Menu
Street Fighter Alpha 3 Max
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Street Fighter Alpha 3 Max
PSP
Street Fighter Alpha 3 Max
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 mars 2006 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (30)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.1/20
Tous les prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Ne se décidant visiblement pas à inclure un magnifique 4 après le patronyme de sa célèbre série de jeux de combat, Capcom continue de rajouter des "alpha" par ici, des "hyper" par là et des "supreme tournament power extended beta extreme". Fort heureusement nous avons seulement droit aujourd'hui à un petit et esseulé "max", qui signifie dans ce langage si particulier que le soft est le même que son ancêtre, mais pas trop en fait. Reconnu comme étant l'un des titres majeurs de la saga, Street Fighter Alpha 3 se met donc en tête de venir redistribuer ses mandales enflammées sur la console la plus hype du marché. Que va donner cette union déjà consommée ? Un kimono, un bandeau et on est parti.

Street Fighter Alpha 3 Max

Poussant la 2D dans des retranchements stupéfiants pour l'époque, le premier "vrai" opus à avoir vu le jour sur PSone donnait enfin à apercevoir un souffle nouveau, un dynamisme éclatant reléguant égoïstement les poussiéreux précurseurs. Pétri de nouvelles fonctions et d'une amélioration notable des palettes de coups habituels, Street Fighter Alpha 3 réussit sans peine à convaincre même les plus blasés. Reprenant ces bases on ne peut plus stables et dignes de confiance, cette version Max se permet d'ajouter quelques petites choses plus ou moins sympathiques sans dénaturer à première vue le titre d'origine. Certains frémissent, mais qu'ils se rassurent, la PSP rend un hommage vibrant à l'ambiance particulière qui se dégageait de cet épisode. Sublimant les couleurs chamarrées et tirant la quintessence des dégradés, l'écran de la console de Sony offre un support idéal pour la réalisation léchée du jeu. Chacun des personnages se voit affublé d'une animation difficilement critiquable liant à sa souplesse une sorte de force d'action donnant à ressentir la puissance des coups et le poids des assauts. De plus, les mouvements des décors en arrière-plan, bardés de détails et de clins d'oeil habilement dissimulés, ajoutent un soupçon de vie dans ce tableau déjà magnifique. Les intervenants, plus jeunes et plus "ronds" apparaissent sous la forme de sprites imposants, insérant s'il en était besoin, une couche supplémentaire d'attachement vis-à-vis de l'environnement général, tenant pratiquement du dessin animé interactif. De même, cet opus conserve jalousement le système de combat parfaitement maîtrisé, déjà en fonctionnement en 1999. Intégrant trois styles différents, ce dernier se retrouve donc immaculé dans la version qui nous intéresse aujourd'hui. Se nommant X-ISM, A-ISM et V-ISM, ce trio gagnant donne en réalité la possibilité d'adapter sa manière de se battre à chaque situation et en fonction des préférences personnelles.

Street Fighter Alpha 3 Max
Rose est un personnage très charismatique avec quelques coups fort jolis.
Le premier comporte une jauge à remplir au gré des coups donnés et reçus et permet de libérer un super combo une fois remplie. Le second quant à lui repose en partie sur ce concept, mais demande un peu plus de stratégie. En effet, il possède une barre à trois étapes correspondant chacune à la puissance du coup spécial que vous pouvez effectuer. Si vous comblez la première partie, il vous sera possible de réaliser une attaque spéciale mais de moindre force. Il est donc impératif de jauger ses besoins et de savoir garder ce petit joker dans la manche au cas où. Le dernier propose, lui, de donner accès à une sorte de double de vous-même une fois la jauge chargée à plus de 50 pour cent. A vous ensuite de créer des combinaisons spectaculaires à l'aide de cet allié éphémère. Une richesse combative très intéressante donc, qui tranche nettement avec la propension toujours intriguante de la supériorité des "Ryu-like". Comme auparavant, vous aurez clairement plus de difficultés à terminer le soft sans l'aide d'un guerrier maîtrisant la projection de boules d'électricité, de feu, ou d'autres énergies douloureuses. De même, se retrouver face à un Ken vous tenant à distance à grands coups de munitions énergétiques et vous accueillant à chaque fois par un dragon-punch bien placé dès que vous essayez de l'approcher, a tendance à énerver. Surtout au bout de tant d'années. Qui plus est, et même si le soft peut légitimement être couvert de louanges, il arrive tout de même après un titre révolutionnaire comme Guilty Gear X2. Effectivement, les deux jeux ne sont pas issus de la même console, mais le gameplay de ce dernier s'avère tellement précis et puissant que SF Alpha 3 fait un peu pâle figure. Néanmoins, le plaisir ressenti n'en est que peu amoindri et vous pourrez toujours chercher la perfection acrobatique au sein d'un combat intense. Du moins en principe.

