Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News culture /

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

News culture Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Superman est considéré comme l’un, si ce n’est le super-héros le plus emblématique, et occupe avec Batman et Wonder Woman une place toute particulière dans la culture populaire. Ce personnage né dans les années 30 est une icône élevée au rang de divinité dans l’univers de DC. Clark Kent aka Kal-El a traversé les âges, et a forcément évolué au contact d’une société occidentale dont il se veut le reflet. Immigré, patriote, bisexuel, etc. Superman n’est rien de moins qu’une allégorie contemporaine fluctuant au gré des époques.

49 337 vues

Les origines du mythe

Superman est un personnage de fiction créé par le scénariste Jerry Siegel et le dessinateur Joe Shuster. Il est apparu pour la première fois à la fin des années 30 dans la revue Action Comics #1 aux éditions Detective Comics (ou DC). Mais remontons quelques années dans le passé afin de revenir sur la genèse de ce super-héros et découvrir les différentes versions ayant mené à sa naissance au cours du printemps 1938.

L’histoire de l’Homme d’Acier débute par une rencontre en 1932, celles de deux adolescents, au lycée de Glenville situé dans la ville de Cleveland. Jerry Siegel est à cette époque l’auteur du fanzine de science-fiction The Advance Guard of Future Civilization. Une rencontre avec l’artiste en herbe Joe Shuster va alors tout changer. En janvier 1933, les deux compères publient les aventures de Bill Dunn, un sans-abri qui possède des pouvoirs psychiques suite aux expérimentations d’un savant fou. Le projet Superman est lancé.

Quelques mois plus tard, en mai 1933, un second prototype, plus sensationnel à la demande des journaux de l’époque, voit le jour. Cette seconde itération conserve l’approche rat de laboratoire, mais troque les aptitudes précédentes pour une super force et une peau pare balles. Ce nouveau Superman, refusé par Consolidated suite aux ventes décevantes de leur premier comics, apparaît encore sans costume.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Il faut attendre 1934 pour voir le porte-étendard de DC prendre forme sous les traits d’un Clark adopté par Sam et Molly Kent après avoir été renvoyé dans le passé par son père peu de temps avant la destruction de la Terre. Superman s’affiche même en public avec un uniforme, et assume enfin sa nature de super-héros. L’année suivante (1935), ses origines extraterrestres sont encrées sur papier. Superman est désormais le survivant d'une lointaine planète.

Le costume moulant avec le S imprimé sur le torse, sa relation avec Loïs Lane et la distinction publique entre le journaliste et le héros deviennent également des attributs incontournables qui définissent le personnage. Après de multiples refus et une collaboration chaotique avec un homme d’affaires du nom de Wheeler-Nicholson, la chance sourit enfin aux deux artistes. Les treize premières pages du comics Superman sont publiées par DC le 18 avril 1938 (couverture de juin 1938). La légende de l’Homme d’Acier est en marche.

Même si le statut de premier super-héros de l’Histoire fait toujours débat en 2021, Superman demeure l’archétype du super, celui par lequel toute une génération de personnages haut en couleur est née avec leurs costumes excentriques, leurs alias, et cette volonté inébranlable de combattre le crime. Le fils de Krypton a popularisé le concept de super-héros, et établi les grands principes qui régissent le genre encore aujourd’hui.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Un symbole d’intégration

Il faut bien comprendre une chose. Pour bon nombre de fans, Superman est le parfait représentant du rêve américain… le fameux American Dream. Clark Kent est un symbole de réussite, passé du “p’tit gars de la campagne” à un homme accompli capable de concrétiser ses rêves. Il représente ce rêve américain qui définit, ou définissait par le passé, les Etats-Unis, et sa condition d’immigré ne fait que renforcer ce statut auprès du public.

Superman est né sur la planète Krypton, et a fui la destruction de celle-ci par un cataclysme naturel pour se réfugier sur Terre. Kal-El de son nom de naissance est donc pour un temps un apatride. Il atterrit aux Etats-Unis, dans l'arrière-pays, près d’une bourgade devenue célèbre dans le comics Superboy #2 paru en juin 1949. Cette ville, c’est Smallville. Clark Kent de son nom d’adoption est recueilli par le famille Kent, et élevé en tant que terrien par ce couple de fermiers qui lui inculquent entre autres les notions de bien et de mal. Cette éducation poussera l’enfant à devenir un super-héros à l’âge adulte, et à œuvrer pour le bien de tous.

