Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / GoldenEye : Au Service du Mal / GoldenEye : Au Service du Mal sur NGC /

Test GoldenEye : Au Service du Mal sur NGC du 03/12/2004

Test : GoldenEye : Au Service Du Mal
NGC

Contributeur

Dans un souci d'originalité conséquent, je me vois dans l'obligation de commencer ce test par un enjoué et sonnant : "Mon nom est Bond, James Bond". En effet, cette phrase devenue légendaire au gré des rencontres amicales et souvent plus si affinités de notre ami en costume noir, pourrait bien contenir un goût amer dans la gorge d'un certain Goldeneye. Ancien agent au MI-6, ce dernier a provoqué la mort de l'agent 007 lors d'un entraînement en simulateur de combat. Considéré comme impropre aux services de Sa Majesté, ce rebelle dans l'âme décide alors de rejoindre les rangs de Goldfinger, celui-ci lui ayant déjà fait une proposition auparavant. A lui désormais de déclamer : "Au revoir Monsieur Bond !"

Goldeneye. Ce nom résonne aux anciens possesseurs de N64 comme une bénédiction, évoquant dans leur esprit l'appellation du plus fabuleux FPS console jamais créé. Véritable concentré d'accessibilité, d'action intelligente, et surtout de plaisir ludique intense via son mode multijoueur, il demeure une icône quasi intouchable. C'est donc avec un certain espoir et une réelle excitation que les intéressés ont répondu à l'annonce de la sortie d'un opus éponyme sur les machines de salon estampillées seconde génération. On imaginait déjà un gameplay détonnant, une fascination identique, et tout cela soutenu par l'avancée technologique. Le stade ultime du jeu développé à l'époque par Rare, donc. Mais qu'en est-il réellement. Pour ne pas vous gâcher le suspense, indispensable à un bon épisode de James Bond, je ne vous révélerai pas la réponse tout de suite. Et tout comme Bloefeld caressant son chat avec obstination et lenteur, vous n'aurez les révélations qu'une fois bien brossé. Sachez pour commencer, que malgré les apparences, le titre d'EA n'est pas une suite ou une quelconque adaptation des jeux et films du même nom, mais bel et bien une aventure inédite, exposant le point de vue des habituelles cibles des organisations secrètes anglaises, à savoir les méchants, les vilains, bref les bad guys. Inséré dans une organisation mondiale du crime organisé dirigée par Doigt Doré comme diraient nos amis québécois, vous allez devoir lutter, non contre votre ennemi de toujours, mais contre le Docteur No, désireux de subtiliser l'Omen à votre patron charismatique. Cet artefact immaculé est en fait une arme agissant directement sur l'organisme, et le désagrégeant immédiatement en un infinité de particules. Il est donc normal que les barons de la cruauté démocratisée s'y intéressent. Pensé comme une oeuvre cinématographique, Goldeneye projette le joueur dans des situations fortement scénarisées, cherchant un degré d'immersion instantané et intense, un peu à la Medal Of Honor, ou Killzone. Introduites la plupart du temps par des séquences cinématiques à la réalisation technique et artistique de grande qualité, les diverses missions que vous aurez à accomplir s'articulent souvent en plusieurs phases distinctes, découpant un seul et même niveau. Vous aurez par conséquent parfois trois ou quatre objectifs généraux placés en des lieux différents du stage. On subodore de ce fait une durée de vie conséquente et une architecture de jeu intéressante. Néanmoins il n'en est rien.

