CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News jeu Warcraft, Diablo, COD... les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?
Profil de meakaya,  Jeuxvideo.com
meakaya - Journaliste jeuxvideo.com

Vous n’avez sans doute pas raté l’annonce du jeu mobile Warcraft. Ajoutez à ce dernier, Diablo Immortal, Call of Duty Mobile, Pokémon Go, Mario Kart Tour et tant d’autres et vous obtenez une tendance significative visant à adapter de grosses licences sur mobile. Mais alors pourquoi s’y mettent-ils tous et est-ce réellement la meilleure des stratégies ?

182 250 vues

Sommaire

  • Warcraft Arclight Rumble, Diablo Immortal... Tous sur mobile
  • PUBG Mobile, Genshin Impact, Clash Royale... Un marché florissant
  • Le jeu mobile : une fausse bonne idée ?

Warcraft Arclight Rumble, Diablo Immortal... Tous sur mobile

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Il y a quelques jours Activision-Blizzard nous annonçait Warcraft Arclight Rumble, le jeu mobile à la Clash Royale dans l’univers de Warcraft. Censé sortir dans le courant de l’année, il devrait donc suivre l’adaptation mobile d’une autre licence majeure d’Activision-Blizzard : Diablo avec Diablo Immortal. Autant dire que l’année est plutôt chargée pour le gros éditeur, qui tend de plus en plus à diversifier son offre en investissant le marché du jeu mobile. On avait notamment eu le droit à une version mobile de Call of Duty ou la moins remarquée sortie de Crash Bandicoot : On the Run!. Cette tendance ne se limite bien sûr pas à l’éditeur américain qui ne fait que suivre la mouvance globale du monde vidéoludique.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Ils sont nombreux en effet à s’être penchés sur nos petits smartphones comme supports de nouvelles aventures, et cela ne date pas d’hier. Si de grandes licences se sont invitées sur nos téléphones bien avant cela (comme Assassin's Creed par exemple), 2016 s’impose comme une année charnière. En juillet de cette année-là sort un titre qui deviendra un véritable événement : Pokémon GO. En une année seulement, le titre a réussi à concurrencer les mastodontes du milieu, récoltant la neuvième place du classement des jeux mobiles les plus lucratifs. Le jeu est si populaire que tout le monde en a entendu parler, des joueurs habitués aux personnes n’ayant jamais lancé un jeu de leur vie. Outre le succès en tant que jeu mobile, Pokémon GO a surtout prouvé une chose : il existe un marché mobile à saisir pour les licences classiques du jeu vidéo.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Certes, quelques studios avaient déjà vu le coup venir, comme Konami qui annonçait, dès 2015, cesser la production de ses titres sur consoles pour se concentrer sur le jeu mobile. Mais au global, c’est surtout après la sortie de Pokémon GO que l’on a pu voir nos smartphones être inondés de jeux en tout genre. Nintendo s’en est d’ailleurs particulièrement donné à cœur joie en sortant dans la foulée Super Mario Run, Fire Emblem Heroes, Animal Crossing : Pocket Camp ou encore Mario Kart Tour. Et puis à côté, on a eu le droit à Metal Slug X, The Witcher : Monster Slayer, Fortnite Mobile, PUBG Mobile et leurs comparses… Vous l’aurez compris, la liste est longue comme le bras et va continuer de s'étoffer dans les mois et années à venir.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Cet intérêt grandissant ne se voit pas seulement à travers l'offre de plus en plus importante. On la perçoit également dans les rachats en tout genre qui ont eu lieu ces derniers temps. Si Take Two s’est offert le studio mobile Nordeus, il a surtout mis la main sur Zynga, l’un des géants du jeu social et mobile. Du côté du géant chinois Tencent, c’est Supercell (Clash Royale et consorts) qui fut acquis. Et pour ce qui est de l’autre gros nom de l’industrie, King (Candy Crush Saga), c’est Activision qui a mis la main à la poche en 2015 (sa volonté d’investir dans le mobile ne date donc pas d’hier). Un rapprochement évident est donc en train de s’opérer entre le monde du jeu vidéo classique et les éditeurs de titres mobiles. Le marché du jeu vidéo est ainsi très clairement en train de prendre un tournant vers le mobile, mais quelles en sont les raisons ?

