Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

[MàJ] L'OMS intègre les jeux vidéo dans une liste liée aux troubles de la dépendance

News business
[MàJ] L'OMS intègre les jeux vidéo dans une liste liée aux troubles de la dépendance
[MàJ] L'OMS intègre les jeux vidéo dans une liste liée aux troubles de la dépendance
Partager sur :
Mise à jour par Sheitanina, le 19 juin 2018 à 10:08:43
L'OMS vient officiellement d'ajouter le jeu vidéo à la liste CIM-11. La chose est désormais ouverte à la consultation jusqu'en 2019 avant approbation finale.

Les associations représentatives des éditeurs et développeurs de jeux vidéo du monde entier ont souhaité exprimer leur inquiétude face à la publication à venir de la liste CIM-11 de l’OMS, classant les jeux vidéo dans la section des activités provoquant des troubles dus à un comportement de dépendance.

Ainsi, la Brazilian Union of Video and Games, l'Entertainment Software Association (organisateur de l'E3), l’Association canadienne du logiciel de divertissement, l'Interactive Entertainment South Africa, Interactive Games & Entertainment Association (Australie et Nouvelle-Zélande), Interactive Software Federation of Europe (incluant le SELL) et Korea Association of Game Industry ont décidé de s'exprimer conjointement et publiquement sur cette possible classification :

Le jeu vidéo, indépendamment du genre, de l’appareil ou de la plate-forme utilisés, est pratiqué, de manière raisonnable et en toute sécurité, par plus de deux milliards d’individus à travers le monde. Ses valeurs éducatives, thérapeutiques et récréatives sont fondées et internationalement reconnues. Par conséquent, nous nous inquiétons de constater que le terme « trouble du jeu vidéo » est encore présent dans la dernière version de la CIM-11 de l’OMS, et ce, malgré une forte opposition de la part des communautés médicales et scientifiques. Les raisons de cette inclusion sont toujours grandement contestées et peu concluantes.

L'ensemble des acteurs encourage ensuite l'OMS à prendre en compte toutes les études contradictoires, afin de ne pas entraîner une complexification de l'accès au média à l'avenir :

Nous espérons que l’OMS voudra bien reconsidérer les preuves grandissantes qui lui sont présentées avant de soumettre l’intégration du « trouble du jeu vidéo » dans la version finale de la CIM-11 qui doit être validée l’année prochaine. Nous savons que l’industrie et l’ensemble de son écosystème à travers le monde continueront à faire entendre leur voix pour s’opposer à cette initiative. Nous encourageons l’OMS à ne pas prendre des mesures qui engendreraient des implications injustifiées de la part des systèmes de santé nationaux, à travers le monde.

En effet, il existe de nombreux désaccords entre les professionnels sur les conséquences de la pratique du jeu vidéo à travers le monde. Pour tenter de répondre à cette question, plus d'une trentaine de spécialistes mondiaux de la santé mentale, des sciences sociales, scientifiques travaillant dans des centres de recherche et des universités, d’Oxford, de John Hopkins, de Stockholm et de Sydney ont travaillé ensemble afin de publier deux documents en accès libres rejetant cette idée d'intégration au CIM-11 :

  • Publication de décembre 2016
  • Publication de mars 2018

Enfin, le regroupement des associations représentatives met en avant l'aspect thérapeutique, culturel et récréatif des jeux vidéo et déclare que "l'inclusion de la pratique du jeu vidéo dans la catégorie des maladies mentales et des dépendances de la CIM-11 provoquerait une panique morale et entraînerait des abus de diagnostics, car elle ne serait pas fondée sur un nombre élevé de preuves, comme l’exige la formalisation de toute autre forme de désordre."

La liste CIM mise à jour devrait être publiée en juin 2018 et ouverte à la consultation avant approbation formelle de l’Assemblée générale de l’OMS en mai 2019.

