Test Fable- Xbox

Xbox

Eté 2001, Peter Molyneux annonçait un nouveau projet de RPG censé révolutionner le genre. Son nom : Project Ego. Trois ans plus tard, le jeu sort enfin sur Xbox sous le nom de Fable, et l'on constate que la plupart des promesses les plus ambitieuses faites par les développeurs n'ont pas été tenues. Cela dit, Fable n'en demeure pas moins un très bon RPG, certes pas révolutionnaire mais suffisamment consistant et novateur pour se dire que ça valait tout de même le coup d'attendre.

Fable

L'idée première de Fable est d'aller dans les fondements de ce qu'on appelle le RPG, ou jeu de rôle, en offrant la possibilité d'incarner un personnage, de sa naissance à sa mort, dont l'évolution découle directement de sa manière de vivre. Un pari qui se traduit concrètement dans le jeu par la possibilité de décider du destin de son personnage à plusieurs âges de sa vie. Certes, on ne peut pas définir son avatar en début de partie puisque celui-ci est prédéfini et imposé, mais cela permet de constater encore plus efficacement les conséquences de son évolution sur son apparence physique, sur son caractère et sur l'opinion que les autres ont de lui. De sa manière de vivre dépend son destin, et libre à vous de marcher droit sur l'étroite route du bien ou de devenir le pire fléau que Fable ait jamais connu. Le principal argument du titre est donc de proposer une aventure unique pour chaque joueur, les probabilités étant quasiment nulles de vivre le jeu de la même manière à chaque nouvelle partie.

Test Fable Xbox - Screenshot 133L'enfance ne constitue que les prémices de l'aventure.

A partir de là, il est évident que Fable met la barre très haut en affichant des ambitions beaucoup plus pertinentes que n'importe quel RPG sorti à ce jour sur consoles. Mais comment cela se traduit-il dans le jeu ? Bien que l'on connaisse l'influence que peuvent avoir les événements vécus par un être humain dans sa jeunesse, Fable s'attarde peu sur l'enfance du héros. C'est avant tout l'occasion d'assister au drame qui le marquera à tout jamais, à savoir le massacre de son village et de sa famille dont il fut le témoin impuissant alors qu'il était encore très jeune. On le retrouve ensuite à l'adolescence alors qu'il fait son apprentissage dans une guilde de guerriers où on lui inculque l'art du combat. Plus tard, l'adulte aguerri qu'il devient passe avec succès le test final de la guilde et se voit octroyer sa première quête. C'est ici que la vraie liberté commence.

Test Fable Xbox - Screenshot 134C'est à la guilde que vous vous verrez confier de nouvelles quêtes.

Notez qu'en termes de liberté, les possibilités ne sont pas aussi étoffées qu'on pourrait s'y attendre. D'abord les quêtes que l'on obtient sont pour certaines obligatoires, ce qui veut dire qu'elles doivent impérativement être menées à bien pour faire avancer la trame principale. Autrement dit, si l'on vous demande d'escorter un groupe de marchands, vous devez vous efforcer de les maintenir en vie en vous pliant aux contraintes imposées par la quête, même si vous avez décidé de faire le mal et que vous préféreriez les jeter en pâture aux démons. A côté de cela, il existe de nombreuses quêtes optionnelles que l'on peut décider de remplir ou non et dans l'ordre souhaité.

Test Fable Xbox - Screenshot 135Ces portes démoniaques donnent lieu à des défis qui permettent d'obtenir des objets rares...

Après, rien ne vous empêche de vous conduire selon votre caractère avec les personnages non joueurs. Il est interdit de faire usage d'une arme dans un village ? Dégainez votre hache et décimez la population si vous n'avez pas peur de vous frotter aux gardes. L'intérêt de la chose, et ce qui rend justement chaque acte réellement important, c'est qu'une telle manière d'agir nuira considérablement à votre réputation et vous fermera les portes des villages alentour. A l'instar du "portrait de Dorian Gray", votre apparence physique se marquera d'ailleurs de plus en plus pour refléter le plus fidèlement possible votre caractère, accentuant votre charisme ou au contraire votre air sournois.

