CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News culture L'apparition des jeux vidéo à la télé française
Profil de Romendil,  Jeuxvideo.com
Romendil - Rédaction jeuxvideo.com

Il fut un temps, pas si lointain que ça, où les mots « internet », « streaming » et « vidéastes » n’existaient pas. Nous étions encore à l’aube de l’histoire du jeu vidéo et l’arrivée des premières émissions dédiées était providentielle pour les passionnés que nous étions en train de devenir. Bien avant Game One ou même Nolife, ces rendez-vous s’appelaient Micro Kid’s, Mega 6 ou Télévisator 2 et chaque seconde de jeu présentée sur un écran de TV était inestimable à nos yeux.

L'apparition des jeux vidéo à la télé française

Sommaire

  • Les débuts de l’informatique à la TV
  • La révélation Micro Kid’s
  • Mega 6 s’engouffre dans la brèche
  • Télévisator 2, Player One : Crevette est partout
  • Des Souris et des Rom, Re-7, CyberFlash, CyberCulture…
  • Les premiers défis interactifs à la télévision
  • Une chaîne 100% jeux vidéo !
  • Nolife, jusqu’au bout du rêve
  • Voulez-vous en savoir + ?

Les débuts de l’informatique à la TV

L'apparition des jeux vidéo à la télé française

Avant que le grand public ne reçoive de plein fouet la vague des premières consoles de salon signées Sega ou Nintendo, c’est sur micro-ordinateur (Atari, Amiga, Apple, IBM, Commodore…) que l’on était contraint de passer si l’on voulait s’adonner à la pratique du jeu vidéo en France. Riche en anecdotes, le récent et excellent ouvrage Télé Start : 40 ans d’émissions de jeux vidéo en France de Nicolas Bonzom (Omaké Books) a le mérite de remonter le temps jusqu’aux années 70-80 pour nous rappeler que, déjà, quelques informaticiens passionnés s’efforçaient de vulgariser à la télévision les possibilités offertes par la programmation pour les rendre accessibles au grand public. Ces programmes oubliés s’appelaient (entre autres) « Télémicro », « Tify… s’il te plaît, raconte-moi une puce » ou « Pixifoly », mais aussi « Léo contre tous », « Super Défi » et « Microludic » pour les premières ébauches de compétition vidéoludique à la télévision. Notez que le livre de Nicolas Bonzom vous en apprendra bien davantage sur cette période très expérimentale des premiers jeux informatiques à la télévision ; nous ne ferons ici que la survoler car elle remonte à un lointain passé que nous n'avons hélas pas connu. Les nombreux témoignages livrés dans les pages de Télé Start constituent en cela une mine d'or inestimable.

Ces programmes précurseurs étaient parfois soutenus par l’éducation nationale pour dédiaboliser une technologie qui commençait déjà à faire peur, parce que la plupart des gens ne la comprenaient pas. N’oublions pas que l’émission Temps X, des frères Bogdanoff, avait aussi largement contribué à mettre en avant le potentiel des jeux électroniques à travers des reportages innovants. De précieuses archives relatives à tous ces pionniers du petit écran sont d’ailleurs accessibles depuis le site Abandonware Vidéos qui œuvre depuis des années à la préservation de ce véritable patrimoine télévisuel.


La révélation Micro Kid’s

L'apparition des jeux vidéo à la télé française

S’il est bien le premier magazine télévisé entièrement consacré aux jeux vidéo, Micro Kid’s avait été précédé de quelques mois par la chronique « Gros plan sur la souris » dans l’émission Eric et Noëlla sur Antenne 2. Une initiative de Frank Ladoire, rédacteur en chef du magazine spécialisé Génération 4, animée par Eric Galliano. Nous sommes encore au tout début des années 90 et les chaînes de TV commencent à réaliser que le sujet est porteur, mais à condition de le confier à des spécialistes. C’est dans ce contexte que Alain Le Diberder, alors conseiller au Ministère de la Culture, décide de contacter Jean-Michel Blottière, le rédacteur en chef du magazine Tilt, pour trouver un concept d’émission destiné à la troisième chaîne. Produite par Richard Joffo, l’émission Micro Kid’s va durer pas moins de 7 ans (de 1991 a 1997 sur FR3 puis France 3) et offrir enfin aux joueurs un vrai complément télévisuel aux informations délivrées dans les magazines.

Ambitieuse, l’émission présentée par Jean-Michel Blottière (puis en duo avec Delphine) propose déjà des critiques de jeux vidéo mais aussi des reportages, des compétitions et les toutes premières démos graphiques illustrant le potentiel technique des machines de l’époque. C’est d’ailleurs dans les coulisses de cette émission que Marc Lacombe (futur Marcus de Level One sur Game One) va faire ses armes, tout en écrivant pour Tilt et Consoles+. L’émission se déclinera même en kiosque dans un magazine baptisé Micro Kid's Multimédia.


