CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
LawBreakers
  • Tout support
  • PC
  • PS4
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
News jeu LawBreakers était-il condamné à l'échec ?
Profil de mrderiv,  Jeuxvideo.com
mrderiv - Journaliste jeuxvideo.com

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Tristes débuts pour LawBreakers, le FPS compétitif de Cliff Bleszinski (Unreal Tournament, Gears of War) souffle la bougie de son premier mois au milieu d'une fête décidément bien trop vide. Avec seulement 3000 joueurs simultanés lors de son lancement début aôut dernier sur Steam, le titre du studio Boss Key Productions n'est pas parvenu à colmater la fuite de sa communauté. De 1000 joueurs à moins de 500 en cette fin de mois d'août, le déclin se poursuit encore aujourd'hui avec une base active située sous la barre des 50 personnes connectées. Si la fréquentation du jeu sur PlayStation 4 n'est pas chiffrée, LawBreakers semble ne pas avoir réussi à trouver son public. Après un certain Battleborn, le genre du hero shooter fera-t-il une nouvelle victime en 2017 ?

Chroniques d'un lancement raté

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Un bref rappel de la formule du jeu s'impose avant d'essayer d'essayer de tirer au clair les possibles raisons de son échec de lancement. LawBreakers est un FPS compétitif dans lequel deux équipes s'affrontent dans des combats basés sur la gravité. On y retrouve neuf classes dotées d'un gameplay et de compétences spécifiques. Le titre mise une grande partie de son originalité sur la nervosité de son gameplay et sur l'important degré de verticalité conféré par l'absence de gravité à certains endroits de ses cartes. LawBreakers a tout d'abord été pensé comme un titre free-to-play avant de se tourner vers un modèle payant en mars 2016. Cliff Bleszinski justifiait ce choix par la nécessité de faire se démarquer son bébé de la féroce compétition du milieu du "gratuit", un secteur où le joueur est solicité par de trop nombreuses propositions et ne sait plus vraiment où dépenser son argent. Autre facteur de transition, le tag free-to-play n'a pas vraiment bonne image dans l'esprit du public. Les free-to-play sont régulièrement associés à des productions de moindre qualité, voire à des pay-to-win et ça, Cliff B n'aurait su l'accepter. La décision est prise d'un commun accord avec son éditeur Nexon en mars 2016, LawBreakers sera un jeu payant proposé sous la barre des 30 €/$, un tarif incluant toutes les classes, arènes et modes de jeu présents et à venir.

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Après plusieurs phases de bêta, le titre prépare sa sortie calée au 8 août dernier sur PC (via Steam) et PS4. Dès son lancement, Lawbreakers peine à attirer plus de 3000 joueurs et ne parvient à aucun moment à intégrer le top 100 des jeux les plus joués sur la plateforme de Valve. Ce faible nombre est d'autant plus alarmant qu'un autre hero shooter au sombre destin, un certain Battleborn, avait quant à lui réussi à regrouper tout de même quelques 12 000 curieux lors de son lancement avant de sombrer à petit feu dans un état proche de l'oubli. Avec 60% de joueurs en moins que lors de sa dernière phase de bêta, Lawbreakers a tout le mal du monde à stabiliser sa population autour des 1000 joueurs une semaine après sa sortie. Une situation particulièrement pernicieuse : le fait d'avoir peu de joueurs entraîne de longues files d'attente de matchmaking et cette même attente est à même de décourager les joueurs restant.

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Pourtant appuyée par une campagne marketing mondiale (publicités en ligne, pre-roll sur YouTube et multiples partenariats de présentation avec les influenceurs), la sortie de Lawbreakers s'est heurtée à un mur d'indifférence généralisée de la part des joueurs. Le choix du mois d'aôut pour le lancement de Lawbreakers peut-il être - en partie - responsable de sa mauvaise performance de départ ? L'été n'est généralement pas une période de choix du côté des éditeurs, le grand public a d'autres priorités durant ce moment de l'année. Pourtant, plusieurs contre-exemples prouvent que le succès estival demeure bel et bien possible. Starcraft II : Wings of Liberty sorti fin juillet 2010 dépasse le million de ventes 24h après son lancement, Hellblade : Senua's Sacrifice arrivé le même jour que LawBreakers bénéfice d'une réelle hype de la part du public et dépasse le cap des 100.000 ventes dix jours après sa sortie. Peut-être alors que la production de BossKey n'est tout simplement pas assez bonne pour convaincre les joueurs ?

