CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Soldes
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Soldes
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News culture Critique Tomb Raider : A tomber raide ?
Profil de Logan,  Jeuxvideo.com
Logan - Journaliste jeuxvideo.com

Adapter un jeu vidéo n’est pas chose aisée et ce ne sont pas les derniers exemples en date (Warcraft, Assassin’s Creed) qui nous feront mentir. Pourtant, paradoxalement, le cinéma d’action s’inspire de plus en plus de la grammaire du jeu vidéo au point parfois de fusionner à l’image d’Hardcore Henry. Si les deux premiers Tomb Raider s’inspiraient de l’univers créé par Toby Gard tout en proposant une intrigue inédite, le reboot de 2018 choisit de réutiliser les scènes les plus marquantes de celui vidéoludique de 2013 tout en prenant le grand public par la main afin de l’introduire dans son univers par le biais d’un hôte de marque : Lara Croft. Une prise de position qu’on pourrait juger salvatrice et suffisante, mais qui parfois se révèle compliquée à gérer.

Critique Tomb Raider : A tomber raide ?

Lara Croft vs. Wild

Critique Tomb Raider : A tomber raide ?

S’inscrivant dans la droite lignée du reboot vidéoludique de Crystal Dynamics qui présentait une Lara plus jeune, plus inexpérimentée, mais tout aussi déterminée, le reboot cinématographique prend également ses distances par rapport aux deux premiers longs-métrages qui mettaient en vedette Angelina Jolie. Logique puisque ces deux films n’étaient au final que le reflet des premiers épisodes sortis notamment sur Playstation, mais aussi et surtout d’une époque. Tomb Raider 2018 délaisse donc l’aspect «comic book» synonyme d’une Lara toujours sûre d’elle, iconique et virtuellement indestructible pour un personnage plus fragile qui devra apprendre et s’adapter au fur et à mesure de son aventure. Toutefois, l’un des premiers points importants du film tient justement à cet état de fait et surtout au besoin d’expliquer aux non-initiés d’où vient Lara, par où elle est passée et pourquoi elle en est là.

Ainsi, vu qu’il était difficilement concevable de balancer directement la demoiselle dans le grand bain, le premier tiers du film nous décrit le quotidien de la lady britannique campée par une Alicia Vikander plutôt à l’aise dans le rôle, autant dans les scènes physiques que plus posées pas toujours aidées, il est vrai, par des dialogues très bien écrits. On y découvre une Lara ayant refusé de reprendre les rênes de l’entreprise familiale et obligée de faire des livraisons à vélo en parallèle de ses études pour joindre les deux bouts. Si très rapidement on comprend que la belle a refusé la cuillère en argent qui lui était promise pour vivre comme elle l’entend, elle devra néanmoins renouer avec son ancienne existence pour espérer retrouver son père porté disparu il y a sept ans alors qu’il s’était lancé à la recherche de la reine Himiko sur l'île du Yamatai au sud du Japon.

Critique Tomb Raider : A tomber raide ?

Le premier acte pose donc les bases du scénario en dressant un portrait d'une Lara plus actuelle, plus dynamique et surtout plus identifiable par le public. Son passé y prend beaucoup plus de place que dans les précédents films voire même n’importe quel jeu qui ne s’est jamais vraiment intéressé à la jeunesse de son héroïne autrement que via quelques flashbacks. Des flashbacks, justement, Tomb Raider en regorge sans être pour autant être intrusifs. Ils permettent ainsi de mieux comprendre la relation entre Lara et son père campé par Dominic West (l’excellente bien qu’inégale série The Wire) et l’envie de l’aventurière de le retrouver. Si l’élément déclencheur de ce départ est familial, le périple n'en sera pas moins jalonné d’épreuves que Lara devra affronter seule puis avec l’aide de Lu Ren, marin hongkongais et accessoirement ancien compagnon de route de son père.

Critique Tomb Raider : A tomber raide ?

Bien que l’histoire reprenne les grandes lignes du titre de Crystal tout en y greffant des éléments supplémentaires, ces ajouts, parfois artificiels, mettent surtout en avant l'inutilité de certains personnages à l'image d'Ana, interprétée par Kristin Scott Thomas. On appréciera tout de même le caméo de Nick Frost qui, malgré un temps de présence réduit à peau de chagrin, réussit à nous décocher quelques sourires. Malheureusement, outre certains protagonistes fantômes (l'intrigue aurait très bien pu se passer de Lu Ren par exemple), Tomb Raider a du mal à aller au bout des choses, sans doute prisonnier de son PG-13. Si cette classification est compréhensible compte tenu du sujet et du public visé, on note néanmoins un paradoxe voulant que la principale référence du film, autrement dit le jeu, était lui déconseillé aux moins de 18 ans. En résulte un long-métrage pris entre deux eaux, reprenant les grandes scènes/idées du jeu (le naufrage, la descente dans la rivière, l'usage de l'arc…), mais en l’expurgeant le plus souvent de son aspect survie pourtant au coeur du soft de Crystal Dynamics. Fait d’autant plus notable que le jeu s’inspirait ouvertement de l’excellent The Descent auquel il reprenait certaines des scènes les plus viscérales et un côté survival parfois hardcore.