Mega 6 s’engouffre dans la brèche

Deux ans avant son arrêt en 1997, l’émission Micro Kid’s verra son animateur iconique remplacé par un personnage virtuel nommé Dr Clic, dans la veine de l’animatrice virtuelle Cléo vue sur Canal+ dont nous reparlerons un peu plus loin. Car, en parallèle, les chaînes concurrentes tentent de prendre le train en marche. C’est notamment le cas de M6 qui encourage notamment la création d’un programme télé sur les jeux vidéo qui portera le nom de Mega 6 et sera présenté par Guillaume Stanzik (futur animateur du Morning Live) de 1994 à 1995. Là encore, c’est un véritable condensé d’informations précieuses qui attendait chaque semaine les fans de jeux vidéo à travers une série d’actus, de tests et d’astuces. Mais, aux yeux de beaucoup, la véritable contre-offensive sera signée France 2.


Télévisator 2, Player One : Crevette est partout

L'apparition des jeux vidéo à la télé française

Avec l’arrivée de Télévisator 2 en 1993 sur France 2, les lecteurs du mythique magazine Player One ont la surprise d’assister à un nouveau type de prolongement entre les deux médias. L’émission ne parle en effet pas seulement de jeux vidéo mais elle s’y consacre très largement tout en diffusant des dessins animés triés sur le volet. Les adaptations de Super Mario Bros. ou The Legend of Zelda côtoient ainsi les Tiny Toons tandis que l’émission propose également en plateau des matchs compétitifs sur des jeux tels que Virtua Racing ou Starwing. Mieux encore, c’est une plume bien connue du magazine (Crevette, alias Cyril Drevet) qui anime l’émission aux cotés de plusieurs présentatrices successives, dont Ness (Nezhia Boubékri). Pas d’animateur virtuel donc pour Télévisator 2, mais une ligne éditoriale qui parle à la jeunesse des années 90, avec un habillage musical metal et branché signé Patrick Giordano (alias Matt Murdock dans Player One), important protagoniste qui sera amené à jouer un rôle majeur dans la croisade visant à porter le jeu vidéo sur les chaînes de TV françaises.

Pour les jeunes téléspectateurs de l’époque, retrouver des tests de jeux vidéo à la télévision, et même des astuces à l’écran, était une chance inespérée et un complément idéal à Micro Kid’s dont le ton se voulait nettement plus sérieux. Immédiatement reconnaissable avec sa casquette et ses cheveux longs, Cyril Drevet permettait aux adolescents de se retrouver totalement dans cette émission où il était évident que tout le monde partageait la même passion. Street Fighter 2, Tetris et même Terminator 2 pour l’inspiration du nom… dès le générique de Télévisator 2, les références pleuvent ! On y découvrait même un jeu interactif avant-gardiste sur lequel nous nous attarderons un peu plus loin...

Pas facile cependant de lutter contre les audiences monstrueuses du Club Dorothée, et c’est finalement chez la concurrence que se retrouvera Cyril Drevet dès l’arrêt de Télévisator 2 en 1994. TF1 lui offre la possibilité de continuer à partager sa passion sur les jeux vidéo dans des chroniques spécialement dédiées, avant qu’il n’aille poursuivre sa route dans Récré Kids (TMC) et sur les chaînes sportives du câble et du satellite. Une émission intitulée « Player One » réunira même une bonne partie de l’équipe du magazine éponyme sur MCM en 1994, avec un ton décontracté et des vrais spécialistes pour parler de jeux vidéo suivant un rythme de diffusion quotidien. MCM lancera dans la foulée « Replay », puis « Le Hit des jeux » sur le modèle du Top 50. Il faudra attendre 2009 pour que la chaîne laisse la parole à l’équipe de Gameblog avec Julien Chièze (que l’on retrouvera aussi comme beaucoup d’autres sur les plateaux de Game One).


Des Souris et des Rom, Re-7, CyberFlash, CyberCulture…

Mais n’allons pas trop vite, car c’est encore sur le câble et le satellite qu’il faut se rendre au milieu des années 90 pour entendre parler de jeux vidéo. Animé par Bertrand Amar, le magazine multimédia « Des Souris et des Rom » se lance en 1995 sur Canal J et pousse encore plus loin la démarche journalistique spécialisée en proposant notamment une couverture de l’E3 à Los Angeles dès 1996. Son projet suivant, l’émission Re-7, est un rendez-vous quotidien de quelques minutes sur l’actu du jeu vidéo qu’il portera jusqu’en 2006, celle-ci se poursuivant sans lui pendant près de 3 ans. Les apparitions de jeu vidéo à la TV se multiplient alors via des tentatives parfois très singulières (One Up sur AB1, Gamix sur MCM), s’introduisant à peu près partout à partir des années 2000 en dépit de la démocratisation croissante et menaçante d’internet.

