Menu
Resident Evil
  • Tout support
  • PC
  • Switch
  • PS4
  • ONE
  • PS3
  • 360
  • DS
  • Wii
  • GB
  • NGC
  • PS1
  • PSP
  • Saturn
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Chargement du lecteur vidéo...
News jeu Resident Evil fête ses 25 ans
,

C’est le 22 mars 1996 que débarque au Japon le jeu d’horreur qui a changé la vie de son créateur, Shinji Mikami, mais également un peu les nôtres. Bio Hazard, ou Resident Evil dans nos contrées, a en effet bouleversé nos petites habitudes de joueurs. S’il n’a pas inventé le genre du survival-horror, c’est lui qui lui donne ses lettres de noblesse et réussit à l’imposer. Afin de se remémorer le bon vieux temps des cerbères qui éclatent les vitres, nous retournons dans le manoir Spencer munis de chapeaux pointus et de cotillons. Don’t go !

170 898 vues

Un survival-horror sous influence

Resident Evil fête ses 25 ans

Avant tout pensé comme une suite spirituelle de Sweet Home, un RPG horrifique produit par Capcom en 1989 se déroulant dans une vieille bâtisse infestée de créatures surnaturelles, Resident Evil devait à l’origine être un titre en vue à la première personne. Mais après avoir découvert Alone in the Dark, le jeu d’aventure imaginé par Frédérick Raynal considéré comme étant le précurseur du survival-horror, Mikami décide d’utiliser le même procédé que celui mis en avant par les équipes d’Infogrames, à savoir des décors en 3D précalculée où se perdent des protagonistes en 3D temps réel. Par rapport à Alone in the Dark, l’œuvre de Capcom propose une narration plus soutenue et apporte de nombreux affrontements. Comparé à Sweet Home, Resident Evil oublie les éléments strictement surnaturels (comme les fantômes). Nourri d’influences de toutes sortes, fussent-elles vidéoludiques ou filmiques, Shinji Mikami bâtit son jeu dans la douleur. Il va jusqu’à recommencer totalement son développement après une première version en deçà de ses attentes, ce qui ne manque pas de crisper les équipes dirigeantes de la société d’Osaka.

Resident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ans
Resident Evil fête ses 25 ans

Il a fallu deux ans et trois mois de développement pour que Mikami et sa jeune équipe composée d’une trentaine de personnes livrent le tout premier Resident Evil. Si ce temps de production peut paraître dérisoire aujourd’hui, il était considéré comme important à l’époque. C’est donc le 22 mars 1996 qu’arrive Bio Hazard au Japon. Malgré les doutes de Yoshiki Okamoto, manager des studios Capcom, qui estimait que les joueurs détesteraient la maniabilité ainsi que le trop faible nombre de rubans encreurs pour sauvegarder, le survival-horror mettant en scène l’escouade de Wesker connaît un succès époustouflant. Il est même le premier soft estampillé PlayStation à dépasser le million d’exemplaires au Japon. En comptabilisant les versions Director's Cut et Dual Shock Edition, le premier Resident Evil s'est vendu à plus de 5 millions d'unités dans le monde. Un score qui dépasse de très loin les prévisions initiales de Capcom, puisque le groupe envisageait ne vendre que 150 000 boîtes, quand le projet fut confié à Mikami.

Resident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ans

Arklay, cœurs à vif

Resident Evil fête ses 25 ans

Resident Evil raconte l’histoire de l’équipe Alpha des STARS envoyée enquêter sur la disparition de l’équipe Bravo, dans les montagnes d’Arklay. Cet endroit lugubre situé à quelques kilomètres de la ville de Raccoon City est le théâtre de sombres faits divers. Le plus récent fait état d’une randonneuse retrouvée atrocement mutilée. Malheureusement, dès son arrivée, l’escouade se fait attaquer par des chiens monstrueux. Le petit groupe composé d’Albert Wesker, Chris Redfield, Barry Burton et Jill Valentine trouve refuge dans une gigantesque bâtisse, tandis que Joseph Frost se fait tuer par les créatures et que Brad Vickers s’enfuit avec l’hélicoptère. Contrairement aux apparences, c'est là que les ennuis commencent vraiment.

