CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • Smartphone et Tablette
  • Mobilité urbaine
  • Hardware
  • Images et son
  • WEB 3.0
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News JVTech NFT : Les propriétaires de Bored Ape (BAYC) et autres Cryptopunks risquent gros après The Merge d’Ethereum, voici pourquoi
Profil de adamvirgili,  Jeuxvideo.com
adamvirgili - Rédaction jeuxvideo.com

Outre les mineurs d’ETH, la mise à jour The merge d’Ethereum devrait affecter également les détenteurs de NFT. L'évolution de la seconde plus grosse crypto pourrait avoir une répercussion majeure sur les collections de jetons non-fongibles à l'instar de Bored Ape Yacht Club (BAYC) ou encore les Cryptopunks.

NFT : Les propriétaires de Bored Ape (BAYC) et autres Cryptopunks risquent gros après The Merge d’Ethereum, voici pourquoi

La mise à jour The merge d’Ethereum

Depuis 2015, la communauté d’Ethereum attend patiemment la mise à jour qui fera passer le réseau de la seconde plus grosse cryptomonnaie au proof-of-stake (PoS). Depuis quelques mois, on sait que cette mise à jour, souvent repoussée, devrait arriver en septembre prochain. Cette innovation devrait bouleverser les usages d’Ethereum.

Ethereum, à la manière d’autres cryptos, utilise un système de preuve de travail pour sécuriser son réseau. Plus communément appelé, proof-of-work (PoW), ce consensus utilise la puissance de calcul (cartes graphiques, ASICs, etc.) pour sécuriser le réseau. En participant au bon fonctionnement du réseau, les intervenants ayant mis à profit leurs machines sont récompensés en ether.

Cette méthode de validation considérée comme polluante va être remplacée par la preuve d’enjeu ou proof-of-stake en anglais (PoS). L’alternative change le mécanisme basé sur la force de calcul par un autre, basé sur l’utilisation active de sa trésorerie. Dès lors, il permet aux détenteurs de l’actif en question (en l’occurrence Ethereum) d’utiliser leur capital, au lieu de carte graphique, dans la validation des blocs.

Les NFT sont en grande partie sur Ethereum

Les contrats intelligents d’Ethereum sont à l'origine de l’univers du « CryptoArt » avec les NFT. En effet, la cryptomonnaie et son réseau sont à l’origine du phénomène NFT que l’on connaît aujourd’hui avec l’arrivée d’une première collection nommée CryptoPunks en 2017. Chacun des jetons construit sur Ethereum a une valeur unique et donc n’est pas substituable par un autre jeton, à la différence d’une cryptomonnaie.

Outre les changements que cela implique chez les mineurs d’Ethereum, cette fameuse mise à jour pourrait affecter le secteur entier des NFT. Lorsque The Merge va se produire, les propriétaires de NFT vont également devoir s’adapter au nouveau fonctionnement de la cryptomonnaie.

Les Forks : clones d'Ethereum

Si une majorité des membres de l'écosystème d’Ethereum attendent avec impatience ces changements, pour des raisons d’efficacité, de rapidité et développement durable, d’autres sont plus attachés à la version PoW d’Ethereum.

Dans ce contexte, la cryptomonnaie va voir connaître une explosion de ses “hard forks” pour contenter la majorité des utilisateurs.

Un fork, signifiant littéralement “embranchement”, se produit lors d’une divergence des règles communes au sein d’une blockchain (réseau d’une cryptomonnaie). Concrètement, cet événement se traduit par une scission d’une partie du réseau lorsque les utilisateurs ne sont pas d’accord avec la version actuelle. Brièvement, cette séparation permet aux utilisateurs du fork de jouir d’un réseau similaire avant l’apparition d’une quelconque mise à jour. À titre d’exemple, certains préfèrent world of warcraft classic à sa version actuelle. Il existe d’ores et déjà plusieurs hard fork d’Ethereum à l’image de ETHPoW ou encore Ethereum Classic.

Des copies de NFT sur plusieurs blockchains

Avec l’arrivée de la nouvelle mise à jour d’Ethereum PoS, les NFT risquent d’exister sur les deux chaînes. Dans son processus de mise à jour, Ethereum devrait répliquer ses jetons vers son nouveau réseau. Ainsi, les NFT orignaux devraient exister sur la chaîne PoW initial et sur la nouvelle PoS.