Test Fable Xbox - Screenshot 136... comme cette superbe tunique de Will Dark.

Ainsi, la notion de réputation joue un rôle considérable dans Fable, la moindre de vos actions influant sur votre évolution et sur l'opinion que les autres se font de vous. En affrontant des bandits et en rendant service aux hommes de bien, votre popularité sera gratifiée de diverses manières dans les villages, tandis qu'une conduite malhonnête basée sur les agressions, le vandalisme ou la vulgarité incitera plutôt autrui à vous fermer ses portes. Dans le même ordre d'idées, il est tout à fait possible d'aller faire un tour chez le barbier pour s'offrir une coupe de cheveux décente avant de tenter de séduire une femme qui, si elle ne vous trouve ni trop effrayant ni trop vulgaire, acceptera de bon coeur vos cadeaux et vos propositions de mariage. Vous pourrez alors vous établir dans une maison que vous aurez pris la précaution d'acheter, tout cela pour accroître fortement votre réputation, à défaut d'avoir des enfants. Mais soyez sûr qu'un éventuel divorce vous rapportera son lot de points maléfiques, même si cela ne vous empêchera aucunement de cumuler les conquêtes aux quatre coins du pays ou même de tester vos talents de séduction auprès de la gent masculine. D'ailleurs je me demande si le divorce ne rapporte pas plus de points d'alignement maléfique que le fait de tuer sa femme...

Test Fable Xbox - Screenshot 137Même si vous voulez faire le mal, vous serez obligé de protéger ces marchands pour faire avancer la trame principale.

Mais plutôt que de s'attarder sur des aspects que certains trouveront sans doute futiles, intéressons-nous à présent au système de jeu. On a vu que la progression était architecturée sous forme de quêtes, optionnelles ou obligatoires, mais qu'en est-il du gameplay ? En fait, tout se déroule en temps réel, mais les possibilités d'action étant plutôt étendues, l'interface se traduit par des touches de raccourcis qui permettent de naviguer assez rapidement dans les menus pour choisir tel ou tel type d'action. Honnêtement, on a déjà vu mieux en termes d'ergonomie, mais quelques heures suffisent pour assimiler ce fonctionnement. De cette manière, on peut à tout moment accéder aux différents sorts acquis, choisir son arme, sélectionner un objet ou réaliser les commandes d'action liées aux combats. Les affrontements sont réussis mais ne se renouvellent pas vraiment tout au long du jeu, et ceux-ci demeurent largement perfectibles, les techniques proposées et le bestiaire n'étant tous deux pas très fournis. On peut par ailleurs maximiser l'expérience acquise en réalisant le plus d'enchaînements possibles sans se faire toucher, mais il est indispensable de retourner à la guilde à chaque fois que l'on veut distribuer son expérience dans les aptitudes et les compétences que l'on souhaite développer.

Test Fable Xbox - Screenshot 138Mon héros commence à avoir le visage légèrement marqué par l'âpreté des combats et la dureté de la vie.

S'il est un critère que l'on pourra difficilement remettre en question dans Fable, c'est son aspect graphique. Fort d'une réalisation impeccable, le jeu affiche des environnements particulièrement soignés, un niveau de détails appréciable et une gestion des caméras idéale pour suivre scrupuleusement la transformation physique de son personnage. Des défis optionnels peuvent être l'occasion d'obtenir des équipements plus rares dont les caractéristiques influent sur l'alignement (bon ou mauvais) du héros. Notez bien que l'alignement et la classe du personnage ne se déterminent pas à un moment précis, mais se dessinent petit à petit selon les actes et le style de jeu propre à chaque joueur. De même, l'éventail des actions possibles s'élargit en fonction de la réputation acquise par le personnage.

Test Fable Xbox - Screenshot 139Tout acte de vandalisme se voit sévèrement puni par les gardes.