Les origines de Superman prennent racines dans l’histoire des artistes qui lui ont donné vie. Les parents de Jerry Siegel arrivent aux Etats-Unis en 1900 après avoir échappé aux pogroms antisémites qui frappent les communautés juives d’Europe de l’Est entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Joseph Shuster est de son côté né d’un père néerlandais et d’une mère ukrainienne. Les auteurs comme souvent s'inspirent de leur vie personnelle pour imaginer celle de leur personnage. Superman est l'expression de ce passé commun.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Les Etats-Unis se sont forgés un flux migratoire après l’autre. Il n’est donc pas étonnant de voir son super-héros le plus iconique suivre cette même destinée. Superman s‘inscrit dans cette volonté de représenter dans la culture populaire les populations successives qui ont façonné et façonnent encore en 2021 les Etats-Unis. Dans les années 30, cela passait entre autres par la bande-dessinée. C’est désormais l’ensemble des médias... cinéma, séries télévisées compris... qui diffuse ce message.

Superman, avant même d’être un super-héros, joue un rôle central auprès d'un jeune public dans la compréhension de la notion d’assimilation. Les origines extraterrestres du personnage lui confèrent un statut à part, et permettent aux lecteurs / spectateurs de s’approprier le concept même d’intégration par le prisme de la fiction. Aldo Regalado, auteur de l’ouvrage "Bending Steel : Modernity and the American Superhero", y voit un défi au mythe de l'ancêtre anglo-saxon source de tout pouvoir.

D’autres auteurs s'expriment sur le sujet au fil des décennies, et donc des aventures qui ponctuent la vie de ce personnage fictif. Pour l'écrivain Gary Engle, dans le livre "Superman at Fifty ! : The Persistence of a Legend", Superman souligne l'apport et la valeur des migrants dans la culture américaine, exprime leurs sensibilités, et leur permet facilement de s’identifier. Si Clark Kent représente au final l’individu assimilé, son alter-ego exprime pleinement et positivement son héritage culturel.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

The American Way

Il se dégage de Superman une image de bon samaritain, et surtout de patriote fier de ses couleurs. De quelles couleurs parle-t-on vraiment ? Depuis ses premiers pas sur papier (ou presque), Superman se bat pour la “Vérité et la Justice” ("Truth and Justice" en anglais), une devise qui a évolué avec le temps, mais qui reste attachée à un personnage fermement ancré dans les époques qu’il a successivement traversées.

Dans les années 30, le natif de Krypton combat le crime organisé alors que la nation est sous l’influence d’Al Capone. Puis vient la Seconde Guerre mondiale durant laquelle l’Homme d’Acier affronte le Troisième Reich, et apporte un indéfectible soutien à la vente des obligations de guerre. Durant la décennie suivante, Superman met en garde les lecteurs face aux menaces que représentent les nouvelles technologies. Voilà plus de 80 ans que Clark Kent se bat pour la vérité et la justice, mais pas seulement.

La figure du patriote “ultime” apparaît en 1942 en pleine Seconde Guerre mondiale avec l’ajout des termes “The American Way” dans la devise de Superman. Ce slogan pensé pour lutter contre la montée du fachisme se répand comme une traînée de poudre, et devient sans garnde surprise incontournable. Pourtant, Clark Kent est considéré dans ses premières apparitions comme un justicier (vigilante en anglais) et non un héros. Il affronte même jusqu'à un certain point la Garde Nationale avant de se ranger du côté de l’autorité.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

“The American Way” est supprimé à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour réapparaître dans la publication The Adventures of Superman en 1952. Les Etats-Unis sont alors en pleine Guerre Froide. Cette "confrontation" idéologique entre les blocs de l'Est et de l'Ouest exacerbe la paranoïa ambiante et le patriotisme d’une partie non négligeable de la population. Face à la gronde populaire, DC réintroduit la fin de la devise de Superman sans penser que cette dernière resterait inchangée au cours des 70 années à venir.

