CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News débat et opinion Le PC menace-t-il les consoles de salon ?
Profil de Panthaa,  Jeuxvideo.com
Panthaa - Journaliste jeuxvideo.com

Avec les dernières générations de consoles, les joueurs PC sont passés de l'admiration à l'indifférence à l'égard des machines de salon. Voilà le postulat de base de notre analyse d'aujourd'hui et nous allons tenter de l’explorer de manière libre en s’attardant sur une liste de constats non-exhaustifs. Jadis complémentaires car bien campées sur leurs positions, ces deux branches du gaming sont depuis quelques années relativement proches, et même un peu trop. Si proches que l’on en vient à se demander si le PC n’est pas en train de tuer les consoles… « Cette génération de consoles sera la dernière du marché », vous avez surement tous lu ça dans de fumeuses analyses de cabinets pas plus « gamers » que le quadra qui joue à Candy Crush dans le métro pour passer le temps, mais si c’était vrai ? Et si, en observant le marché actuel, on en venait à l’inéluctable conclusion que les consoles sont en passe de mourir, assassinées en bonne et due forme par leurs concurrents avec en principal tête de liste le PC ? Asseyez-vous, prenez une tisane, et penchons-nous sur ce Cluedo vidéoludique sauce Minority Report.

Le PC menace-t-il les consoles de salon ?

Back to the Bits

Afin de comprendre l’évolution qu’ont subie les deux marchés qui nous intéressent aujourd’hui, il suffit de prendre un repère temporel, au hasard, les années 90. Pour celles et ceux qui n’auraient pas connu cet âge d’or où les Minikeums cartonnaient avec Melissa tandis que Dragon Ball ressemblait encore à quelque chose, il parait important de dresser un tableau vidéoludique de ce qui existait sur chacun des marchés. Le jeu sur PC y était couteux et n’avait pas encore connu l’engouement du grand public. Comprenez par-là que WoW, LoL, Minecraft, et surtout Les Sims n’avaient pas encore frappé d’un coup sec dans le subconscient collectif et que le cliché de l’informaticien geek aussi infréquentable que ses dessous était toujours en vigueur. Une bonne machine capable de faire tourner les titres à la pointe techniquement demandait un investissement conséquent et on ne vous cache pas que lire la configuration minimale à la fin d’un test était toujours un moment difficile tant les « beaux jeux PC » s’annonçaient plus gourmands mois après mois.

Le PC menace-t-il les consoles de salon ?
OK, donc on débranche quoi ?

Il faut également se dire que le concept d’upgrade de composants était une science que seuls les druides maitrisaient, officiant dans l’ombre, tournevis à la main. Difficile en effet pour le joueur moyen de se dire qu’il va changer sa carte graphique, en commander une meilleure à un bon prix après avoir lu quelques guides et la monter lui-même. Les guides d’achat sur le web, les forums, les tutos YouTube et la très grande simplicité des nouvelles architectures PC n’existaient tout simplement pas à l’époque. Votre machine, vous l’achetiez chère, et vous rongiez votre frein trois ans plus tard en regardant ce que pouvaient désormais afficher les consoles et les derniers jeux sortis, sans pour autant pouvoir y jouer. De manière générale, jouer sur PC était laborieux, acheter des jeux sur ordinateur ne se faisait pas partout et le choix manquait souvent à l’appel, sans oublier le temps d’installation des titres sur plusieurs CD avec leur lot d’incompatibilités, de bugs impossibles à résoudre sans mettre les mains dans le cambouis. Sur console en revanche, il suffisait de se rendre en boutique, d’acheter, de glisser la galette dans le tourne-disque et roulez jeunesse !