Extrait inédit de Tomb Raider

Critique Tomb Raider : A tomber raide ?

Ainsi, ce Tomb Raider 2018, tout en étant respectueux du matériau de base, donne souvent l’impression de ne pas aller assez loin, ceci desservant notamment son rythme. On aurait ainsi apprécié une once de folie, d'imprévu et un peu plus de mysticisme dans un final réunissant tous ces aspects. A ceci, le réalisateur Roar Uthaug (le très sympathique Cold Prey) préfère un film posé, à la réalisation très propre et bénéficiant d’un visuel léché synonyme de décors exotiques et d'effets maîtrisés. Un bien pour un mal donc même si les acteurs semblent à l’aise dans leurs rôles respectifs, Walton Goggins (Les Huit Salopards) réussissant même la prouesse d’incarner un Mathias Vogel loin d’être caricatural, du moins dans son jeu. Mieux, plutôt que de cabotiner, l’acteur nous livre une prestation très convaincante donnant un peu plus de crédit à l’Ordre de la Trinité. Dommage donc que le personnage reste en retrait alors qu’il aurait mérité un traitement plus important et sans doute mieux défini afin de ne pas être que l’exécutant d’un commanditaire de l’ombre.

Critique Tomb Raider : A tomber raide ?

Au final, Tomb Raider fait partie de ces films oscillant souvent entre la bonne idée et son contraire à l’image d’un certain Assassin’s Creed. Si Uthaug nous livre un long-métrage qui se laisse voir et même apprécier grâce au dynamisme évident de sa star, le revers de la médaille tient à sa trop grande propension à être coûte que coûte accessible à tout un chacun, qu’on connaisse ou non le jeu vidéo. On est loin du mauvais film, mais difficile de ne pas rester sur sa faim. D’autant plus vrai que le plan final (issu lui aussi du reboot de 2013) laisse augurer d’un second volet qui s’affranchirait de sa nature introductive pour s’émanciper et lorgner davantage vers le fantastique plus musclé. Espérons donc que ce Tomb Raider trouve son public, ne serait-ce que pour avoir la chance de voir vers quelle voie la franchise cinématographique s’oriente.

Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
krousty19
krousty19
MP
le 23 mars 2018 à 08:52

Voilà la fin définitive d'une partie de l'histoire du jeux vidéo.

A croire que le pognon aura tout détruit...

Je fais partie de ces gens qui ont connu Tomb Raider depuis le premier épisode (jeu) et plus le temps passe, plus je me dis que c'était mieux avant...

C'est avec beaucoup de plaisir et le sourire aux lèvres que je me rappel la fin des 4 premiers opus de la série.

C'est avec une tristesse et un dépit formidable que je constate ce qu'elle est devenue...

Tomb Raider Sur les traces de Lara C. : une blague, même si encore pas mal de similitude avec ce qu'on a connu avant

Tomb Raider Ange des ténèbres : quoi?!? Pourquoi?!? Quel idée ?!? c'est quoi cette insulte?

Tomb Raider legend : C'est qui cette connasse?
Rendez-nous Lara!!! ah en plus, il y a pas Que Lara, le scénario, l'action,... tout y est passé ou alors on ne sait pas où tout est passé...

Et la liste est encore longue... Anniversary, Underworld et puis le Guardian... pfff que de l'arnaque vidéoludique.

Attention grosse nouvelle! Reboot de la série!
Allez go chez Auchan me procurer une copie.
euh...

oui mais...

Non en fait... C'est pas du Tomb Raider, c'est un simulateur d'escalade pour montrer que Square sait dessiner... pfff au moins vous aurez préparé le terrain pour l'autre star du micro onde j'ai nommé Nathan Drake!

Perso je me suis arrêté là... Tomb Raider n'est plus, Uncharted n'aura jamais été, et ma play ne verra plus jamais de Tomb Raider de sa vie.

Oh et vous pouvez garder vos film à la con avec une actrice d'1,5m avec le charisme d'une moule dans un aquarium de crabe et le visage qui ne ressemble à aucune autre, même pas à Lara.

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Starfield
2023
2
Sonic Frontiers
4ème trimestre 2022
3
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
4
God of War : Ragnarok
2022
5
Street Fighter 6
2023
La vidéo du moment