Menu
Sphinx et la Malédiction de la Momie
  • Tout support
  • PC
  • Switch
  • Mac
  • NGC
  • PS2
  • Xbox
  • Linux
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Sphinx Et La Malediction De La Momie
NGC
Sphinx et la Malédiction de la Momie
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 février 2004 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (19)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Partager sur :

Sphinx Et La Malediction De La Momie est un titre intelligent et plutôt surprenant. Intelligent car si au premier coup d'oeil on pourra se dire que nous sommes devant un énième jeu de plates-formes, ce n'est pas vraiment le cas. Surprenant car mûrement pensé en amont et proposant ainsi au joueur des phases d'action, difficiles mais faisables. Ce mix entre plates-formes et énigmes étonne donc et si plusieurs défauts émaillent le soft, ce dernier pourrait cependant ravir vos cellules grises et vos biscotos de brute épaisse.

Sphinx Et La Malediction De La Momie

Je plaide coupable. Quand je m'étais essayé au titre lors de la Games Convention 2003, je n'avais pas été plus emballé que cela pensant me retrouver devant un jeu de plates-formes des plus classiques, graphiquement stable mais manquant singulièrement de charisme et d'originalité. Quelques mois plus tard, et surtout avec plusieurs heures de jeu au compteur, le constat est tout autre et c'est ainsi que je me dis que la première impression n'est pas toujours la bonne. Le titre de THQ est bien ponctué de plusieurs phases de plates-formes où sauts et pièges à éviter sont légion mais le soft s'articule en grande partie sur la complémentarité de deux héros et une approche différente du jeu de plates-formes où les énigmes (exigeant réflexes, oeil averti et concentration) accapareront l'attention du joueur. Sphinx Et La Malediction De La Momie est donc clairement à destination des joueurs aimant tout ce qui se rapporte aux séquences de voltige et aux combats mais aussi à de multiples problèmes devant être résolus pour avancer dans une aventure orientée cartoon.

Sphinx Et La Malediction De La Momie
Ce beau couché de soleil ne sera pas pour autant synonyme de repos.
A ce sujet les influences sont multiples dans Sphinx mais la plus évidente est sans conteste The Legend Of Zelda : The Wind Waker et là certains pourront même parler de plagiat à certains niveaux. Nous retrouvons ainsi pèle-mêle des clins d'oeil plus ou moins anecdotiques (comme les bruitages audibles quand Sphinx frappe un ennemi avec son épée ou quand votre héros ouvre un coffre à trésor, ceci se faisant sous couvert de mêmes plans de caméra et d'effets spéciaux visibles dans le hit de Nintendo) ou plus visibles comme le système de quête à remplir ou encore l'utilisation de plusieurs armes en passant par une vue subjective (même si ce point, je vous l'accorde, n'est absolument pas l'apanage du titre de Miyamoto). L'aventure vous permettra ainsi de diriger tantôt Sphinx, tantôt La momie, alias Touti, alias Toutankhamon, un jeune prince tombé dans un traquenard fomenté par son propre frère. Les deux personnages évolueront de manière séparée même si leurs destins seront intimement liés, l'un devant aider l'autre et vice et versa.

Sphinx Et La Malediction De La Momie
La Momie dans toute sa décrépitude.
A vous dès lors de partir à l'aventure dans l'Egypte ancienne pour découvrir des personnages hauts en couleurs, des monstres servant le dieu du mal, Seth, à vous les pièges terriblement vicieux à éviter, les énigmes perverses à déjouer. Oui il est clair que ça ne va pas être une partie de plaisir et c'est bien là le premier point sur lequel je voudrais insister. Sphinx est en effet un titre particulièrement coriace pour celui ou celle qui voudra le boucler le plus rapidement possible. Alors que vous disposez de trois Ankhs remplis d'énergie au début de l'aventure, chaque faux pas vous fera perdre un quart de vie, ou plutôt un quart d'Ankh. Vous pourrez bien sûr récupérer de la vie mais ne comptez pas trop là-dessus sachant que c'est plutôt rare, ou obtenir de nouvelles Ankhs pour augmenter votre vitalité mais sachant que c'est encore plus rare je ne vais pas vous faire un dessin en vous disant qu'il faut se montrer particulièrement prudent et agile en parcourant le jeu. Les sauvegardes se comptent également au compte-goutte et si vous pouvez toujours revenir à un ancien point de sauvegarde, ceci vous oblige souvent à vous retaper un niveau et les passages de plates-formes associés, un peu crispant. Bon, disons que si vous avez un peu de volonté, vous avancerez tranquillement mais encore une fois entre les passages de pures plates-formes qui sont parfois peu évidents (surtout au niveau des sauts qui demandent un temps d'adaptation) ou les endroits où il vous faut découvrir un rebord bien caché sur lequel vous pouvez vous agripper pour poursuivre (et là je sais de quoi je parle !!), vous aurez parfois l'impression d'être bloqué alors que la solution est toute proche. Sans palabrer pendant des heures, disons que j'ai vraiment été charmé par le côté parfaitement équilibré du titre qui joue avec une justesse millimétrée sur le rapport plates-formes/énigmes/combats mais là je me répète, mea culpa.

