Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Yves Guillemot (Ubisoft) à propos de Vivendi : "Je n'ai pas du tout envie d'être dirigé par un conglomérat"

News business Yves Guillemot (Ubisoft) à propos de Vivendi : "Je n'ai pas du tout envie d'être dirigé par un conglomérat"

Comme une guerre froide, le conflit entre Ubisoft et Vivendi dure depuis déjà plus d'un an. Les choses se font petit à petit, la compagnie de Bolloré grimpant au capital de la firme française et les Guillemot sécurisant des parts de leur propre affaire à coups de millions. Mais cette histoire pourrait bientôt prendre fin puisque à compter du mois de novembre, Vivendi fera l'acquisition du droit de vote double. En effet, selon la loi Florange, les actionnaires conservant leurs titres pendant au moins deux ans obtiennent en récompense les droits de vote doubles.

Yves Guillemot (Ubisoft) à propos de Vivendi : "Je n'ai pas du tout envie d'être dirigé par un conglomérat"
Yves Guillemot (Ubisoft) à propos de Vivendi : "Je n'ai pas du tout envie d'être dirigé par un conglomérat"
Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft.

C'est un mois très certainement entouré en rouge sur le calendrier de l'homme d'affaire breton. Comme l'ont fait remarquer différentes analystes financiers, le mois de novembre serait idéal pour Vincent Bolloré. Idéal pour lancer une OPA sur Ubisoft. A près de soixante jours de la potentielle prise de contrôle, le président actuel du studio de jeux vidéo français s'est entretenu avec les Echos. Une interview des plus intéressantes dans lequel l'homme s'exprime sans filtre sur Vivendi, société qu'il considère comme rivale et avec laquelle il n'aurait aucun contact :

Nous ne nous parlons pas. Nous attendons toujours la réponse au courrier envoyé il y a plus d'un an, pour qu'ils nous précisent les synergies qu'ils disent imaginer. Vivendi est avant tout un concurrent pour Ubisoft, notamment dans la guerre des talents, le jeu sur mobile, le cinéma, etc.

Ubisoft est-il condamné à tomber entre les mains de Vivendi ? Difficile à dire tant que la stratégie de la multinationale possédant Canal+ n'est pas connue. De son côté, Yves Guillemot explique compter sur les performances de sa société qu'il estime bien plus intéressantes pour les actionnaires que n'importe quelle prime :

La meilleure stratégie est de performer. Nous avons transformé le modèle d'Ubisoft pour allonger la durée de vie de nos jeux et qu'ils apportent des revenus plus récurrents et plus rentables. C'est une stratégie lancée en 2010. La prédictibilité de nos résultats et de la croissance s'améliore. Depuis un an, le cours de bourse d'Ubisoft a progressé de plus de 60 %. Si quelqu'un arrive et propose une prime de 30 %, je ne pense pas que beaucoup d'actionnaires seraient intéressés car notre potentiel de création de valeur est largement supérieur.

Parce qu'elle est présente à chaque interview sur le sujet, nous ne pouvons passer à côté de l'inévitable question suivante : que deviendrait la société Ubisoft si elle était dirigée par Vivendi ? Yves Guillemot ne change pas de version et continue de penser que Vivendi aurait bien du mal à comprendre l'industrie vidéoludique. "Nous, depuis trente ans, nous essayons de trouver la bonne voie. Ce n'est pas facile, c'est exigeant, il faut prendre des risques et être mobilisés à 100 % sur ce segment" ajoute-t-il.

Et l'avenir avec Bolloré ? A les entendre, il semblerait que les frères Guillemot aient du mal à s'imaginer continuer chez Ubisoft avec Vivendi au-dessus de leurs têtes. Sans vraiment parler de son cas, Yves préfère revenir sur les performances moyennes de Vivendi dans le milieu du jeu vidéo jusqu'à aujourd'hui. L'homme d'affaire lance même une petite pique concernant le regain de puissance d'Activision depuis son émancipation du groupe de Bolloré :

Je n'ai pas du tout envie d'être dirigé par un conglomérat. J'observe d'ailleurs que les groupes de médias qui ont investi dans les jeux vidéo n'ont pas réussi. Regardez Disney. Quand Activision a intégré Vivendi, c'était pour venir prendre la pépite, Blizzard. Vivendi a ensuite laissé partir l'ensemble en revendant Activision, qui a ensuite bien plus prospéré. Les 60 % que Vivendi détenait dans Activision représentent aujourd'hui 20 % de plus que la valeur totale actuelle de Vivendi ! J'aurais préféré qu'Activision reste dans Vivendi, ils auraient été un concurrent bien moins dangereux.

