Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News jeu /

Ce jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreur

News jeu Ce jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreur

Avant Halo, Bungie forgeait notamment sa réputation à travers Myth, une saga tactique qui brillait par son univers heroic fantasy et son esthétique 3D. Seul souci : le deuxième épisode risquait d’effacer votre disque dur.

Ce jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreur

De tout temps, il y a ces petites déconvenues rencontrées sur ordinateur qui nous sont très pénibles : écraser une sauvegarde de jeu par erreur, quitter un fichier sans l'enregistrer au préalable, ou jeter dans la corbeille une photo précieuse. Rien d'irréversible en somme. Mais alors que faire lorsqu'une action aussi anodine que la désinstallation d'un jeu terminé mène à l'effacement de l'entièreté de votre disque dur ? C'est la catastrophe qu'étaient susceptibles de rencontrer les détenteurs de Myth II : Soulblighter, un jeu développé par les géants de Bungie. Voici la petite histoire d'une grande déconvenue vidéoludique.

Le parcours du combattant

Novembre 1998. Une vingtaine de développeurs de Bungie, futurs créateurs du mastodonte Halo, s'attellent à terminer le deuxième épisode d’une saga plus méconnue sur Mac et PC. Après s’être fait les dents sur les jeux de tir Pathways Into Darkness et Marathon notamment, l’entreprise née en 1990 dans l’appartement au sous-sol d’un certain Alex Seropian s’essaye à un nouveau genre : Myth II, jeu de tactique en temps réel, nous prie d’anéantir le Fléau des âmes, seigneur damné du premier volet vendu à plus de 350 000 exemplaires et encensé par la critique. De marécages brumeux aux forêts humides, les joueurs mènent des batailles avec les forces qui leur sont données. Le studio américain s’applique pendant seulement sept mois à façonner une suite plus audacieuse avec une esthétique 3D plus affinée ; chaque personnage hérite de son ombre au sol, des reflets apparaissent sur l’eau. La proposition est particulièrement alléchante.

Plus de 140 000 copies du jeu sont déjà commandées avant la sortie. Mais dans les bureaux de Bungie, la charge de travail devient trop imposante pour répondre en temps et en heure à des ambitions grandissantes. Un sentiment d’urgence bouillonne. Les développeurs ont déjà raté une première deadline de livraison fixée au 1er novembre. Ils espèrent tout de même finaliser leur joyau pour les fêtes de fin d’année. "Plus nous expédions tard, plus tard nous commençons à récupérer notre investissement", explique Alex Seropian dans les colonnes du Chicago Reader en 2000 :

Ce jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreur
Alex Seropian (Wikimedia)
J'appelle cela le marketing de base : traiter la clientèle comme un vecteur de maladie, la maladie dans ce cas étant quelque chose de bien, une impression positive du jeu. Vous essayez de le diffuser à tout le monde dans le monde. Plus la contagion est importante le premier jour, plus elle va s'étendre et s'étendre profondément. Le but est d'infecter tout le monde. Si nous les préparons tous et qu'ils sont prêts à exploser, et que nous ne livrons pas le produit, qu'il ne fonctionne pas correctement, cela tue l'élan. - A. Seropian.