Superman est une icône de l’Amérique ce qui ne l’empêche en rien de renoncer à sa citoyenneté états-uniennes en 2011 au cours de l’arc narratif "The Incident" paru dans la revue Action Comics #900. Superman déclare alors ne plus vouloir être l’instrument de la politique américaine suite à un incident diplomatique majeur à l'international. La seule idée de savoir Superman ne plus être américain met les américains en colère. Face à une telle réaction épidermique, DC rétropédale, et appose le label “What if” sur ce run. "The Incident" devient officiellement une histoire alternative en dehors du canon officiel. Superman est de nouveau américain... pour un temps. Et si Superman était communiste ? Un tyran ? Pire encore ?

Les récits "What if” mentionnés ci-dessus permettent d’explorer d’autres facettes d’un super-héros sans risquer de nuire à la continuité de l’histoire principale. En 1986, dans "Batman The Dark Knight Returns", l’auteur Frank Miller transforme Superman en pantin du gouvernement, en chien de garde à la solde des Etats-Unis persuadé que son sacrifice est le seul moyen de sauver le monde. En 2003, Superman devient sous la plume de Mark Millar un communiste convaincu. Dans l’arc narratif "Red Son", le fils de Krypton grandit en Union Soviétique, sauve toujours des gens, mais lutte pour l’expansion du pacte de Varsovie. Superman est ici le symbole de la Peur Rouge tant redoutée par plusieurs administrations américaines au cours de l'Histoire.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Une conscience politique

Le fils de Krypton prend régulièrement la parole, en public en tant que Superman, et dans des articles signés Clark Kent pour le Daily Planet. Le personnage est prompt à s’exprimer, possède une plume affûtée, et pourtant n’évoque jamais ses affinités politiques. Superman n’est pas apolitique, loin de là, mais il n’affiche jamais cette fameuse "couleur politique" qui lors de chaque élection anime les repas de famille. Un arc narratif s’est donc intéressé à la question qui brûle les lèvres de certains fans.

Superman est-il de droite ou de gauche ? Républicain ou démocrate sur l’échiquier politique états-unien ? Si DC a tranché en 2008 en révélant l’intention de vote de Batman dans le run DC Universe : Decisions, l’éditeur américain s’est bien gardé de donner une réponse définitive en ce qui concerne Kal-El. L’universalité de Superman ne peut être remise en question. Choisir un camp serait en quelque sorte une trahison. Juste pour information, le Chevalier Noir est quant à lui officiellement "démocrate".

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Superman agit en général pour le bien commun. Ce personnage est fondamentalement bon, bienveillant, et possède un sens de la justice égal à nul autre. Dans l’univers de DC et même en dehors de sa diégèse, c’est un exemple à suivre, autant pour les héros qui se tiennent à ses côtés que pour les lecteurs et/ou spectateurs qui suivent ses aventures. Certains le surnomment “The Big Blue Boy Scout”, une image qu’il renvoie depuis l’introduction du code de conduite imposé par l’éditeur Whitney Ellsworth, à ne pas confondre avec le “Comics Code” de 1954.

Superman défend la veuve, le pauvre et l’orphelin, et témoigne d’une moralité à toute épreuve. Il existe certe des exceptions, mais elles prennent majoritairement racines dans des univers alternatifs. Ce super-héros combat ainsi le racisme sur tous les fronts, et ce depuis plus de 70 ans. En 1949, l'alter-ego de Clark Kent prend déjà la parole dans les manuels scolaires à ce sujet, et les mots “prononcés” étaient on ne peut plus édifiants (voir ci-dessous).

