Menu
Warhammer 40.000 : Armageddon
  • Tout support
  • PC
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur iOS / Warhammer 40.000 : Armageddon / Warhammer 40.000 : Armageddon sur iOS /

Test du jeu Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil sur iOS

Test : Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil
iOS
Warhammer 40.000 : Armageddon
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de kevin-j
L'avis de kevin-j
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
07 juillet 2015 à 13:00:00
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
0/20
Partager sur :

Sorti à la fin de l’année dernière sur PC, Warhammer 40.000 : Armageddon est un jeu de stratégie au tour par tour lorgnant sévèrement du côté de l’illustre Panzer General. Porté par Slitherine Software, grand habitué du genre, et doté de l’un des univers les plus foisonnants qui soient, ce STR a su trouver une petite place dans le cœur des amateurs de stratégie old-school. Aujourd’hui, le bougre débarque sur tablette, un support particulièrement adapté aux jeux de stratégie, tactile oblige.

Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil

Avant d’entrer dans le vif du sujet, prenons le temps de poser le contexte de ce Warhammer 40 000 : Armageddon pour les deux-trois du fond qui ne connaîtraient pas les tenants et les aboutissants de cette licence. A la base, Warhammer 40 000 est un jeu de figurine créé il y a pas loin de 28 ans par quelques énergumènes venus de la perfide Albion. Empruntant largement son background aux poncifs de la SF et aux classiques de la pop culture, une habitude chez Games Workshop, ce jeu de stratégie a vite trouvé son public grâce à des règles bien troussées, un univers accrocheur, et surtout de magnifiques figurines qui, ne nous voilons pas la face, nous ont tous fait baver un jour ou l’autre. Parmi les refontes successives et les diverses extensions révélées au fil du temps, se trouve La Troisième Guerre d’Armageddon. Sortie en 2000, cette campagne nous présentait l’invasion d’un monde ruche de l’Imperium, le bien nommé Armageddon, par le seigneur de guerre ork Ghazghkull Thraka et sa horde guerrière, ainsi que son affrontement titanesque avec le Commissaire Yarrick et ses alliés impériaux. C’est cette campagne épique, mémorable par son ampleur, qui sert aujourd’hui de cadre au titre de Slitherine. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’avère très proche de l’esprit du matériau de base.

Guerre de positions

Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil
La phase de placement, un point de passage essentiel.
Comme de nombreux titres avant lui, particulièrement sous la patte de Slitherine, Warhammer 40 000 : Armageddon adopte une forme on ne peut plus classique. Dans la droite lignée du grand ancien Panzer General, il propose de participer à des affrontements stratégiques au tour par tour très similaires à ceux de n’importe quel wargame sur plateau. Chaque scénario débutera ainsi par une phase de placement des unités mises à notre disposition sur un champ de bataille découpé en hexagones. Charge au joueur de réfléchir à son placement avec soin en fonction non seulement des emplacements à sa disposition, mais aussi des différentes unités et de la nature du terrain, autant de paramètres qui viennent multiplier les aspects stratégiques de ce titre. Une fois ceci fait, la véritable bataille peut commencer, et chaque tour consistera à déplacer puis faire attaquer ses unités lorsque cela est possible, jusqu’à remplir les différents objectifs prévus par le scénario en cours et triompher. C’est là cependant qu’intervient le premier problème de ce Warhammer 40 000 : Armageddon, car malgré la multiplicité des scénarios, les objectifs sont systématiquement les mêmes, consistant la plupart en une bête et simple capture d’objectifs.

Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil
Il y a l'embarras du choix côté unités.
Une fois ce petit souci mis à l’écart, difficile cependant de ne pas céder devant la générosité du titre. A commencer par les divers modes de jeu mis à notre disposition. Les campagnes par exemple, assez longues et possédant quelques petits embranchements scénaristiques bienvenus offrant une rejouabilité non négligeable, ou encore le mode Scénario, qui donnera ainsi l’occasion de jouer les batailles du mode Campagne avec différentes unités, afin d’expérimenter de nouvelles stratégies, voire même d’entrer dans la peau des orks. Il sera aussi possible de batailler contre d’autres joueurs, même si l’on regrettera le parti pris archaïque de la notification par email. Reste que c’est avant toute chose la tripotée d’unités mises à notre disposition qui s’avère délicieuse. Que l’on joue la Garde Impériale, les Space Marines ou les orks, difficile de faire la fine bouche, car avec pas moins de 300 unités différentes pour se foutre sur la tronche, tout à chacun sera à même de trouver son bonheur. Il sera ainsi possible de retrouver de nombreuses unités emblématiques de l’univers Warhammer 40 000, du simple troufion de base jusqu’aux énormes titans et leurs statistiques proprement démentielles.

Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil
Le titan, monstre de puissance en jeu.
Et c’est là que réside un autre des points forts de ce titre : la précision de ses mécaniques de jeu. Chaque unité possède ainsi un ensemble de statistiques qui détermine son efficacité sur le champ de bataille, et c’est donc avec soin qu’il faudra choisir la bonne unité au bon moment. Il en va de même avec la carte d’ailleurs, qui propose différents types de terrains qu’il faudra apprendre à reconnaître et à maîtriser, de manière à bénéficier de menus bonus de statistiques pour les unités qui y résident. Et si dans l’ensemble on se retrouve un poil perdu par moments, la faute à une mauvaise explication des tenants et des aboutissants de chaque statistique, il faut reconnaître que le tout fonctionne à merveille, apportant presque une dimension puzzle loin d’être désagréable. Vous l’aurez compris, le cœur même de ce Warhammer 40 000 : Armageddon sur tablette est une machine parfaitement huilée et n’ayant rien à envier à son homologue PC (Warhammer 40.000 : Armageddon). Néanmoins, les choses se gâtent un tantinet lorsque l’on regarde ce portage dans son ensemble.