Au 13 novembre, des dizaines de bogues listés sur une montagne de post-its attendent encore d’être corrigés tandis que certains niveaux restent inachevés. L’anecdote est racontée par une partie du personnel dans l’hebdomadaire. Mark Bernal, l'un des artistes, raconte qu’à un certain stade du développement, son trajet matinal vers le travail constitue ses seules minutes de liberté. Le rythme de travail est particulièrement effréné. Bernal fonctionne dès lors “à 70 % de ses capacités". “Vous vous apercevez que vous faites des erreurs - votre esprit ne pense plus comme avant" (Chicago Reader, 2000). Myth II ne sera achevé que le 10 décembre à 3h50 du matin, peaufiné dans sa neuvième version ; l’équipe, épuisée, est enfin prête à expédier son nouveau né dans une usine d’Atlanta pour la mise en boîte. Les éditeurs internationaux s’occuperont des copies traduites. À cet instant, Jim Ruiz, responsable des boutiques de Bungie, espère encore satisfaire à temps les centaines de milliers de précommandes de joueurs impatients pour Noël. Avec l’accord de Seropian, il décide de transférer les commandes à l'entrepôt avant même de les avoir traitées. La démarche est risquée, il n’a alors aucun moyen d’anticiper les réglements rejetés par les sociétés de cartes de crédit. Tout se déroule finalement sans trop d'accrocs ; seules 100 commandes sont annulées. Et le 28 décembre, Myth II peut enfin rejoindre les étagères des stores américains. Le matin même, 200 000 copies sont en transit à travers les États-Unis. Quel soulagement, les équipes peuvent enfin souffler. Mais seulement un court instant. Ce même jour, le siège de Bungie est contacté par son partenaire japonais. En voulant désinstaller la version finale du jeu, une employé chargée de la traduction a vu le contenu de son disque dur disparaître.

Instant de panique

L’anecdote est racontée dans les archives du site de Bungie. Dans un bureau japonais, une jeune traductrice s'essaye à la version finale de Myth II. La déconvenue survient lors d'une manipulation somme toute banale.

Elle a tenté de le désinstaller à partir du dossier racine principal de son disque dur - ce qui n'est pas brillant, mais assez courant - et parfaitement adapté à la plupart des jeux. Le jeu a commencé à dévorer son disque dur comme une Bento Box fraîche.

Images de Myth II

Ce jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreurCe jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreurCe jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreurCe jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreurCe jeu qui pouvait effacer votre disque dur par erreur

Sur place, Jason Jones, co-fondateur de Bungie, situe rapidement le problème et trouve le moyen de corriger le code. Mais comment faire ? Le jeu est déjà mis en boîte ; 200 000 copies prennent le chemin de centaines de magasins. Les têtes pensantes de l'entreprise s'attroupent en hâte en salle de réunion. La tension est à son comble. Ensemble, Jones, Seropian, ainsi que les directeurs de la vente et du marketing Doug Zartman, Diane Donohue et David Joost, exposent leurs solutions. Deux options sont suggérées : La première serait de ne rien faire dans l'immédiat. Après tout, qui aurait l'idée risquée d'installer son jeu à la racine de son disque dur ? certainement pas grand monde. Et puis, les développeurs n'auraient finalement qu'à avertir le public de la situation et à proposer un correctif dans la foulée. La deuxième option, plus radicale, serait d’entreprendre un rappel du produit. Jones raconte alors :

C'était tellement clair qu'il y avait une décision qui menait sur le chemin de la damnation éternelle. L'autre était de dépenser beaucoup d'argent et de faire la bonne chose - et de ne jamais refaire la même erreur. (Chicago Reader, 2000)

La bonne action

Les copies de Myth II n’atteindront jamais les rayons des détaillants. Bungie se hâte de les rapatrier. Tant pis pour l’argent dépensé, tant pis pour le temps perdu. Mais pour certains, il est peut-être déjà trop tard ; le CD maudit lorgne sur le bureau de quelques privilégiés. On demande aux critiques d'attendre qu'une nouvelle version soit publiée. L'usine d'Atlanta est sommée d'arrêter au plus vite les impressions. Le plus dur est de contacter les centaines de magasins en attente de leurs copies pour leur signaler le problème. On leur prie de refuser les livraisons. Chaque boîtier est méticuleusement récupéré puis déballé ; Le disque est détruit, remplacé par son correctif. De nouvelles étiquettes sont posées, authentifiant la version 1.1. En parallèle, l’éditeur s’empresse de diffuser un long communiqué de presse.

Avant que Myth II : Soulblighter ne soit mis en vente, Bungie a découvert un problème qui justifie le rappel du titre. Bien que le problème ne soit susceptible d'affecter qu'un petit nombre d'utilisateurs de Windows, il pourrait néanmoins être grave pour eux. Rappeler un produit est une décision difficile à prendre, mais Bungie est convaincu que c'est la bonne chose à faire.

