Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Apple VS Epic : Le procès gaming de la décennie ?

News business Apple VS Epic : Le procès gaming de la décennie ?

Le procès opposant Apple et Epic Games fait rage en ce moment. Au-delà des enjeux pour les deux entreprises, c'est un véritable raz de marée dans le monde du jeu vidéo, occasionnant plusieurs révélations sur des sujets divers et variés. On vous explique les enjeux et révélations de ce procès en vidéo, avec son script ci-dessous.

17 842 vues

Un procès aux États-Unis est en train de révéler énormément de petits secrets sur l’industrie du jeu vidéo… Ce procès, c’est celui d’Epic Games contre Apple.

PlayStation gagne sur les deux tableaux

Première chose assez inattendue qu’on apprend à travers ce procès : Fortnite et PlayStation c’est une alliance importante. 47% des joueurs de Fortnite sont sur PS4 et PS5… Du coup, les deux boîtes échangent souvent des mails et certains mails sont examinés durant le procès Epic vs Apple, parce qu’ils viennent appuyer les arguments de l’un ou de l’autre...

On y parle notamment du crossplay, la possibilité de jouer sur PlayStation avec des joueurs venant d’autres plateformes. Cela est souvent couplé avec du crossplatform, ou la possibilité d’utiliser son compte partout. Rappelez-vous, historiquement PlayStation ne veut pas de crossplay et de crossplatform. Cela ne les intéresse pas de s’ouvrir et ils le disent eux même “aucune boîte n’a réussi à expliquer à PlayStation comment le crossplatform pourrait améliorer le business de PlayStation”.

Pour les convaincre, Epic a dégainé la grosse artillerie. Dans les mails, on voit qu’ils leur proposent, entre autre, des données utilisateurs à gogo, la promesse de faire un jeu sur PlayStation VR 2, des skins exclusives pour les abonnés PS Plus, des licences supplémentaires pour le moteur Unreal Engine 4 ou encore des promesses de communication du genre “si vous acceptez d’activer le crossplay on fera passer PlayStation pour des héros”.

Finalement on découvre via d’autres documents confidentiels et via des témoignages, que l’accord négocié pour activer le crossplay et crossplatform sur PS4 intègre des compensations financières. Pour résumer, si un joueur PlayStation connecte son compte Fortnite sur Xbox, et achète des skins sur Xbox, cela déclenche une compensation financière pour Sony… Techniquement le joueur est parti de sa PlayStation pour aller dépenser de l’argent ailleurs, et cela fait du tort à Sony. Il n'y a que Sony qui a réussi à négocier un accord de ce genre avec Epic Games, selon le patron de la boîte qui l’a avoué sous serment…

Un procès qui dérive un peu... beaucoup…

Ce procès est en train de devenir l’un des plus gros événements de ces 10 dernières années en termes de révélations sur les rouages de l’industrie. Mais au début, cela ne concernait qu'Apple et Epic, le tout pour une histoire d’égo et de commissions. Pour la faire courte, Apple et Google prennent 30% de taxes sur toute transaction effectuée sur iOS ou Android, et cela n'a pas du tout plu à Epic, dont le business fonctionne sur une base de 12%.

Parce qu’Epic, et cela est très important pour comprendre le procès, ne font pas que développer et entretenir Fortnite. Ils font aussi de la distribution PC avec l’Epic Games Store, et du moteur 3D avec l’Unreal Engine. En conséquence, leurs 12%, ils y tiennent car il s'agit de leur philosophie, mais aussi de leur argument marketing pour faire grossir leur business, quitte à devenir un géant de la distribution comme Steam... C'est pour cette raison qu’ils montent au créneau face à Apple, et qu’ils prévoient aussi un procès face à Google : ouvrir le marché de la distribution mobile, pour se faire idéalement une petite place dessus… Et pour faire ça, ils s’allient à beaucoup d’entreprises du monde de la tech et du jeu vidéo, qui contestent eux aussi les agissements et pratiques d’Apple et de Google. C’est notamment pour cela que vous voyez par exemple Xbox témoigner dans le cadre du procès…

Xbox : les consoles, toujours vendues à perte…

On a vu pourquoi Microsoft était au procès, mais ce que l'on n'avait pas vu venir, c’est que la juge allait poser des questions sur la rentabilité du modèle d’Xbox. Quand on lui demande si Xbox a déjà gagné de l’argent grâce aux ventes d’Xbox, la réponse de Lori Wright, directrice du business chez Xbox, est “non”. En somme, de tout temps, Xbox n’a jamais gagné un seul dollar sur toutes les ventes de machines… Elles sont toutes vendues à perte, ainci va leur stratégie. Et c’est pour cela que vous retrouvez des Xbox One S et plein de jeux à 100€ en fin de vie de la console. La stratégie c’est de ne pas gagner d’argent dessus, pour en gagner sur les ventes de jeux, mais surtout sur les ventes de service avec en tête, le Gamepass.