Il faudra viser précisément pour dénicher certains ennemis bien cachés

En effet, seulement au nombre de huit, les niveaux abordés, et ce même en mode normal, n'opposent pas vraiment de résistance. En partie due à l'intelligence artificielle catastrophique des ennemis, cette progression beaucoup trop rapide nuit grandement à la crédibilité du soft. A croire qu' Electronic Arts, dans sa volonté de proposer une approche cinématographique incontestable, a décidé de se rapprocher également de la durée moyenne d'une oeuvre de cet acabit. N'espérez pas dépasser les huit heures de jeu bien énervé. Au sujet de l'I.A donc, il est plus que dommageable d'admirer en tant que spectateur les idioties répétées de gardes, pourtant sujets à un procédé nommé avec emphase E.V.I.L AI, censé les rendre imprévisibles. Si ce moteur fonctionne dans certains cas, il semble de façon semblable pousser vos opposants à la bêtise la plus totale. Dignes des sentinelles de Metal Gear (je suis fan de la série, je précise), les hommes du vénérable Docteur observent leurs compagnons tomber les uns après les autres, victimes d'un sniper que vous incarnerez, sans émotion. Continuant leur ronde, ces derniers ne remarqueront une différence qu'au bout de trente à quarante secondes. A croire que leur camp d'entraînement se situe aux alentours d'une cave à vin. Mais ce n'est pas tout. Ne reculant devant rien, cette armée de la honte réagit en sus étrangement face à une fusillade. Il vous arrivera parfois de voir un soldat en prendre un second en otage pour vous dissuader de tirer. Sachant que vous êtes venu pour massacrer l'ensemble des guerriers présents, et que ceux-ci sont censés le savoir, j'ai du mal à comprendre l'utilité de cet acte fratricide. Sans compter les kamikazes se jetant sur vous alors que vous êtes armé d'une mitrailleuse lourde. Tout bonnement surprenant. Heureusement que des traits de génie traversent parfois leurs esprits de pixels, les rendant un peu plus dangereux et sournois, dans ces rares moments. Ils ne restent d'ailleurs pas sur place sempiternellement, ce qui change agréablement de Men Of Valor. Un ensemble très déséquilibré. Autre innovation mise en avant, la possibilité de créer une centaine de combinaisons d'armes différentes en utilisant l'opportunité de placer un outil offensif dans chaque main. Un principe à la base digne d'intérêt car résolvant le problème du stock de fusils et autres pistolets inutiles dans l'armurerie portable présente dans l'ensemble des FPS. Le but est alors d'ouvrir un angle de stratégies d'attaques variées, misant sur les spécificités de chaque outil à votre disposition. Malheureusement, on se trouve bien vite face à l'inutilité évidente de la chose. Une fois expérimentée une association digne de confiance et relativement meurtrière, il est difficile de s'en séparer pour se retrouver avec un simple SA 9 mm et quelques grenades. Vous n'aurez par exemple pas réellement d'apport en mélangeant un Mamba 12G et un M-90, lorsque vous avez l'opportunité de posséder un duo de ces derniers. Un aspect purement secondaire et aboutissant de ce fait simplement à un effet d'annonce.

La prise d'otage n'est pas vraiment une action conseillée dans GoldenEye

D'autant que vous dénicherez bien souvent des fusils d'assaut et des armes lourdes, dont vous ne pourrez vous servir qu'à condition d'utiliser vos deux mains. La deuxième main étant de ce fait affiliée à une capacité spécifique de l'engin. Plus puissantes et plus agréables à utiliser, bien qu'aboutissant à des actions moins "classes" durant les échanges de coups de feu, ces instruments prennent le pas sur le principe moteur du jeu. Une lacune tirée hors des flots simplement par le design des armes et les possibilités de certaines. Ainsi le Détonateur, donnant le pouvoir de fixer des mines n'importe où (sur les individus également pour les plus sadiques qui viennent juste d'y penser), ou encore le Fusil EM propulsant une décharge d'énergie passant à travers certains revêtements, ajoutent une part non négligeable de plaisir lors de vos pérégrinations dans les divers stages. Autre particularité du gameplay, la présence du Goldeneye. Oeil bionique remplaçant celui que vous avez perdu dans un combat contre No, il vous octroie quatre fonctionnalités, en suivant votre progression au coeur du scénario. Comprenant l'IRM, permettant de voir à travers les murs, le Piratage, donnant accès à un contrôle sur les panneaux de commandes et pouvant paralyser les armes ennemies, le Bouclier EM, vous protégeant un court moment, et le Champ Magnétique agissant sur votre environnement direct, votre gadget vous sera d'une utilité non négligeable. Seul apport véritablement incrusté habilement dans le titre, la possession de ces "pouvoirs" favorise la mise en place de plans d'actions dissemblables au coeur d'un même assaut. Pourtant, au bout de quelques heures de jeu, vous aurez tendance à oublier la moitié de ces améliorations militaires et ne vous reposerez plus que sur votre valeureux pistolet. Pour finir sur ce sujet, il est somme toute agréable d'avancer dans le jeu, si on ne cherche pas à en comprendre les mécanismes. Mais reste encore l'écueil graphique. A ce niveau, et surtout venant de la part d'une des productions EA, réputées pour leur finesse graphique et le travail incontestable ciblé sur le design, on ne peut être que déçu. Tout d'abord, votre avatar est dramatiquement raide. Ne possédant aucune animation au niveau des bras lors de l'encaissement d'un tir ennemi, au lors d'interactions avec le décor, le sieur Goldeneye paraît digne d'un Terminator en fin de vie. Le plus probant demeurant tout de même le passage entre la position accroupie et celle haute. Violent et très loin d'être naturel, ce mouvement interpelle au début, et amuse ensuite à ses dépends.