En fait, les principaux reproches que l'on pourraient formuler à l'encontre de Fable sont les suivants. La quête principale s'avère non seulement courte en comparaison des autres RPG consoles (et je ne parle même pas de Morrowind), mais elle est aussi relativement linéaire. La carte du monde n'est guère étendue et les environnements n'offrent généralement pas vraiment de liberté. Pour donner un exemple, une quête consiste à adopter une démarche furtive pour déjouer l'attention des gardes afin de passer une porte, mais il n'y a qu'un seul rocher derrière lequel il est possible de se cacher, le personnage ne pouvant même pas marcher sur le bas-côté si ce n'est pas prévu dans le jeu. Dans le même ordre d'idées, on ne peut détruire que les éléments qui sont mis en évidence, ce qui souligne assez le peu de liberté offert dans le jeu en termes d'exploration. Outre le système de combat qui s'avère assez perfectible, on aurait également souhaité disposer de davantage de possibilités au niveau des techniques et de l'équipement disponibles. Finalement, si Fable ne constitue aucunement la révolution tant attendue, il reste malgré tout un RPG extrêmement novateur en ce qui concerne l'évolution du personnage et les conséquences de cette évolution sur les PNJ. Pour cela, Fable mérite que tout possesseur de Xbox y jette un oeil avisé, en attendant peut-être une suite susceptible de concrétiser davantage les ambitions des personnes qui sont à l'origine du jeu.

Romendil, le 06 octobre 2004

Les notes

  • Graphismes 18/20

    Fable constitue indéniablement l'un des titres les plus beaux de la ludothèque Xbox. Les environnements sont particulièrement réussis et détaillés, et les caméras permettent de suivre scrupuleusement la transformation physique de son personnage. Les jours alternent avec les nuits, même dans les villages, et le design des personnages ne renvoie à rien de vraiment connu.

  • Jouabilité 15/20

    Les différentes actions possibles étant particulièrement nombreuses, l'interface se fait au moyen de touches de raccourcis qui nécessitent un temps d'adaptation. Les techniques de combat auraient gagné à être plus variées, et les séquences de furtivité ne sont pas réellement optimisées. En dehors de ça, le gameplay demeure très complet.

  • Durée de vie 14/20

    Les quêtes principales et donc obligatoires ne garantissent pas une durée de vie aussi longue que ce qu'on est en droit d'attendre d'un RPG de cette envergure, mais le fait que chaque partie soit différente incite à recommencer l'aventure. De plus, les quêtes annexes sont nombreuses et récompensent le joueur avec des items rares et souvent très utiles. Il existe ainsi une douzaine de portes démoniaques dans le jeu dont le défi consiste à venir à bout d'une horde d'ennemis, tandis qu'on peut également dénicher des clés pour ouvrir certains coffres scellés à triple tour.

  • Bande son 16/20

    Fable bénéficie d'un excellente bande-son que l'on doit au célèbre Danny Elfman, compositeur attitré de Tim Burton. Concernant les voix, nous n'avons pu juger que du doublage anglais proposé sur notre version test, mais celles-ci étaient réussies bien que peu renouvelées, notamment au niveau des ennemis.

  • Scénario 16/20

    La note concerne uniquement la trame principale, mais le joueur est ensuite libre de construire son personnage comme il le désire et de l'orienter aussi bien du côté du mal que du côté du bien. Le fait de suivre le héros à plusieurs âges de sa vie rend l'aventure très prenante, même si les quêtes manquent globalement d'originalité.

  • Note Générale16/20

    Si vous vous attendiez à ce que nous créditions le tant attendu Fable d'une note faramineuse, sachez que celui-ci n'est pas exempt de défauts et qu'il ne faut pas s'attendre à quelque chose d'aussi révolutionnaire que ce qui était annoncé. Si l'aventure est très intéressante, surtout à travers l'aspect évolutif du héros et les implications dues à la manière d'agir du joueur, sa durée de vie n'est pas à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'un RPG aussi ambitieux, même si le fait que chaque partie soit différente incite à recommencer plusieurs fois la quête. Quoi qu'il en soit, Fable n'en demeure pas moins un titre incontournable sur ce support.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Microsoft
  • Développeur : Lionhead
  • Type : Jeu de Rôle / Action
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 8 octobre 2004
  • Version : Textes et voix en français
  • Classification : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Existe aussi sur :
    Fable - Xbox 360
  • Similaire à :
    Sudeki
Mots-clefs : Project Ego

Vidéos

Voir les 6 vidéos de Fable