Menu
Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau
  • Switch
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur Switch / Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau sur Switch / Tests Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau Switch /

Test du jeu Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ? sur Switch

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Aubin_Gregoire
L'avis de Aubin_Gregoire
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 novembre 2020 à 15:04:37
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (50)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.6/20
Amazon Switch 46.99€ Fnac Switch 49.99€ Rakuten Switch 58.69€ Fnac Switch 59.99€ Fnac Marketplace Switch 62.52€ Amazon Switch 67.76€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test : Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?
Switch

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - Un Musô prenant mais imparfait

Chargement du lecteur vidéo...
Partager sur :

Il y a quelques semaines, nous avions pu poser nos mains sur le Musô se déroulant dans l’univers de The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Si l’aspect narratif et scénaristique nous donnait bon espoir de prendre part à une aventure palpitante, nous avions plus de réserves quant à la solidité technique du titre de Koei Tecmo. Qu’en est-il vraiment ?

Alors ? Canon ou pas Canon

Se déroulant 100 ans avant les évènements de Breath of the Wild, Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau raconte les grandes guerres survenues lors de la chute du Royaume d’Hyrule. Si l’histoire semble toute tracée, de nombreux doutes subsistent quant à l’intégration de ce Musô dans la trame principale de BOTW. Alors que nos Héros sont sur le point de céder face à la puissance de Ganon, un minuscule Gardien répond à l’appel de Zelda et voyage dans le temps pour prévenir la Princesse du danger. Ainsi Link, ses compères et le joueur devront préparer l’arrivée du Fléau afin de le sceller définitivement. Pour ce faire, ils devront réunir les 4 Prodiges et leur Créature Divine et ainsi mettre toutes les chances de leur côté. Ce prémice a de quoi emballer le fan de la licence, mais pouvait éveiller une certaine méfiance quant au déroulé des évènements. En effet, la présence du petit robot a de quoi chambouler toute la timeline à bien des niveaux. Nous ne vous révèlerons pas d’éléments clés du scénario, mais il est selon nous indispensable de répondre à la question suivante : L'Ère du Fléau est-il canon ?

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Nous avons voulu y croire, mais malheureusement non, L’Ère du Fléau ne s’intègre pas directement dans la trame narrative du dernier épisode canonique. S’il réutilise et réinterprète de nombreux évènements mentionnés ou montrés dans BOTW, il ne s’intègre pas à la timeline de ce dernier. Ce point n’est pas foncièrement dommageable ou ne gâche pas l’expérience de jeu, loin de là, mais il conditionne l’achat pour toute une tranche de joueur pas forcément intéressée par le genre Musô. Ainsi, si vous vous demandez s’il est nécessaire de terminer Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau pour apprécier pleinement le scénario de BOTW ou pour préparer l’arrivée de sa suite, la réponse est non. Malheureusement le Musô d’Omega Force rechigne à l’idée de s’intégrer à la timeline officielle et à la logique de son univers. Toutefois, nous nous garderons bien de vous en révéler la raison afin de ne pas vous gâcher l’histoire. Si dans l’absolu, un Zelda ne s’intégrant pas dans la trame globale n’est pas nouveau ou problématique, la presque concordance des évènements de ces deux épisodes a de quoi frustrer.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Cet état de fait n’empêche pas L'Ère du Fléau de bénéficier de cut-scenes très soignées. Le jeu hérite d’assets visuels directement issus du dernier épisode canonique et profite donc de son excellente direction artistique. Si les scènes d’exposition bénéficient de cadrages efficaces bien qu’un peu classiques, les séquences d’action de leur côté sont particulièrement réussies. Ralentis, mouvements de caméra dynamiques et chorégraphie stylisée… Un plaisir. Certains moments clés donnent quelques frissons au fan de la première heure. L’héroïsme de Link a rarement été aussi bien retranscrit à l’écran tandis que voir la relation entre Zelda et son défenseur gagner en profondeur est un réel plaisir. De ce point de vue et malgré les écarts narratifs, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est dans la continuité de Breath of the Wild. Le tout est porté par des comédiens de doublage absolument parfait en VF, mais c’était déjà le cas dans le jeu d’origine. On retrouve donc Adeline Chetail qui campe à merveille la Princesse d’Hyrule, chose importante, car Zelda est plus que jamais centrale à l’aventure.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Finalement sur la forme, cette narration effectue un quasi-sans-faute. On regrettera une compression quelque peu marquée dans certaines cinématiques préenregistrées ou un aliasing trop présent lors de cut-scenes utilisant le moteur du jeu, mais rien de cela ne gâche son excellente mise en scène. Surtout qu'on peut compter sur la superbe bande originale, reprenant de nombreux motifs musicaux de BOTW, pour conférer un souffle épique à l'ensemble. Ceux qui regrettaient les thèmes grandioses des anciens opus seront ravis, car ces réorchestrations profitent du cadre tourmenté de cet épisode pour gagner en ampleur.