Profil de MalloDelic,  Jeuxvideo.com
Par MalloDelic, Journaliste jeuxvideo.com
MP

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
renemagritte54
renemagritte54
MP
le 28 juin 2018 à 09:56

Voilà la definition qu'a posée l'OMS pour définir ce qu'il convient plutôt d'appeler le trouble du jeu vidéo:
•Une perte de contrôle sur le jeu (fréquence, intensité, durée);
•Une priorité accrue accordée au jeu, dans la mesure où le jeu prime sur les autres intérêts de la vie et les activités quotidiennes;
•La poursuite ou l'escalade du jeu malgré l'occurrence de conséquences négatives (mauvais résultats scolaires, troubles du sommeil, repli sur soi...).

En principe, le patient doit souffrir de ces symptômes depuis au moins 12 mois pour que le diagnostic d'addiction aux jeux vidéo puisse être posé.

Honnêtement, tous les râleurs qui craignent la stigmatisation, reconnaissez qu'une personne rentrant dans ces critères mérite d'être aidée et soignée.

Lire la suite...
Nyan2332
Nyan2332
MP
le 26 juin 2018 à 19:10

Qui a fait un double facepalm en voyant le titre ?
Sérieusement, ils disent que seulement les jeux vidéos rendent addicts ?
Allez on va faire une liste de toute les bêtises que les personnes n'ayant jamais touchés une manette, un clavier ou un écran tactile on dit :
-les jeux vidéo rendent violents = ce préjugé a déjà été arakiri
-les jeux vidéo rendent idiots = dit ça aux jeux violents mais qui ont des choix que le joueur doit faire.
-les jeux vidéo rendent addicts = presque check, sachant qu'à peu près toutes les activités qui procurent du plaisir peuvent rendre "addicts" (tricot, sport, argent ?)

Oui, non seulement l'OMS néglige le fait que seulement 3 cas d'addiction """"extrême"""" au jeu vidéo ont été recensés, mais qu'en plus, ils abusent de leur pouvoir "d'Organisation Mondiale de la Santé" pour rendre à peu près toutes les addictions peu voire pas du tout "embêtantes" au rang de "maladie mentale".

Vous voyez, je prends tout de même ça comme un "mépris" du jeu vidéo,
je me souviendrai toujours de MJ-Fermez la ! qui a fait une vidéo sur la violence sur le jeu vidéo, et quand je vois ce genre de choses, je pense tout de suite à ça :dehors:

Lire la suite...
Barrock
Barrock
MP
le 23 juin 2018 à 23:22

ah oui, considéré l'addiction comme une maladie, comme l alcoolisme ou la toxicomanie,qui sont reconnue comme maladie....alors ok c'est un fléau mais personne ne les forcent a boire ou a ce drogué en attendant d'autre maladie plus grave ne sont pas ou peut reconnue (et je sais de quoi je parle), alors que c'est maladie la personne n'a demander a les avoir...pourquoi pas reconnaître l 'incompétence de nos politiciens comme un maladie aussi ?

Lire la suite...
Animor
Animor
MP
le 22 juin 2018 à 23:54

Euh... y'a que moi qui est compris ça différemment ?
Le fait que c'est que c'est "l'addiction aux jeux vidéos" qui est reconnue comme une maladie, pas le fait que les jeux vidéos rendent forcément dépendant.
Pour moi il faut voir ça comme suit : maintenant que c'est une maladie reconnue, si jamais ça t'arrive tu pourras être soigné, pris en charge par une mutuelle/assurance et tout le bazar, jusqu'a maintenant tu te démerdais.

Lire la suite...
Commentaire édité 22 juin 2018, 23:54 par Animor
lontegezh
lontegezh
MP
le 21 juin 2018 à 13:28

Le pire etant l'addiction aux discussions, qui n'a pas connu un etudiant qui ne pouvait plus ecouter en cours car il bavardait avec son voisin? Qui dans une discussion entre ami ou en famille n'a pas entendu quelqu'un tellement parler qu'il n'avait meme plus le temps de manger? Qui ne connait pas quelqu'un qui a eu sa vie déchiré a cause d'une mauvaise discussion qu'il regrettera toute sa vie? Le pire etant comme toutes les drogues le melange, il suffit de trop discuter alcooliser pour constater le désastre...
Ou des gens parlant pour ne rien dire, juste dépendant de s'entendre parler?
Je crois que je replonge, aidez moi l'OMS !