Nous sommes ravis d'annoncer notre transaction avec Zynga, qui diversifie considérablement notre activité et établit notre position de leader dans le domaine du mobile, le segment à la croissance la plus rapide de l'industrie du divertissement interactif. Cette combinaison stratégique rassemble nos meilleures franchises consoles et PC, avec une plate-forme de publication mobile diversifiée et leader sur le marché, qui a une riche histoire d'innovation et de créativité.

Communication de Take Two suite au rachat


PUBG Mobile, Genshin Impact, Clash Royale... Un marché florissant

Si vous vous êtes un tant soit peu intéressé au sujet, vous connaissez sans doute la réponse à cette question. Il y a en effet tout un tas d’avantages à se diriger vers le marché du jeu mobile. Premièrement, cela permet de s’adresser à une très large audience. Aujourd’hui, tout le monde (ou presque) a un téléphone. Que ce soit pour les enfants ou les grands-parents, les écrans sont devenus omniprésents, et pas seulement pour appeler ses proches ou avoir accès à Internet. Candy Crush, Call of Duty Mobile, Clash Royale, Among Us, Genshin Impact, Adibou par Wiloki sont autant de moyens de passer le temps avant de s’endormir, dans les transports ou sur la cuvette des toilettes. Et comme vous pouvez le constater, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Si bien que pour certains, n’ayant pas l’envie ou les moyens de s’offrir une console ou un PC, le smartphone est même devenu leur seul lien avec le monde du jeu vidéo.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Le panel de potentiels joueurs est donc colossal. En 2020, DFC Intelligence nous dévoilait que sur 3 milliards de joueurs, 44% étaient avant tout des joueurs mobile. Bien sûr, on retrouve énormément d’Asiatiques dans ces statistiques. Il représentait en effet 53% des joueurs mobile (soit 1,42 milliard) cette année-là. Selon le même organisme, on comptait 2,7 milliards de joueurs mobile en 2021. Autant dire que les jeux mobile sont aujourd’hui le meilleur moyen de toucher l’audience la plus large possible. Et cela est d’autant plus intéressant que le jeu mobile ne brasse pas seulement des joueurs, mais également de l’argent, beaucoup d’argent.

En 2021, le secteur du jeu mobile a rapporté 82 milliards d’euros selon Newzoo. Ce nombre est d’autant plus impressionant quand on étudie la part qu’il représente dans le marché global du jeu vidéo : 52%. Cela veut dire qu’en 2021, le jeu mobile a rapporté plus d’argent que les jeux PC ou consoles. Ce résultat est notamment dû à une poignée de jeux particulièrement lucratifs. Ils étaient en effet huit (dont PUBG Mobile et Genshin Impact) à avoir dépassé le milliard de chiffre d’affaires.

Les jeux mobiles ont déjà dépassé le marché des jeux consoles et ils seront encore plus en avant dans le futur. Actuellement, les revenus générés par les jeux mobiles de MY.GAMES représentent 78% de nos revenus et cette part augmente constamment, nous sentons un énorme potentiel sur ce segment… Je pense qu’à l’avenir, les jeux mobiles seront essentiellement des jeux Free to Play, et je ne serais pas surpris qu’un jour de gros titres consoles soient portés sur smartphones.

Ilya Karpinsky, directeur Stratégie et CEO de MY.GAMES ( Skyforge, Warface) pour ActuGaming

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Pour la plupart free-to-play, ces différents titres proposent de faire des achats en jeu. Si de nombreux joueurs se contentent du contenu disponible gratuitement, il en existe d’autres qui dépensent des sommes considérables par ce biais. On leur a même trouvé un petit surnom : les baleines. Notez que ce modèle est de plus en plus répandu dans les jeux vidéo en général, qu’il soit gratuit ou non. Si ces micro-transactions font enrager les joueurs et sont particulièrement régulées dans certains pays, elles ne restent pas moins très lucratives et donc avantageuses pour les studios.