Parmi les pionniers ayant permis une telle vulgarisation des loisirs électroniques à la TV, il faut accorder aux programmes du groupe Canal+ le mérite d’avoir favorisé considérablement cet élan en proposant des émissions novatrices durant toute la seconde moitié des années 90 : (« L’Œil du cyclone », puis « CyberFlash » (1995-1997) qui propose l’une des premières animatrices virtuelles entièrement modélisées en 3D : la pulpeuse Cléo qui présente l’actualité multimédia à un public plus adulte. Elle est doublée par Luna Sentz (CyberFlash, C+ Cleo) qui se charge également de la motion capture permettant d’animer les mouvements du personnage à l’écran.

La chaîne Canal+ marque également les esprits avec « CyberCulture » (1995-1999), animée par Chine Lanzmann, qui étonnera les téléspectateurs pendant plus de 4 ans avec des sujets liés aux nouvelles technologies, puis via ses canaux « C : » et « C : Direct », ce dernier permettant même de récupérer des jeux et des démos sur PC via le bouquet numérique de Canal Satellite. Les téléspectateurs se souviennent aussi très certainement de l’émission animée par Fred Moulin à partir de 2006 : « Le Journal des jeux vidéo » (et 10 ans plus tard, de « Canal eSport Club » avec Olivier Morin). Mais l’aventure ne fait en réalité que commencer pour Canal+ qui s’apprête à frapper encore plus fort avec Game One, une chaîne entièrement dédiée aux jeux vidéo…


Les premiers défis interactifs à la télévision

La fascination qu’exercent les jeux vidéo auprès d’un grand public encore peu conscient des possibilités offertes par les loisirs informatiques et multimédias se traduira également par du divertissement pur. Dès 1992, l’émission Hugo Délire (puis Les délires d'Hugo) s’amuse à déconcerter les parents en lançant aux enfants un défi interactif jouable en direct via les touches du clavier téléphonique. Animé jusqu’à l’été 1994 sur France 3 par Karen Cheryl, Hugo Délire confronte les joueurs à des parcours sur rail consistant à éviter les embûches en actionnant les touches directionnelles du téléphone. Bien que rudimentaire, le jeu marque les téléspectateurs par sa dimension innovante à une époque où les jeux télévisés interactifs faisaient figure d’OVNI.

D’autres expériences d’émissions interactives seront également tentées durant cette période, comme les matchs de Télé Tennis organisés en 1993 sur le jeu International Tennis Open conçu, entre autres, sur support CD-i. Sachant que, dans le cadre de l'émission, le joueur se déplaçait, là encore, via les touches de son téléphone, on devine sans mal les limitations d’un tel concept en termes de gameplay. Dans Télévisator 2 également, une compétition improbable réunissant pas moins de 500 téléspectateurs simultanément devant leur télé avait été mise en place. Et le plus étonnant était qu’elle se déroulait sur un niveau de Super Mario Bros. 3 (version All Stars sur Super Nintendo) dans lequel le personnage avançait automatiquement. Les participants devaient utiliser les touches du téléphone pour faire sauter Mario au bon moment, mais comme tout le monde jouait en même temps, on pouvait voir en temps réel le nombre de pertes s’afficher à l’écran. Seuls les plus méritants parvenaient au bout de ce défi incroyable baptisé « Télévisator, le jeu : Super Mario Interactif ». Avec de telles idées, pas étonnant que l’émission ait autant marqué les esprits après seulement un an et demi de diffusion !

L'apparition des jeux vidéo à la télé française

A partir de 2004, les téléspectateurs de MCM auront la surprise de voir de vraies stars régler leurs comptes dans « La Raclée », une compétition organisée autour du jeu Pro Evolution Soccer d’après une idée de Bertrand Amar, bien avant les premières diffusions de tournois esport. En 2018, Bertrand Amar finira d’ailleurs par concrétiser totalement le concept en créant ES1, la première chaîne française 100% esport qui sera ensuite renforcée par Millenium pour devenir MGG TV.


Une chaîne 100% jeux vidéo !

