Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / SOCOM : U.S. Navy SEALs : Fireteam Bravo sur PSP /

Test SOCOM : U.S. Navy SEALs : Fireteam Bravo sur PSP du 21/04/2006

Test : SOCOM : U.S. Navy SEALs : Fireteam Bravo
PSP

La série de jeux d'action tactique SOCOM débarque enfin sur PSP avec Fireteam Bravo. Et on est loin d'être en présence d'une simple adaptation de SOCOM 3 puisque le jeu est un titre exclusif. Le contenu n'est pas le même et on remarque que des modifications ont été apportées sur le plan du gameplay pour que le soft colle mieux à la console portable de Sony.

Pour ce qui est du contexte, les amateurs seront en terrain connu. Vous contrôlez en effet une unité d'élite des Navy SEALs de l'armée américaine et vous allez devoir parcourir le monde pour mettre fin à des activités terroristes. Désamorçage de bombes, prise de renseignements, sauvetage d'otages, capture de chefs de guerre... Les 14 missions de la campagne solo vous entraîneront aux quatre coins du monde : Chili, Afrique du Nord, Asie du Sud et Pologne. Une variété bienvenue qui fait que l'on est en présence d'une campagne solo intéressante. Certes, il ne vous faudra pas plus de huit heures pour en venir à bout, mais vous pourrez ensuite refaire chacune des missions en modifiant le niveau de difficulté ou en adoptant une tactique différente car le jeu permet aussi bien les approches discrètes que brutales. Votre classement final sera néanmoins meilleur si vous jouez de façon furtive.

Cette version PSP dispose d'une visée semi-automatique.

La durée de vie est boostée par le multijoueur qui permet à 16 personnes de s'affronter sur le net ou via le mode ad hoc. Le jeu prend d'ailleurs en charge le casque avec micro de la PSP. Pour peu que vous disposiez de cet accessoire, vous pourrez donc parler de vive voix avec vos coéquipiers. Plusieurs modes s'offrent à vous. On retrouve trois variantes du deathmatch (en équipe ou chacun pour soi), mais aussi deux autres modes plus intéressants. Le mode démolition consiste à placer une bombe à l'intérieur de la base ennemie et à empêcher vos adversaires de la désamorcer avant qu'elle n'explose. Cela fait un peu penser à du Counter Strike. Quant au dernier mode nommé "Extraction", il fait s'affronter les SEALs et les terroristes avec un enjeu : les otages. Les SEALs doivent tenter de les délivrer tandis que les terroristes les en empêchent. On a donc accès à des modes multijoueurs intéressants qui, malgré les quelques saccades sur certaines cartes, s'avèrent être parfaitement calibrés. Dès lors, on ne peut que regretter l'absence de modes escarmouches dans lesquels on aurait pu s'adonner aux modes multi en solo.

Mon coéquipier est en train de désamorcer une bombe : je dois le couvrir.

C'est du côté du gameplay que les différences avec les versions Playstation 2 se font le plus sentir. En effet, on remarque immédiatement pendant la campagne solo que nous ne disposons que de deux personnages (contre quatre sur PS2). Il y a Sandman, c'est celui que vous contrôlez directement, et Lonestar, auquel vous pouvez donner différents ordres (lancer une grenade aveuglante dans une pièce, suivre, nettoyer une zone, tenir la position...). Hélas, il s'avère souvent qu'il faut donner deux fois le même ordre pour qu'il soit exécuté car notre ami reste parfois bloqué contre un mur. Ces problèmes d'intelligence artificielle touchent aussi les adversaires qui paraissent parfois être sourds. Vous avancez avec grand fracas et ils ne vous entendent même pas. Ils se laissent alors abattre bêtement sans riposter. Un défaut certes désagréable, mais qui n'est pas trop pénalisant pour le jeu vu qu'il est un peu plus bourrin que les opus PS2.

Lorsque les terroristes se rendent, vous pouvez les arrêter.