Les jeux sur console et PC nécessitent plus de ressources. Puisque la différence est en grande partie due aux attentes du joueur vis-à-vis du produit. Pour les jeux mobiles, le gameplay passe souvent au premier plan tandis que les exigences graphiques sont moindres, alors que sur PC et console, les joueurs attendent aussi des graphismes modernes, un univers bien développé, etc.

Ilya Karpinsky

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Surtout que les jeux mobile sont moins coûteux à développer et plus facile à monétiser. Prenons Flappy Bird par exemple, l’un des jeux les plus populaires de l’année 2013. Pour le développer, il aura suffi de quelques jours, et ce même si son créateur était seul sur le projet. Certes, les titres développés par des gros éditeurs de jeux vidéo sont bien plus complexes et nécessitent plus de monde. Mais l’exemple de Flappy Bird constitue le symbole d’un support sur lequel on prend peu de risques tout en pouvant espérer beaucoup de profits. Les coûts de développement d’un jeu mobile se comptent plutôt en milliers, alors que des millions sont nécessaires pour la réalisation d’un Call of Duty par exemple. Ce double avantage rend les jeux mobile particulièrement rentables et donc intéressants aux yeux des grands patrons, mais aussi des petits développeurs aux moindres moyens. Ainsi s’explique naturellement ce virage vers le mobile. Mais est-il toujours aussi pertinent aujourd’hui ?

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Le jeu mobile : une fausse bonne idée ?

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Quand on est un grand éditeur, jeu mobile ne rime pas toujours avec succès. Warner Bros., pourtant habitué aux jeux mobile avec son label Portkey Games, s’est cassé les dents avec son Harry Potter : Wizards Unite. Avec ses 6,5 millions de téléchargements dès la première semaine, le titre semblait pourtant en bonne voie. Il faut dire qu’en exploitant à la fois une licence forte (Harry Potter et le Wizarding World) et un concept gagnant (celui de Pokémon GO), Harry Potter : Wizards Unite avait tout pour rencontrer le succès. Mais voilà, après moins de trois ans d’exploitation, le titre a fermé ses portes cette année. Dénué de sens pour certains, trop répétitif pour d’autres, le jeu édité par Warner Bros. a peu à peu perdu son audience et Niantic a préféré s’en défaire. Cet échec est, d’une certaine façon, dû au marché du jeu mobile lui-même. Difficile de se faire sa place en tant que jeu en réalité augmentée dans un monde où Pokémon GO existe. Les faibles téléchargements de The Witcher : Monster Slayer (comparés à ce dernier et même Wizards Unite) montre bien qu’il est parfois difficile de rivaliser avec des titres déjà établis.

J'ai essayé (Wizards Unite) il y a quelques mois, ça manque clairement d'intérêt. Il y a trop de choses illisibles sur la Map, on ne sait pas où on va, ce que l'on fait. Personnellement je ne me suis jamais senti investi dans ce jeu. Supprimé au bout de 2/3 jours - XenomHill, sur Twitter

On peut même se demander si le marché du jeu vidéo sur mobile n’est pas devenu saturé. Aujourd’hui, quand on parle de l’industrie du jeu mobile, une poignée de noms nous viennent automatiquement en tête (King, Supercell…). Avec leurs jeux phares, ils vampirisent tout ce pan de l'industrie et laissent peu de place à des titres émergents. Ainsi, il sera par exemple intéressant de voir comment Warcraft Arclight Rumble arrive à se placer sur le marché alors qu’il marche sur les plates-bandes de l’un des mastodontes du jeu mobile : Clash Royale.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?
Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