Incontournable pour les passionnés de jeux vidéo, la chaîne Game One débarque à la fin de l’année 1998 sur Canal Satellite. Elle va devenir très rapidement le rendez-vous incontournable de la jeunesse en diffusant des émissions dédiées à l’actualité vidéoludique mais aussi des clips musicaux, de l’animation et bien plus encore. Avec l’arrivée d’Alex Pilot, recruté par le directeur des programmes Patrick Giordano (qui passera la main ensuite à Patrick Sarréa, alias « Jean-Pat »), on y trouve en effet aussi de l’actu sur les jeux japonais uniquement disponibles en import, une case rétrogaming incarnée par l’émission « Mémoire Vive », et même un hommage aux séries sentai baptisé « France Five ». Gros succès de la chaîne, l’émission « Level One » permettra à Marcus de devenir l’un des visages les plus indissociables de Game One en présentant le début d’un jeu vidéo comme si le téléspectateur était l’un de ses potes. Mais bien d’autres animateurs (Thiouwz, Fethi, El Didou, Bertrand Jouvray, Alex Nassar, Juliette, Thierry Falcoz, Gollum, Tommy François, Gia To, Julien Tellouck…) se relayeront au fil des années à travers les différents programmes de la chaîne pour la diversifier encore plus. Game One a par ailleurs toujours laissé une place non négligeable à l’animation japonaise, avec l’exemple marquant de Nadia, le secret de l'Eau bleue, dont les scènes censurées en VF avaient été réintégrées pour une diffusion plus respectueuse des épisodes originaux. Une logique qui débouchera, à terme, sur la création d’une chaîne spécialement dédiée : J-One. Pour s’inscrire dans l’air du temps, Game One deviendra en 2006 « la chaîne de la génération digitale », expérimentant de nouvelles approches pour rester en phase avec son public en ne se limitant pas uniquement au domaine du jeu vidéo.


Nolife, jusqu’au bout du rêve

Le pari fou de la chaîne Nolife est lancé en 2007 par deux complices : Alex Pilot et Sébastien Ruchet. L’idée n’est pas seulement de diffuser des contenus sur les jeux vidéo mais aussi et surtout sur l’ensemble du spectre que représente la pop culture nippone. Mangas, anime, cinéma asiatique et clips de J-Music y sont donc les bienvenus et Nolife se démarque rapidement en ciblant une frange bien précise des gamers via des contenus pointus qui n'auraient jamais trouvé leur place sur Game One. Mais cela n’empêche pas la chaîne de s’adresser aussi au grand public en faisant appel au célèbre animateur du Level One pour pousser le concept encore plus loin dans une nouvelle émission baptisée « Chez Marcus ». D’autres pointures du milieu les rejoignent (Thierry Falcoz, Medoc, Davy Mourier…) pour enrichir encore un peu plus les programmes de Nolife avec des « Superplay », des reportages, des critiques sur les RPG dans EXP, des émissions musicales comme Oscillations, mais aussi des focus sur des pépites oldies méconnues via la case « Retro & Magic » animée par Julien Pirou, ou le « Hidden Palace » de Dr Lakav. Même le co-fondateur des éditions Pix’n Love (et aujourd’hui des éditions Omaké Books), Florent Gorges, contribue à défricher encore un peu plus les recoins les plus méconnus de l’histoire du jeu vidéo dans « Les Oubliés de la Playhistoire ». La chaîne ne cherche pas à faire de l’audience mais à partager sa passion avec des téléspectateurs de mieux en mieux renseignés qui veulent vraiment aller au fond des sujets. Alors forcément, après 11 années d’insolente existence à contre courant de ce que l’on trouvait alors sur les chaînes de TV françaises, et face à l’implacable réactivité d’internet (YouTube, Twitch, réseaux sociaux…), Nolife finit par tirer sa révérence en 2018 mais l’aventure en valait sacrément la peine !


Voulez-vous en savoir + ?

  • Le site Abandonware Vidéos
  • L’ouvrage Télé Start de Nicolas Bonzom chez Omaké Books et l’émission en 4 parties
  • Le podcast sur les jeux vidéo à la TV pour Les Restos du Coeur
  • Les livres Presse Start et Nolife Story
  • Les Chroniques de Player One par Olivier Richard et Alain Kahn chez Pika Edition
  • Chaîne de Marcus sur YouTube
  • Game One et GameOneBack sur YouTube
  • Chaîne de Cyril Drevet sur YouTube
  • Le Journal des Jeux Vidéo sur YouTube
  • Génération Nolife, The End of [Nolife] et Merci Nolife sur YouTube
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Avarayr Avarayr
MP
Niveau 10
le 14 févr. 2023 à 14:59

Quel article de qualité, ça change !

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Assassin's Creed Shadows
15 nov. 2024
2
Hades II
2024
3
Grand Theft Auto VI
2025
4
Kingdom Come Deliverance 2
2024
5
The Dark Side of Ceclon
20 juin 2024
La vidéo du moment