Le PC menace-t-il les consoles de salon ?
Le PC menace-t-il les consoles de salon ?
Les consoles avaient leurs aprem' split-screen, les PC avaient leur LAN Party

C’est certain, le « jeu vidéo grand public », à l’époque, se trouvait sur consoles, des portables (Gameboy et ses déclinaisons) aux Super Nes et Saturn en passant par l’inévitable PlayStation. Avec la démocratisation du PC pour la famille, dans la seconde moitié des années 90, le loisir vidéoludique a tout de même su se trouver un parc plus large. Les joueurs se sont découvert une passion pour la patience dans les Caesar ou Pharaon, une passion pour la stratégie à travers Age of Empires et les STR Blizzard (Warcraft ou Starcraft), un goût pour le pilotage sur les Flight Simulator et n’ont pas tergiversé face à la dose de fun que procuraient les Dungeon Keeper, Worms ou autres Theme Park. Nous n’oublierons également pas les très nombreux point’n click qui avaient une véritable écriture, chose que les jeux console ont mis très longtemps à s’approprier. Pour simplifier à l’extrême : jouer sur PC était plus posé, plus réfléchi, plus exigent et moins destiné au fun et à la surenchère d’effets visuels, alors que la console misait beaucoup là-dessus, à travers ses jeux de combat ou ses titres d’action / aventure colorés, sans oublier les beat’em all et les jeux de sport, increvable hobby qui a remplacé l’entrainement de foot pour pas mal de jeunes.

Le milieu aurait pu évoluer ainsi ad vitam aeternam, seulement voilà, les choses ont pris une autre tournure et le PC est devenu, grâce à internet notamment, une plateforme de choix pour l’innovation, qui a très vite su procurer des sensations qui n’avaient plus grand-chose à envier aux consoles. En y incluant une dimension sociale exacerbée que les machines de salon et leur split-screen convivial mais limité ont mis du temps à intégrer, l’ordinateur a su se placer chez les gamers. À la fin des années 90, la furie des parties en lignes sur Counter Strike n’avait d’égal que leur pendant IRL, en Lan Party, où plusieurs dizaines de joueurs s’affrontaient dans la même pièce tout en partageant plus ou moins légalement leurs trésors de guerre : jeux, films, musiques et autres éléments plus compromettants, fruits de leur razzia hebdomadaire sur les P2P. Mais ne nous éloignons pas du sujet et recentrons nous sur la guerre qui anime si bien nos forums à chaque news « technique » opposant le PC et les consoles.

« Sur console, c’est plus joli ! »

Le PC menace-t-il les consoles de salon ?
Le graal de toute une génération

Si à cette époque les joueurs PC regardaient les évolutions des consoles avec envie, c’est bien parce que leur modèle de consommation avait quelque chose de très sexy et permettait de jouer sans soucis et rapidement à un jeu, seul ou à plusieurs, directement sur sa télé. Les exclusivités pleuvaient et le catalogue console avait « de la gueule » en plus de proposer des fantasmes absolus comme celui de jouer à Time Crisis sans devoir mettre une pièce de 10 francs à chaque game over. Avec l’internet, disions-nous, le PC a marqué un premier point. Le second concerne la course à l’innovation technique, elle aussi perdue par les consoles, surtout depuis la 8eme génération : l’actuel parc de consoles sur le marché.

Y a-t-il un jeu console actuellement qui ne serait pas abordable pour le parc des PC gamer ? La question mérite d’être posée surtout lorsque l’on se rappelle avec émotion la Dreamcast et ses jeux sublimes que les ordinateurs peinaient à envisager. Aujourd’hui, n’importe quel titre qui pointe le bout de sa jaquette multi-support est très souvent plus agréable à l’œil sur PC. Cela n’a pas toujours été le cas et l’uniformisation des composants consoles (notamment les processeurs, qui rappelons le, sont de la même famille sur One et PS4) y est pour beaucoup. Les consoles sont désormais des « petits PC Gamer » ce qui aide grandement les équipes de développement pour ce qui est des portages sur plusieurs machines, autrefois catastrophiques sur PC car requérant énormément d’adaptation à cause des architectures si particulières de certaines consoles (la PS3 et son processeur Cell pour ne citer qu’elle).

Le PC menace-t-il les consoles de salon ?Le PC menace-t-il les consoles de salon ?

