CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Black friday week
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Black friday week
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News débat et opinion Assassin's Creed, un avenir incertain
Profil de Kaaraj,  Jeuxvideo.com
Kaaraj - Journaliste jeuxvideo.com

Assassin's Creed, un avenir incertain

Bugs en pagaille, optimisation ratée, fuites du prochain épisode et désamour du public. Le lancement d'Assassin's Creed Unity n'aura pas été de tout repos pour Ubisoft qui a subi un violent retour de bâton d'une partie du public et de la presse spécialisée. Et pourtant, le prochain volet de la série est déjà prévu pour 2015, de quoi donner du grain à moudre à ses détracteurs et relancer l'éternel débat du renouvellement de la franchise.

Revenons quelques années en arrière. Nous sommes fin 2008 et Assassin's Creed premier du nom est sorti depuis une année, s'écoulant à plusieurs millions d'exemplaires et faisant la fierté d'Ubisoft. Les rumeurs autour d'un second épisode s'intensifient et l'éditeur français confirme la sortie de celui-ci pour l'année fiscale 2009-2010. Nous l'ignorions alors, mais l'écart de deux ans entre la sortie du premier et du second volet ne se reproduira plus jamais, les épisodes principaux vont s'enchaîner à un rythme effréné et créer un nouveau rituel jusqu'alors réservé à quelques jeux de sport et séries majeures telles que Call of Duty : chaque année avant les fêtes, un nouvel opus d'Assassin's Creed doit voir le jour.

Une belle famille qui s'agrandit chaque année

Assassin's Creed, un avenir incertain

Difficile de reprocher à Ubisoft de vouloir tirer profit d'une licence qui a rapidement trouvé son public, d'autant plus qu'en changeant d'univers à chaque épisode, Assassin's Creed justifie l'arrivée de nombreuses suites. Mais, fatalement, proposer une nouvelle expérience de jeu en monde ouvert chaque année est un projet délicat qui peut très rapidement se retourner contre son instigateur en cas d'impair. A titre de comparaison, Rockstar Games aura attendu 5 ans avant de livrer une suite à son gargantuesque monde ouvert Grand Theft Auto IV. Nous l'évoquions en préambule, Assassin's Creed Unity s'est frotté aux critiques acerbes du public, causant une vague de protestations qui a contraint Ubisoft à offrir le contenu du season pass à l'ensemble des possesseurs, voire un autre titre de son catalogue pour les joueurs ayant déjà acquis le précieux sésame.

Proposer une nouvelle expérience de jeu en monde ouvert chaque année est un projet délicat qui peut très rapidement se retourner contre son instigateur en cas d'impair.

Arrivé il y a moins d'une semaine, le 4ème patch censé corriger la fluidité en demi-teinte du jeu sur PlayStation 4 et améliorer son optimisation sur PC pesait la bagatelle de 6,5 Go. Soit à peu de choses près le poids d'un DLC sur une console de nouvelle génération. Difficile de ne pas penser qu'Ubisoft aurait dû renoncer à sortir Assassin's Creed Unity en cette fin d'année pour proposer un titre techniquement plus abouti quelques mois plus tard. Mais le mal est fait. Ubisoft a mis le doigt dans l'engrenage, sa machine est lancée et il semble désormais impossible d'envisager une année fiscale sans un nouvel épisode des assassins à capuches. Assassin's Creed III souffrait il y a deux ans du même syndrome : l'envie de repartir sur de nouvelles bases accompagnée d'un travail de fond imposant, mais un niveau de finitions indigne d'un triple A qui témoigne d'un manque de peaufinage technique... et donc de temps. Ce qui ne l'a pas empêché d'être le premier opus à dépasser les 12 millions d'exemplaires vendus, un exploit qu'Assassin's Creed IV : Black Flag n'aura pas su réitérer une année plus tard.

Le problème ne vient donc pas des ventes de la série, qui continue de truster les sommets des charts chaque année, mais bien de l'accueil qui lui est réservé et qui pourrait à terme avoir une conséquence sur ses chiffres de vente. L'inquiétude viendrait-elle de l'évolution de son scénario, élément crucial pour bon nombre de fans ?

Assassin's Creed, un avenir incertain

S'affranchir des anciennes contraintes scénaristiques

Aux yeux du profane, Assassin's Creed n'est qu'une série permettant d'explorer différents pans de l'histoire au travers d'épisodes sans liens les uns avec les autres.