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Les reviews du jeu sont pourtant loin d’être mauvaises (le titre obtient une moyenne de 76 sur Metacritic) et la plupart des tests (dont le nôtre) soulignent la nervosité de sa formule, la précision de son gameplay et le fun global de l'expérience. Même du côté des joueurs, les critiques sont très majoritairement positives, le feeling du titre est bon, la technique convaincante et le skill cap suffisamment élevé pour renouveler le plaisir de jeu lors de chaque match. Seulement, malgré cette bonne réception généralisée, LawBreakers ne parvient pas à endiguer sa perte de joueurs ; à la fin du mois d'août, sa population tombe sous la barre des 500 joueurs quotidiens, un faible nombre qui impacte fortement la durée des files d'attente de matchmaking. L'effet boule de neige s'accélère : moins de joueurs = plus d'attente pour lancer une partie, plus d'attente = plus de joueurs sur le départ, lassés d'avoir à poireauter de longues minutes avant de voir se lancer un match. Qui a envie de dépenser 30 € dans un jeu dépeuplé ? Pas grand monde au vu des 80 joueurs connectés sur LawBreakers au moment de l'écriture de cet article...

Un genre saturé ?

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

S'il est difficile d'identifier les raisons de ce lancement raté, le climat hyper concurrentiel du secteur du FPS compétitif et à plus forte raison du genre du hero-shooter serait la principale raison du démarrage accidentel de Lawbreakers. En ligne de mire de tous les maux, un certain Overwatch semble occuper une place aujourd'hui si importante sur le marché, qu'il en occulterait la plupart des autres initiatives. Il faut dire que le shooter de Blizzard possède une formule implacable. Un casting de héros hyper personnifiés auxquels le joueur peut facilement s'identifier ou tout du moins s'attacher, un solide gameplay sans cesse peaufiné par ses développeurs, un univers étendu exploré par une foule de produits dérivés, et toute l'influence marketing du géant Blizzard. Overwatch a déboulé sur le genre avec la puissance d'un rouleau compresseur écrasant presque tout sur son passage.

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Pourtant, si d'une perspective éloignée Overwatch et LawBreakers semblent similaires, les deux FPS s'abordent et surtout se jouent de manière radicalement différente. Le jeu de Blizzard reste avant tout un shooter au gameplay plus terre-à-terre malgré la présence de plusieurs personnages dotés de capacités de saut ou de vol. LawBreakers articule toutes ses mécaniques sur la faible gravité de ses environnements, tout est basé ici sur la précision. Il n'existe pas de mode facile, pas de personnage doté d'une visée automatique ou d'une zone de dégâts permissive, tout est ici question de pur skill. Overwatch propose à contrario une approche plus ouverte aux novices avec des personnages destinés à une large gamme de styles et de niveaux de jeu. Le canon électrique de Winston, le marteau de Reinhardt ou bien encore le rayon de soin d'Ange sont autant d'exemples de la moindre dépendance du FPS de Blizzard au skill de visée. Ne vous y méprenez pas, performer sur Overwatch nécessite bien d'autres talents et il existe bien entendu plusieurs personnages ultra dépendants du degré de précision du joueur. L'adage si cher à Blizzard "Easy to learn, hard to master" s'applique tout à fait à Overwatch là où LawBreakers pourrait plutôt être défini par une toute autre formule : "Hard to learn, hard to master".

Pointé du doigt dans de nombreuses critiques, l'absence d'une solide phase de tutoriel cause, à notre sens, beaucoup de tort à l'ouverture de Lawbreakers à un plus large public. Le jeu pêche à introduire les subtilités de son gameplay aux nouveaux venus et s'adresse pour le coup à un public déjà bien plus restreint de vétérans habitués aux mécaniques telles que les air shot, les rocket jump et autres techniques de conservation de l'élan. Le titre de BossKey renvoie en ce sens l'image d'un FPS au skill cap élevé, adressé à une niche restreinte de joueurs. L'ajout d'un tuto complet, s'il ne fera certainement pas miracle, pourrait aider le titre à faire évoluer cette perception.

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Le futur Quake Champions se positionne lui-aussi sur un créneau similaire, celui du fast FPS réservé à une tranche skillée de joueurs. Toutefois, le titre de Bethesda peut, contrairement à Lawbreakers, s'appuyer sur une communauté déjà existante de vétérans. Cette base sera-t-elle suffisante pour garantir le succès du titre ? Celà est une autre question.

Retour à la niche ?

