Menu
Super Meat Boy : Forever
  • Tout support
  • PC
  • Switch
  • PS4
  • ONE
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Jeux Plate-Forme / Derniers tests jeux vidéo / Super Meat Boy : Forever / Tests Super Meat Boy : Forever /

Test du jeu Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Super Meat Boy : Forever
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Indee
L'avis de Indee
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 janvier 2021 à 18:07:23
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.1/20
Test Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Super Meat Boy Forever : Un buffet à volonté assez fade

48 281 vues

Le premier Super Meat Boy est considéré comme un jeu culte. Publié en 2010 par le duo Edmund McMillen / Tommy Refenes sous la bannière “Team Meat”, il a accompagné l’explosion des titres indépendants, faisant suite à des créations comme Braid ou Castle Crashers. On lui reconnaît sans sourciller des qualités de jeu indéniables, mais aussi un statut d’icône, grâce à son succès critique et commercial ainsi que son apparition dans le documentaire “Indie Game : The Movie”. Bref, Super Meat Boy, c’est un gros morceau. Sa suite, nommée “Forever”, parvient-elle à reprendre le flambeau, malgré le départ d’Edmund McMillen en cours de route ?

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?
Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Le plus important d'abord : Super Meat Boy Forever est très différent de l’opus d’origine et décevra immanquablement les personnes en quête d'une suite fidèle, qui reprendrait tous les rouages imaginés par la Team Meat à la fin des années 2010. Cela n’en fait pas un mauvais jeu pour autant (quoique loin d’être parfait), mais il faut en avoir conscience avant de passer à la caisse, surtout que l’équipe aujourd’hui dirigée par Tommy Refenes n’a pas mis en avant ce point lors des vidéos de présentation.

Cours Meat Boy, cours

Mais qu’est-ce qui caractérise cette si grosse différence ? Avec Forever, Super Meat Boy devient un endless runner, genre où le personnage court toujours devant soi et dont les plus gros représentants sont aujourd’hui Jetpack Joyride ou encore Super Mario Run. Le nouveau jeu de la Team Meat se rapproche davantage de l’adaptation mobile du plombier moustachu, Meat Boy pouvant changer de direction après un saut mural voire à l’aide d’un pouvoir spécial qui viendra pimenter les phases de plateformes vers la fin de l’aventure.

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un changement radical qui vient bouleverser la philosophie de Super Meat Boy. Ainsi, dans Forever, fini les niveaux courts mais intenses où chaque mort vous ramène au début, et bonjour aux parcours remplis de checkpoints et d’obstacles générés au hasard. Selon la Team Meat, le jeu contiendrait 7200 levels “créés à la main”. Dans les faits, ce sont plutôt des “paquets” de pièges mortels qui sont distribués différemment à chaque début de nouvelle partie, ce qui garantit tout de même une durée de vie considérable.

Passé l’étonnement de voir Meat Boy courir sans s’arrêter dans des levels radicalement différents, on peut toutefois accueillir avec enthousiasme le pari de la Team Meat, qui semble vouloir prendre le mot “Forever” au pied de la lettre. Mais encore faudrait-il que cet impressionnant puzzle de plateformes exigeantes - car oui, ce n’est toujours pas une balade de santé - prenne forme de façon harmonieuse. Et c’est là que ça coince.

Super Meat Boy Forever - Trailer

Les yeux plus gros que le ventre

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Si Super Meat Boy Forever déborde d’obstacles différents, ces derniers n’ont pas tous été élaborés avec le même soin. Plusieurs fois lors de nos parties, nous avons esquivé des pièges mortels de manière fluide avant de buter contre une phase demandant un cheminement soudain très précis, parfois difficile à appréhender dans l’ivresse de la course. Et ce que ce soit au début ou en fin d’aventure, la courbe de difficulté restant relativement plate avec ces levels générés aléatoirement (à part pour les boss, dont nous parlerons plus bas).

Le problème n’est sans doute pas à chercher dans la conception de chacune de ces zones meurtrières (même si on ressent parfois quelques maladresses). Le plus dommageable, c’est que certains obstacles viennent briser le sentiment de jeu installé par les pièges précédents. En effet, le tempo rapide de l’endless runner fonctionne généralement bien, avec le sentiment de passer in extremis sous une scie puis de continuer sa route. C’est alors que le joueur tombe sur un passage particulièrement compliqué ou imprécis.

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Résultat : le flow du jeu est soudain brisé, et il faudra recommencer encore et encore le même segment pour voir la fin du niveau (chaque mort vous renverra au début de l’obstacle qui a eu votre peau). Dans les faits, Super Meat Boy Forever semble être pris en étau entre le cahier des charges imposé par son aîné et sa nouvelle nature d’endless runner, ce qui donne des niveaux à la structure bancale. Alors que le précédent opus est reconnu pour son level design finement ciselé, mettant à profit le formidable gameplay du jeu.

Petit point technique :
Nous n'avons noté aucune différence entre la version Switch et PC, si ce n'est quelques ralentissements sur l'hybride de Nintendo, entre deux phases de plateformes lorsque l'écran était chargé en effets. Mais vous remarquerez peut-être la présence de gros blocs noirs en bas de l'écran. Tout va bien avec votre version ! Il s'agit de toute évidence des "trous" entre les différents paquets d'obstacles assemblés aléatoirement. Un effet secondaire un peu dommage, dans la mesure où le titre est assez agréable à l'oeil (même si sa DA part en cacahuète vers la fin de l'aventure).