Aujourd’hui, rares sont les titres exclusifs à une plateforme, et les développeurs ont appris à considérer l’ordinateur comme un véritable support de jeu sur lequel un vrai public les attend au tournant (même sur PES 2016). De plus, sur PC, les options sont paramétrables, ce qui permet à une configuration gaming moyenne gamme d’arriver au niveau des performances d’une console, et parfois de la surpasser, notamment au niveau de la résolution (sans même parler de la 4K) et du framerate encore trop souvent bloqué à 30 fps, pour des raisons de réalisme nous souffle-t-on. La course aux graphismes entre les consoles et l’univers PC n’est plus à faire, elle est déjà jouée seulement deux années après la sortie de ces dames. Alors oui, les jeux console seront de plus en plus optimisés et performants, mais les PC le seront aussi, et bien plus vite. À la différence qu’une console, qui a une durée de vie théorique de 6 à 8 ans, un PC s’upgrade potentiellement au fur et à mesure. Il se pourrait même que dans deux ou trois années, les projets qui ne visent que le PC pour des raisons de ressources nécessaires comme Star Citizen soient bien plus nombreux qu’actuellement. Dans un même temps, les consoles se sont accaparé les tares d’antan de leur lointain cousin en demandant une installation sur disque dur, des patchs, de la connexion internet obligatoire, et ne sont plus exemptes de bugs, de crashs, et de soucis divers alors qu’il s’agissait là de leur credo et principal argument : la facilité d’usage et le confort de jeu.

Les consoles, éternelles copieuses en matière d’innovation ?

De son côté, le PC a poussé vers ce fameux confort et propose, depuis l’avènement des plateformes dématérialisées de type Steam, Origin, UPlay, Galaxy et consors, une démarche ultra-simplifiée pour faire l’acquisition de jeux. En quelques clics, le joueur peut se renseigner, regarder des images et des vidéos, lire des avis, acheter son jeu et jouer après quelques dizaines de minutes de téléchargement. Cette simplicité, née sur PC au début des années 2000, a depuis été intégrée à l’écosystème des consoles et n’est d’ailleurs pas la seule bonne idée à avoir transité du PC jusqu’aux plateformes de salon lors des brainstormings concernant les nouvelles générations. Le free to play, modèle émergent lui aussi venu du PC s’installe sur console avec le succès qu’on lui connait. Bien évidemment, le roi de ce business model est le secteur mobile, mais c’est un autre débat. Il faut tout de même garder en tête que ce nouvel entrant dans le gaming, arrivé avec les smartphones, s’est catapulté au rang d’acteur majeur et fait aussi à sa manière pas mal de tort aux consoles, mais cette fois-ci aux consoles portables, autre secteur impacté par l’évolution de la consommation vidéoludique.

Binding of Isaac Rebirth est l'exemple typique du jeu indé né sur PC qui cartonne sur consoles

Le PC menace-t-il les consoles de salon ?

Le marché du « jeu indépendant », désormais incontournable des sorties Steam est aussi né sur PC grâce à la liberté du support et à sa facilité d’accès pour les joueurs comme pour les développeurs qui n’ont pas à passer la myriade de process de validation afin de figurer sur un store et peuvent se contenter de sortir dans la nature ou sur des plateformes dédiées au jeu indé (comme Desura et, plus difficilement, Steam). Tout ceci a été repris avec plus ou moins de réactivité par les plateformes consoles. Mais alors, qu’ont inventé les consoles pendant ce temps en plus d’avoir suivi les tendances qui marchaient sur PC, des soldes régulières jusqu’à l’Early Access en passant par les plateformes centralisées, le streaming et l’upload de contenu photo et vidéo sur le net ? Ah, élément de réponse : on me dit dans l’oreillette que les consoles sont devenues des hubs multimédia.

TV, TV, TV, Television, Call of Duty, Call of Duty, Television, Sports !