En restant sur ma première intuition, j'aurais pu titrer cette partie « Assassin's Creed va devenir un MMO ». Un brin nostradamesque et tapageuse, cette phrase n'est pourtant pas si extravagante qu'il n'y paraît au premier abord tant la série a semblé se débarrasser des éléments qui l'empêcheraient d'aller dans cette direction. Le virage s'est opéré durant le troisième épisode, dernier opus à proposer une méta-histoire dans la peau de Desmond, un des lointains descendants des Assassins incarnés dans les séquences du passé. Si vous n'êtes pas familier avec la série d'Ubisoft, il est fort probable que vous n'ayez pas compris un traître mot de ce que je viens de dire. Quel meilleur moyen de démontrer par l'absurde qu'aux yeux du profane Assassin's Creed n'est qu'une série permettant d'explorer différents pans de l'histoire au travers d'épisodes sans liens les uns avec les autres ?

Deux héros perdus dans des univers à tiroirs

Assassin's Creed, un avenir incertainAssassin's Creed, un avenir incertain

La méta-histoire d'Assassin's Creed n'est jamais parvenue à faire l'unanimité. Elle apportait pourtant une profondeur bienvenue au scénario, sur fond de traque et de complots entre Assassins et Templiers à travers les âges. Mais après un point culminant atteint lors du second opus (la vidéo « La vérité » a décroché plus d'une mâchoire), celle-ci s'est perdue en cours de route. Piégée par le succès de la série et l'envie d'Ubisoft d'en faire une franchise annuelle, elle a adopté le modèle de la série télévisée Lost en ajoutant toujours plus d'éléments mystiques afin de faire perdurer artificiellement l'intrigue. Si vous prenez la peine de vous intéresser à l'ensemble de l’univers étendu, vous n'y trouverez pas d'incohérence majeure. Exception faite de « Desmond », premier tome de la série de bandes dessinées commencée en 2009 et vilain petit canard qui sortait des canons. Mais l'univers s'élargit à chaque opus, amenant autant de réponses que de questions, ce qui a pour effet de noyer bon nombre de joueurs sous la masse d'informations disponibles. Le parallèle avec Lost était donc tout trouvé.

Anecdote personnelle :
L'écart entre la communication d'Ubisoft sur sa série et la présence de deux lignes temporelles différentes est présent depuis le premier épisode. Début 2008, fraîchement équipé d'une bécane de nouvelle génération, je décide d'aller chasser les Templiers de la Terre Sainte et me retrouve... aux commandes d'un certain Desmond, accompagné d'un docteur qui a piqué le nom du défenseur de Manchester United. Malaise. Aurais-je installé le mauvais disque ? Que nenni, je découvre après quelques secondes qu'Assassin's Creed vous permet de jouer à deux époques, détail qui m'avait totalement échappé à la lecture des différents tests et news déjà parus sur le titre. Premier symptôme de la relation compliquée entre Ubisoft et sa méta-histoire ou simple volonté de garder la surprise pour les joueurs, on vous laisse juger.

Que faire de l'histoire du présent ? Bien qu'une partie du public ne s'en préoccupe guère, le pitch de base d'Assassin's Creed consiste bien à incarner un personnage de notre époque qui explore les mémoires de ses ancêtres via une machine nommée Animus. L'histoire de Desmond enfin bouclée, Ubisoft change donc son fusil d'épaule et vous propose désormais une méta-histoire en vue subjective qui vous permet d'incarner votre propre rôle en tant qu'employé d'Abstergo, l'organisation derrière laquelle se cachent les Templiers de notre époque. Bien plus discrète que dans les épisodes précédents, cette nouvelle mouture de la méta-histoire apporte également une version toute neuve de l'Animus. Destinée à devenir une console de salon et permettant de revivre les mémoires des ancêtres de n'importe quel péquin dont on a récupéré l'ADN, cette nouvelle machine est le symbole de la volonté d'Ubisoft d'ouvrir son univers et de s'affranchir des vieilles contraintes scénaristiques. L'histoire du présent d'Assassin's Creed Rogue en est d'ailleurs la suite directe, alors qu'Assassin's Creed Unity s'est en grande partie libéré de cette étape pour vous plonger quasi exclusivement dans le passé. Mais les deux épisodes proposent tout de même des séquences donnant un indice sur l'avenir de la série et que nous vous invitons à lire ci-dessous en cliquant sur la balise Spoil. Si vous n'avez pas terminé Assassin's Creed Rogue, sautez directement cette étape.

