Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Samurai Warriors : State of War sur PSP /

Test Samurai Warriors : State of War sur PSP du 28/03/2006

Test : Samurai Warriors : State Of War
PSP

Contributeur

Décidément, les consoles portables ne semblent pas être vraiment adaptées aux attentes de Koei. S'étant déjà fendu d'un Dynasty Warriors risible sur GBA et d'un autre du même patronyme sur PSP, pas beaucoup plus fringant, la société japonaise tente dans une sorte de course désespérée de s'imposer sur ces machines "miniatures". C'est dans cette optique que paraît aujourd'hui Samurai Warriors : State Of War, ultime Cheval de Troie essayant de percer des défenses un peu trop ardues. Va-t-on enfin pouvoir ressentir les mêmes impressions que sur consoles de salon, au sein d'environnements immenses, propices à des batailles rangées ? Eh bien pas vraiment...

Dès les premières minutes de jeu, on se rend effectivement compte que la liberté d'action est une nouvelle fois sacrifiée sur l'autel des possibilités de la PSP. Malgré une capacité tout à fait notable à gérer des polygones d'une façon louable, la portable de Sony semble éprouver quelques difficultés à accepter les décors gigantesques remplis de dizaines et de dizaines de fantassins. Pour le coup, Koei s'est décidé à réintroduire le système bancal du Dynasty Warriors portatif premier du nom, à savoir une progression par cases sur une sorte de carte du terrain "tactique". Des frissons parcourent alors le corps lorsque l'on comprend que l'on va une nouvelle fois être confronté à une action hachée, sans consonance épique et à un principe de jeu longuet et pénible. Fort heureusement, le parti pris est ici moins vaporeux et les joutes s'avèrent tout de même plus équilibrées, intéressant davantage sans fioritures inutiles, ni idées désarmantes. En effet, alors que l'on se contentait auparavant d'avancer bêtement sur un terrain noir, traversé simplement de lignes de direction insipides, nous voici aujourd'hui confronté à un plan bien plus précis, coloré et agréable. Délimitée en diverses cases, rouges pour les ennemis et bleues pour les alliés, la surface de combat s'appréhende comme une sorte de damier sur lequel vous allez devoir gérer votre avancée au tour par tour. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, tout ceci a un petit côté jeu de l'oie, mélangé à du Mario Party ancré dans l'histoire japonaise. Si certains d'entre vous sont toujours là, sachez que ce système permet dans les grandes lignes de gérer son affrontement tel un général devant une reproduction miniature des lieux. Vous voyez donc se détacher deux types d'unités de couleurs différentes. Evidemment, les rouges sont vos adversaires, et les bleues vos compatriotes. Il vous faut donc les déplacer astucieusement en tenant compte du placement de chacun et surtout de vos capacités de mouvement, déterminées par vos performances durant les rixes.

Nobunaga est décidément très classe. Même entouré de textures étranges.

A chaque fois que vous déboucherez sur une case couleur sang, une épreuve s'engagera automatiquement, vous proposant en gros de massacrer des hordes de soldats totalement idiots, et au cas par cas de répondre à certaines conditions. Il vous incombera donc parfois d'exterminer 20 personnes en moins d'une minute, d'assassiner tous les chefs ennemis, ou encore de protéger certaines personnes. Par-delà le fait que ces missions sont d'un classicisme que l'on espérait disparu à jamais, elles s'avèrent surtout votre seule et unique source de déplacements. Pour faire simple, vous obtiendrez un mouvement situé entre 1 et 3 cases suivant le rang obtenu dans vos pugilats, allant de C à A. Bien entendu, plus vous vous déplacez vite et plus vous évitez que vos opposants reprennent des territoires âprement gagnés par vos troupes. Une course à la performance s'opère alors, pouvant néanmoins être plus ou moins contournée par l'utilisation de sorts sur l'espace stratégique. En effet, au gré de vos victoires, vous découvrirez moult objets aux qualités variées, pouvant se révéler par ailleurs particulièrement efficaces. Il vous faudra toutefois faire une nette différence entre des assauts directs sur une unité ennemie, comme un éclair, réduisant la mobilité et causant de lourds dégâts ou encore du poison, laissant l'adversaire mal en point durant un nombre de tours défini, et les items d'apprentissage. Ceux-ci vous donneront accès, sous couvert de votre victoire finale, à diverses compétences dont vous pourrez équiper votre héros, montant de niveau avec lui au fur et à mesure du déroulement du scénario. Dans la même veine, vous dénicherez des armes, directement incrustées de caractéristiques spéciales, ainsi que des gardes du corps influant sur vos points de vie, de musou, de défense, etc.

