CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days 2022
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News culture Critique Castlevania Netflix : Saison 01 - Entre réalité historique et adaptation vidéoludique
Profil de Logan,  Jeuxvideo.com
Logan - Journaliste jeuxvideo.com

Si en littérature et au cinéma, le Dracula de Bram Stocker reste le chef de file de la mythologie vampirique, la situation est quelque peu différente dans le jeu vidéo. En effet, bien que plusieurs grandes séries (Vampire : La Mascarade, Blood Omen : Legacy of Kain...) se soient habilement penchées sur le cas de cette créature de légende, Castlevania reste un exemple très intéressant, ne serait-ce qu'à cause de sa longévité au moins aussi impressionnante que celle de son personnage central, Dracula. Fait étrange, la saga de Konami n'avait jamais été adaptée en animation jusqu'à ce que Netflix se penche sur le problème. La première saison ayant pris fin après quatre épisodes, petit retour sur une série ayant déjà dû affronter les affres de la critique anti-chrétiens.

Critique Castlevania Netflix : Saison 01 - Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

Teaser de la série animéeCastlevania

De Vlad Tepes à Dracula

Critique Castlevania Netflix : Saison 01 - Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

La première chose à savoir concernant le Castlevania de Netflix vient du fait que la série s'est quelque peu réappropriée Castlevania III qui lui-même s'inspirait du Dracula de Bram Stocker qui de son côté s'inspirait de l'histoire de Vlad III Basarab, autrement appelé Vlad Tepes soit Vlad l'empaleur. Fait notable, l'anime de Castlevania choisit de revenir à une certaine réalité historique en posant ses valises non pas en Transylvanie mais bel et bien en Valachie, soit la principauté gouvernée par Vlad III dès 1448. D'ailleurs, d'un point de vue chronologique, il est intéressant de noter que la série débute en 1455, date à laquelle Basarab ne gouvernait pas la principauté. Le premier épisode s'ouvre donc à cette période lorsque Lisa, du village de Lupu bordant le château du comte, vient quémander auprès de Dracula les connaissances afin de devenir médecin. On regrettera d'ailleurs que l'introduction de Dracula manque de prestance à l'image du chara design, très européen et donc en cela très loin du design des jeux de Konami, mais la plupart du temps assez fade ne serait-ce que dans les expressions des visages. Quoi qu'il en soit, après un échange verbal révélant l'attirance (précoce) des deux êtres l'un pour l'autre, le pilote choisit après quelques minutes de faire un bond de vingt ans dans le passé, pour nous mener à Targoviste en 1475, soit l'année où Vlad III retrouvera son trône à la mort de son frère cadet. On comprend ainsi que les scénaristes se sont davantage penchés sur l'histoire de Vlad Tepes en délaissant quelque peu, du moins pour l'instant, le lore de la série de Konami pour poser les bases de leur série et expliquer l'état mental de Dracula. En effet, sur les conseils de Lisa, Vlad choisit de sillonner le monde pour le comprendre et assouvir sa soif de connaissances. Le revers de la médaille sera la perte de sa promise, brûlée sur le bûché par l'Eglise pour acte de sorcellerie.

Une série anti-chrétienne ?

Ainsi, en l'espace d'une courte introduction, le show dévoile sa nature adulte renforcée par un gore assez prononcé. Si l'apparition de Trevor Belmont renforce les liens de la série avec la saga vidéoludique de Konami, il est à noter que les 4 épisodes de la Saison 1 ont déjà été au centre d'une polémique voulant que les auteurs ont délibérément critiqué la chrétienté, les prêtres étant clairement montrés comme le mal à pourfendre à l'inverse de Dracula, ayant certes déchaîné les enfers sur la Valachie mais suite à la perte de sa femme qui l'a rendu fou. Le comte présenté en tant que victime alors que l'Eglise serait l’institution à abattre ? Adi Shankar, le producteur de la série, a réagi à cette polémique sur la page facebook officielle de la série en déclarant :

En somme, parce-que l'antagoniste principal de la Saison 1 est un évêque, la série serait anti-chrétienne. De façon plus nuancée, on pourrait dire que le show serait anti-Eglise. Je ne suis pas d'accord avec ces deux opinions. J'admets que la Saison 1 critique fortement l'évêque et ses partisans mais ce ne sont pas les seuls représentants de l'Eglise. Ceux qui ont vu l'épisode 4 savent que Trevor Belmont fait équipe avec un prêtre ordonné qui utilise de l'eau bénite pour combattre les démons de Dracula. Je ne vois pas vraiment comment on peut voir cet aspect comme anti-chrétien ou anti-Eglise.