Des performances intolérables en coop

Une technique problématique

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Le framerate était le point noir de notre première session et malheureusement il est toujours celui du jeu complet. Si lorsque le terrain est dégagé, L'Ère du Fléau tient à peu près ses 30 FPS, cela se complique dès que les combats s’intensifient. Régulièrement autour des 20 FPS, il lui arrive de chuter encore plus, tombant parfois sous la barre des 10, lors d’effets visuels intenses. Ce qui dérange surtout ce n'est pas tant le framerate faiblard mais bien son instabilité qui fatigue rapidement les yeux. Le pilotage des Créatures divines amène une grosse charge d’effets et affiche de nombreux modèles. Ainsi l’instabilité de la fréquence d’images que cette surcharge provoque en devient particulièrement désagréable. S’il est vrai que BOTW souffrait de quelques ralentissements, ils ne se produisaient qu’à certains endroits bien précis. De plus, cette tare est moins problématique dans un jeu mettant l’accent sur l’exploration plutôt que dans un Musô où l’action est incessante. Ce constat technique n’aide pas à la lisibilité, déjà handicapée par une résolution qui laisse à désirer.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

En coop locale le titre est tout bonnement injouable, à moins de faire preuve d’une tolérance et d’un courage hors pair. Nous vous recommandons donc L’Ère du Fléau en solo et en mode portable, où le jeu se montre plus stable et bien plus agréable à parcourir, même si des chutes de framerate restent régulières et que la résolution baisse encore d’un cran. Ce Musô semble donc devoir faire beaucoup de compromis pour afficher ses modèles. C’est bien dommage, car l’utilisation des assets de BOTW permet une cohérence visuelle globale très plaisante et Hyrule Warriors premier du nom ne souffrait pas de tares techniques de cette ampleur.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Et ça fait pif, paf, pouf

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Si Hyrule Warriors déçoit quelque peu par son scénario et sa technique, on ne peut pas en dire autant de son gameplay. Dans l’absolu le système de combat est très classique, on peut y alterner attaques simples et attaques puissantes afin de créer des combos plus ou moins redoutables qui auront chacun leur utilité. Certains permettent d’envoyer moult ennemis dans les airs pour les enchainer et d’autres utilisent les particularités de notre personnage. À cela s'ajoute l'esquive parfaite de BOTW, un coup spécial dépendant d’une jauge se remplissant à chaque coup et la tablette Sheikah qui permet d’utiliser Magnetis, Cryonis, Cinetis et les bombes à distance. Ces pouvoirs peuvent être utilisés à loisir, dépendent d’un délai de récupération et s'imbriquent parfaitement dans le système de combat. Ainsi un Moblin tournoyant pourra être stoppé à l’aide de Cinetis, permettant au joueur de l’enchainer jusqu’à la fin de l’effet. Ce système de contre est facilité par l’apparition d’une icône associée au pouvoir à utiliser, pour favoriser la lisibilité de l’action. Musô oblige, on note tout de même une répétitivité inhérente au genre et une caméra qui se perd un peu trop régulièrement.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

La tablette sera donc indispensable pour venir à bout d’ennemis plus coriaces. Ces derniers résistent aux assauts de nos héros et il faudra réduire leur jauge d’endurance à zéro pour les mettre en état de choc, tout comme dans Hyrule Warriors premier du nom. Une fois dans cet état, l’ennemi sera à la merci d’un coup surpuissant, souvent fatal, qui dispose d’animations d’exécution particulièrement réussies. Link, notamment, dispose de nombreux coups fatals qui varient en fonction de l’arme utilisée et de l’ennemi affronté. Ces mécaniques de combat gagnent un poil plus en profondeur grâce aux baguettes des Sorciers élémentaires de Breath of the Wild. Vaincre ces ennemis n’est que rarement obligatoire, mais permet de récupérer leur baguette. Une fois ramassé, cet artéfact permet de lancer des sortilèges de feu, de glace et de foudre très utile pour cibler des ennemis puissants généralement faibles à l’un des éléments. En bref, si sa base s'avère classique, L'Ère du Fléau implémente quelques mécaniques tout droit issues de BOTW pour apporter un peu plus de profondeur et de subtilité à une formule qui en manquait. Ce constat est encore plus flagrant lors de certains combats de boss, où une utilisation optimale de toutes les capacités des héros facilite largement les affrontements.

Daruk, Impa et Link font un massacre !

