Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Baldur's Gate : Dark Alliance 2
Xbox

En grand adorateur devant l'éternel de Baldur's Gate et de Diablo, je ne pouvais qu'attendre comme le messie Baldur's Gate Dark Alliance, et je ne fus point déçu puisque les développeurs de cette oeuvre réussirent tout simplement le mariage parfait entre RPG et hack'n slash. Deux ans après avoir repêché cette perle rare dans l'océan vidéoludique sur lequel nous voguons chaque jour, les ménestrels de Black Isle mettent à nouveau à la mer leur dernière création qui n'est autre que la suite directe du premier Dark Alliance. Et pour l'avoir à nouveau attrapée dans nos filets, nous pouvons vous dire que si la densité de cette nouvelle perle est moins profonde, la surface n'en est pas moins toujours aussi polie.

Commençant là où Baldur's Gate Dark Alliance s'était arrêté, le second épisode de la saga replonge à nouveau dans les Royaumes Oubliés pour nous conter une aventure dont vous serez le héros. Néanmoins que ceux qui n'ont pas encore eu la chance de goûter à ce mets délicieux qu'est Baldur's Gate Dark Alliance se rassurent puisqu'il n'est pas indispensable d'avoir vécu la première aventure pour savourer pleinement la seconde. Il est certain que les aventuriers de la première heure retrouveront avec délectation tout ce qui a fait le succès de BGDA en s'imprégnant d'une ambiance à nulle autre pareille, en humant des fragrances délicates dispensées par cette composition parfumée, en esquissant un sourire à l'approche d'une rude bataille vous donnant en pâture à des dizaines d'orcs affamés mais je suis persuadé que les béotiens en la matière ne pourront qu'à leur tour succomber tant BGDA II est lui aussi, avant toute chose, une question de connexion avec un jeu qui plus que jamais cherche à vous attirer par tous les moyens !

Choisissez bien vos aptitudes avant d'aller au combat.

Pour en revenir au scénario, si vous entrapercevrez lors de l'introduction du titre : Van, Kromlech et Adrianna, les héros du premier opus, vous aurez le plaisir de découvrir cinq nouveaux combattants, en l'occurrence un barbare humain, une moniale elfe noire, un elfe nécromancien, un roublard nain et enfin un prêtre humain. Il va de soi que tous ces personnages possèdent des caractéristiques propres et votre choix déterminera votre façon de jouer. Par exemple le nécromancien ne pourra pas porter des armures aussi lourdes que le barbare, frappera moins fort mais en contrepartie récupérera beaucoup plus vite sa magie ce qui lui permettra de lancer plus de sorts ou d'invoquer plus rapidement des créatures. Cet état de fait est bien entendu valable entre tous les personnages et si l'aventure proposée à cet épisode semble être relativement courte (comme celle de BGDA) il sera intéressant de reprendre le jeu en changeant de personnage ou de niveau de difficulté. En parlant de ceci, et bien que nous soyons dans un pur hack'n slash, ne croyez pas qu'il suffira de foncer tête baissée devant vos ennemis pour en venir à bout. Bien sûr le gros du travail va être d'arpenter de vastes niveaux en menant à bien diverses missions, en récoltant armes, pièces, armures et potions et affrontant des centaines d'ennemis mais si le parcours de l'aventure semble linéaire, tout tracé, il faudra parfois faire preuve d'un peu de retenue et de jugeote.

Baldur's Gate vous offrira de nombreuses missions.

Le premier BGDA instaurait déjà cet aspect de choses et obligeait le joueur à prendre son temps. BGDA II poursuit dans cette voie et vous devrez entre autre exemple préparer soigneusement vos armes et vos sorts avant d'attaquer un camp fortifié où vous attendent par exemple une vingtaine d'archers. Si vous décidez de partir directement à l'assaut vous ne résisterez pas plus d'une minute à moins d'avoir des dizaines de potions de soins. Inutile de vouloir booster votre personnage puisque les ennemis ne réapparaissent pas ce qui amène donc une difficulté parfaitement progressive, le niveau de vos adversaires étant plus ou moins proportionnel au vôtre. Ceci étant si votre barre de vie baissera rapidement en étant touché par vos adversaires ( encore plus si vous veniez à être empoisonné, brûlé, etc.), vous devrez par exemple abattre quelques ennemis, rebrousser chemin et attendre que votre barre de vie remonte puis repartir à la bataille, long mais efficace. Il faudra également choisir votre arme en fonction du type d'ennemis, une arbalète étant plus efficace qu'une dague contre une chauve-souris, une épée plus menaçante qu'une lame contre un gobelin, un sort de feu plus meurtrier qu'une arme blanche pour ce qui est des araignées géantes. Je pense aussi au fait que certains monstres n'aient pas leur pareil pour vous voler vos armures, ce qui vous obligera à ranger votre cotte de maille dans votre inventaire et à vous battre torse nu. Bref, tout ce qui avait fait le succès du premier BGDA est toujours présent et si nous ne retrouvons que peu de nouveautés, la façon dont le titre a été pensé est parfaite, reposant sur des affrontements jouissifs, une ambiance indescriptible et un gameplay tout à la gloire de cette grande série.