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

.. et rappelez-vous, garçons et filles, votre école - comme notre pays - est composée d'américains de différentes ethnies, religions et origines nationales. Donc… si vous entendez quelqu'un parler contre un camarade de classe ou quelqu'un d'autre à cause de sa religion, de son ethnie ou de son origine nationale - n'attendez pas : dites-lui que ce genre de discours est non-américain. - Superman (DC - 1949)

Plus récemment, en septembre 2017, l’Homme d’Acier défend des travailleurs sans papiers face à un suprémaciste blanc armé. Cet événement relaté dans la publication Action Comics #987 ne manque pas de provoquer l’ire des conservateurs de tous bords. Ce dernier se veut alors une réponse à la tragédie ayant frappé Charlottesville dans l'État de Virginie un mois auparavant (août 2017). Quatre ans plus tard, le fils de Kal-El prend la relève dans Superman : Son of Kal-El #2. Dans ce run écrit par Tom Taylor, illustré par John Timms et colorisé par Gabe Eltaeb, Jon Kent défie les autorités, et sauve un navire à la dérive occupé par des immigrés. Face aux exactions de la Police, le jeune Superman s’insurge, et invite le capitaine des forces de l'ordre à tempérer ses ardeurs.

Il faut toutefois appréhender ces évolutions non pas par le prisme du personnage, mais par celui de son auteur. Superman, selon l'artiste qui le met en scène, peut se métamorphoser au point de changer radicalement de modus operandi, même s’il garde toujours au fond de lui cette irrépressible envie de maintenir la paix. Cela peut parfois le consumer, et le faire basculer. Le protecteur de la Terre se transforme alors en bras armé du despotisme comme dans "Batman : The Darek Knight Returns", le scénario “What if” de Frank Miller mentionné précédemment, ou encore la saga vidéoludique Injustice supervisée par les studios NetherRealm.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Un porte-parole contemporain

Superman n’est pas un symbole de l’Amérique à proprement parler, comme peut l’être Captain America. Le super-héros de DC se veut avant tout un écho des aspirations et des thématiques chères aux auteurs qui imaginent ses différentes aventures. Il représente l'humanité au sens large dont il est le fervent protecteur, et non un territoire, un peuple en particulier. Telle est la vision moderne du personnage, et celle que prône DC dans ses récentes publications.

En 2021, l'éditeur américain envoie un message fort. En effet, ce dernier supprime tout simplement les termes “The American Way” de la devise de Superman. “Truth, Justice and the American Way” devient ainsi “Truth, Justice and a Better World” ("Vérité, Justice et un Monde Meilleur" en français) auprès de Jonathan Samuel Kent. Superman, porte-parole lu, vu et entendu par des millions de personnes aux quatre coins du globe, redevient officiellement par cet acte un citoyen du monde.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

“Truth, Justice and a Better World” telle est la devise de Jon Kent dans Superman : Son of Kal-El #1. Il se refuse à considérer ses actions par le seul prisme nord-américain, et voit le monde dans son ensemble. Le “Welcome to the city tomorrow" ("Bienvenue dans la ville de demain" en français) exprimé par le héros ne fait qu’en remettre une couche, si jamais le message n’était pas suffisamment clair. Superman n’y est plus présenté comme un américain, mais un citoyen du monde. Ce monde interconnecté dont il est question fait écho aux paroles de son père quelques années auparavant dans le run “The Incident” (voir ci-dessus).

DC embrasse littéralement et métaphoriquement toutes les causes en 2021. Dans Superman : Son of Kal-El #5 écrit par Tom Taylor et illustré par John Timms, le fils de Clark Kent affiche ouvertement sa bisexualité ce qui n’a pas manqué d’offusquer les fans les plus conservateurs du super-héros. DC cherche depuis ses débuts à représenter l’ensemble de ses lecteurs dans ses œuvres afin qu’ils/elles puissent s’identifier à leurs personnages favoris. C’est une nouvelle fois le cas en incorporant dans ses récits d’autres orientations sexuelles restées marginales, voire totalement absentes, dans les comics estampillés DC.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Immigration, racisme, ingérence gouvernementale, etc. Superman se place depuis ses premiers faits d’armes en avril 1938 du côté de la justice sociale. Ce super-héros a toujours été le reflet de son époque, un puissant écho aux aspirations des générations passées, présentes et futures. Pour preuve, Superman version Jonathan Samuel Kent participe avec ses camarades de classe à une manifestation sur la voie publique pour dénoncer le réchauffement climatique, et l’impact des compagnies pétrolières sur la planète. La série The Son of Kal-El se bat sur tous les fronts ce qui nous réserve encore bien des surprises.