Voici le déclenchement d'une attaque musou qui va en laisser de nombreux sur le carreau

Une idée de gameplay très intéressante donc, rapprochant le tout d'une sorte de T-RPG allégé. Malheureusement, un jeu à consonance tactique privé d'une stratégie profonde n'est plus vraiment ce qu'il devrait être. Alors que l'on commence à prendre un réel plaisir sur les premiers chapitres de la vie de l'un des clans représentés, on se heurte rapidement à des crises d'imbécillité de la part de nos partenaires, se jetant la plupart du temps dans la gueule du loup sans aucune vergogne. Il est pour le coup vraiment dommageable de ne pas avoir la possibilité de prendre le contrôle de ces fous suicidaires afin de composer de vraies stratégies guerrières sans être obligé de surveiller sans cesse ses arrières et surtout son supérieur, dont la mort signifie l'échec de la mission. Dans le registre des défauts évitables, il est regrettable de ne pas avoir plus scénarisé les étapes d'action, se résumant du coup à du massacre sans âme dans des environnements réduits et peu attrayants graphiquement parlant. Toutefois, Koei, dans sa grande bonté, nous a tout de même gratifié de quelques personnages très dynamiques, effaçant quelque peu la morosité générale. Nobunaga et ses attaques vives et aériennes, Magoichi Saika accompagné de ses armes à feu dont l'utilisation rappelle le style de Dante, ou encore Masamune Date petit et nerveux, donnent un coup cinglant à l'action, se démarquant de leurs compagnons. Toutefois, le principe de ces rixes violentes reste encore et toujours assez limité, même si l'apparition de plusieurs combinaisons différentes ajoutent un peu de renouveau à l'ensemble. Perdant le côté épique qui leur donnait ce petit aspect piquant, les phases de combat perdent nettement en intensité et se fondent assez mal dans le titre, sortes de petits interludes trop rapides, trop frustes et surtout trop frustrants. De fait, et même si l'on ne peut que se réjouir de l'arrivée de notions de tactique parfois dignes d'intérêt, d'un dynamisme relatif et d'éléments de RPG, le fond du soft comporte des lacunes qui ne peuvent lui permettre de prétendre à une place confortable. L'état de guerre s'éteint comme une mèche trop courte.

Les notes
  • Graphique 13 /20

    Subissant bien moins de ralentissements que Dynasty Warriors, Samurai Warriors : State Of War utilise à peu de choses près le même moteur, aboutissant aux mêmes caractéristiques. Du coup, on se voit confronté à une brume tenace au loin, des textures correctes mais assez répétitives, et surtout un sentiment de vide imposant. Toutefois, le nombre d'ennemis affichés simultanément reste très honorable, et les effets lumineux sont comme d'habitude de grande classe.

  • Jouabilté 13 /20

    Tentant le pari osé de reprendre le système tant décrié de Dynasty Warriors PSP, Samurai Warriors parvient pratiquement à remplir ce contrat. En effet, intégrant des aspects stratégiques et une construction générale bien mieux équilibrée, le soft réussit presque à convaincre. Devant le manque de force des phases de combat paradoxalement plus dynamiques et surtout confronté à l'idiotie des troupes alliées, vous déchanterez bien vite. Pourtant, le titre réunit de nombreuses innovations intéressantes dans l'absolu mais pas suffisamment bien utilisées pour se révéler passionnantes.

  • Duree 14 /20

    Les nombreux destins disponibles (sachant toutefois que certains se recoupent), comportant chacun cinq ou six chapitres, vous permettront d'occuper votre temps libre durant de nombreuses heures. D'autant que par le biais du fonctionnement "tactique" du soft, vous devrez passer bien plus de temps que d'habitude à planifier vos actions. Vous pourrez également participer à des batailles libres créant même des incohérences, comme tuer Nobunaga avec... Nobunaga, ou encore au mode VS autorisant des parties à quatre joueurs, ce dernier allonge nettement la durée de vie globale.

  • Son 13 /20

    Peut-être plus synthétique et moins aérienne que celle de Dynasty Warriors PSP, la bande-son se révèle tout de même assez sympathique, brassant des thèmes utilisant des instruments typiques japonais et d'autres beaucoup plus rock et actuels. Elle accompagne suffisamment bien l'action mais ne s'écoute pas vraiment hors de la fureur des combats. Les effets sonores sont quant à eux probants, même si le choc des armes fait toujours un peu plastique.

  • Scénario 13 /20

    Assez courts, les divers scenarii content l'histoire du Japon par le biais d'une nouvelle vision, inédite et assez intéressante. On peut y voir des alliances improbables, comme par exemple entre des clans se haïssant, réunis contre le ténébreux Nobunaga. Cela implique forcément des désillusions, des trahisons et autres intermèdes pas foncièrement joyeux. Moins riche que les productions Koei habituelles, Samurai Warriors innove réellement dans son traitement, ce qui est loin d'être dommageable.

Plus réussi que son homologue narrant la Chine médiévale, Samurai Warriors : State Of War reste néanmoins soumis à des écueils similaires. Bénéficiant d'un habillage davantage travaillé, d'un gameplay enfin acceptable et d'un principe de jeu assez innovant il avait tout pour s'imposer. Malheureusement, des phases de combat dirigistes et pas assez intenses, une I.A détestable et une réalisation en demi-teinte suffisent à lui retirer ce doux rêve de l'esprit. Espérons qu'une suite tenant compte de ces griefs voie le jour. Mais pas trop rapidement, cette fois-ci.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
28 mars 2006 à 18:00:00
12/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/ 20
Mis à jour le 28/03/2006 Voir l'historique
PlayStation Portable Action Stratégie Koei
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (4)
  • Vidéos
  • Images (64)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Samurai Warriors : State Of War sur PSP
    -
    PSP
Boutique
  • Samurai Warriors : State of War PSP
    49.00 € Neuf
    18.00 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.