Menu
Dragon Ball Z : Extreme Butôden
  • 3DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire
3DS
Dragon Ball Z : Extreme Butôden
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
14 octobre 2015 à 12:49:51
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (46)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Fnac Marketplace 3DS 15.00€ Amazon 3DS 76.49€ Amazon 3DS 79.95€ Amazon 3DS 249.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Peut-être plus discrète que la sortie de Dragon Ball Xenoverse, le dernier gros titre dédié aux aventure de la bande à Goku, Dragon Ball Z Extreme Butoden n'en est pas moins surveillé par les amateurs de jeux de combat, et donc par les fans de l'oeuvre d'Akira Toriyama. Il faut dire qu'on retrouve aux commandes une équipe de spécialistes des jeux de combat : Arc System Works, à qui l'on doit deux grandes séries du VS Fighting en 2D, Guilty Gear et BlazBlue. Et l'attente ne fut pas vaine, même si certains seront peut-être un peu déçus.

Notre vidéo-test de Dragon Ball Z Extreme Butoden

Ce n'est pas la première fois qu'Arc System Works s'attaque à Dragon Ball Z. Certains le savent, en 2004 ils nous offraient déjà Supersonic Warriors, sur GBA, qui avait été suivi d'un épisode deux quelques années plus tard, cette fois sur DS. Et c'est donc sur console portable que les développeurs japonais font leur grand retour. Avec, cette fois encore un positionnement assez particulier. Rappelez-vous, les Supersonic Warriors détonnaient à l'époque : précurseur de la série des Tenkaichi, dont le premier épisode sortira un an plus tard, le premier titre Dragon Ball d'Arc System Works misait avant tout sur la mise en scène et un gameplay hyper-dynamique, quitte à perdre en technicité. Les combattant virevoltaient, s'envoyaient super-attaque après super-attaque, et échangeaient les coups à une vitesse... supersonique, oui, comme l'indiquait très justement le titre du jeu. Avec Extreme Butoden, l'approche est cette fois différente : proposer un titre toujours aussi dynamique, mais plus technique. Forcément, il a fallu faire quelques concessions.

Un système de combat efficace... mais répétitif

Extreme Butoden évite les fantaisies à la Xenoverse et se concentre sur la chose la plus importante dans un jeu Dragon Ball : les combats. Si au démarrage, tout cela fleure bon le VS fighting en 2D assez classique, on comprend rapidement que le jeu n'est pas un BlazBlue avec un skin Dragon Ball : le nouveau bébé d'ASW se prend en main très, très facilement, et les combos sortent avec une facilité presque déconcertante. Vous rappelez-vous vos premières heures de jeu sur Tekken 3, lorsqu'après avoir réussi quelques combats avec Eddy Gordo, vous aviez eu l'impression d'être le meilleur joueur du monde ? C'est un peu la même chose ici.

Les adversaires se rendent coup pour coup

Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faireDragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire

Seulement voilà, à l'époque vous ne le saviez peut-être pas, mais la vérité, c'est que vous étiez tristement nuls (sans vouloir vous offenser), et c'est un peu la même chose ici : au premier combat contre un adversaire un peu coriace, vous allez vite déchanter. C'est donc là que l'on se force à apprendre les petites subtilités du jeu. Coups faibles, coups forts et projection de Ki (Y, X et A) vous serviront pour la majorité de vos enchaînements, mais il ne faudra pas oublier pour autant les gâchettes et le bouton B. Avec leur aide, vous pourrez réaliser contres, esquives et attaques à distance, ce qui devrait vous permettre de désamorcer bon nombre de situations apparemment verrouillées.

Et lorsque l'on enchaîne les combos, que l'on projette son ennemi dans les airs pour finalement lui envoyer dans les gencives sa plus puissante attaque (Genkidama, Super Ghost Kamikaze Attack, Makankosappo, etc), après avoir placé au bon moment une belle esquive, ou un contre au moment opportun, on se sent plutôt fortiches, pas de doute. Le jeu réussit à retranscrire, malgré la 2D et les limitations d'un écran aussi petit que celui de la 3DS, la grande vitesse et le dynamisme des combats de la série. Bien joué ! D'ailleurs puisque l'on parle de la console, Arc System Works a eu une bonne idée en choisissant d'éviter le gameplay dit "main gauche", à la Street Fighter, avec commandes à base 4-1-2-3-6, de 9-4-6-1 et autres 3-7-3-7. Ce qui aurait assez peu commode sur 3DS, avec son joystick peu réactif et sa croix trop petite pour ce genre d'utlisation (en tout cas pour mon pouce, et je pense ne pas être le seul). Ici, on jouera surtout avec sa main droite et on enchainera les XXXXYA, XXXA, YYA, etc, ce qui dans les sensations ferait presque penser à la série des Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm : on enchaine un adversaire et on le projette au loin avec un coup plus puissant, avant de repartir à la charge.