Même soupe

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Vous avez dit “gameplay” ? Eh bien parlons-en ! Vous l’imaginez bien, avec l’endless runner comme ligne directrice, Meat Boy n’est plus aussi agile qu’auparavant, et ne peut par exemple plus enchaîner les sauts muraux pour gravir une même paroi, ni même courir plus vite ou contrôler sa trajectoire dans les airs. Mais l’âge semble avoir donné du muscle à notre bout de viande préféré, qui est désormais capable de faire une frappe après un bond pour couvrir plus de distance (jusqu’à trois fois si suffisamment d’ennemis sont sur sa route). D’ailleurs rassurez-vous, la hauteur du saut dépend toujours de la durée où la touche est enfoncée. Enfin, dans Forever, Meat Boy peut aussi glisser sur le ventre pour passer sous des obstacles et frapper des ennemis pendant quelques instants. La même action en l’air fera plonger le personnage.

Super Meat Boy Forever - Quelques cabrioles entre les scies (Gameplay)

Bref, un gameplay à deux touches (bas pour la glissade et un bouton pour sauter / frapper), qui semble taillé pour un portage mobile, support sur lequel le jeu est censé sortir même si nous n’avons pas de nouvelles depuis longtemps de ce côté-là (le titre arrivera courant 2021 sur Xbox, PlayStation et Steam). Quoi qu'il en soit, ces contrôles épurés - et les contraintes de l'endless runner - ont poussé la Team Meat à très fréquemment ajouter de nouveaux obstacles au cours des cinq différents mondes. On y retrouve les grands classiques de Meat Boy : les scies, les murs qui s'effritent, les parois fermées d’une clé, et pas mal d'autres originalités.

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Le problème, c’est qu’importe les 7200 niveaux différents et les centaines d’obstacles, on a l’impression de faire toujours la même chose dans Super Meat Boy Forever. Et ce pour une raison simple : l’endless runner est un moule assez étroit dans lequel il est difficile de faire varier la sauce. Les obstacles apparaissent ainsi souvent comme une déclinaison assez fade d’une inexorable course vers l’avant, où tout est réglé comme du papier à musique et où l’improvisation est rarement tolérée, car le moindre saut mural mal placé vous fera aller dans le mauvais sens (spoiler : ça veut dire droit vers votre mort).

Quelques bons morceaux

Il ne faut toutefois pas oublier les bons points de Super Meat Boy Forever, à commencer par ses boss, qui viennent ponctuer chaque zone avec un combat exigeant qu’il faudra réussir d’une traite (le tout crée toutefois un décalage avec les niveaux standards, où les checkpoints sont légion). Des affrontements bien pensés, mais parfois alourdis par un gameplay concentré sur deux petits boutons, ce qui peut donner lieu à des imprécisions.

Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?Super Meat Boy Forever : Une suite trop différente qui se viande ?

Malgré ce petit écueil, les boss rythment agréablement l’aventure tout comme les cinématiques animées, qui racontent l’aventure de Meat Boy et Bandage Girl à la recherche de leur enfant Nugget, enlevé par l’infâme Docteur Fetus (avec en revanche un humour moins trash que dans Super Meat Boy, ce qui pourra décevoir certains fans). Le joueur pourra d’ailleurs choisir parmi une liste de 18 personnages jouables au gameplay identique, qu’il faudra débloquer en rassemblant des collectables. Bref, vous l’aurez compris, Super Meat Boy Forever ne manque pas de contenu, mais cela n’en fait pas un très bon jeu pour autant.

Super Meat Boy Forever - Un peu de cinématiques et de boss (Gameplay)

Les notes
+Points positifs
  • Une très bonne rejouabilité
  • Des chouettes combats de boss
  • Les jolies séquences animées
-Points négatifs
  • Va décevoir les fans du premier opus
  • Quantité au détriment de la qualité
  • Niveaux procéduraux pas très convaincants
  • La frustration, la dure, la vraie
  • Quelques imprécisions niveau gameplay

Fans de la première heure, attention ! Super Meat Boy Forever n’a pas grand chose à voir avec son aîné, si ce n’est son exigence et son univers décalé. La Team Meat nous livre ainsi un endless runner plutôt agréable mais trop souvent frustrant. La faute à des niveaux assemblés aléatoirement avec des phases de plateformes et des obstacles quant à eux créés à la main. La bonne nouvelle : une durée de vie à toute épreuve. La mauvaise : des levels à la structure bancale, où l’ivresse de la course et de la survie in extremis se cogne très fréquemment à des pièges soudainement difficiles, parfois imprécis dans leur construction. Forever semble ainsi vouloir jouer sur deux tableaux, en imposant sa nouvelle formule tout en créant un lien avec Super Meat Boy premier du nom. Mais la sauce ne prend que rarement. À noter toutefois des cinématiques joliment animées ainsi que des combats de boss bien pensés. Au final, un jeu qui se laisse parcourir en s’accrochant un peu, sans vraiment faire honneur à son prédécesseur.

Profil de Indee
L'avis de Indee
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 janvier 2021 à 18:07:23
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (26)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
10.1/20
PC Switch Plate-Forme Team Meat
Dernières Preview
PreviewRatchet & Clank Rift Apart : La future vitrine technique de la PS5 ? Il y a 5 heures
PreviewNew World : nous avons pu jouer à une expédition du MMO de Amazon Games, nos impressions Hier, 17:12
PreviewSniper Ghost Warrior Contracts 2 : le jeu de tir tactique qui vise juste ? 04 mai, 15:00
Les jeux attendus
1
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
2
Biomutant
25 mai 2021
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022