Dans cette perspective, les plus gros studios à l’origine des collections ont déjà pris les devants. Yuga Labs, propriétaire de Bored Ape Yacht Club ou encore Cryptopunks a précisé qu’il considèrera seulement les NFT de la nouvelle chaine PoS d’Ethereum.

Ce changement va sûrement interroger les propriétaires de licence numérique afin de savoir quel NFT a le plus de valeur : celui sur la blockchain initiale ou celui sur la nouvelle version ?

Au-delà des questions sur “l’authenticité” du nouveau NFT, cette mise à jour pourrait avoir de réelles conséquences pour les détenteurs des jetons non-informés.

Une faille qui peut coûter cher

Adam McBride, un "archéologue" des NFT a expliqué les possibles risques pour les propriétaires de NFT à la suite de The merge.

Dans un Thread Twitter, McBride a notamment mis en lumière l'éventualité de “replay attack”. L’attaque par relecture est un phénomène dans lequel une action est répétée simultanément sur les deux chaînes.

Imaginons : vous vendez votre NFT Bored Ape inscrit sur la chaîne PoW initial pour une somme dérisoire puisque celui-ci n’a que de la valeur sur la nouvelle chaîne PoS d’Ethereum. En soit l’idée semble intéressante puisque certains voudront se procurer ces jetons considérés comme “originaux”, alors pourquoi bénéficier une dernière fois des atouts de votre jeton en récupérant quelques ether.

Seulement, une fois vendu, le second propriétaire serait en capacité de pouvoir refaire la même transaction, et cette fois-ci sur la nouvelle version d’Ethereum. Dans ce cas, si vous aviez vendu votre Bored Ape pour 1eth sur l'ancienne chaîne, celui-ci pourrait partir pour le même prix sur la chiane PoS, alors qu'il en vaut 70 fois plus.

Bien que la théorie tienne la route, en pratique, il est peu probable que cela ne se produise. Pour ce faire, il faudrait que la plupart des plateformes NFT aient intégré des forks d’ethereum PoW, or ce n’est pas dans les projets des leaders du marché comme Opensea.

Les changements à venir autour des NFT suite à la mise à jour The Merge impliquent une réflexion autour des jetons non-fongibles et de leurs nouveaux usages sur Ethereum 2.0. Des différences majeures puisque les NFT sont un des moteur d’Ethereum, contribuant en grande partie aux revenus des participants du réseau. Outre ces interrogations, cette mise à jour présente des points plus que positif pour les NFT, à savoir une facilité et une rapidité accrues lors des transactions.

À propos des NFT

Qu’est-ce qu’un NFT ?

Un NFT est l’abréviation de Non Fungible Token ou jeton non-fongible en français. Les NFT sont des jetons cryptographiques émis sur une blockchain.

En exploitant cette technologie à la genèse des cryptomonnaies, les NFT inscrivent des propriétés inviolables dans ce registre virtuel. De ce fait, les NFT sont de véritables attestations de propriété numérique.

Un NFT est-il nécessairement une image ?

Il faut faire la distinction entre un NFT et l’objet qui lui est associé. En effet, le jeton non-fongible est avant tout un certificat de propriété virtuelle et non le fichier numérique en tant que tel. Un NFT est généralement associé à une photo ou vidéo, mais il peut également prendre la forme d’un texte, d’une musique ou n’importe quel autre format digital ou physique.

À quoi sert un NFT ?

Les NFT servent généralement à faire valoir les droits de propriété en ligne. Ainsi, le propriétaire d’un jeton d’une œuvre virtuelle peut percevoir des royalties, assurer le respect de la propriété intellectuelle de son objet numérique, etc.

Cette caractéristique a notamment permis au NFT de s’illustrer dans l’art en créant de la valeur et de la rareté sur des images numériques disponibles sur le web. Aussi, au-delà de l’art, cette technologie offre des usages multiples dans plusieurs secteurs comme dans les jeux vidéo, la traçabilité d’un produit, etc.

Comment la valeur d'un NFT est-elle définie ?

Ces jetons sont non fongibles, c'est-à-dire qu'ils ont une valeur unique à la différence des cryptos, qui sont quant à elles, fongibles (1 bitcoin = 1 bitcoin).

Le prix d’un NFT est donc arbitrairement fixé par le propriétaire du jeton. Ce prix est généralement en cryptomonnaie, la plupart du temps en Ether (ETH).

Comment acheter et vendre des NFT ?

Les NFT sont généralement achetés ou revendus sur des plateformes d’échanges tels qu'Opensea ou encore Foundation.

