Menu
Call of Duty : Le Jour de Gloire
  • Tout support
  • NGC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Call Of Duty : Le Jour De Gloire
NGC
Call of Duty : Le Jour de Gloire
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
01 décembre 2004 à 18:00:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (47)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.1/20
Partager sur :

Nous y voilà, les joueurs console vont eux aussi pouvoir goûter à Call Of Duty, comme leurs homologues Pcistes. Dans la veine de Medal Of Honor, on nous promet un spectacle grandiloquent, une mise en scène bluffante et un jeu qui veut toujours autant ressembler à un film d'action, au point peut-être d'en perdre de vue l'essentiel : jouer

Call Of Duty : Le Jour De Gloire

Bon, je vais être franc, moi cette invasion de jeux qui comptent plus sur les scripts que sur l'IA, cette guerre de l'homme contre les triggers tueurs, je commence à trouver ça un poil redondant quand même. Voilà, paf, je l'ai dit. Call Of Duty : Le Jour de Gloire reprend à son compte les principes du jeu déjà sorti sur PC depuis un bon moment. Outre la mise en scène, c'est surtout la présence de 3 différentes campagnes qui distingue le titre de son cousin Medal Of Honor. On incarnera tour à tour des soldats des 3 armées alliées, à commencer par une tireuse d'élite de l'armée soviétique que l'on mènera à la victoire de la bataille de Stalingrad. Viendront ensuite les américains et les anglais. Attention toutefois, fidèle à l'habitude du genre FPS hollywoodien, même avec 3 campagnes, Call Of Duty ne dépasse pas la dizaine d'heures de jeu.

Call Of Duty : Le Jour De Gloire
Chouette, un beau fusil de snipe emmitouflé comme dans le film.
Je ne vais pas une fois de plus expliquer le concept de ce sous-genre du shooter, donc attendez-vous à vivre une expérience cinématographique dans laquelle la moindre apparition ennemie a été calculée en fonction de déclenchements de scripts, de même que les explosions ou le comportement de la plupart des personnages. Le but est de vous en mettre plein les yeux. Et pour ça, le jeu se dote bien sûr de multiples séquences phares pour chaque campagne. Et d'une manière générale, les scènes dites d'anthologie sont, il est vrai, impressionnantes. Dommage qu'elles soient entrecoupées de traversées nettement moins prenantes au milieu de tranchées ou à l'intérieur de bâtiments divers. Pour le reste, on aura droit à la totale, un tour en char, en jeep etc. Bon, mais dans l'absolu, on ne peut pas faire de très gros reproches à la progression du jeu et il y aurait là de quoi se satisfaire pleinement. Seulement en marge, Call Of Duty accumule les défauts agaçants. L'IA en premier lieu est d'une qualité discutable. Vos alliés semblent incapables de faire mouche à une distance réduite et il n'est pas rare de tomber sur un soldat allié et un allemand face à face, aucun n'arrivant à toucher l'autre. Vous-même aurez souvent l'occasion de faire ce genre de rencontre d'un drôle de type. C'est sûr, on se sent en bonne compagnie avec un soutien pareil

Call Of Duty : Le Jour De Gloire
En guise d'ouverture, on a droit à la prise de Stalingrad.
De plus, certaines séquences sont purement et simplement imbuvables. Un bon exemple sera à trouver dans la première campagne, une séance de snipe de 9 minutes qui vous verra protéger une bâtisse d'une horde d'allemands. Trop longue, peu crédible et surtout très gavante quand on se fait tuer bêtement à la dernière minute et qu'on doit alors tout se retaper, y compris la traversée inutile d'une tranchée. On touche d'ailleurs à un autre problème, la mauvaise gestion des checkpoints. Trop distants les uns des autres, ils contraignent à rejouer fréquemment certains passages du jeu, et pas toujours les plus passionnants, car traverser une tranchée en gardant la gâchette appuyée pour dézinguer tout ce qui arrive bêtement en face, on fait mieux. Viser n'est en effet pas très utile ici. Encore une fois, la gestion permissive des dégâts, ce n'est pas nouveau dans ce type de jeu, mais là on va un peu loin quand on découvre que finalement, la fesse gauche est un organe tout aussi vital que le talon droit. Voir un soldat surjouer sa mort façon Actor's Studio après s'être pris une balle dans le talon, voilà qui fait un drôle d'effet. Alors soit, c'était comme ça dans le premier Medal Of Honor, mais avec ce genre d'argument, on n'a plus qu'à tous jouer à Pong.