Street Fighter Alpha 3 Max
Le duel classique illustré d'un superbe fond rose, correspondant à un K.O. spécial.
Alors que tout semblait s'imbriquer pour le meilleur, voilà qu'un défaut extérieur vient en effet se greffer maladroitement. Les possesseurs de PSP l'auront compris, le problème se place ici dans la croix directionnelle, véritable instrument de torture physique et psychologique. Vecteur magnifique d'une jouabilité théoriquement fort précise, le soft de Capcom se voit quelque peu malmené par ce pavé maudit. Sortir un shoryuken immédiatement et à plusieurs reprises de suite tient de l'épreuve de force et il vous faudra cette même ténacité pour supporter de ne pas pouvoir maîtriser convenablement vos assauts. Le manque de diagonales bien délimitées se fait cruellement ressentir, et même dans le mode de commandes faciles vous peinerez à retrouver l'aisance d'un vrai stick ou d'une croix bien pensée. On se croirait presque face au légendaire Capcom Vs SNK 2 EO sur Gamecube. Peut-être soucieux de ne pas rester sur cet écueil assez handicapant, le studio japonais a eu la bonne idée de donner aux joueurs des modes de jeu et des personnages inédits. Vous aurez donc droit à la Variable Battle, à la Reverse Dramatic Battle, au VS 100 Kumite ou à la Free Battle. Assez sympathiques, ces principes relancent le challenge et offrent des épreuves plus en accord avec les attentes des combattants en herbe désireux de trouver une quelconque originalité. A vous donc la possibilité de vous battre dans une sorte de "tag battle" limitée dans le premier cas, d'expérimenter le combat à deux contre un sachant que vous êtes celui qui reste seul dans le second, et de tenter de défaire 100 individus d'une seule traite pour finir. Le dernier mode se passe de commentaires, restant une sorte de match rapide sans vraiment d'intérêt. Améliorant encore un peu la durée de vie surprenante pour un titre du genre, ces ajouts permettent de se replonger avec joie dans un des softs marquant de l'époque Psone. Pourtant, on ne peut s'empêcher de regretter que les changements soient si rares et surtout qu'ils ne s'appliquent pas davantage au gameplay.

