé par un titre atypique et vraiment nouveau dans son approche du gameplay. Servi par un scénario prenant, un univers riche et une réalisation sans faille, Sigma Star Saga avait tout pour s'imposer, mis à part un vrai équilibre ludique.

Les notes
  • Graphique 17 /20

    Faisant partie des plus beaux jeux de la ludothèque GBA, Sigma Star Saga surprend surtout par la qualité de son animation, extrêmement fluide et composée visiblement de très nombreuses étapes. Les décors sont quant à eux gorgés de couleurs vives et font preuve d'un souci du détail conséquent. Les personnages ne sont pas en reste, bénéficiant d'armures de combat biologiques au design plus qu'agréable. Seules les phases de shoot restent un peu simplistes.

  • Jouabilté 14 /20

    Si les commandes répondent immédiatement et que le tout est instantanément compréhensible, le gameplay reste trop peu équilibré pour convaincre. En effet, et malgré l'excellente idée de départ, les parties "Action-RPG" et shoot'em up souffrent chacune de leur côté d'un manque de finition. En fait, aucune d'elles n'arrive vraiment à se compléter et elles restent en retrait dans leur genre respectif. En revanche, le système de conception des armes des vaisseaux s'avère très ingénieux.

  • Duree 13 /20

    Avec six environnements à visiter, le jeu de Namco semble se terminer très rapidement. En fait, même s'il ne semble pas très long, son système de sauvegarde augmente un peu la difficulté et ses innombrables phases de shoot vous prendront de longues heures de votre temps. De même, si vous souhaitez trouver l'ensemble des pièces d'armement, réservez quelques soirées.

  • Son 14 /20

    Les différents thèmes restent assez sympathiques même si on a quelques fois du mal à retenir certaines compositions. Néanmoins, une dizaine d'entre elles ressortent vraiment et donnent parfois l'impression de se retrouver dans un épisode de la saga Metroid, tant au niveau sonore que dans l'utilisation de nappes de "voix" un peu inquiétantes.

  • Scénario 14 /20

    Assez bien écrit et comportant des subtilités bien agréables, le scénario réserve pas mal de petits rebondissements et sert surtout à mettre le joueur mal à l'aise, sachant qu'il peut être découvert à tout moment. Un état paranoïaque qui se voit atténué par la présence d'un humour assez bien équilibré, notamment dans le cas du héros. Enfin, le principe de voir le déroulement du conflit du côté ennemi retire un aspect manichéen qui aurait pu nuire à l'ensemble.

Malgré de très bonnes idées et une réalisation digne d'éloges, Sigma Star Saga n'arrive pas vraiment à utiliser ces trouvailles et se perd dans sa volonté d'englober trop de choses à la fois. De plus, à cause du nombre bien trop important de phases de shoot et d'un système de points de sauvegarde un peu trop old-school, il pose des limites que certains ne franchiront pas. Pourtant, voilà un titre qui mérite d'être connu, ne serait-ce que pour son ambiance et son parti pris. Reste à voir si vous pourrez supporter de voir des Krills à longueur de journée.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
06 juillet 2006 à 18:00:00
13/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/ 20
Mis à jour le 06/07/2006 Voir l'historique
Gameboy Advance Shoot'em Up RPG Wayforward Technologies Namco
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (2)
  • Vidéos (2)
  • Images (58)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Sigma Star Saga sur GBA
    -
    GBA
Boutique
  • Sigma Star Saga GBA
    29.90 € Neuf
    14.50 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.