Call Of Duty : Le Jour De Gloire
Le moteur est plutôt joli.
Le comportement des armes est d'ailleurs étrange. assez faiblardes en vérité et on a parfois du mal à savoir si nos cibles sont neutralisées ou pas (encore merci pour les animations trompeuses qui durent bien trop longtemps sans qu'on sache trop si le type a une crampe ou s'il agonise). Mais à ce niveau, ce sont clairement les grenades qui posent problème. Impossible ici de gérer la distance de jet, et comme elles semblent ne pas avoir de poids, on a bien du mal à savoir où elles vont atterrir dès lors qu'il y a un rebond. Les nombreux passages en intérieur en subissent fatalement les conséquences. Difficile d'être efficace avec ce genre de matériel et on se retrouve à devoir faire le ménage d'une pièce surpeuplée à la main.

Call Of Duty : Le Jour De Gloire
Ah ben voilà, vous êtes bien couvert, bon c'est le dieu script qui vous a dit de le faire mais tant pis.
Call Of Duty : le Jour De Gloire fait réellement preuve de lacunes qui lui sont très dommageables. Du coup l'expérience de jeu finit par consister à avancer en tirant comme une grosse brute sans trop chercher à comprendre, comme un gentil garçon décervelé. De quoi gâcher les efforts fournis pour mettre en scène quelques passages pourtant efficaces, même s'ils sont un peu perdus au milieu d'une progression pas toujours très intense. En dehors de la version GameCube, les déclinaisons Xbox et PS2 proposent toutes deux un mode multijoueur online fort classique qui permettra à 16 joueurs de se taper sur la tête en deathmatch (solo ou en équipe), CTF ou dans un mode Recherche-Destruction assez plaisant. De quoi assurer un petit bonus à un titre un peu bancal. Le Jour De Gloire devrait cependant satisfaire les amateurs du genre s'ils ne redoutent pas un jeu pas vraiment très fin.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Le Jour De Gloire profite d'un moteur très honnête et les modèles 3D sont assez bien détaillés, idem pour les environnements bien que certaines textures manquent un peu de soin et de finition. L'animation des personnages est en revanche peu convaincante, lente, gauche et trop exagérée parfois.

  • Jouabilité 13 /20

    Dans sa progression, le jeu oscille entre de grands moments très intenses et des passages longuets pas vraiment passionnants. L'IA à la rue ou la gestion des dégâts risible accentuent beaucoup trop le côté tir au pigeon du jeu, de même que la portée des armes. Il faut vraiment aimer les jeux ultra bourrins pour accrocher réellement.

  • Durée de vie 13 /20

    10 heures, c'est court, même si le niveau de difficulté est gonflé par un faible nombre de points de sauvegarde. Sur Xbox et PS2, le multijoueur assurera un surplus de durée de vie.

  • Bande son 16 /20

    La bande-son est toujours soignée dans les shooters à grand spectacle, Le Jour De Gloire ne déroge pas à la règle sans pour cela imposer un nouveau standard.

  • Scénario /

Le sous-genre du FPS hollywoodien commence à sérieusement prendre du plomb dans l'aile. Il est vrai que ce nouveau CoD a ses bons moments, mais il faut, pour y accéder, en passer par des séances de jeu banales, énervantes parfois. Mais c'est surtout l'inconsistance de l'IA ou du gameplay en lui-même qui réserve le titre aux moins regardants, ceux qui ne sont pas troublé par le fait de sniper dans les talons.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
01 décembre 2004 à 18:00:00
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (47)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.1/20
Mis à jour le 01/12/2004
Gamecube FPS Activision Spark Creative
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019