5 nouveaux personnages aux caractéristiques bien spécifiques.

Et justement, en ce qui concerne les décors qu'offrent BGDA II, disons que si les thèmes ne sont pas des plus nouveaux, le titre est tout aussi beau que son prédécesseur, le contraire eut été étonnant. Si la surprise n'est donc pas au rendez-vous, l'émerveillement, lui, aura toujours sa place et ce même si il nous semblera remonter le temps en parcourant à nouveau des cavernes baignant dans une obscurité opaque perturbée par quelques torches à la lumière diffuse, des villages bourdonnant de vie, des vallées verdoyantes, etc. Les effets spéciaux sont une fois de plus de qualité, tout comme une gestion de la lumière qui insuffle une vie à plusieurs endroits où seule la mort a sa place, paradoxe troublant et pourtant bien présent. Les nouveaux combattants se meuvent avec beaucoup d'aisance, leur design est des plus réussis et les hordes d'ennemis qui vous assailleront sont du même acabit, même si sur ce point nous retrouvons également plusieurs adversaires du premier épisode. L'autre choix artistique du soft, qui est une de ses forces principales, est son absence ponctuelle de thèmes musicaux. Ici ce sont les bruitages qui volent la vedette aux musiques, que nous retrouvons par ailleurs à plusieurs endroits, lors des combats contre des boss entre autres. Pour tout dire, je trouve que le travail sur le son est tout bonnement prodigieux. Cela amène une immersion totale (et c'est une personne qui a joué jusqu'à 2 heures du matin hier qui vous le dit) et il est merveilleux d'entre un simple souffle de vent filant entre les pierres d'un mur, le choc d'un marteau contre une enclume jouant avec un écho pour parvenir jusqu'à nous, des râles de monstres dans le lointain, des gouttes d'eau s'écrasant avec force contre le sol...magique. Les musiques sont de très bonne qualité mais ne parviennent vraiment jamais à se hisser au niveau des bruitages. Concernant le doublage français, autant certaines voix sont pleines de neutralité, d'autres sont trop appuyées et caricaturales, autant certaines voix sont exquises. Il m'a d'ailleurs semblé reconnaître le doubleur de l'ami Gollum à certains moments ! !

Les loups sont des plus dangereux quand ils sont en bande.

Passons au système de jeu qui ne bouge pas d'un iota, ou presque. Les sorts sont toujours aussi facilement accessibles en plein combat (via la croix directionnelle), le système d'action rapide qui permet d'utiliser une potion de soins ou de mana via une pression sur le bouton noir ou blanc refait surface et nous trouvons cette fois trois configurations d'armes (contre deux dans BGDA). La progression de vos personnages se fera via un gain d'expérience et à mesure que vous gagnerez des niveaux, vous pourrez obtenir de plus en plus de techniques en dépensant des points acquis à chaque montée de level. Libre à vous après ça de choisir entre un sort d'attaque, une technique vous permettant d'endosser des armures plus lourdes ou un sort vous octroyant un déplacement plus rapide. Il est agréable de constater que les techniques et sorts accessibles, et disponibles à plusieurs degrés de puissance, sont en plus grand nombre dans BGDA II et il vous faudra de la patience pour tous les voir sachant que les sorts les plus puissants demanderont davantage de points pour être acquis. Il est aussi reposant de constater par exemple qu'un squelette invoqué sera assez résistant pour occire plusieurs ennemis avant d'être à son tour détruit. Bon, certes l'IA dudit squelette est parfois moyenne (quand ce dernier se retrouve par exemple devant des caisses avec des ennemis derrière, il ne fera pas forcément le tour de celles-ci pour taper ses adversaires et restera bêtement en attendant d'être annihilé) mais dans l'ensemble le sac d'os s'en sort bien. Les niveaux des sorts ou invocations ont été étudiés et quelques nouveaux pouvoirs sont bien utiles comme celui grâce auquel vous pourrez "charmer" certains ennemis ou utiliser les pouvoirs de la nature. Enfin, précisons que vous n'aurez désormais droit qu'à une bourse commune quand vous jouerez à deux joueurs (merci à Kedric de m'avoir fait remarquer cet oubli !). Ceci est une très bonne idée puisque comme ceci, vous ne vous chamaillerez plus pour savoir qui ramassera l'or afin d'acheter la dernière armure à la mode.