Du contenu comme s'il en pleuvait

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

Comme dans la plupart des Musô sous licence, le roster est très important et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne déçoit pas. Si nous ne vous dévoilerons pas l’intégralité des personnages jouables, nous pouvons vous dire que plus d’une dizaine est disponible. Parmi eux on compte Link, Zelda, Impa et les quatre Prodiges. Chaque héros dispose de coups aux propriétés distinctes et d’un pouvoir qui lui est propre. Link de son côté est le seul à pouvoir changer de types d’armes et peut aussi bien s’équiper d’une épée que d’une lance ou d’un marteau. Globalement chaque moveset est réussi et représente à merveille les héros et leurs spécificités. Ainsi Revali use de ses flèches explosives et peut à loisir combattre depuis les airs ou au sol. De son côté, Urbosa charge sa lame d’électricité et fait déferler la foudre sur le champ de bataille. Il faudra donc utiliser les talents de chacun en composant une équipe adaptée à la situation. Tout comme dans Hyrule Warriors premier du nom, on peut changer de héros à la volée tout en donnant des ordres à nos équipiers. Il est donc possible de combattre de part et d’autre d’un champ de bataille simultanément. Au vu du nombre de héros, et donc de gameplay, disponibles, il est certain que chaque joueur trouvera chaussure à son pied.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La Switch tient-elle son hit de fin d'année ?

À cela s’ajoute un système de progression simple, mais qui a le mérite de se concentrer sur l’essentiel. Entre leurs missions, Link et ses alliés sont téléportés sur une tour Sheikah et peuvent planifier leurs actions sur la carte d’Hyrule. Le joueur peut entrainer ses unités en retard moyennant une petite somme de rubis afin de les faire monter en niveau. Il peut donc garder tous ses héros dans la course sans avoir à manier un gameplay qui ne lui correspond pas. La forge permet de fusionner des armes pour augmenter leurs statistiques tandis que de nombreuses missions secondaires sont disponibles. Ces dernières ne sont pas des plus palpitantes et demandent généralement au joueur de vaincre un gros paquet d'adversaires en un temps limité. En dépensant des ressources durement gagnées, on peut également débloquer de nouveaux combos ou améliorer les statistiques des personnages. Cette progression est particulièrement plaisante, car elle ne représente qu’un faible investissement de temps, mais permet tout de même de faire gagner en puissance les héros de son choix. Simple, mais efficace. Les activités présentes sur la carte sont de plus en plus nombreuses au fur et à mesure de l'aventure, ce qui permet au jeu d'offrir une durée de vie conséquente. Comptez 20 heures pour terminer l'histoire principale et une petite dizaine de plus pour compléter l'ensemble des missions.

Les notes
+Points positifs
  • Un système de combat plus subtil qu'il n'y parait, bien aidé par la tablette Sheikah
  • Un roster fourni, offrant des gameplay uniques, qui fera plaisir aux fans
  • Des cinématiques mémorables, portées par un doublage français impeccable
  • Une excellente durée de vie (entre 20 et 25 h en ligne droite, bien plus pour le 100%)
  • Des réorchestrations épiques
  • La progression, simple mais plaisante
  • Pour les fans, quelques frissons sont à prévoir lors de scènes clés
-Points négatifs
  • La technique aux fraises, surtout en docké (au point d'être pratiquement injouable en coop locale)
  • Un scénario qui déçoit en ne s'inscrivant pas dans la trame de BOTW
  • Une gestion de la caméra pas toujours très heureuse
  • Répétitif par nature

Difficile de ne pas sortir un peu frustré de ce Hyrule Warriors qui excelle sur certains points et déçoit sur d’autres. Le système de combat fonctionne très bien, mais peine à briller, la faute à un framerate tantôt acceptable tantôt désagréable au possible, surtout en docké. La narration est bien amenée et les cut-scenes sont fantastiques, mais le scénario s’éloigne du matériau d’origine et perd en puissance narrative. Reste que si vous êtes insensible à un taux d’image par seconde qui fait le yo-yo ou jouez exclusivement en mode portable (ce qui ne règle pas complètement le problème non plus), L’Ère du Fléau se révèle être un assez bon Musô. Plaisant à prendre en main et très bien raconté, il pèche principalement par sa technique et par son scénario qui pourra décevoir ceux qui, comme nous, en attendaient trop.

Profil de Aubin_Gregoire
L'avis de Aubin_Gregoire
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 novembre 2020 à 15:04:37
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (50)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.6/20
Mis à jour le 04/12/2020 à 17:58
Nintendo Switch Action Beat'em All Aventure Koei Tecmo Nintendo Heroic Fantasy Fantasy
Dernières Preview
PreviewCyberpunk 2077 : Nos impressions après les 15 premières heures de jeu en exclu 19 nov., 18:30
PreviewFootball Manager 2021 : Simple affinage à l'horizon 10 nov., 09:15
PreviewHyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La préquelle de BOTW inquiète autant qu'elle fait envie 09 nov., 15:19
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
10 déc. 2020