CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News jeu Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?
Profil de Tiraxa,  Jeuxvideo.com
Tiraxa - Journaliste jeuxvideo.com

Outer Wilds, 12 Minutes, Stray, What Remains of Edith Finch... ces titres attendus ou déjà acclamés ont un point en commun : Annapurna Interactive, société d'édition dont l'une des plus grandes qualités est probablement de savoir s'entourer. Retour sur l'histoire d'un excellent recruteur de talents.

79 337 vues

Gage de qualité selon certains, éditeur arty pour hipsters pour d'autres, Annapurna Interactive est parvenu en un peu moins de cinq ans à devenir une référence vidéoludique. Il est de ces sociétés, à l'image d'un Devolver et d'un Raw Fury, qui s'animent à repérer les pépites indépendantes pour en faire de vraies sensations. De sa naissance à ses derniers accomplissements, revenons sur l'ascension d'une marque à forte renommée.

Megan Ellison, de l’argent et des films

Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?

Pour comprendre l’histoire d’Annapurna Interactive, il faut d’abord s’intéresser à celle de Megan Ellison ; cette productrice américaine est la fille du milliardaire Larry Ellison, l’inventeur du système informatique Oracle et accessoirement l’une des plus grandes fortunes du continent nord-américain. CNBC Prime raconte qu’à son vingt-cinquième anniversaire, elle reçoit une poignée de millions de dollars de la part de son père ; une somme qu’elle investit notamment dans la fondation d’Annapurna Pictures en 2011, société de production de films estampillée “indépendante”. La structure se forge autour d’un postulat : proposer des “œuvres sophistiquées” jugées “trop risquées” par les studios hollywoodiens. Le nom est quant à lui emprunté à une déesse indienne des aliments et à un massif de montagnes de l'Himalaya.

Sous sa nouvelle bannière, l’entrepreneuse finance les créations de réalisateurs prestigieux : Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, Her de Spike Jonze ou encore American Hustle de David O. Russell, pour ne citer qu’eux. Annapurna se lance aussi dans la distribution en 2013, comme avec The Grandmaster de Wong Kar-Wai. En 2019, la société cumule pas moins de 52 nominations aux Oscars en huit ans de carrière. À ce palmarès, se rajoutent tout de même quelques échecs commerciaux : Detroit de Kathryn Bigelow ou encore The Master de Paul Thomas Anderson ; un projet qu’Universal Pictures avait refusé lorsque son réalisateur avait demandé un budget de 35 millions de dollars pour lui donner vie. Ellison était alors intervenue, finançant le pitch sur l'ascension d'un gourou dans les années cinquante pour environ le même montant. Joaquin Phoenix, vedette du film, donne à la productrice le surnom de “Han Solo du cinéma : “Vous pensez que c'est fini et elle vient sauver la journée”. D’autres préfèreront la considérer comme une riche héritière qui s’investit sans compter dans des projets non-viables.

Zero Dark Thirty, Her et The Master

Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?

Si le catalogue d’Annapurna Pictures est généralement adulé par la critique, il est loin d'être toujours rentable. Aussi, la boîte se déclare en faillite en 2019 et demande à être placée sous la protection du Chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis ; une manière pour Ellison de conserver le contrôle sur ses activités tout en restant sous la surveillance du tribunal. À ce sujet, la créatrice de la société adressait à son staff : “Il y a de fortes chances pour qu'il y ait une restructuration à venir, mais notre route vers le succès continue. Je crois en ce que nous fabriquons et nous n'avons aucune intention d'arrêter de sitôt. Nous avons beaucoup de projets excitants à venir et notre travail acharné continuera à montrer la puissance d'Annapurna”. Une exode de cadres supérieurs et quelques centaines de millions de dollars de pertes plus tard, la société semble finalement redresser la barre : "Nous n'allons nulle part !", est-il finalement acclamé la même année sur leur page Twitter. Films, télévision, théâtre, expériences, jeux vidéo, Annapurna touche aujourd’hui à tous les arts visuels, en s’attachant toujours au même credo : prendre des risques. Pour que la formule prenne, la productrice respecte une recette : beaucoup d'argent de poche, une poignée de talents et pas mal d'intuition.

2016 : Annapurna Pictures se lance dans le jeu vidéo

Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?