Personnellement, je ne suis pas chrétien mais j'ai plusieurs amis proches qui le sont. Le but de Catslevania n'était pas pas d’être pro ou anti-chrétien. Le but du show était de montrer que le monde n'est pas aussi simple que la lutte du bien contre le mal. Il y a des nuances.

En d'autres termes, ne soyez pas hypocrites.

Je voudrais enfin m'adresser à ceux qui n'ont pas été gênés par la vue du Clergé corrompu de Castlevania. Si vous avez regardé la série en vous disant «Ouais, les chrétiens étaient tous des hypocrites !», vous avez loupé le coche. En fait, j'ai l'espoir que vous vous questionniez à l'image des douze apôtres lorsque Jésus déclara que l'un d'entre-eux le trahirait. Ils ne se pointèrent pas du doigt autour de la table mais se demandérent simplement : Et si c'était moi ?

Critique Castlevania Netflix : Saison 01 - Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

En d'autres termes, non, Catlevania n'est pas une charge contre l'Eglise mais nous fait comprendre que le monde n'est ni blanc, ni noir. Au delà de ce débat, ces 4 premiers épisodes démontrent toutefois quelques lacunes scénaristiques. On sent en effet que cette Saison 1 est là pour introduire l'univers, fief d'une histoire issue de Castlevania III : Dracula's Curse. Malheureusement, dans son ensemble, cette saison semble faire du surplace en privilégiant quelques dialogues, certes bien écrits mais parfois trop longs ou inutiles. Ceci tient surtout au fait que l'histoire en elle-même est somme toute assez limitée. On y retrouve Trevor, ancêtre de Simon Belmont, et accessoirement chasseur de démons, qui aidé de la sorcière Sypha Belnades va devoir partir à l'assaut du château du comte, ceci signant le cliffhanger de l'épisode 4. Le propos général est donc presque plus important que l'histoire qui avance peu. Il faudra a priori attendre la Saison 2 (composée de 8 épisodes) pour voir les personnages évoluer, assister à la confrontation du trio de chasseurs (Alucard étant le troisième larron de l'équipe) et de Dracula et peut-être avoir droit à un meilleur équilibre entre histoire et action.

Et du point de vue de la réalisation ?

Comme nous le disions plus avant, la série est résolument adulte (l'interdiction aux mineurs n'étant pas innocente), ne serait-ce que dans son esthétique ou bien encore son animation. Pour autant, difficile de dire si cette dernière est à la hauteur du show ou, au contraire, dépassée, surtout si on la compare aux standards de l'animation japonaise actuelle ou à celle du superbe Vampire Hunter D : Bloodlust sorti en 2001. En effet, malgré les nouvelles technologies et l'apport de la 3D, le sentiment de regarder une série inégale prévaut par moments même si les superbes décors côtoient de magnifiques chorégraphies de combats (celle finale étant un modèle du genre) qu'on aurait aimé plus fluides pour un meilleur rendu.

Critique Castlevania Netflix : Saison 01 - Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

Néanmoins, autant dans ses rouges prédominants, ses jeux de lumière réussis, son doublage de qualité ou sa musique minimaliste accentuant l'atmosphère crépusculaire du show, Castlevania se dote d'une superbe esthétique saupoudrée de quelques clins d'oeil aux jeux pour un résultat des plus solides. On demande toute de même à être pleinement convaincus via la Saison 2 qui ne se privera pas pour envoyer goules, cyclopes et créatures de la nuit à la face de notre trio de chasseurs. On en frémit d'avance.

> Retrouvez l'actualité Cross Media sur notre page dédiée

Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Pseudo supprimé
le 20 janv. 2018 à 11:09

Au lieu d'utiliser des prêtres catholique pourquoi n'ont-il pas prit des Imans ,des moines Boudistes ou Thaoistes ?

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
4ème trimestre 2022
2
Starfield
1er semestre 2023
3
Diablo Immortal
02 juin 2022
4
The Day Before
01 mars 2023
5
Sniper Elite 5
26 mai 2022
La vidéo du moment