Sphinx Et La Malediction De La Momie
Superbe...
Une fois de plus, si on se fie à l'environnement du premier niveau (un canyon), la déception est de mise d'un point de vue graphique. Ce n'est pas si vilain que ça mais ça manque d'originalité et de...peps. C'est seulement une fois arrivé dans le palais de Toutankhamon que vous pourrez découvrir quelque chose d'un peu plus évolué même si le tout reste assez conventionnel en terme de technique pure. Le jeu dispose malgré tout d'une magnifique ambiance (via divers décors comme celui d'un temple, d'îles habitées, de camps de bédouins...) et plus on avance et plus on se dit que finalement une aura exotique et charmante vaut bien un décor détaillé et peaufiné dans les plus petits détails. Si j'osais je comparerai Sphinx à Prince Of Persia : Les Sables Du Temps qui misait également avant tout sur une ambiance de conte perse (nonobstant une réalisation exemplaire) pour charmer le joueur. Bref, si l'Egypte ne vous livrera pas tous ses secrets au travers de ce titre, le mélange Hanna Barbera (la démarche et la maladresse dont fait preuve La Momie singe celle d'un Sammy ou d'un Scooby-Doo), The Legend Of Zelda donne au jeu une ambiance cartoon, teintée de mysticisme, des plus surprenantes d'autant que cet aspect est réussi et donne au jeu un cachet incontestable. Cette atmosphère est d'ailleurs présente dans la bande-son. Entre de superbes musiques arabisantes et des bruitages réalistes ou appuyés, le ton est donné et le joueur ne peut qu'être conquis pour peu qu'il sache ce qu'il vient d'acheter.

Sphinx Et La Malediction De La Momie
J'ai eu très chaud...Rien ne sert de courir dans Sphinx.
A ce stade, Sphinx est des plus alléchants mais malheureusement le gameplay vient un peu nuancer le tout. Passons sur le manque de mouvements et la souplesse toute relative de ces derniers pour s'arrêter sur le maniement des personnages. Alors que la momie et Sphinx disposent d'aptitudes particulières et spécifiques qui leur permettent de ramper, longer des rebords, grimper, nager, se battre, le maniement est quasiment similaire. Le Sphinx étant prédisposé pour les combats ou les efforts physiques, ce dernier usera d'armes (épée et sarbacane disposant de plusieurs types de flèches) et sera à même de produire un plus gros effort en se balançant de corde en corde, en grimpant à des murs, en effectuant des doubles sauts, en tirant de lourds objets. Il aura également la possibilité d'acheter (après avoir récolté des scarabées d'or cachés dans la plupart des jarres, tonneaux, vases jalonnant les niveaux) des insectes qu'il pourra lancer sur des monstres affaiblis afin de capturer ces derniers pour les utiliser plus tard lors d'affrontements. La Momie, elle, pourra user de pouvoirs grâce auxquels elle pourra se scinder en trois entités, devenir aussi fine qu'un papyrus, ou bien prendre feu, devenir électrique, se transformer en fumée ou en chauve-souris. On sent donc ici que de nombreux défis devront être résolus en usant de sa matière grise pour trouver comment utiliser judicieusement les pouvoirs à votre disposition. Il est quand même dommage de constater que les angles de caméra se bloquent parfois dans des endroits confinés (comprenez que vous ne pourrez pas régler manuellement l'objectif dans ces moments-là) et que certains sauts (quand vous devez attraper une corde, une liane) ne tolèrent aucune marge d'erreur. C'est surmontable mais ces soucis empêchent d'être totalement à l'aise.

Voilà, je pense vous avoir parlé de l'essentiel, et finirais ce test en portant Sphinx Et La Malediction De La Momie au rang de très bonne surprise et d'agréable expérience ludique. Le jeu est assez difficile, mais sa construction basée sur trois types de jeux (puzzle-game, plates-formes et aventure/action) est une bonne idée qui amène son lot de challenges, de passages pleins d'humour et de rebondissements. Le titre possède des défauts mais comme ceux-ci ne nuisent pas énormément à la progression, vous auriez tort de vous priver de ce soft des plus enchanteurs.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Les décors sont imbibés d'une réelle ambiance féerique qui leur confère une beauté mystique à défaut d'une beauté plus technique. Le ton cartoon sied d'ailleurs parfaitement au soft. Une symbiose réussie de poésie et de comédie.

  • Jouabilité 13 /20

    Le menu d'action rapide vous permettra d'attribuer un objet au bouton voulu et ce en passant par l'inventaire où vous trouverez des informations sur votre périple dont notamment un journal de quêtes. Quelques petits problèmes de caméra viennent parfois troubler des sauts (qui par ailleurs ont du mal à tolérer une marge d'erreur) dans des endroits confinés et pendant les combats où il faudra constamment user du stick droit pour bouger la caméra à 360°. Après, on se fait très rapidement à la maniabilité et le joueur n'en rentrera que plus aisément dans l'aventure.

  • Durée de vie 15 /20

    Plusieurs bonus sont à débloquer et la difficulté du titre est bien réelle que ce soit au niveau des énigmes ou des passages de plates-formes. On dispose de peu de points de sauvegarde (qui sont assez espacés) et il faudra parfois avancer à tâtons pour éviter un malencontreux accident ou tout simplement trouver la solution à une énigme.

  • Bande son 13 /20

    Les musiques sont un peu effacées mais de bonne qualité et beaucoup de bruitages renvoient à Zelda Windwaker surtout durant les combats ou lors des petites parlotes où les personnages ne produisent que des borborygmes, ce qui est très frustrant.

  • Scénario 13 /20

    Un jeu délirant mais qui respecte la mythologie égyptienne par le biais d'un scénario, certes conventionnel, mais possédant de nombreux passages plutôt drôles.

Mélange d'aventure/action, de plates-formes, le tout étant saupoudré d'une bonne couche d'énigmes, le titre de THQ est un bon divertissement qui lorgne du côté de nombreux hits pour créer une alchimie à la fois étonnante et concluante. Des petits problèmes de caméra et de maniabilité feront un peu d'ombre à l'entreprise qui se veut malgré tout louable et jouable.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 février 2004 à 18:00:00
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (19)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Mis à jour le 26/02/2004
Gamecube Action Plate-Forme THQ Eurocom
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019