L'action tient une grande place dans Fireteam Bravo et les développeurs ont choisi de vous faciliter la tâche en adoptant un système de visée semi-automatique. En clair, par une simple pression sur une touche, vous pouvez verrouiller un ennemi pour lui tirer dessus sans avoir à manipuler le stick. Un choix judicieux lorsqu'on sait que la PSP n'en a qu'un seul et que celui-ci est déjà utilisé pour les déplacements. Evidemment, vous ne ferez pas mouche à chaque tir (ce serait trop facile). Pour bien réussir vos shoots, il vous faudra rester immobile un petit instant, et c'est même mieux si vous mettez un genou à terre ou que vous vous couchez. La précision s'en trouvera grandement améliorée avec certaines armes et pour des cibles situé à une grande distance. Une autre petite originalité de Fireteam Bravo est dans sa capacité à communiquer avec le jeu SOCOM 3 sur PS2. Si vous disposez d'un câble USB pour relier les deux consoles de Sony, vous pourrez débloquer des bonus inédits dans les deux jeux. Encore mieux, vous pouvez synchroniser votre avancée dans chacun des deux titres ce qui aura pour effet d'influencer les objectifs de missions que vous aurez à accomplir. Sympathique, même s'il est vrai que dans le cas présent, il s'agit plus d'une fonctionnalité gadget constituant un outil marketing pour que les fans achètent les deux softs. Cela ne doit cependant pas vous faire oublier que ce premier opus de la série des SOCOM à voir le jour sur PSP est un très bon jeu d'action tactique, surtout pour ceux qui comptent goûter au multijoueur.

Les notes
  • Graphique 14 /20

    Les graphismes exploitent plutôt bien les capacités de la PSP et les décors sont variés. Hélas, on remarque quelques saccades dans certains niveaux. Rien de bien méchant cependant.

  • Jouabilté 14 /20

    Etonnamment, la jouabilité ne souffre pas trop du fait que la PSP n'ait qu'un seul stick et ce, grâce au système de visée automatique. Pour ne rien gâcher, les missions sont intéressantes et le level design plutôt réussi. Reste quelques problèmes d'intelligence artificielle qui finissent par agacer un peu au fil des heures.

  • Duree 14 /20

    Les quatorze missions de la campagne solo offrent un challenge intéressant. Quant au multijoueur, il augmente de manière substantielle la durée de vie. Il est simplement dommage qu'il n'y ait pas de mode escarmouche pour que l'on puisse s'essayer en solo aux différents modes multi. Vu la qualité très moyenne de l'I.A., on comprend néanmoins pourquoi les développeurs n'ont pas inclus cette possibilité.

  • Son 15 /20

    Des musiques réussies, des bruitages convaincants et des doublages français de bonne qualité, la bande-son est sans gros défauts.

  • Scénario 13 /20

    Le scénario n'est pas mis en avant et n'a rien de bien original. Pas très grave puisqu'on est là avant tout pour enchaîner les missions.

Cette première version de SOCOM sur PSP n'est certes pas un coup de maître, mais elle est tout de même très plaisante. Grâce à une prise en main revue et corrigée par rapport aux versions Playstation 2, on n'a aucun mal à contrôler son personnage et à donner des ordres à son coéquipier. Bon évidemment, tout n'est pas parfait : l'intelligence artificielle est souvent défaillante, on remarque quelques saccades sur certains niveaux et il manque un mode escarmouche. Cependant, comme la concurrence sur PSP est quasiment nulle à ce jour au niveau des jeux d'action tactique, on ne peut que recommander ce titre aux fans du genre.

Profil de superpanda
L'avis de superpanda
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
21 avril 2006 à 18:00:00
14/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (38)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/ 20
Mis à jour le 21/04/2006 Voir l'historique
PlayStation Portable Action Tactique Sony Zipper Interactive
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (4)
  • Vidéos (2)
  • Images (66)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : SOCOM : U.S. Navy SEALs : Fireteam Bravo sur PSP
    -
    PSP
Boutique
  • SOCOM : U.S. Navy SEALs : Fireteam Bravo PSP
    12.54 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.