Qu’est-ce qu’un mint de NFT ?

Le « Mint » ou frapper en français, est le processus de vente initial d’un jeton. Pour faire partie définitivement du registre de la blockchain, ces nouveaux jetons doivent être mint. Par cette action, l’utilisateur vient remplir une transaction avec ses frais pour voir apparaître son jeton de première main sur la blockchain.

Qu'est-ce qu'un airdrop de NFT ?

Un airdrop désigne la distribution gratuite d’un NFT à destination d'une adresse d'un portefeuille crypto.

Comment stocker un NFT ?

Pour stocker un NFT, vous devez disposer d'un wallet / portefeuille crypto. Les plus populaires sont Metamask ou encore Trust Wallet.

Web 3.0
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
StolasBee StolasBee
MP
le 23 août à 18:59

Alors, l'auteur de l'article ferait bien de revoir ses sources (ou mieux, de les comprendre...)

Car y a des grosses boulettes quand même...

les NFT risquent d’exister sur les deux chaînes. Dans son processus de mise à jour, Ethereum devrait répliquer ses jetons vers son nouveau réseau.

... Non ? Le nouveau réseau d'Ethereum ne vas rien répliquer du tout, puisqu'il s'agit et restera toujours le réseau initiale...
Le nouveau réseau est composé de la beaconchain (qui ne supportera pas de smartcontract, et qui dit pas de smartcontract dit pas de token, ni fongible, ni non-fongible (NFT)), et de la chaine d'execution (qui est ce bon vieux ETH original, simplement mis à jour pour que ses nouveaux blocs d'ETH ne soit pas issue du mining, mais issue du PoS déporté sur la beaconchain...)

Alors, la replay attack... En théorie sera possible, à cause du fork officieux d'ETH, qui volontairement fait tout pour ne rien arranger.
Mais les NFT dessus ne vaudront rien, tout sera juger comme faux... Y compris et surtout les tokens (tel USDT, USDC), car c'est pas car tu fais un x2 et copie la blockchain (ça tout le monde peut le faire, pas besoin d'attendre un fork officiel...), que ta blockchain est légitime (et dans le cas d'USDT/USDC, que ces derniers seront appairés au $ sur la fausse blockchain... (déjà c'est impossible car leur lien vient de l'existence réel d'une quantité de $US dans des caisses d'entreprises..., si tu le duplique... Bah, l'entreprise te dira 0$ pour cette fausse blockchains...)

Une blockchain sans stablecoins viable (DAI ne sauvera pas les meubles car DAI dépend en partie d'USDT/USDC/..., il ne restera que des stablecoins dont la stabilité est douteuse, tel fut l'UST), ça commence mal pour le faux ETH :hap:

Et si les smartcontracts n'ont pas été mal codé, ils devraient résister à l'attaque pour la plupart (souvent il ne faut pas une, mais 2-3 transactions pour faire un échange... si ils en répliquent une, ils n'en répliqueront pas 2... néanmoins en cas de doute il suffit de ne pas lister ses NFT sur les places de marchés, et de ne pas utiliser de pools de liquidités trop expérimental :hap: )

(l'idée de la replay attack étant que le hacker fait une transaction possible sur ETH au bloc 0 du merge sur l'ancienne blockchain, puis balance à la nouvelle blockchain la même transaction comme si elle avait eu lieu, l'effectuant 2 fois... Maintenant faut vraiment tomber sur les cas où les smartcontracts était mal foutu pour que tout passe dans la même transaction (autorisation + ...), ce qui n'est pas gagné, et ils n'auront pas X essais car ça va vite bifurquer... C'est juste un bloc "sensible" à ce risque normalement... Puisque les blocs suivant auront des parents différents et ce qui sera vrai sur la fausse blockchain sera faux sur la vrai blockchain, ...)

Et honnêtement, j'ai même un autre doute:
La nouvelle blockchains, sortira un block à interval temps régulier, côté ETH normale, les mineurs devrait se deconnecter pour les moins cons, et ça fait que le block mettra plus de temps à sortir à cause de la difficulté/... Et puis après tu auras la difficulty bomb qui va achever le truc, juste elle ne sera pas appliqué sur la fausse blockchain...

Lire la suite...
Commentaire édité 23 août, 19:00 par StolasBee
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
3
Final Fantasy XVI
3ème trimestre 2023
4
Diablo IV
2023
5
Cyberpunk 2077 - Phantom Liberty
2023
La vidéo du moment