Dans certains cas inhabituels, l'utilisation du désinstalleur peut poser des problèmes. Si un utilisateur choisit un répertoire d'installation autre que le répertoire par défaut, il ne doit PAS utiliser le désinstalleur mais faire glisser manuellement le dossier Myth II dans la corbeille et le supprimer.

Le rappel a coûté des centaines de milliers de dollars à Bungie. Mais il est félicité par la presse. “La solution de facilité aurait été de laisser le jeu dans les rayons et de préparer le support technique à l'assaut de plaintes qu'il recevrait. Au lieu de cela, Bungie a fait ce qu'il fallait et a rappelé le jeu pour s'assurer que ses clients ne rencontrent pas les problèmes liés au problème”, salue MacObserver. Cette bonne action vaut aussi à l’éditeur d’éviter une potentielle action collective.

À Atlanta, la réimpression débute la première semaine de janvier. Diane Donohue, directrice des opérations, brave le blizzard qui sévit alors à Chicago pour se rendre sur place et superviser le processus. Au mépris d'une perte de 200 000 autocollants par FedEx et d'une coupure de courant à l'usine, le travail reprend finalement son cours. Le jeudi, Myth II reposait enfin sur les étagères des magasins. Sur l'agrégateur Metacritic, il décroche la note globale de 88 sur 100. "Myth 2 reste un des rares jeux de stratégie à oser se démarquer, avec sa 3D et l'absence de constructions et de gestion de ressource", écrit-on dans nos propres colonnes. Du côté du public, le succès est d'autant plus retentissant. Le premier jour de la sortie de la version 1.1 seulement, les ventes égalent celles du premier volet. L'honneur de Bungie est sauf.

Un teaser pour Myth III, sorti en octobre 2001

Profil de Tiraxa,  Jeuxvideo.com
Par Tiraxa, Rédaction jeuxvideo.com
MP

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
The_Real_Street
The_Real_Street
MP
le 29 nov. 2021 à 20:25

Un des meilleurs jeux de stratégie réalisé à ce jour. 95% des productions actuelles ne lui arrivent pas à la cheville. C’était l’époque où les jeux étaient créés par des passionnés et pas par les actionnaires de sociétés multimillionnaires qui n’y connaissent rien. Merci pour ce moment de nostalgie.

Lire la suite...
Imperiorzs
Imperiorzs
MP
le 29 nov. 2021 à 19:55

Enfin un bon article merci Tiraxa, ca change des mer*** qu'on nous sert de plus en plus.

Je suis sur que ca serait maintenant avec les sociétés merdiques types EA/Activision/Ubi le jeu serait sorti et ils en auraient rien eu à foutre ils se seraient juste excusé et nous auraient sorti un "nous sommes pro gamers"

Lire la suite...
Kratos0013
Kratos0013
MP
le 29 nov. 2021 à 11:53

Les meilleurs articles sortent le dimanche sur jvc.

Lire la suite...
vctrxyz50
vctrxyz50
MP
le 29 nov. 2021 à 01:57

C'est une sorte de système d'exploitation dissimulé pour concurrencer Microsoft et quand ils ont donné les copies au premiers venues ils ont pas assumé jusqu'au bout ; - p

Lire la suite...
Jeanmask
Jeanmask
MP
le 28 nov. 2021 à 20:42

https://image.noelshack.com/fichiers/2020/52/5/1608931425-bog-phone.png
Du journalisme ?

https://image.noelshack.com/fichiers/2020/08/7/1582448052-castaner-telepone-meme.png
C'est pour faire passer le BF, monsieur.

https://image.noelshack.com/fichiers/2020/52/5/1608931425-bog-phone.png
Ne me décevez pas.