Lire la suite...
BoiteDeKleenex
BoiteDeKleenex
MP
le 21 juin 2018 à 12:07

Actuellement, la psychiatrie travaille à développer une nouvelle niche de pathologie : celle de l'addiction comportementale. Plutôt que de vivre une addiction à une substance (cocaïne, métamphétamine, cannabis, etc.), on vit une addiction à un comportement. Ce serait le cas pour les jeux d'argent, les jeux vidéos et autres comportements (p. ex. la course, la lecture, manger, etc.). Le fait de jouer plusieurs heures pas jour n'indique pas nécessairement une dépendance. La dépendance est présente lorsque les comportements viennent interférer dans une ou plusieurs sphères de nos vies (p. ex. les relations sociales, les activités de vie quotidienne...) et qu'il y a une souffrance de la part de l'individu.

Ensuite, là où il y a un problème c'est lorsque l'on regarde qui qui définit ce genre de trouble. Je suis certain que plusieurs ici ne se croient pas dépendants et le serait selon l'OMS. D'un autre côté, il existe les plus anxieux qui se disent dépendants (parce que la norme les classerait ainsi), mais qui ne le sont pas. Pourquoi vouloir rendre pathologique un comportement socialement accepté et exigé ? Au Québec, il existe des maisons de thérapie pour dépendant au jeu vidéo. Vous vous imaginez ? C'est le même formule que pour les toxicos, sauf que ces gens ont développé une mauvaise habitude (aux yeux des intérêts de l'État).

Lire la suite...
djihene
djihene
MP
le 21 juin 2018 à 11:12

Dans une certaine mesure, je trouve que certains jeux tels que WOW peuvent être néfastes, cependant un jeu solo ou avec des parties courtes (fifa, cod...) pour moi ne doivent pas figurer sur cette liste.
Qui n'a pas dans son entourage une personne qui: raté un examen, viré du boulot ou divorcé à cause d'un MMO?

Lire la suite...
jp78120fr
jp78120fr
MP
le 21 juin 2018 à 09:04

https://www.noelshack.com/2018-25-4-1529564502-mort-aux-vieux-cons.jpg

Mon coup de gueule du matin (21 juin 2018) ..." Mort Aux Vieux Cons ... de mai 68 ! " 😜 ... La génération de mai 68 et celles qui ont immédiatement suivi, ne sont-elles pas devenues en 2018 des " Vieux Cons " ? ... C'est la question que je me pose depuis hier ... En effet, il y a 50 ans, elle a dynamité l'autoritarisme de la société française d'après guerre : Libération de la parole, des idées et des moeurs. Et cela a été également le cas dans les autres pays occidentaux. Ok, très bien ! ... Cette génération de mai 68 est maintenant aux sommets de nos institutions : experts de l'OMS, députés européens et autres. Et bien certains d'entre eux, se comportent face à la mutation numérique de notre société, comme des " Vieux Réac ", comme des " Vieux Cons " !

Pour preuve N°1, hier l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) assimile les jeux vidéo à une maladie mentale, en les intégrant dans une liste liée aux troubles de la dépendance. Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas accusé les jeux vidéo. Depuis 1972, date de création du 1er jeu vidéo Pong (1 mur, 1 balle, 1 raquette), on s'en est mangé pendant des décennies, des émissions de télévision avec des prétendus experts et des autres psycho-machin, qui considéraient les joueurs de jeux vidéos comme des psychopathes asociaux. En 2018, je croyais cette période révolue, mais non. Les experts de l'OMS doivent comprendre que le jeu vidéo n'est pas le problème, mais son addiction peut être le révélateur d'un problème pré-existant chez certains joueurs. C'est comme accuser le livre de faire perdre la vue à tous les myopes et les presbytes de notre planète. Le livre n'est pas le problème face aux troubles de la vue ! 🤔