Le procès du buzz…

Au-delà du nombre de révélations que l'on découvre chaque jour dans ce procès (et dites-vous qu’à l’heure où l'on fait cette vidéo on en est juste au jour 3), il y a aussi un côté buzz assez inattendu… Et cela avait commencé dès le début du désaccord entre les deux géants, avec Epic qui parodiait la fameuse pub d’Apple 1984. A l’origine, cette pub d’Apple critiquait le monopole d’IBM et elle avait su marquer les esprits. La revoir presque 40 ans plus tard parodiée et visant désormais Apple, c’est un coup de communication de génie de la part d’Epic.

Surtout que le message est très victimaire : on y voit Epic Games en croisade contre la tyrannie d’Apple, appelant les joueurs à se soulever, et à militer autour du hashtag #FreeFortnite. Il faut quand même rappeler que Fortnite s’était fait bannir d’iOS 24H avant la publication de cette vidéo. La raison ? Epic, pour protester contre les 30% de commissions, vendait des V-Bucks pour iOS discrètement sur leur site et moins cher, sans passer par l’AppStore d’Apple, ce qui est formellement interdit. Si on résume, Epic viole donc les règles du store, se fait bannir, et sort rapidement une vidéo appelant au soulèvement contre l’injustice. Et visiblement, un an plus tard, le hashtag #FreeFortnite a fait son petit effet et on a pu entendre des spectateurs du procès le crier durant l’audience… Comme quoi, la communication et le buzz, c’est assurément l'une des armes d’Epic pour ce procès…

Epic et ses chiffres :

Puisqu’Epic est le principal acteur de l’attaque dans ce procès, il doit jouer cartes sur table face à la justice, et cela permet d’en apprendre plus sur l’argent dépensé. On a des tas d’informations, du genre “combien coûtent à Epic les jeux gratuits offerts chaque semaine ?”. Les tarifs vont de 45 000 dollars pour Rime, à 1.5 millions de dollars pourBatman Arkham sur les premiers mois d’exploitation. Et cela permet d’estimer combien coûte concrètement l’acquisition d’un nouvel utilisateur sur l’Epic Games Store. Si vous avez créé un compte Epic pour obtenir gratuitement sur la première semaine d’ouverture l’excellent Subnautica, vous avez concrètement coûté 1.74 dollars à l'Epic Games Store. Si vous l’avez créé pour obtenir Celeste, vous avez coûté bien plus cher : 12 dollars ! Cela veut dire qu’Epic a mal négocié son coup car le jeu gratuit censé appâter les joueurs leur a coûté bien trop cher par rapport au nombre de nouveaux utilisateurs enregistrés.

Ce sont des données très sensibles qui sont désormais publiques, et elles constituent une mine d’or pour les analystes. Il en va de même pour les exclusivités. Vous savez qu’Epic négocient des dizaines d’exclusivités par an sur l’Epic Games Store. Cela leur permet de forcer les joueurs à venir sur la plateforme, et en échange, les développeurs reçoivent un chèque qui sécurise leur fin de développement. On apprend ainsi que, par exemple, l’exclusivité de Borderlands 3 a coûté à Epic Games 146 millions, dont 80 millions injectés dans le développement, qui ont été remboursés en seulement 2 semaines de ventes du jeu sur l’Epic Games Store... Comme quoi, le pari était gagnant…

Voilà un petit aperçu de tout ce qu’on peut apprendre à travers ce procès qu’on vous invite à suivre sur Jeuxvideo.com.