Ces changements ne sont pas du goût de tout le monde. Le coloriste Gabe Eltaeb cité précédemment a pris la décision de mettre un terme à son contrat avec DC suite à l'officialisation de la bisexualité du nouveau Superman. Les durs propos prononcés lors d’un podcast accordé à Bounding into Comics laissent confirment qu'il reste encore bien du chemin à parcourir avant de voir fans et artistes de tous bords s'unir sous une bannière commune, celle brandie avec conviction par Superman depuis 83 ans… le bien commun et le vivre ensemble.

Superman : Immigré, patriote, bisexuel... le super-héros de DC est le reflet de son époque

Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Par Silent_Jay, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
nataline
nataline
MP
le 05 nov. 2021 à 21:42

Ce que j'en pense, ce passe de commentaire. Matez le rond ;)

Lire la suite...
cr0nay0
cr0nay0
MP
le 05 nov. 2021 à 11:19

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme", 1956

Lire la suite...
nouSommeslegion
nouSommeslegion
MP
le 04 nov. 2021 à 09:58

La masse en PLS, les BDF en masse. C'est le chat qui se mort la Q... (entre parenthèse la Q..., sinon message inopportun) . :rire:

Lire la suite...
_Saez-For-Ever_
_Saez-For-Ever_
MP
le 01 nov. 2021 à 15:18

Une fois encore les gens se comportent comme si une oeuvre leur appartenait, Superman ne vous appartient pas, Superman est un symbole de puissance et surtout d'humanisme! franchement mais qu'est-ce qu'on s'en cogne qu'il soit homo (ou qu'il le devienne) on s'en fout en fait! arrêtez de faire vos pleurnicheuses ça devient gavant à force.

Lire la suite...
Alucard2-75
Alucard2-75
MP
le 01 nov. 2021 à 15:10

Ils forcent un peu en vrai :rire:
mais en même temps si ca fait rager les intolérants et autres adorateurs du z, alors ça peut que être bon,
J'espère sincèrement qu'ils en feront un film :ok:

Lire la suite...
-_-SAMEForME-_-
-_-SAMEForME-_-
MP
le 01 nov. 2021 à 14:35

Pour les frustrés qui s'étonnent de voir leurs messages disparaitrent, ou qui pleurent d'avoir été banni,
apprenez que l'homophobie n'est pas un opinion. Perso je me fous complètement que Superman soit bisexuel, ce qui m'intéresse moi c'est une bonne histoire avec pleins de rebondissements alors arrêtez de vous (nous) prendre la tête pour rien.

Lire la suite...
IAMFREEMAN
IAMFREEMAN
MP
le 31 oct. 2021 à 20:50

Cette évolution, moi cela ne me gêne absolument pas ! À partir du moment ou cela ne blesse personne et que cela va dans le sens du "vivre ensemble" !
Et pour ceux qui sont "choqués" (En rappelant quand même que ce n'est que de la fiction !)... tans pis pour vous.
Vous n'achèterez pas cette BD et tout le monde sera content ! :oui:

Lire la suite...
supergh0stlight
supergh0stlight
MP
le 31 oct. 2021 à 10:27

sinon pour info il existe deja un superman homosexuelle , il s'appelle apollon et sort avec midnighter (une sorte de batman) de Wildstorm comic
mais faute de vente la société a fait faillite et a été racheté par DC comic
tout comme milestorm pro diversité avec des minorité de tout bord , de bonne histoire de bon dessin n'a pas marché
(icon , gadget, static choc , hardware etc etc
pourquoi ? parce que ceux qui exigent une représentation médiatique ne consomment pas donc les éditeurs changent des héros connu en espérant que les fan achètent
ce n'est pas hors charte ni une insulte juste un fait pas la peine de censuré merci

Lire la suite...
waky138
waky138
MP
le 30 oct. 2021 à 23:55

Moi j'aimais bien Lois et Clark sur m6.

Lire la suite...
Barta
Barta
MP
le 30 oct. 2021 à 20:43

Je prédit un bide intersidéral a cette BD, il est bien dommage que maintenant la propagande woke s'introduit partout même dans nos jeux vidéo.

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022
2
Dying Light 2 : Stay Human
04 févr. 2022
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
4
Gran Turismo 7
04 mars 2022
5
Elden Ring
25 févr. 2022