L'avis de Logan

Resident Evil fait partie des premières séries que j'ai connues sur Playstation en 1996. Dès son intro en Noir & Blanc, j'ai plongé dans cet univers que je n'ai jamais quitté depuis. Véritable déclaration d'amour à tout un pan du cinéma de genre, à commencer par celui de George A. Romero, le premier Resident Evil n'a cessé de me subjuguer, et ce, à travers toutes ses versions, de l'originale à la Director's Cut en passant par son incroyable adaptation sur GameCube en 2002, qui représente encore aujourd'hui pour moi la quintessence même de ce que doit être un remake. Si en 2019, Capcom réitérera l'expérience en signant un remake de Resident Evil 2 à la philosophie différente, mais à la qualité tout aussi prégnante, il est bon de se rappeler tout ce qui s'est passé en l'espace des 17 années ayant séparées ces deux titres. Entre un nombre incalculable de jeux, du pire (Resident Evil Survivor 2 : Code Veronica) aux meilleurs (cités quelques lignes plus haut auxquels on rajoutera l'exceptionnel Resident Evil : Code : Veronica), un retournement à 180° avec le parfois décrié mais pourtant si précieux Resident Evil 4, un virage très marqué vers l'action, un retour aux sources avec l'excellent Resident Evil VII, l'histoire de la saga s'apparente davantage à un roller-coaster émotionnel qu'à un simple train fantôme. S'étant très tôt affranchie du média qui l'a vu naître, elle s'est également illustrée, au sens propre comme au sens figuré, via des romans, mangas, films d'animation, long-métrages et bientôt une série sur Netflix. Autant de moyens pour toucher un public toujours plus vaste tout en rassasiant les fans. Pour ma part, s'il m'est arrivé de soupirer devant certaines idées, j'y suis toujours revenu, preuve de l'attirance continue qu'exerce sur moi et qu'exercera encore longtemps cette saga si chère à mon cœur.

Resident Evil fête ses 25 ans

Que ce soit par sa genèse, ses scènes cinématiques filmées avec de vrais acteurs ou par ses séquences de jeu inoubliables, Resident Evil est une œuvre culte. Si le manoir reste le lieu principal des mésaventures des STARS, la maison du gardien, les cavernes et le laboratoire Arklay sont autant de lieux angoissants que le joueur doit arpenter à la recherche d’un moyen de quitter cet enfer infesté de monstres belliqueux. Il est difficile d’inscrire tous les moments inoubliables dont regorge l’épopée. Nous pourrions, évidemment, citer la scène où les chiens éclatent les vitres, ou encore celle qui introduit l’arrivée des Hunter, tournée en vue subjective. Pour certains, une des séquences les plus traumatisantes demeure la rencontre avec le premier zombie du jeu, pour d’autres, il s'agit de l’affrontement final contre le Tyran. En piochant dans le bestiaire classique des films d’horreur, le soft demande d’affronter des araignées géantes, des requins modifiés génétiquement, des corbeaux, un serpent mutant, et même une plante tueuse. Resident Evil, c’est aussi des énigmes tordues et des clés à trouver pour ouvrir les bonnes portes et ainsi progresser.

Resident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ans

une œuvre majeure de la culture populaire

Resident Evil fête ses 25 ans

En 1996, les bases du survival-horror se forment : un lieu inquiétant, des angles de vue dignes de ceux des films d’horreur, peu de munitions, peu de santé, beaucoup de monstres, des sauvegardes limitées et quelques énigmes. La caméra qui cache volontairement au joueur ce que voit pourtant son personnage est une des marques de fabrique du genre lors de ses premiers essais. Ce mélange entre peur, exploration, action et bonne gestion des ressources (à cause d’un inventaire très limité) séduit un public qui découvre avec effroi – mais aussi avec plaisir – les fondamentaux du genre. Cette formule engendrera de nombreuses suites et spin-off, mais aussi quelques copies venant d'autres éditeurs.