De plus, on entend souvent que le jeu mobile est particulièrement intéressant pour essayer de toucher le marché asiatique et plus particulièrement chinois. Si, comme nous l’avons vu, ils sont nombreux à jouer sur mobile, cela ne veut pas dire qu’ils se jetteront sur la moindre nouvelle offre. Au début de l’année, AppAnnie nous dévoilait une étude sur le marché du jeu mobile. Selon cette dernière, le marché chinois est totalement maîtrisé par Tencent et Alibaba Games et s’y implanter paraît aujourd’hui compliqué. En Corée du Sud, c’est Netmarble qui exerce un quasi monopole sur le secteur du jeu mobile. Si à l’international, les revenus sont plus partagés et laissent de la place à de nouveaux acteurs, les rêves de conquête des marchés chinois et coréens semblent donc compromis.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Mais même avec un marché favorable, il est parfois compliqué de remplir ses objectifs, que l’on soit un petit studio ou un grand constructeur. Le cas de Nintendo est particulièrement intéressant sur ce point. Comme nous l’avons vu, le constructeur nippon s’est rapidement jeté sur le marché du mobile, y proposant des portages de ses licences les plus cultes. Et pourtant, dès 2020, le président de Nintendo, Shuntaro Furukawa, annonçait à ses actionnaires qu’il abandonnait le marché mobile. Il faut dire que le milliard d’euros de revenus liés au mobile visé par la firme n’a absolument pas été atteint. Les résultats financiers de l’année 2019/2020 nous apprenaient que les jeux mobile ne représentaient qu’un faible 420 millions d’euros de recettes, auxquels il fallait en plus retirer les ventes des produits dérivés pour obtenir les véritables bénéfices issus du mobile uniquement. Nintendo nous montre donc qu’il ne suffit pas d’avoir des moyens et des licences fortes pour parvenir à réellement bénéficier de ce marché florissant.

Vous pouvez également ajouter à ce point strictement financier, l’image des éditeurs qui peut rapidement se trouver détériorer. On se souvient encore de l’annonce de Diablo Immortal et du fameux “Do you guys not have phones ?", qui avaient suscité des sifflements et des huées lors de la Blizzcon 2018. Si l’annonce de Warcraft Arclight Rumble n’a pas subi le même tollé, il a tout de même suscité l’agacement de certains joueurs, qui pointent notamment du doigt le sort réservé à Warcraft III : Reforged. Autant dire qu’à trop tirer sur la corde du jeu mobile, les grands éditeurs pourraient surtout s’attirer les foudres de leurs joueurs de la première heure. Reste à voir si le jeu en vaut la chandelle ou s’ils se brûleront les doigts.

Warcraft, Diablo, COD...  les jeux mobile, stratégie gagnante ou erreur monumentale ?

Le marché du jeu mobile nous est vendu depuis plusieurs années comme le nouvel El Dorado du jeu vidéo. Il n’est donc pas étonnant de voir les géants de notre industrie s’y engouffrer un à un. Mais les lois du marché ne sont pas toujours aussi simples qu’il n’y paraît. Pour ce qui est du jeu mobile, certains ont déjà dû revoir leurs grandes ambitions à la baisse. Est-ce que cela sera le cas pour tous ceux qui voient aujourd’hui dans le mobile l’avenir de leur entreprise ? Seul le temps pourra nous le dire… Mais il est clair qu’avec tous les jeux prévus dans les mois et années à venir, la concurrence risque d’être rude.

iOS Android NetEase Games Activision Blizzard Blizzard Entertainment Stratégie Hack'n slash Action MMO
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
warncamb warncamb
MP
Niveau 10
le 10 mai 2022 à 05:43

Le gaming mobile c’est comme dire que McDo c’est de la grande cuisine.

Non.

C’est de la malbouffe c’est degueulasse et le monde s’en porterait mieux si cela n’existait pas. C’est rapide et pratique ? Faut au moins avoir deux bonnes choses à dire.

Alors oui un temps on a tous kiffé avec son serpent sur son 3310. En plus contemporain le Candy Crush le temps du métro. Mais continuer à appeler ça du gaming…

Perso mobile = poubelle.
Dès qu’une annonce est faite ils sont sûrs que je toucherais jamais cette moisissure.

Lire la suite...
Commentaire édité 10 mai 2022, 05:46 par warncamb
Diablo Immortal
PCiOSAndroid
Warcraft : Rumble
iOSAndroid
Les jeux attendus
1
Grand Theft Auto VI
2025
2
Stellar Blade
26 avr. 2024
3
Star Wars : Outlaws
30 août 2024
4
SAND LAND
26 avr. 2024
5
Senua's Saga : Hellblade II
21 mai 2024
La vidéo du moment