Street Fighter Alpha 3 Max
Voici la nouvelle formule de la Dramatic Battle vous opposant à deux ennemis simultanément.
Les batailleurs inédits sont quant à eux au nombre de quatre, ce qui nous amène à un total de 37 combattants, un chiffre loin d'être négligeable. D'autant qu'il vous sera encore possible de débloquer trois cachottiers portant les doux noms de Extra Balrog, True Shin Akuma, ou encore Final M. Bison. Une originalité qui laisse sans voix. Heureusement, les vrais petits nouveaux viennent d'horizons différents. Amenant sa dose de candeur, Ingrid, tirée du calamiteux Capcom Fighting Jam, se voit accompagnée de Eagle, Maki et du charismatique Yun, tout droit issus de Capcom Vs SNK 2. Un choix pour le moins étrange, même si Ingrid et Yun se révèlent de très bon compétiteurs, rapides et assez imprévisibles. Même si cela aurait encore véhiculé une sensation de redite, il est dommage de ne pas profiter du monstrueux Evil Ken, pendant réussi de Evil Ryu. Grand adaptateur de ses classiques PSone et Super Nes sur PSP devant l'éternel, Capcom ne réussit encore une fois que partiellement son pari, en donnant accès à un titre très bon dans l'absolu, mais sans suffisamment de nouveautés et de remaniements pour en justifier l'achat immédiat. De plus, les problèmes liés à la croix multidirectionnelle vous feront regretter votre Psone, encore à l'envers dans un coin de votre chambre. En revanche, si vous n'avez aucune console de salon estampillée Sony, foncez, vous ne serez pas déçu.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Encore plus joli que l'original grâce à l'écran de la PSP, Street Figher Alpha donne encore du crédit à la 2D dans un monde cruel qui ne cesse de la rejeter. Fluide, animé avec talent et détenteur d'environnements parfois magnifiques, le titre de Capcom ne cesse d'étonner, même 7 années plus tard. Pourtant, le design manque quelque peu d'imagination et reste un cran en dessous de l'inventivité d'un Dark Stalkers. Un travail général de grande qualité.

  • Jouabilité 13 /20

    Si le gameplay en lui-même se révèle particulièrement intéressant, brassant qui plus est des tonnes de modes de jeu (parfois assez ressemblants il fait l'avouer), il souffre grandement de la présence de la croix de direction de la PSP. Alors qu'il est aisé de trouver un stick ou une manette agréable sur Psone, vous êtes ici coincé face au manque de répondant de ce pavé désagréable. On parvient à s'y faire au bout de quelques heures de jeu, mais vous vous heurterez souvent à des mouvements non désirés. Un écueil dommageable pour un jeu de ce calibre.

  • Durée de vie 16 /20

    Vous allez passer un bon bout de temps à errer dans les modes de jeu avant d'apercevoir les limites du soft. De plus, si vous désirez débloquer les trois personnages secrets et surtout finir le mode World Tour avec plusieurs individus, vous pouvez préparer une bonne semaine de vacances. D'autant que cette version possède un mode sans fil vous autorisant à participer à quatre types de batailles en passant par le système Ad Hoc de la PSP, et ce jusqu'à huit joueurs.

  • Bande son 12 /20

    Les compositions de ce SF Alpha 3 Max ne sont pas vraiment son point fort et s'avèrent pour la plupart assez insipides voire oubliables dans l'instant. Malgré tout, certaines sortent du lot, comme celle du stage de Bison par exemple, et collent bien à l'ambiance de l'environnement. Les bruitages sont quant à eux convaincants et retranscrivent assez bien la force des coups.

  • Scénario /

    -

Comme ce qui s'est passé récemment avec la version PSP de Megaman X, cette adaptation du légendaire Street Fighter Alpha 3 souffre de son support. D'un côté, elle se voit sublimée par l'écran de la portable et de l'autre se voit handicapée par la croix directionnelle insupportable de cette même machine. Tout en gardant sa fureur originale, sa "technicité" et son ambiance accrocheuse, cet opus trouve assez difficilement une justification à l'achat, tant les nouveautés se font rares. Malgré tout, si vous ne connaissiez pas la version d'origine, vous pourriez peut-être vous laisser tenter, notamment pour les combats sans fil.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 mars 2006 à 18:00:00
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (30)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.1/20
Mis à jour le 10/03/2006
PlayStation Portable Combat Capcom
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Battletoads, le Beat'em all fait-il un bond de géant ou de grenouille ? - gamescom 2019
    PC - ONE
  • Preview : Gears 5, le mode Horde fait du neuf avec des vieux - gamescom 2019
    PC - ONE
  • Preview : Still There : Le futur Firewatch de l'espace ? - gamescom 2019
    PC
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce