CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days 2022
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News débat et opinion Ne sous-estimons pas l’importance de la fantasy dans nos jeux
Profil de Epyon,  Jeuxvideo.com
Epyon - Journaliste jeuxvideo.com

Lorsque l’on emploie le mot « fantasy », le gamer lambda pense logiquement à un univers fait d’épées magiques, de dragons et d’elfes. Mais pour un game-designer, le terme a un tout autre sens : c’est un élément central de la réflexion du processus de création d’un jeu, qui peut avoir un impact conséquent sur son gameplay. Et donc, sur l’intérêt que peuvent lui porter ou non les joueurs.

Ne sous-estimons pas l’importance de la fantasy dans nos jeux

Un tout nouveau jeu vient d’arriver dans le commerce, la presse se montre plutôt tiède et vos amis ont cherché à vous décourager de l’essayer. Pourtant, après quelques heures passées devant votre écran, vous êtes conquis : ce titre a quelque chose qui vous scotche à votre manette. Et vous n’arrivez pas vraiment à savoir quoi. Ne cherchez pas : ce pourrait être à cause de la fantasy du jeu.

Ne sous-estimons pas l’importance de la fantasy dans nos jeux
Halo veut donner au joueur la sensation, et donc le plaisir, d'incarner un être exceptionnel.

Il serait relativement difficile d’expliquer en quelques lignes seulement ce qu’est la fantasy et comment celle-ci se matérialise dans un jeu vidéo. Outre le fait de vous conseiller fortement le visionnage de cette vidéo explicative, disons pour faire court qu’un jeu repose obligatoirement sur un thème et que la fantasy, c’est le sentiment de vivre ce thème. Plus la fantasy est réussie, et plus le joueur prendra du plaisir, il "vit" son fantasme. Prenons un exemple concret, tout à fait au hasard. Dans Halo : Combat Evolved, le thème est plutôt simple : le joueur incarne un super soldat, le Master Chief, qui doit lutter contre un envahisseur alien prêt à tout pour exterminer l’humanité. Il faut donc réussir à donner l’impression au joueur qu’il incarne bel et bien un être exceptionnel, dans un combat qui l’est tout autant. Pour y parvenir, les game-designers de Bungie ont affiné plusieurs idées de gameplay :

  • Le système de bouclier qui se régénère au bout de quelques instants. Cela permet au joueur de foncer dans le tas sans craindre de devoir passer ensuite plusieurs minutes à chercher un pack de santé. Cela imprime un certain rythme sur les parties, et renforce l’idée que le Master Chief est un tank humain.
  • Des ennemis toujours très nombreux, pour donner au joueur la sensation qu’il se bat constamment en infériorité numérique, et donc renforcer l’idée qu’il accomplit quelque chose d’exceptionnel. Mais dans les faits, individuellement, les ennemis infligent assez peu de dégâts et certains ennemis ont été designés pour être éliminés d’une seule balle dans la tête. La menace est toutefois réelle car ils disposent d’armes toutes très dangereuses. C’est par cet équilibrage que le jeu impose son challenge.
Ne sous-estimons pas l’importance de la fantasy dans nos jeux
Doom : une autre façon de donner au joueur la sensation d'incarner un être à part.

La fantasy de Halo : Combat Evolved, telle qu’elle est décrite par Jason Jones, le concepteur principal du jeu, c’est que le joueur doit avoir l’impression d’être génial, qu’il est le seul à pouvoir faire ce qu’il fait. Mais d’un jeu à l’autre, elle peut être bien différente ; ou parfois, la fantasy est la même mais les moyens employés pour lui donner vie peuvent différer. Par exemple, Doom utilise la même fantasy que Halo mais mise plutôt sur la violence et le caractère ultra bourrin du Doom-guy pour donner au joueur ce sentiment de supériorité ; en résulte la prédominance du fusil à pompe, le gunfeel de celui-ci et l’obligation pour le joueur d’aller au corps-à-corps pour éliminer sauvagement les démon infernaux.

Ne sous-estimons pas l’importance de la fantasy dans nos jeux
Vous n'aimez pas Red Dead Redemption II et ses longues balades à cheval ? Pas de soucis, d'autres aimeront.

Cette fantasy est probablement le principal facteur de subjectivité au moment d’évaluer un jeu. Certes il est tout à fait possible qu’un jeu passe à côté de son sujet et ne réussisse pas à donner corps à sa fantasy ; mais en plus, les joueurs ne répondront pas tous pareil à une même fantasy. Car nous sommes tous différents, nous avons tous des centres d'intérêt différents. Prenons les exemples de deux de mes candidats au titre de jeu de l’année, à savoir Red Dead Redemption II et Spider-Man, deux titres qui ont divisé les joueurs. Dans le cas de Spider-Man, certains ont estimé qu’il n’apportait rien de plus que les dizaines jeux d’action-aventure en monde ouvert que l’on connaissait déjà. Mais pour les fans de Spider-Man, c’est une autre histoire : la fantasy, celle d’incarner le Tisseur, est réussie de bout en bout. Cela passe par ses animations, par le système de déplacements, par la représentation très réussie de Manhattan… Un travail colossal effectué dans un seul et même but : satisfaire les fans du super-héros. Le cas de Red Dead Redemption 2 est assez similaire : Rockstar a voulu donner corps au jeu de western ultime. Si certains se plaignent à juste titre du degré de réalisme trop prononcé du jeu, parce qu’il alourdit le gameplay, d’autres y trouvent leur compte, pour la simple et bonne raison qu’un bon western est fait de toutes ces petites choses : les liens entre le cowboy et sa monture, les petits bivouacs à l’orée d’une forêt… Red Dead Redemption 2 nourrit intelligemment sa fantasy et c’est ainsi qu’il répond aux attente de fans de western.

Voilà une nouvelle occasion de rappeler que tous les goûts sont dans la nature et que sauf ratage total, un jeu réussira toujours à se trouver un public. Mais surtout de rappeler que la production de jeux vidéo n’est heureusement pas uniforme, et qu’elle propose une sacrée diversité d’expériences. Alors la prochaine fois qu’un jeu ne vous plaît pas, commencez d’abord par vous demander si la fantasy qu’il vous propose n’y est pas pour quelque chose. Car vous ne pouvez pas aimer tous les jeux du monde.

Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
yeti_hunter
yeti_hunter
MP
le 01 janv. 2019 à 18:54

Vous manquez de fantaisie vous même pour ne pas en trouver dans un jeu comme RDR 2

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
4ème trimestre 2022
2
Starfield
1er semestre 2023
3
Diablo Immortal
02 juin 2022
4
The Day Before
01 mars 2023
5
Saints Row (2022)
23 août 2022
La vidéo du moment