La diversification des services hors-gaming, c’était la raison d’être initiale de la Xbox One, le fameux « all in One » : le fait de miser sur l’expérience globale avec la prise en charge des jeux, mais aussi de vos bouquets de chaines de télé, de l’encrage de vos matchs sportifs préférés pendant une partie, de Skype, de l’omniprésence de Kinect 2.0 et des applis les plus populaires. L’herbe n’est pas plus verte chez le voisin puisqu’en plus de proposer son lot d’applis, Sony a pendant longtemps basé ses innovations sur des outils liés à la consommation de jeux : le cross-buy, la PlayStation TV qui permet de streamer ses jeux sur un autre écran de la maison, ou encore le PSNow fruit du rachat de Gaikai, spécialiste du Cloud Gaming. Avec une beta fermée au Royaume-Uni, ce service se met petit à petit en marche, mais encore une fois, tout ceci existe sur PC depuis des années. Plus que jamais, les consoles de salon ont raté leur objectif lorsqu’il s’agit d’inventer une nouvelle manière de jouer qui les différencieraient de leur voisin PC, ouvert à toutes les fantaisies créatives. Le motion gaming était l’innovation-clé de la 7eme génération, et la 8eme génération cherche encore la sienne… Ou peut-être l’a-t-elle enfin trouvé.

Le célèbre résumé de la conférence d'annonce de la Xbox One. Depuis, la One a changé

Oui mais la Wii U…

Cela ne vous a surement pas échappé : la prochaine grande vague d’innovation vidéoludique sera virtuelle et augmentée. Nous arrivons aujourd’hui à une phase de stagnation vidéoludique et il est important pour le milieu de proposer une révolution de taille, un moyen de faire évoluer le gameplay des différents genres. Car si l’on regarde bien les différents types de jeux, on remarque que très peu ont véritablement changé depuis 10 ans. Certes, la Wii U et son gamepad ont de quoi séduire en creusant la notion de gameplay asymétrique, un concept adopté par certains éditeurs tiers (ZombiU d’Ubisoft notamment) et par les équipes de Nintendo mais la console paie les frais de ses lacunes techniques et est très vite devenue « une plateforme à portages difficiles » pour les développeurs multi-support et le gamepad est trop souvent relégué au rang de map LCD deluxe. Il y avait pourtant un potentiel monstre avec cette console ne serait-ce qu’en créant du multijoueur asymétrique en local, comme un RPG avec un maitre du jeu faisant des misères aux autres joueurs à la manière de ce que l’on a pu voir sur le multi d’un Vampire : La Mascarade – Redemption ou sur un NeverWinter Nights. Kinect de Microsoft a lui aussi tenté pendant un temps de prouver sa légitimité en tant que périphérique innovant pour l’expérience du joueur, malheureusement les équipes de développement s’en sont vite détourné et l’outil, imposé au début de la commercialisation de la One (ce qui a fait monter son prix de base) s’est vite retrouvé optionnel, n’assurant donc pas un parc suffisant pour motiver les développeurs à en faire quelque chose de vraiment audacieux.

Super Mario Maker, un des rares jeux à tirer partie intelligemment du Gamepad

Enfin une "révolution" dont pourraient tirer partie les consoles ?

La nouvelle innovation de cette génération de console se fera donc autour de la réalité virtuelle et de la mixed reality. Deux secteurs que le PC a également expérimenté depuis plus de trois ans (avec de nombreuses applications : casques de réalité virtuelle, tapis de réalité virtuelle, manettes 3D ou encore Leap Motion qui prend en compte le mouvement de vos mains pour les contextualiser en 3D). Grâce à ces périphériques et accessoires, les plus créatifs ont pu créer des expériences impressionnantes en combinant les périphériques. On ne compte plus les prototypages utilisant des combos improbables comme le « casque, tapis, fusil connecté » pour jouer à Battlefield en immersion totale, et l’on a pu voir plus récemment sur le web un simulateur d’hoverboard dans l’ambiance de Tron qui utilise la Balanceboard de la Wii U ainsi qu’un casque sur lequel a été greffé un Leap Motion. Le joueur peut donc faire de la glisse virtuelle en totale immersion et voire ses mains à l’intérieur du jeu.