Au mois de décembre 2016, Annapurna Pictures annonce la création d’Annapurna Interactive, une division entièrement dédiée à la production et à l'édition de jeux vidéo. Dans un communiqué, Megan Ellison raconte avoir "une grande passion pour les jeux vidéo depuis aussi longtemps qu’elle se souvienne", citant The Legend of Zelda : Ocarina of Time parmi ses favoris. Au sein de l’équipe, on trouve une poignée de "vétérans", dont le président Nathan Gary et Deborah Mars, ex-directeur créatif et productrice exécutive au Santa Monica Studio de Sony. Il y a aussi quelques exécutifs d'Annapurna Pictures : le producteur Neale Hemrajani et le directeur de la technologie, James Masi. Et depuis 2020, l'ancien président de Capybara Games (Grindstone) Nathan Vella exerce dans la boîte en tant que dirigeant. Il a été l'un des partenaires fondateurs d'Indie Fund et a contribué à investir dans plus de 40 titres indépendants. La démarche est ici sensiblement la même que pour les films soutenus par Ellison : la nouvelle branche se concentrera sur “le développement de jeux personnels, émotionnels et originaux qui repoussent les limites du contenu interactif et encouragent les artistes à apporter de nouvelles visions au média.”

L'art et la diversité de la narration interactive sont passionnants et nous sommes impatients d'explorer les possibilités illimitées du jeu. Nous voulons donner aux artistes de ce média les moyens de faire d'Annapurna Interactive leur maison et je crois que nous avons réuni l'équipe parfaite pour y parvenir.

La structure composée d'une dizaine d'employés est épaulée par un maître des œuvres narratives, sollicité en qualité de conseiller : Jenova Chen, fondateur du studio thatgamecompany et auteur des sensations Flower et Journey. "Il s'agit d'aider les artistes qui veulent faire quelque chose de risqué mais qui n'ont pas pu le faire", déclarait-il au Times à propos de sa collaboration avec Ellison en 2019. Annapurna Interactive débarque dans un contexte d'"indiepocalypse" : une idée née de la crainte que les indépendants auront de plus en plus de mal à gagner leur vie, noyés dans une foule de productions Steam et mobiles indissociables. Une vision exagérée, mais qui souligne les défis qui pesaient sur les épaules de milliers de créateurs après le début des années 2010. En étant si bien entouré, Annapurna n'a toutefois pas grand chose à craindre.

What Remains of Edith Finch (2017)

Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?

En 2017, tandis que la branche cinéma d’Annapurna présente la bande-annonce de l'infructueux Detroit qu’elle s’apprête à distribuer, côté jeux vidéo, on prépare la sortie de What Remains of Edith Finch ; Une production, qui, à l’image des films de la marque, s'écarte des tendances “mainstream”. Pas question de rater le coche, le jeu servira d’étendard à la réputation d’éditeur d’indés d'Annapurna Interactive. Il est développé par Giant Sparrow, une petite équipe américaine qui a déjà fait ses preuves avec The Unfinished Swan, réalisé en partenariat avec le studio Santa Monica de Sony ; Le joueur parcourait les pages d’un conte, et révélait des décors immaculés par jets de peinture. Plus sombre, What Remains of Edith Finch nous invite cette fois à explorer la maison de la descendante d’une famille maudite. En visitant les pièces, on découvre pas à pas le destin funeste de chaque membre. Ian Dallas, directeur créatif, racontera que le cadre du jeu s’inspire des décors d'Orcas Island, dans l'État de Washington, là où il passait ses vacances lorsqu'il était enfant. Son projet était d'abord passé entre les mains de Sony, chez qui il avait pris un certain retard et dépassait le budget fixé. Dallas a alors choisi de poser ses valises chez Annapurna, de manière à "amortir les coûts sur de plus grandes plateformes" (The Ringer, 2021). La collaboration ravit les employés : “ils voulaient nous donner le plus de liberté possible". Le récit de deux heures environ s’avère être un chef-d’oeuvre de mise en scène. Sur 65 critiques, il reçoit le score de 92/100 sur l’agrégateur de notes Metacritic. En 2018, il remporte le prix du meilleur jeu aux Bafta Games Awards. Pour sa grande première, Annapurna Interactive a visé juste.

Label Annapurna, gage de qualité ?

La même année, Annapurna Interactive publie Gorogoa, un petit puzzle-game composé de vignettes à déplacer, lui aussi acclamé par la critique pour son approche artistique singulière signée Jason Roberts. Dans la petite vingtaine de titres qui composent aujourd'hui le catalogue de l'éditeur, on trouve également Wattam de Keita Takahashi, le créateur de l'apprécié Katamari Damacy. Il y a aussi Florence de Ken Wong, concepteur de Monument Valley. Et puis citons Telling Lies, dernière parution du spécialiste réputé des aventures en FMV Sam Barlow, le jeu de rythme Sayonara Wild Hearts de Simogo, et puis Outer Wilds, qui a remporté un BAFTA du meilleur jeu après sa sortie en mai 2019. Alex Beachum du studio créateur Mobius Game racontera que son expérience avec Annapurna allait au-delà du "simple soutien financier" (The Ringer, 2021) : "Ils étaient vraiment là pour nous aider à toutes les étapes de la production". Grâce à son partenaire, Mobius a notamment pu être mis en contact avec les créateurs du moteur Unity pour résoudre quelques soucis de physique et a mis en place de nombreux playtests. Décidément, il semble bon de s'associer à Annapurna. La société a aussi choisi de porter des jeux déjà bien accueillis sur de nouvelles plateformes : Kentucky Route Zero, Journey, Flower, Gone Home. Sur Metacritic, elle signe une moyenne de 83/100 pour l’ensemble de ses productions. Maquette est pour l’heure la moins bien notée, avec tout de même un score de 70. Hanford Lemoore, développeur du jeu, est en tout cas aussi ravi de sa collaboration que les autres développeurs :

Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?

J'ai l'impression que chaque jeu Annapurna essaie vraiment d'apporter quelque chose au gaming. Ils ne se contentent pas de reprendre la formule, d'y apporter une ou deux modifications et d'y apposer une nouvelle couche de peinture. Personnellement, je préfère voir des jeux comme Maquette ou Gorogoa ou Florence ou Edith Finch qui ne frappent pas un grand coup mais tentent quelque chose de nouveau, plutôt que de voir des jeux qui ne font que couvrir le même territoire ou très peu de nouveau territoire et qui le font parfaitement. - (The Ringer, 2021)

Dernière publication en date d'Annapurna Interactive, Maquette est un puzzle-game en vue subjective qui nous raconte la relation de Kenzie et Michael, rencontrés au détour d’un café. Le doublage, savoureux, est assuré par les comédiens Bryce Dallas Howard (Black Mirror, LEGO Jurassic World) et Seth Gabel (Fringe). Côté créateurs comme acteurs, la capacité d'Annapurna à rallier les grands talents sur ses projets est indéniable. Queen Latifah a prêté sa voix sur Sayonara Wild Hearts, tandis que Telling Lies a convié quelques acteurs connus, dont Kerry Bishé (Argo) et Angela Sarafyan (Westworld). Et au mois d'août, nous aurons droit à 12 Minutes, un mystère au cours duquel un couple se retrouve piégé dans une boucle temporelle ; le jeu de Nomada Studio mettra en vedette Willem Dafoe, Daisy Ridley et James McAvoy, rien que ça.

12 Minutes, The Artful Escape et Stray

Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?  Annapurna Interactive (12 Minutes, Outer Wilds) : Qui est cet éditeur adoré par les indés ?

En 2021, le line-up de sorties d'Annapurna Interactive n'a jamais été aussi chargé. Ce mois de juillet, nous attendons Last Stop (Variable State), aventure narrative située dans un Londres sous l'emprise d'un événement surnaturel. The Artful Escape nous proposera ensuite d'incarner Francis Vendetti, en quête d'une épiphanie musicale. Citons aussi Open Roads, Hindsight, Neon White et Solar Ash. Et enfin Stray, l'un des premiers jeux PS5 - également prévu sur PC - à s'être montré l'année dernière. Nous y incarnerons un chat errant dans une ville cyberpunk. Une flopée de jeux qui, chez les amateurs d'indés, profitent de l'excellente visibilité accordée par le label Annapurna Interactive. En octobre 2020, la société annonce aussi vouloir franchir un nouveau pas : développer ses propres jeux. Nathan Gary, président actuel, exprime la nouvelle dans un communiqué : "Nous avons eu l'immense honneur de travailler avec certains des créateurs de jeux indépendants les plus talentueux au monde. Beaucoup d'entre nous venaient du milieu du développement interne et sont ravis d'en faire une partie d'Annapurna Interactive." La boîte a donc encore de nombreuses surprises à dévoiler.

Dans quelques semaines, Annapurna Interactive partagera une série d'annonces et d'images que les amateurs de jeux indépendants ne voudront pas manquer. Le studio tiendra sa toute première conférence centrée sur ses productions vidéoludiques. L'Annapurna Interactive Showcase sera diffusée le 29 juillet à 21h. En plus d’une poignée d’inédits espérés lors de l’événement, des informations sont attendues pour The Artful Escape, Skin Deep, Solar Ash, Neon White et Stray. Un événement à suivre sur Twitch ou YouTube.

Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
G7K
G7K
MP
le 16 juil. 2021 à 12:49

Annapurna est donc le nouvel Everest du jeu vidéo ? (Je sais, je sais, je sors).

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
God of War : Ragnarok
09 nov. 2022
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
4ème trimestre 2022
3
FIFA 23
30 sept. 2022
4
The Last of Us Part I
02 sept. 2022
5
Call of Duty : Modern Warfare 2 (2022)
28 oct. 2022
La vidéo du moment