Ordres et désordre

Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil
Garde Impériale contre ork, un classique parmi les classiques.
Avant de parler des choses qui fâchent, abordons le réel point positif de cette version tablette, à savoir la gestion du tactile. Que ce soit la navigation au sein des menus, ou la gestion des unités en jeu, tout se fait avec un naturel incroyable. Ainsi, c’est d’une simple pression du doigt que l’on pourra déplacer et faire attaquer ses unités, mais aussi que l’on obtiendra des informations sur ce que l’on touche (terrain, unité alliée ou ennemie). Le zoom de la carte répond lui aussi parfaitement à la gesture appropriée (en l’occurrence le pincement) pour un confort de jeu maximal. Et quoi qu’en disent les pcistes forcenés, force est de constater que les contrôles tactiles restent sans aucun doute la meilleure manière de jouer à un jeu de stratégie au tour par tour. Malgré tout, quelques petits problèmes viennent entacher l’ensemble. L’interface globale reste assez brouillonne, et l’on peinera bien souvent à découvrir la signification de tel ou tel bouton, le système d’infobulles restant très aléatoire. De même, il est parfois un tantinet compliqué d’estimer avec justesse la portée des armes de ses unités d’un simple coup d’œil, aucune option n’étant prévue pour cela, ce qui entraîne parfois quelques petites erreurs en jeu lorsque l’on n'a pas activé la possibilité d’annuler un déplacement.

Warhammer 40k : Armageddon - Réponse au doigt et non à l’œil
Exemple de traduction française un poil à la ramasse.
Malheureusement, ces menus problèmes ne sont pas les seuls à venir entacher ce portage. Outre la traduction française qui laisse vraiment à désirer par moments (même si elle est bienvenue pour les non-anglophones), difficile de ne pas tiquer devant la fainéantise globale qui se dégage de l’ensemble, et dont la gestion du mode multijoueur à lui seul est le parfait exemple. Sur PC, Slitherine avait opté pour une gestion du multijoueur par notification email. Un système archaïque au possible, que l’on retrouve transposé tel quel sur nos tablettes. Après être allé s’inscrire sur le site de Slitherine (impossible de le faire directement depuis l’application), il faudra régulièrement vérifier sa boîte mail afin de savoir lorsque ce sera notre tour de jouer. Ainsi, le game center et les notifications passent complètement à la trappe, rendant le système lourd et parfaitement inadapté à l’usage mobile que l’on aurait pu attendre. Difficile aussi de ne pas tiquer devant l’amputation qu’a subie cette version par rapport au PC. A l’heure actuelle, le mode HotSeat, qui permet à deux joueurs de s’affronter sur une même tablette, n’est pas encore implémenté, en dépit du fait qu’il soit annoncé comme l’une de fonctionnalités de base dans le descriptif de l’application. Et que dire de l’éditeur de scénario, élément des plus importants dans la mesure où il permet d’enrichir sans cesse le contenu du jeu, qui semble lui aussi avoir mystérieusement disparu. Espérons cependant que ces « oublis » soient temporaires, et que des mises à jour futures viendront rendre à Warhammer 40 000 : Armageddon son entièreté, car pour le moment, et avec une vingtaine d’euros (DLC non inclus) à débourser, difficile d’être satisfait.

  • Test réalisé sur un iPad 2 Rétina.
Les notes
+Points positifs
  • Un contenu toujours aussi titanesque
  • Gameplay simple mais pas simpliste
  • Des contrôles tactiles parfaitement adaptés
-Points négatifs
  • Un poil répétitif et peu varié dans ses objectifs
  • Une interface utilisateur très austère
  • Cher pour un titre mobile
  • Multijoueur archaïque
  • Pas d’éditeur de scénarios

Soyons clairs, Warhammer 40 000 : Armageddon est loin d’être un mauvais jeu. Le travail effectué par Slitherine pour proposer un STR à l’ancienne fait mouche, et ravira tant les néophytes que les vieux briscards. Les mécaniques de jeu, ainsi que le contenu proprement titanesque, ne manqueront pas, de longues heures durant, de tenir en haleine les joueurs s’y essayant. Néanmoins, cette version tablette n’est pas exempte de défauts, car si la gestion du tactile reste d’un confort rare, difficile de ne pas tiquer face à l’archaïsme qui se dégage de l’ensemble. Interface utilisateur peu adaptée au tactile, multijoueur ne tirant pas partie des spécificités propres au mobile, bref, le bât blesse. Et il blesse d’autant plus que le titre frise les 20 €, DLC non inclus. Au final, et malgré les qualités intrinsèques du titre qui ne manqueront pas de titiller les amateurs de jeu de stratégie, ce portage mobile déçoit par son manque d’ambition et sa flemmardise. D’autant plus lorsque l’on sait que l’un des gros avantages de la version PC, l’éditeur de scénarios, demeure à l’heure actuelle aux abonnés absents sur nos bonnes vieilles tablettes…

Profil de kevin-j
L'avis de kevin-j
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
07 juillet 2015 à 13:00:00
12/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
0/20
Mis à jour le 06/07/2015 à 14:39
iOS Wargame Slitherine Software
Dernières Preview
PreviewWRC 9 : Vers un épisode plus communautaire 31 juil., 17:34
PreviewSpiritfarer : un doux voyage au purgatoire 31 juil., 09:00
PreviewProject Cars 3 : Nos premières impressions, entre boost et stagnation 30 juil., 17:04
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020
3
Microsoft Flight Simulator
18 août 2020