Les armes de jet sont très utiles quand vous ne possédez plus beaucoup d'énergie.

Et puisqu'un long discours ne vaut pas une manette en main pour se faire sa propre opinion, je m'arrêterais là. Je finirais en précisant que Baldur's Gate Dark Alliance II, à défaut d'apporter de réelles nouveautés n'en est pas moins la digne suite de BGDA. Riche, graphiquement hallucinant, maniable, non dénué d'humour (il faut entendre l'elfe vociférer "Que les ombres emportent le joueur qui me laisse moisir ici" ou encore "Je pourrais utiliser ce temps pour étudier" lorsque vous ne le dirigez plus pendant quelques secondes), le titre de Black Isle sera le compagnon de route de vos nuits blanches et vous occupera bien plus de temps si vous réussissez à trouver un ami, chanceux, pour découvrir une fantastique épopée où la magie n'a jamais côtoyé d'aussi près la barbarie et le choc des épées.

Les notes
  • Graphique 17 /20

    Des décors travaillés, minutieux, une gestion de la lumière hallucinante, de nombreux sorts qui font mouche. Oui BGDA II reprend la trame graphique du premier épisode mais la beauté des environnements vous fera une nouvelle fois succomber.

  • Jouabilté 16 /20

    Un système rodé et ayant fait ses preuves. Pas un ralentissement est à signaler, les menus d'action rapides sont une fois encore très pratiques (hormis celui pour changer de configuration d'arme, en bougeant, difficile d'accès via la croix directionnelle sachant qu'on dirige son personnage avec le stick gauche), la vue est claire, précise et dispose d'un niveau de zoom. De l'excellent travail.

  • Duree 13 /20

    L'aventure semble assez rapide à terminer, cependant comptez au moins autant d'heures que pour BGDA. Par contre si vous décidez de commencer en mode Normal, vous aurez fort à faire la difficulté du titre étant bien présente. Enfin le mode deux joueurs, prenant et monstrueusement fun, rallongera la durée de vie.

  • Son 16 /20

    Des thèmes musicaux de bonne facture, un doublage français naviguant entre le moyen et le bon et des bruitages qui à eux seuls boostent la note de façon phénoménale. Il est en effet surprenant d'entendre des petits riens (coups d'épée, barils qui se brisent, cris de monstres) apportant autant de force à ce titre où votre aventure sera plus que jamais rythmée par des bruitages d'ambiance de haute volée.

  • Scénario 15 /20

    Un scénario qui bénéficie d'un univers arrivé à maturité où les forces du mal fomentent des plans visant à une suprématie totale. L'originalité laissera sa place à une impression de déjà-vu mais il sera très plaisant de retrouver un background féérique où elfes et trolls ne sont que des pions sur l'échiquier géant d'une destinée maléfique.

Honnêtement, je me fiche complètement que BGDA II apporte peu de nouveautés par rapport au premier épisode. Ce nouvel opus est au niveau de son aîné en termes de graphismes et de maniabilité, l'aventure est aussi, voire encore plus prenante, cinq nouveaux combattants font leur apparition, tout comme les environnements et quelques sorts et l'immersion est une fois de plus totale. Une séquelle de qualité, à l'ambiance indescriptible, qui consumera tout votre temps libre !

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
06 février 2004 à 18:00:00
16/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (17)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 06/02/2004 Voir l'historique
Xbox Action RPG Hasbro Interactive Black Isle Studios
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (2)
  • News (7)
  • Vidéos (10)
  • Images (95)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (3)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Baldur's Gate : Dark Alliance 2 sur Xbox
    -
    XBOX
Boutique
  • Baldur's Gate : Dark Alliance II XBOX
    54.90 € Neuf
    11.58 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.