Lire la suite...
Ivak87
Ivak87
MP
le 28 nov. 2021 à 20:37

Le problème surtout c'est qu'encore aujourd'hui on doit avoir un programme pour "désinstaller" une application car une installation va polluer des bases de registre, va mettre des raccourcis dans des dossiers, va s'immiscer dans le système de façon dégueulasse à plusieurs endroits et il faut carrément un programme pour retrouver tout le merdier et l'enlever. Sauf que si c'était fait correctement on devrait juste supprimer le dossier du jeu et terminé. S'il y a des machins qui pointent sur ce dossier inexistant c'est à l'OS de les supprimer plus tard. C'est un des aspects que je déteste vraiment avec les installations PC, le fait de voir le dossier avec le nom de l'éditeur dans ton dossier Steam, dans AppData, dans la registry Windows etc. C'est juste sale et chiant à enlever sans un désinstalleur, et quand ce désinstalleur est lui même buggé, ca te laisse des trucs même si t'as supprimer le dossier principal. Si c'était juste bien isolé on devrait juste avoir à supprimer un dossier pour faire cette fameuse "désinstallation". Mais non, on vit encore avec des systèmes qui font n'importe quoi.
Sur ce plan les OS mobile sont en avance car cet aspect a été bien penser dès le début, contrairement à Windows qui traîne un long historique qui n'est pas facile à changer.

Lire la suite...
Crymsom-666
Crymsom-666
MP
le 28 nov. 2021 à 16:37

Le coup de la désinstallation qui vide le disque dur c'était un désagrément qui revenait ponctuellement à cette époque voire même après les années post 2000.
Je me souviens d'une fois où une démo d'un jeu (fournie dans un magazine PC mensuel) avait exactement le même impact: HDD vierge après uninstall. Sacrée surprise pour la personne qui voulait juste se faire une idée...

Y avait pas une histoire de la sorte récemment encore sur je sais plus quel jeu et/oumachine de jeu? Un bug à la con sur les saves et hop le support de stockage recyclé en désert fumant?

Enfin bref, ça revient de temps en temps mais c'est vrai que sur PC on découvre le problème lorsque le programme est installé dans un répertoire différent de celui "imposé" d'origine, c'est le cas typique il me semble.

Gageons que des développeurs trop empressés et/ou compressés feront revenir ce problème de temps en temps.

Par contre:

Et puis, les développeurs n'auraient finalement qu'à avertir le public de la situation et à proposer un correctif dans la foulée. La deuxième option, plus radicale, serait d’entreprendre un rappel du produit. Jones raconte alors :

C'était tellement clair qu'il y avait une décision qui menait sur le chemin de la damnation éternelle. L'autre était de dépenser beaucoup d'argent et de faire la bonne chose - et de ne jamais refaire la même erreur.

Quand on voit les nouvelles habitudes de degré de finalisation des jeux pour le day one (de + en + à la ramasse) et le suivi plus ou moins obligatoire/sérieux pour corriger ce qui doit l'être (entre urgence et bouche-trou) on peut légèrement détourner une phrase culte de Ken le survivant:

"Certains éditeurs/studios/développeurs ne sont pas avertis mais ils sont déjà maudits."

Lire la suite...
Samerelipopete
Samerelipopete
MP
le 28 nov. 2021 à 14:54

Du coup, d'où venait le soucis exactement ?

Lire la suite...
G7K
G7K
MP
le 28 nov. 2021 à 14:50

Un jeu qui bouffe ton disque dur, il fallait oser.

Lire la suite...
Simtikr
Simtikr
MP
le 28 nov. 2021 à 14:35

Article fort intéressant, je n'avais jamais entendu parler de cela. Et malgré le fait qu'aujourd'hui il aurait suffi d'un patch day one, je trouve que cette histoire est encore d'actualité : que les éditeurs finissent bien leurs jeux, évitent les problèmes techniques au maximum et les joueurs le leur rendront bien.

Lire la suite...
Commentaire édité 28 nov. 2021, 14:35 par Simtikr
Les jeux attendus
1
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022
2
Dying Light 2 : Stay Human
04 févr. 2022
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
4
Gran Turismo 7
04 mars 2022
5
Elden Ring
25 févr. 2022