Assassin's Creed Origins, prochain grand titre signé Ubisoft

Profil de daFrans,  Jeuxvideo.com
Par daFrans, Journaliste jeuxvideo.com
MP
Ubisoft

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
OloBZH
OloBZH
MP
le 18 nov. 2017 à 18:34

:objection:
Qu'est-ce qu'ils ont tous ces journalistes à parler de Bolloré comme "l'industriel breton", c'est un pur parisien, y'a qu'à regarder sa fiche wikipedia, sont père l'était d'accord.
Et puis en plus ici on parle des Guillemots, qui eux sont vraiment bretons...

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 16 nov. 2017 à 20:12

Vous n’êtes pas mieux que le boss de Vivendi... avec vos jeux bourrés de micro-transaction... juste retour des choses... Ubi est l'un des éditeurs qui se foutent le plus de la gueule des joueurs !!! et qui précipitent l'industrie du jeux vidéos dans le gouffre !!!
BARREZ-VOUS !!!

Lire la suite...
sebouye2
sebouye2
MP
le 11 sept. 2017 à 19:18

fallait pas rentrer en bourse!trop tard.

Lire la suite...
kajjun
kajjun
MP
le 11 sept. 2017 à 17:38

Avec tout le mal qu'Ubisoft a fait à Patrick Désilets c'est un juste retour des choses.Bye bye Yves Guillemot et adios.. comme quoi même les requins se mangent entre eux.

Lire la suite...
Commentaire édité 11 sept. 2017, 17:39 par kajjun
Nurocker
Nurocker
MP
le 11 sept. 2017 à 17:34

C'est marrant comme allociné et jeuxvideo.com insistent bien sur le fait que Bolloré est breton, alors qu'en cherchant un peu sur le net on s’aperçoit qu'il est un peu plus que ça... :sarcastic:
Comme s'il fallait éviter que ça se sache :honte:

Lire la suite...
LeMzugu
LeMzugu
MP
le 11 sept. 2017 à 17:02

ubisoft passe sous vivendi, je boycotte tous leurs jeux et pourtant cela fait des années que j'achète leurs jeux et que je m amuse dessus.

Lire la suite...
Amadore
Amadore
MP
le 11 sept. 2017 à 16:59

Tot ou tard Bolloré va les sous planter... il détruit tout ce qu'il touche, il ne lachera pas l'affaire.

Cette année ? 2018 ?

Lire la suite...
Gumpert[JV]
Gumpert[JV]
MP
le 11 sept. 2017 à 16:46

"Pour protéger les brebis il faut tuer le loup et il faut etre un loup pour tuer un loup tu pige"

Alonzo Harris

Lire la suite...
Laetus
Laetus
MP
le 11 sept. 2017 à 16:40

Avant de crier que, de toute façon, Ubisoft est aussi pourri que Vivendi et que rien de tout cela n'a de réel intérêt, j'aimerais attirer votre attention sur un autre acteur majeur de ce drame : les joueurs.

On l'entend souvent ici ou là : la politique d'Ubisoft, comme celle d'autres éditeurs, fait grincer des dents. Pourtant, cette politique ne fonctionne pas parce que de vilains actionnaires réclament leurs dividendes : elles ne fonctionnent que parce que des gens achètent. Autrement dit on ne peut pas critiquer cette politique tant que l'on continue de la légitimer en passant, même en bougonnant, à la caisse. En revanche, on peut faire valoir son mécontentement en n'y adhérant pas.

Il n'y a qu'une chose, en réalité, qui détermine le destin d'une entreprise : le marché. Et le marché, c'est nous. A l'heure actuelle, Ubisoft et tous les autres ne se rendent responsables que d'une seule chose : de suivre les tendances du marché. Et si des investisseurs qui ne connaissent rien au domaine des jeux vidéo comme Vivendi s'y intéressent subitement, ce n'est que pour une seule raison : le marché apparaît comme très rentable. Nous sommes très rentables.

Je vous laisse y réfléchir...

Lire la suite...
KinderBobby
KinderBobby
MP
le 11 sept. 2017 à 16:01

Un requin qui veut bouffer un requin, le requin gagne.
L'un comme l'autre, s'en bat les steaks des jeux vidéo ; z'êtes sûrs que ça va nous changer quelque chose à nous ? Je veux dire : la merde, ça reste de la merde, quel que soit l'emballage.

Là on a deux blaireaux qui se mettent sur la tronche, j'ai peut-être des pensées négatives, mais au final je me dis qu'il y aura un blaireau qui fera la gueule. Et ça putain, qu'est-ce que ça me réjouit !

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Halo Infinite
08 déc. 2021
3
Gran Turismo 7
04 mars 2022
4
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022
5
Halo Infinite Multiplayer
08 déc. 2021