Le fusil sniper reste l'une des armes les plus intéressantes du jeu

Dans le même registre, il est extrêmement regrettable de voir des corps disparaître avant même d'avoir atteint le sol. Une fois abattu, vos opposants s'affaisseront donc par le biais d'une décomposition des mouvements limitée, et se volatiliseront ensuite sur le champ. De plus, s'il vous prend d'en lancer un, après l'avoir pris en otage, il évaporera dans les airs, sans même heurter le sol. Tout cela manque pour le fait implacablement de cohérence, et tranche avec un Killzone, bien plus aboutit dans tous les domaines. Et que dire également des visages peu détaillés des intervenants, ces derniers s'écroulant inanimés dès qu'une malheureuse balle les touche à la cheville. Parcourant des dédales aux décors suffisamment interractifs pour combler n'importe quel joueur (les amateurs de pièges au sadisme proche de celui des deux aventures d'Abe seront aux anges), mais proposant des textures relativement moyennes, vous verrez bien souvent ces êtres polygonés vous faire face, esquissant une grimace involontaire. On ressort donc de ce Goldeneye, d'une part sincèrement déçu, et de l'autre assez déstabilisé par une somme de défauts étonnants de la part d'EA. Beaucoup en attendait monts et merveilles, imaginant déjà de folles soirées à découper du James au laser, mais ils se trouveront finalement devant un titre divertissant, mais invariablement poussif et plat. Remettez votre noeud papillon 007. Il y a trop de laisser-aller.

Les notes
  • Graphique 12 /20

    Non que le titre d'EA soit désarmant, mais il est évident qu'il n'a pas subi la même attention que d'autres soft de la société américaine. Exposant des effets spéciaux à base d'explosions, de projections de matières, et de jeux de lumière, Goldeneye semble empreint de très bonnes intentions, et se range immédiatement dans la classe des softs spectaculaires. Mais en poussant un peu l'investigation, on se heurte à des personnages modélisés grossièrement, des environnements certes détaillés mais aux textures peu convaincantes, et des parti-pris désastreux, comme la disparition des ennemis avant même de s'être écroulés. De même, l'aspect robotique de votre avatar ne permet pas une identification aisée.

  • Jouabilté 11 /20

    Le gameplay de ce Goldeneye reste agréable et aisé à prendre en main, mais se perd dans des innovations inutiles et certaines absurdités ludiques. Proposant faussement de varier grandement les approches des divers situations, le titre ne fait en réalité que donner des possibilités au joueur, dont il ne se servira jamais. Les idées de fond demeurent vraiment intéressantes mais restent mal intégrées. Sans nuire à la progression plutôt plaisante dans l'ensemble, elles posent tout de même le problème de la cohérence du jeu. L'I.A quant à elle, très peu probante, ne vous conduira pas forcément à vous servir de ces mêmes pouvoirs et au contraire vous confortera dans un style de jeu inchangé tout au long de l'aventure. Le tout est vite rébarbatif.

  • Duree 12 /20

    L'aventure avance à un rythme très (trop) régulier, et ne pose pas de réels problèmes dans l'aboutissement des diverses missions. Les huit niveaux se terminent asse aisément, et fonctionnent dans l'ensemble sur un schéma identique, ne réservant pas de surprise véritable au joueur. De plus, le mode multi tant attendu ne convainc vraiment pas, et se content de bous ressortir des inspirations classiques, comme le deathmatch et consorts dans des environnements débloquables au gré des épreuves du mode solo. Une déception de plus.

  • Son 14 /20

    Les compositions musicales assez entraînantes, collant bien à l'action disposent de bonnes sonorités et s'avèrent dans l'ensemble travaillées et agréables à l'écoute. Les effets sonores sont quant à eux très crédibles, et permettent de se plonger dès les premiers instants dans les atmosphères mises en place dans le jeu. Enfin, le doublage est d'une qualité notable, et les acteurs sont bien intégrés à leur rôle.

  • Scénario 12 /20

    La trame scénaristique est somme toute très convenue, même s'il est passionnant de se trouver du côté obscur de la force, en voyant le MI-6 d'un oeil (jeu de mot qui n'engage que moi) plus impartial. En revanche la mise en scène joue un rôle non négligeable dans l'immersion du joueur, et permet de se retrouver devant un film interactif. La marque EA.

Très grosse déception, Goldeneye n'est pas la révolution que tout le monde attendait. Simple FPS sans vraiment de saveur, le titre d'EA se place comme un petit jeu divertissant durant un week end, mais pas au prix du neuf. Relativement plat et sans réelle âme, le soft ne parvient pas à convaincre, et n'arrive pas de plus à utiliser à bon escient ses trouvailles. Espérons qu'un prochain épisode corrige ces lacunes et fasse à nouveau resplendir le nom Goldeneye.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
03 décembre 2004 à 18:00:00
11/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (69)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/ 20
Mis à jour le 03/12/2004 Voir l'historique
Gamecube FPS Electronic Arts
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (5)
  • News (19)
  • Vidéos (20)
  • Images (294)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : GoldenEye : Au Service Du Mal sur NGC
    -
    NGC
Boutique
  • GoldenEye : Au Service du Mal NGC
    22.61 € Neuf
    3.70 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.