L'Hololens et sa mixed reality à l'essai, un des futurs potentiels du gaming

En plus des casques, chaque acteur du marché de la VR compte sortir des manettes 3D. C’est donc véritablement la prise en compte des mains comme nouveau vecteur de gameplay qui sera le défi de cette nouvelle génération d’innovation qui touchera en 2016 le PC et les consoles en offrant une perception visuelle différente de la partie et une jouabilité altérée et si possible magnifiée grâce à une prise en charge tridimensionnelle de nos mains, figées depuis plus de 20 ans sur des pads ou sur le clavier et la souris. Néanmoins, la réalité virtuelle demeure un pari risqué, mais plus les choses avancent et plus les acteurs du secteur sont confiants et convaincus du succès de cette nouvelle tendance, tandis que les joueurs s’impatientent, intrigués et curieux. Sony a su se placer très vite dans cette course avec le PlayStation VR qui devra toutefois faire face à un défi de pricing puisqu’il sera sans doute vendu à un tarif tout juste inférieur au prix d’une PlayStation 4. Quant à Microsoft, son project Hololens s’avère encore énigmatique mais les applications en jeu peuvent être intéressantes, comme en témoignent les essais sur Minecraft que nous avons pu faire lors de l’E3 2015. Dans la droite lignée du concept de la One, l’Hololens ne sera pas dédié qu’au gaming et les joueurs peuvent donc attendre encore un peu de voir ce qu’aura à offrir le casque de mixed reality. En attendant, ces derniers pourront se réjouir des accointances entre Microsoft et Oculus VR qui devraient rapprocher le public Xbox de la réalité virtuelle.

Le Playroom VR : réalité virtuelle et le gameplay asymétrique dans la sphère familiale

Nintendo, qui conserve ses licences et son savoir-faire vidéoludique pour se préserver de la concurrence, est donc hors catégorie pour cette analyse. Le japonais, fort du succès de la Wii avec l’introduction du motion gaming pour le grand public a prouvé sa maitrise de l’innovation « où il faut, quand il faut », et ce n’est pas la fièvre commerciale des amiibo, dont la réussite témoigne tant du génie marketing que du dévouement des fans qui nous fera dire le contraire. La question de la survie des consoles de salon est en revanche directement posée à Sony et Microsoft qui, bien qu’ayant des prix plus bas que ceux d’un PC de jeu, vont jouer gros avec la réalité virtuelle et la mixed reality dans les années à venir, aux tartifs nettement plus élevés que les classiques périphériques externes, face à un marché PC toujours plus propice à l’innovation et à la mutation. Les bonnes ventes des deux consoles sont néanmoins une statistique fiable quant à la pérennité supposée des deux acteurs sur le marché du jeu vidéo, mais leur succès dépendra dans les années à venir de leur faculté à révolutionner leur secteur, et non de leur capacité à partager une grande partie de leur catalogue tout en étant technologiquement en deçà d’un marché PC techniquement supérieur, qui équipe peu à peu la plupart des joueurs.

Annonce
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
coybadboy07 coybadboy07
MP
le 05 mai 2017 à 10:24

Toujours pareil qui a l'a plus grosse. Voila je suis analyste programmeur, je connais très bien le monde du PC et pourtant je joues sur consoles "PS4". Pour une facilité d’utilisation d'une part et le graphique est largement correct, quand comme moi on a jouer à Dune sur 486. Je joue pour m'amuser pas spécialement par ce que le jeu à un beau graphique. Et comme le dit si justement pixel_uzi la console n'a comme menace qu'elle même. Après si vous vous y connaissez un minimum pour réglé les différents problèmes de conflit ou des petit bug qui peuvent survenir de temps en temps.
Maintenant avec les tuto que vous trouvez sur internet vous pouvez arriver à résoudre certain bug, mais vous pouvez aussi faire encore plus de bug si vous n'avez pas un minimum de savoir faire.
Voila tous sa pour dire que console et Pc sont deux monde différent à vous de faire le choix de s'amuser sur console ou s'amuser sur PC "Joke"
Car si tu veux jouer sur console il te faut une Tv de base car le graphique de la console n'a pas besoin de tv 4k et si tu veux jouer sur PC qui a une bonne carte graphique, il te faut un écran qui va avec, et si tu te considère comme gamer il te faudra forcement y mettre le prix.
Je voudrais rajouter que les jeux console ne coûte plus 70€, un jeu neuf je le paye en moyen plus ou moins 50€. Sur ce BonGame et faite comme bon vous semble Peace

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
3
Final Fantasy XVI
3ème trimestre 2023
4
Diablo IV
2023
5
Cyberpunk 2077 - Phantom Liberty
2023
La vidéo du moment