Pour preuve N°2, hier au parlement européen, la réforme sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique fait polémique. Deux directives sont vivement critiquées, la première veut soumettre le partage d'un lien hypertexte à l'autorisation préalable de l'auteur, ce qui va contre les fondements d'Internet et la jurisprudence européenne actuelle. La seconde souhaite mettre en place des filtrages automatiques des contenus, ce qui est une atteinte manifeste à la liberté d'expression ! 😤

Voilà ! Longues vies aux " Vieux Cons de mai 68 " ... mais si le nouveau monde numérique ne vous plait pas, n'en dégoûtez pas les autres avec des classements, des directives ou des lois " à la con " ! 😜 Signé : JP

Source 1 : https://www.jeuxvideo.com/news/865170/oms-la-classification-cim-11-inquiete-les-principales-associations-mondiales.htm

Source 2 : https://www.numerama.com/politique/387412-pourquoi-la-directive-europeenne-sur-le-droit-dauteur-alarme-tant.html

Lire la suite...
Commentaire édité 21 juin 2018, 09:05 par jp78120fr
BJV_777
BJV_777
MP
le 20 juin 2018 à 22:02

Une fois pour rire, j'ai passé un test sur l'addiction aux jeux qui était publié sur je ne sais plus quel site de jeux vidéos, peut -être ici d'ailleurs.
Résultat positif évidemment.
Le problème c'est qu'en remplaçant jeux vidéos dans le questionnaire par séries télés ou bons romans, mes réponses au questionnaire aurait été exactement les mêmes...

Lire la suite...
math2905
math2905
MP
le 20 juin 2018 à 17:28

Voyant beaucoup l'amalgame revenir dans les commentaires. Beaucoup confonde addiction au jeu et addiction aux drogues :/
C'est deux cas cliniques complètement differents qui ne peuvent decements pas être traité de la même manière.
Le cas des drogues c'est la consommation de produits addictif provoquant de ce fait une dépendance souvent non désiré du produit ;) En gros il suffit juste d'un peu de curiosité pour finir complètement accros :/
Les jeux vidéos sont complètement différent, c'est plutôt une forme de plaisir procurant pendant le jeu qui provoque la dépendance :/ Souvent des joueurs s'enfoncent dans le jeu vidéo car à côté c'est pas la joie. De même qu'un enfants qui joue trop devrait avant tout être encadré par ses parents :) Les cas d'addictions réelle au jeux vidéo sont rarissime et s'avère plus être identique à l'addiction que l'on peut ressentir pour un loisirs ( certains sont addict à la musculation au point de ne vivre que pour ça, d'autre au foot et ect ). Mais il est bien plus facile de pointé du doigt le jeu vidéo... quoi qu'il en soit un addict du jeux vidéo n'a pas besoin de traitement médical, simplement de son entourage et/ou d'un aide psychologique. Car régulièrement l'addiction né d'une cause tierce ( vie social, mal être ect) qui tant qu'elle n'est pas réglé provoquera l'addiction. Clairement rien à voir avec la drogues à proprement parler ;)

Lire la suite...
Top commentaires
dargos75
dargos75
MP
le 18 juin 2018 à 18:54

Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

Comme toutes activités, pratiqué en excès, le jeux vidéo peu en effet entrainer des troubles du comportement. Alors que l'OMS considère la chose est une bonne chose, ouvrant la voie à une meilleure recherche et prévention sur la question.

De la même manière, les découvertes récentes en matière de soins vidéoludique, notamment grâce à la VR, entrainera milles bénéfices aussi, et méritera tout autant que l'on se penche sur ces aspects.

Rien n'est tout blanc, rien n'est tout noir

Lire la suite...
Boing02
Boing02
MP
le 18 juin 2018 à 18:36

Une mauvaise pub dont on se passerait bien.... tout comme toutes activités elle doit être fait de façons raisonné

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Ghost of Tsushima
17 juil. 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020
4
Assassin's Creed Valhalla
4ème trimestre 2020
5
Captain Tsubasa : Rise of New Champions
28 août 2020