On peut contrer les super attaques avec ses propres super-attaques

Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faireDragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faireDragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire

Mais comme les jeux de CyberConnect2, le titre d'Arc System Works souffre de fait du même défaut : tous les personnages se jouent de la même manière. Prenez Cell, prenez Broly, prenez Bou : la liste des commandes ne changera pas d'un iota. Et que l'on contrôle l'imposant Nappa, ou le frêle Gotrunks, on ne ressent pas vraiment de différence : les deux personnages sont tout aussi rapides. Ajoutez à cela que le nombre de combinaisons possibles est assez limité, et les combats finissent tous par se ressembler un peu. Reste qu'ils sont plutôt pêchus, alors pour ce qui est de la variété, on se tournera vers le roster de personnages.

Un roster un peu limité

Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire
Dragon Ball Z Hyper Dimension, sans doute le meilleur jeu de combat tiré de la licence Dragon Ball.

Environ 25 personnages jouables, et une cinquantaine de supports, voilà ce que vous propose Dragon Ball Z Extreme Butoden. Bon nombre de fans hurleront à l'escroquerie, preuve que la série des Tenkaichi n'a pas fait que du bien à la franchise  : depuis ces trois jeux, un roster de 80 voire 100 personnages est devenu une base sans laquelle beaucoup de joueurs ne sont pas capables de composer. Jusqu'alors, les jeux Dragon Ball Z proposaient une grosse vingtaine de personnages, pas plus. Dragon Ball Z Hyper Dimension, sans doute le meilleur jeu de combat tiré de la licence, ne proposait que dix personnages jouables !

Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire
Radditz ne pourra probablement pas bloquer cette attaque du Kaïoshin, qui vient en aide au moment opportun.

Et si je ne sanctionnerai pas le jeu outre mesure sur ce point particulier, je dois admettre que certaines têtes connues manquaient cruellement à l'appel. Cooler, C-16, Vegeto, Bojack, voilà des personnages que l'on aurait aimé manipuler mais qui ne seront disponibles que via le système d'Aide Z. Monter une équipe est un petit challenge en soi puisqu'il faudra d'abord faire plusieurs choix : avec ou sans support ? Et si oui, combien ? Un personnage jouable verrouillera 2 slots sur les 6 disponibles, alors que les supports eux n'en prennent qu'un. Il est donc tout à fait possible de prendre deux combattants et deux supports, par exemple. Ou ne prendre aucune Aide Z et se concentrer sur les personnages jouables. À vous de voir. Le système de support est intéressant dans la mesure où tous ne font pas la même chose : le Grand Chef des Nameks vous accordera un petit bonus de force, tandis que Dendé lui remontera un peu votre santé. Mais comptez sur Hildegarn ou Li Shenron pour balancer une grosse attaque qui entamera sérieusement les points de vie de votre ennemi. Peut-être trop d'ailleurs, ce qui me permet d'ajouter au passage que certains personnages (jouables ou support) sont bien trop puissants par rapport au reste du groupe, posant un petit problème d'équilibrage. Cell dispose d'un petit slide absolument infect, et pourra l'enchaîner non-stop sans trop de problème pour peu qu'il vous ait bloqué dans un angle, tandis que l'apparition d'Hildegarn vous donnera des cauchemars.

De nombreux modes de jeu, et une absence remarquée

Lorsque l'on arrive sur le menu de Dragon Ball Z Extreme Butoden, une chose fait plaisir : il y a de quoi faire ! Mode Histoire Z, Aventure, Championnat du monde extrême,  combat par équipe, mode versus... Le mode Histoire Z, assez classique de prime abord, s'étoffera au fur et à mesure de vos combats. Il vous permettra dans un premier temps de revivre quelques uns des combats les plus importants de la série, avant de vous permettre de vivre des expériences... parallèles, disons. En incarnez Gohan, Piccolo, Vegeta ou Krilin, vous aurez la possibilité de modifier un peu le court des choses, et de réécrire l'histoire. C'est sans doute plus amusant avec la toute dernière histoire, qui voit les grands méchants de l'histoire de Dragon Ball revenir à la vie et tenter d'assassiner tous les copains de la bande à Goku. Et c'est vous, avec vos petites mains, qui aurez la lourde tâche d'accomplir ce forfait. Bon, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais ça occupe.