Profil de meakaya,  Jeuxvideo.com
Par meakaya, Rédaction jeuxvideo.com
MP
Epic Games Apple

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
GamNoise
GamNoise
MP
le 11 mai à 13:42

"Ainci" attention à la faute ! sinon article intéressant

Lire la suite...
Astroman
Astroman
MP
le 09 mai à 14:42

Personnellement, je suis content que Epic vienne mettre un coup de pied dans la fourmilière.
Au final ça nous ait profitable tout ce qu'ils font. J'avais crée un compte Epic dès les premiers jeux gratuits et depuis le début on est arrivé à une ludothèque d'à peu près 150 jeux et plus, dont des jeux triple A, sans avoir a dépenser un centime.
Ces petites guéguerres de concurrences et d’intérêts ont du bon pour nous.

Lire la suite...
SonyProphet
SonyProphet
MP
le 09 mai à 13:30

Total soutien à Epic. J'espère qu'ils vont gagner et qu'Apple va perdre.

Lire la suite...
CyberpunkEscroc
CyberpunkEscroc
MP
le 09 mai à 12:55

Ok ... c’est pas l’affaire du siècle non plus...

Tous ces rouages on s’en doutait plus ou moins rien de nouveau dans le capitaliste ces agissements.

Lire la suite...
hilalex07
hilalex07
MP
le 09 mai à 11:40

On verra le verdict mais franchement je trouve que l'article est très orienté Epic, faut le dire Epic se sont fait défoncés au début
En même temps les politiques agressives à tout prix on fini toujours par les payer, surtout face à un gros tel qu'Apple qui attend serainement la faute de l'adversaire

Faire du bruit, du buzz pour attirer les gens c'est la seule solution pour Epic d'exister

Lire la suite...
Glrorl4849
Glrorl4849
MP
le 09 mai à 11:38

Elles sont toutes vendues à perte, ainci va leur stratégie.

Le fond de l'article est pas mal mais ça serait bien de se relire aussi ...

Lire la suite...
bimbamboomboom
bimbamboomboom
MP
le 09 mai à 11:25

Au final, avec ces histoires d'exclusivité sur l'EGS, nous les consommateurs, on est perdant, non ? Les prix sont plus élevés et on est bloqué sur un store. En gros, c'est exactement ce que Epic reproche à Apple, non?

Je m'en fous d'Apple, mais dans l’histoire, le boss d'Epic ressemble à ce gamin gâté pourri qui n'a pas supporté qu'on lui refuse quelques privilèges de gosse de riche. Et comme tout bon communicant, il se fait passer pour le robin des bois de l'industrie sauveur des pauvres développeurs. Du foutage de gueule.

Lire la suite...
okalme77
okalme77
MP
le 09 mai à 09:14

Le juge: "Mr Sweeney, si Apple vous avait proposé un deal avantageux à vous et pas aux autres dév, l'auriez vous accepté?"
Tim Sweeney: "Oui." https://image.noelshack.com/fichiers/2016/36/1473263957-risitas33.png

Le voilà votre Sweeney, le sauveur de l'industrie du JV :rire2:

Lire la suite...
Commentaire édité 09 mai, 09:15 par okalme77
Ultimate_gamer0
Ultimate_gamer0
MP
le 09 mai à 02:36

Bon la révélation sur les consoles à perte, ça a toujours été un secret de polichinelles...
Cela fait des années que Sony et Microsoft vendent leur machines à perte et se rattrape sur les royalties et, depuis quelques années, sur les services.
Y a que Nintendo qui, en vendant des consoles avec des composants datés, gagne un peu d'argent (à l'époque où la Wii se vendait 250 €, la fabrication de la console coutait à Nintendo... 8 €)... Nintendo qui ironiquement demande les royalties les plus chers parmi les fabricants.

News intéressante sinon, vivement de nouvelles infos !

Lire la suite...
g2r2vfr
g2r2vfr
MP
le 09 mai à 00:25

Et Sony ?
Parce que par rapport à Xbox, ils vendent grosso-modo la même chose au même prix.

Lire la suite...
Top commentaires
GeeKCrisis
GeeKCrisis
MP
le 07 mai à 20:08

Le résumé que vous faites jv.com est très en faveur de epic alors que si on se renseigne sur un site journaliste de justice, on se rends compte que Apple roule sur Epic à ce procès..

Lire la suite...
G_H_MUMM_2
G_H_MUMM_2
MP
le 07 mai à 19:53

« Apple » ... « Gaming »

:pf:

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Horizon : Forbidden West
4ème trimestre 2021
2
Far Cry 6
07 oct. 2021
3
The Legend of Zelda : Breath of the Wild 2
2022
4
Battlefield 2042
22 oct. 2021
5
Forza Horizon 5
09 nov. 2021