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Être de niche n'a jamais empêché un titre de performer auprès d'un public correctement ciblé. Or, même les joueurs les plus passionnés par le fast FPS compétitif semblent avoir boudé la sortie de Lawbreakers. Il faut dire que le titre sort en plein climat de saturation, ou tout du moins de sentiment de saturation, du genre du shooter compétitif. Cette vaste catégorie englobe de nombreux sous-genres dans l'esprit du grand public : hero-shooter en équipes, shooters inspirés des MOBA, fast FPS, arena shooter, etc. L'exemple de Battleborn, pourtant bien différent d'Overwatch sur de nombreux points, prouve que l'attention et les finances du joueur actuel ne sont pas illimitées. Overwatch, LawBreakers, Battleborn, Paladins, restent malgré toutes leurs différences des titres où il faut tirer sur les membres de l'équipe adversaire pour gagner la partie. Cette vision simpliste des choses est certes ultra réductrice, mais dresse le portrait de la perception du plus grand nombre.

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Ce même joueur issu du grand public n'est d'ailleurs pas forcément prêt à investir 30 euros dans un LawBreakers quand la majorité de ses connaissances se connecte quotidiennement sur un autre représentant plus populaire du FPS. Reste-t-il trop peu de place dans le secteur pour motiver le consommateur à investir dans un autre shooter, qui plus est dans une nouvelle licence ? Les quelques sorties de l'année passée tendent à montrer que c'est le cas. Battleborn a connu un échec cuisant lors de sa sortie payante, même constat pour Evolve. Tous deux ont d'ailleurs tenté de sauver les meubles en adoptant sur le tard un modèle free-to-play. À contrario, un titre comme Paladins s'est dès le départ positionné sur le marché avec un modèle free-to-play, une décision qui lui permet depuis de maintenir une honnête base d'environ 30.000 joueurs.

LawBreakers était-il condamné à l'échec ?

Une transition en mode free-to-play pourrait-elle permettre à Lawbreakers de redresser la barre ? Déserté de façon similaire lors de son lancement avec à peine une dizaine de joueurs en simultané, Mirage : Arcane Warfare de Torn Banner Studios a pris le problème à bras-le-corps en rendant temporairement son jeu gratuit durant 24 heures le week-end dernier. Une décision salutaire puisque le titre a enregistré par la suite un pic à 43.000 joueurs avant de redescendre à 800 en moyenne depuis ce jour. Un nombre déjà plus motivant pour les développeurs et les joueurs qui n'ont plus à subir un matchmaking interminable.

Connu pour son tempérament parfois sanguin sur les réseaux sociaux, Cliff Bleszinski a exprimé son ressenti sur ce lancement alarmant dans un récent entretien accordé au site GameSpot :

Il faut faire en sorte en sorte que les gens sachent que c'est une expérience intense qui peut, espérons-le, devenir eSport. Mais vous savez, je dois tout d'abord et surtout garder ce jeu en vie. Je peux être très sûr de moi et effronté sur les réseaux sociaux. Donc réaliser que nous avons une base de joueurs maigrelette, c'était très humiliant pour moi. Je vais continuer à faire avancer ce jeu, continuer à ajouter des choses et essayer d'être un peu moins un c*****d.

Pour BossKey il est bien évidemment encore trop tôt pour tirer la sonnette d'alarme. Le studio préfère se concentrer sur l'évolution de sa proposition et le fait savoir par l'intermédiaire de C.Bleszinski :

C'est un marathon, pas un sprint. Je préfère faire un jeu sous-coté qui se transforme peu à peu en quelque chose que les gens adorent, plutôt qu'un titre générant bien trop de hype avant de s'écraser ; c'est en cela qu'à mon avis les critiques Steam sont si positives.

Sauf que même le plus endurant des athlètes finit par s'essouffler si le marathon dure trop longtemps. BossKey souhaite parier sur le futur, le bouche à oreille positif autour de son jeu et compte poursuivre son travail sur les mises à jour de contenu et d'équilibrage de LawBreakers pour attirer peu à peu une nouvelle vague de joueurs. C'est en tout cas tout ce qu'on lui souhaite, car le titre est loin de manquer de qualités !

Notre vidéo-test de Lawbreakers

PC PS4 Nexon Europe Boss Key Productions FPS Multi en ligne
Commander LawBreakers
PS4
Amazon
80.49 €
Toutes les offres
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
mrnynyx mrnynyx
MP
le 21 janv. 2018 à 11:13

il a eu du mal car il et sorti quasiment en même temps que Fortnite et moi même qui a jouer a sa beta (de lawbreakers) j'ai opté pour fortnite que je regrette maintenant, j'aurai tellement du m'acheter se jeu a la place honnêtement je suis dsl !

Lire la suite...
Meilleures offres
Amazon PS4 80.49€
Marchand
Supports
Prix
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
3
Final Fantasy XVI
3ème trimestre 2023
4
Diablo IV
2023
5
Cyberpunk 2077 - Phantom Liberty
2023
La vidéo du moment