En incarnant Son Gohan, vous aurez la possibilité de changer l'histoire.

Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faireDragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire

Le mode Aventure lui vous rappellera sans doute Dragon Ball Z Budokai 2, avec ce plateau à parcourir et ses combats à enchaîner. Problème, Arc System Works n'a pas pu s'en empêcher et les affrontements sont entre-coupés de dialogues interminables, par écrans interposés. Bien entendu, les textes ont été traduits... de manière assez approximatives, dirons-nous. D'autres diront qu'on a l'habitude, ce qui n'est pas franchement une excuse en 2015. Mais le bouzin est plutôt bien rempli et vous demandera plusieurs heures de jeu pour en venir à bout, surtout si vous cherchez à obtenir les meilleures notes possibles, et notamment la note Z vous permettant de débloquer de nouveaux supports... et autant vous dire que cela ne se fera pas tout seul. Ce n'est pas faute d'avoir insisté mais sur ma quinzaine d'heures de jeu, je n'ai pas réussi à scorer le moindre Z. En fait, les seuls que j'ai gagné s'obtiennent automatiquement, sur les niveaux dialogue que l'on zappe rapidement.

On se balade sur le plateau, on discute, et on passe au combat !

Dragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faireDragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faireDragon Ball Z Extreme Butoden : peut mieux faire

Et si le mode Championnant du mode Extrême, qui porte bien son nom parce que l'IA peut s'y montrer particulièrement agressive, on s'étonne de voir qu'il n'existe absolument aucun mode de jeu online. Pour affronter vos amis, ou d'autres joueurs humains, il faudra donc compter sur la liaison sans fil et espérer que vos amis voudront bien prendre le risque de venir chez vous, quitte à prendre de vrais coups en cas de victoire de leur part. La vie est injuste.

Les notes
+Points positifs
  • De jolis sprites
  • Gameplay instinctif et très plaisant...
  • ... et adapté à la console
  • Combats dynamiques, qui rendent hommage à la série
  • De nombreuses heures de jeu
-Points négatifs
  • Pas de mode online
  • Quelques personnages bien au dessus du lot
  • Manque de technicité
  • Les notes Z impossibles à obtenir ?

Dragon Ball Z Extreme Butoden propose une belle esthétique, des combats dynamiques et pas mal de modes de jeu mais l'on se rend vite compte de certains de ses petits défauts : l'absence de jeu online, le mauvais équilibrage des personnages (jouables ou non), et surtout un gameplay qui manque de profondeur. Cela étant, c'était déjà le cas sur certains des jeux Dragon Ball les plus populaires, et c'est une fois que l'on a reconnu ce fait indéniable que l'on comprend ce qui nous attire tant dans ces jeux : le respect de l'univers d'Akira Toriyama, et surtout, les combats titanesques qu'il met en scène. Et dans ce Extreme Butoden, comme dans un Budokai 3 ou n'importe quel Tenkaichi (les trois premiers, en tout cas), c'est ce que l'on trouve : des affrontement hyper dynamiques permis par un gameplay abordable et instinctif. Ce qui fait du titre d'Arc System Work un jeu Dragon Ball plus que sympathique, sur lequel on reviendra avec plaisir malgré ses défauts.

Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
14 octobre 2015 à 12:49:51
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (46)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.5/20
Mis à jour le 29/11/2015 à 15:11
Nintendo 3DS Combat Bandai Namco Arc System Works Animation Mangas Série TV
Dernières Preview
PreviewHumankind : Un concurrent sérieux à Civilization ? 24 oct., 21:00
PreviewThe Falconeer : La Xbox Series X tient-elle son nouveau Crimson Skies ? 23 oct., 11:41
PreviewImmortals Fenyx Rising : Un AC pour les plus jeunes ? 22 oct., 18:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Assassin's Creed Valhalla
10 nov. 2020
3
Marvel's Spider-Man : Miles Morales
19 nov. 2020