Dans Assassin's Creed Unity, c'est en lançant une console de jeu Animus depuis votre salon que vous découvrez l'histoire du point de vue des Templiers. Celle-ci se retrouve hackée par des Assassins qui vous proposent de revivre les mémoires d'Arno si vous acceptez de rejoindre leur combat. Ils s'adressent donc de nouveau directement à vous, la vue subjective renforçant l'idée que vous êtes une partie intégrante du scénario. A la fin d'Assassin's Creed Rogue, c'est sous la contrainte d'un pistolet que votre personnage principal (le même que celui de Black Flag, c'est-à-dire vous) se résigne à rejoindre les Templiers. Deux destinées différentes qui posent les bases d'un choix crucial à venir pour votre avatar ?

Un choix entre Assassins et Templiers, une méta-histoire en vue subjective permettant d'incarner son propre rôle... Couplés à l'arrivée d'un mode coopération intégrant habilement les autres joueurs d'Assassin's Creed dans votre scénario, ces éléments augurent d'un avenir porté sur le Online pour la série développée par Ubisoft Montréal. Si les scénarios du passé n'ont que trop rarement brillé par leur qualité scénaristique, nombre de joueurs restent attachés à l'expérience solo apportée par les différents volets et la grogne autour des derniers opus pourrait bien être liée à cette évolution opérée depuis le premier épisode nord-américain.

Le mode coop et la personnalisation étaient plus poussés dans Assassin's Creed Unity

Assassin's Creed, un avenir incertainAssassin's Creed, un avenir incertainAssassin's Creed, un avenir incertain

L'annualisation de la licence, cœur du problème ?

L'arrivée d'un épisode chaque année, couplée à une finition en dents de scie, sème également les graines de la discorde. Il suffit de consulter les commentaires des news liées à la série pour trouver rapidement la trace d'internautes pensant que chaque épisode ne dispose que d'un an de développement. Ce n'est bien évidemment pas le cas, l'exemple typique étant Assassin's Creed III dont le projet a démarré sitôt le deuxième épisode sorti, soit début 2010. Brotherhood et Revelations étant sortis entre-temps, on peut alors déduire logiquement qu'Ubisoft Montréal s'est attelé à un nombre de projets hallucinant en même temps. Prenons au hasard 2011, l'année de sortie de Revelations. Outre cet épisode qui sortira en novembre de la même année, le développement d'Assassin's Creed III a commencé début 2010, celui de Unity fin 2010, et celui de Black Flag est en route depuis mi-2011. Autant vous dire que du côté de Montréal, l'été devait être studieux et surtout copieux. L'arme fatale dégainée par le studio canadien et que ne renieraient pas nos amis Allemands, c'est la décentralisation : différents pans de l'aventure sont ainsi externalisés comme la partie navale des épisodes III et IV qui revient à Ubisoft Singapour, ou le multijoueur régulièrement confié aux équipes d'Ubisoft Annecy. Si la méthode soulage en partie Ubisoft Montréal, elle bride toutefois son processus créatif en l'obligeant à tenir un rythme infernal.

L'assurance de voir un titre arriver chaque année nous installe dans un sentiment de routine qui n'est pas propice à la surprise et à l'excitation.

Comment sortir d'une telle spirale et s'éviter la déconvenue subie par Assassin's Creed Unity ? Activision a montré la voie avec sa série Call of Duty en instaurant un turnover entre Treyarch et Infinity Ward, et Ubisoft va désormais adopter un modèle similaire puisque le studio chargé de diriger le développement du prochain Assassin's Creed n'est plus Ubisoft Montréal, une première dans la série. Ce sont en effet les voisins d'Ubisoft Québec qui sont aux manettes d'Assassin's Creed Victory, l'épisode tout juste fuité qui vous emmènera dans le Londres victorien du XIXème siècle. Si l'idée devrait permettre de rallonger les temps de développement, j'admets douter de son efficacité réelle et ce pour plusieurs raisons. Premier point, Assassin's Creed Unity a bénéficié de trois ans et demi de travail mais est tout de même sorti avec de nombreux bugs. Deuxième point, du côté de Call of Duty, l'alternance entre les studios permet d'offrir un univers et une expérience différents à chaque épisode, alors que Victory semble reprendre une partie des acquis de Unity en lui proposant une suite directe. Enfin, l'alternance n'a pas empêché Call of Duty de continuer à s'attirer les foudres du public avec ses sorties annuelles.

Le développement d'Assassin's Creed Victory est dirigé par Ubisoft Québec, une première pour la série

Assassin's Creed, un avenir incertainAssassin's Creed, un avenir incertainAssassin's Creed, un avenir incertain

Et si le problème tenait davantage du ressort psychologique que de la réelle qualité des titres ? L'attente est parfois aussi plaisante que la découverte, et c'est d'ailleurs sur ce point que joue Rockstar : 5 ans après la sortie de GTA IV, de nombreux joueurs étaient impatients de poser leurs mains sur GTA V. De l'attente naît la curiosité, de la curiosité naît le désir et l'assurance de voir un titre arriver chaque année nous installe dans un sentiment de routine qui n'est pas propice à la surprise et à l'excitation. L'alternance avec un autre titre majeur pourrait donc être la porte de sortie attendue par Ubisoft. C'était déjà le projet initial de l'éditeur francais qui souhaitait sortir un triple A à chaque fin d'année et pensait assurer son exercice 2008 avec la sortie du nouvel opus de Prince of Persia. Problème, les ventes de l'épisode n'ont pas été à la hauteur des espérances et Ubisoft a donc dû se tourner vers une valeur sûre pour assurer son année 2010. La suite, vous la connaissez.

Alterner avec Watch Dogs ou Far Cry, la solution ?

Assassin's Creed, un avenir incertainAssassin's Creed, un avenir incertain

La fin de l'annualisation de la série pourrait donc devenir la solution : Ubisoft dispose de nombreux blockbusters ayant le potentiel pour occuper le devant de la scène et laisser souffler le titre sur une année. Avec Far Cry et Watch Dogs, il dispose même de deux autres titres en monde ouvert susceptibles d'intéresser une partie du public de son jeu d'action-aventure historique. Mais Assassin's Creed reste Assassin's Creed et il est difficile de renoncer à proposer un épisode annuel tant que les chiffres des ventes restent à ce niveau. Ubisoft l'a bien compris et ne semble visiblement pas prêt à lâcher sa poule aux œufs d'or. Au contraire, ce sont même deux nouveaux épisodes qui sont sortis en fin d'année 2014 avec Rogue et Unity, chacun dédié à une génération de consoles. Il ne reste donc plus qu'à espérer que la solution de l'alternance des studios porte ses fruits, ou que le succès énorme d'une nouvelle licence amène Ubisoft à laisser souffler sa licence phare. Qu'il semble loin le temps où l'on attendait un nouvel épisode d'Assassin's Creed avec des étoiles plein les yeux...

PC PS4 ONE WiiU PS3 360 Ubisoft Sofia Ubisoft Ubisoft Montreal Ubisoft Kiev Aventure Action Infiltration Plate-Forme Jouable en solo Multi en ligne Multi en coopératif Europe Amérique du Nord Moyen-Age Historique
Commander Assassin's Creed Unity
PC
Cdiscount
20.00 €
PS4
Cdiscount
12.95 €
ONE
Cdiscount
19.99 €
Toutes les offres
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Spoutniks Spoutniks
MP
le 11 juin 2015 à 10:05

Dans une tombe ... Voila son avenir . Il faut enterré cette licence qui est déjà morte depuis un moment et ne plus jamais faire un jeu dessus ... ce que font Ubisoft avec la licence, cela s'apparente pour moi a de la nécrophilie.

Lire la suite...
Assassin's Creed Unity
PCPS4ONEStadia
Assassin's Creed III
PCSwitchPS4ONEWiiUPS3360
Assassin's Creed : Revelations
PCPS4StadiaPS3360"Box SFR"
Assassin's Creed IV : Black Flag
PCSwitchPS4ONEStadiaWiiUPS3360
Assassin's Creed
PCPS4PS3360Mac"Box Orange""Box SFR"
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
3
The Callisto Protocol
02 déc. 2022
4
Diablo IV
2023
5
Final Fantasy XVI
3ème trimestre 2023
La vidéo du moment