Resident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ansResident Evil fête ses 25 ans
Resident Evil fête ses 25 ans

Bien que Mikami avoue regretter certains aspects de sa création, en particulier la fameuse cinématique d’introduction et les premières minutes dans le manoir Spencer, Resident Evil reste le projet qui l’a propulsé au rang des développeurs qui pèsent dans l’industrie. Une petite revanche pour ce Japonais qui a connu une vie familiale compliquée lorsqu’il était enfant, et qui a raté par deux fois ses examens d’entrée à l'université Doshisha de Kyoto. Aurait-il pu imaginer, alors qu’il était en proie aux doutes, qu’il allait être à l’origine d’une œuvre majeure de la culture populaire ?

Que reste-t-il de Resident Evil 25 ans après la sortie japonaise de son tout premier épisode ? Les souvenirs de moments effrayants passés devant son téléviseur à tube cathodique, tout d'abord. Mais aussi la célébration d’une époque où le gameplay pouvait encore imposer des limites drastiques (ne pas pouvoir marcher en visant, ne pas pouvoir contrôler la caméra, etc.) afin de mettre le joueur dans une position inconfortable et lui faire craindre le pire à chaque instant. Aujourd’hui, n’importe quel curieux peut (re)découvrir le mythe imaginé par Shinji Mikami grâce aux versions HD du remake GameCube, accessibles sur tout un tas de machines. Resident Evil est une pierre angulaire de l’histoire du jeu vidéo, en plus d’être un monument du jeu d’horreur. Nous sommes donc ravis de lui souhaiter un joyeux anniversaire, mordus que nous sommes.

Profil de Carnbee,  Jeuxvideo.com
Par Carnbee, Journaliste jeuxvideo.com
MP
PS1 Survival-Horror Capcom Virgin Interactive Zombies Contemporain Horreur Rétrogaming

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Grosspioche
Grosspioche
MP
le 23 mars à 21:19

https://www.youtube.com/watch?v=jrH84Z832fU&t=131s

Lire la suite...
ChebeccaRambers
ChebeccaRambers
MP
le 23 mars à 19:18

Le portrait d'un vieil homme au visage fatigué ...

Il y a un bouton dessous, appuyez dessus ?

Lire la suite...
Gerald159
Gerald159
MP
le 23 mars à 14:59

Pour les 25 ans de résident evil pourquoi ne pas avoir fait une version vr du premier épisode , c est celui qui est justement présent partout .

Lire la suite...
Commentaire édité 23 mars, 14:59 par Gerald159
silky_road
silky_road
MP
le 23 mars à 12:16

Pour fêter les 25 ans de cette franchise, il aurait été judicieux d'annoncer un RE code veronica remake.

Lire la suite...
-Maiden666-
-Maiden666-
MP
le 23 mars à 12:14

En plus bio hazzard avait de vrai cinématique US, qui on etait censurer en EUR

Lire la suite...
kho76
kho76
MP
le 23 mars à 08:30

J’avais la Saturn à l’époque et un pote la ps1. Il me dit « écoute je te prête ma console avec RE, tu dois essayer le jeu ce soir seul». Moi pro sega, j’allume la console avec dédain.
Et là, je passe d’une console arcade à un jeu mature ! Une bande son de dingue. Des jumpscare qui m’obligent à appuyer sur pause pour souffler ! Je me rappelle que je rentre dans un couloir, rien que la musique m’a fait faire demi tour (celui où l’on découvre Forest mort avec du sang sur les murs).
Épique !

Lire la suite...
omnislash666
omnislash666
MP
le 23 mars à 00:26

c'étais le moment d'annoncer le code veronica remake il manque plus que lui concrètement

Lire la suite...
sigfried49
sigfried49
MP
le 22 mars à 22:24

que de souvenirs sur ce jeux, je les fait sur sega saturn a l’époque, puis sur ps1 plus tard. une saga gravée dans mon cerveaux

Lire la suite...
milouse3
milouse3
MP
le 22 mars à 21:47

la sequence d'ouverture était assez ouf, je me la repassais en boucle.
les clébards qui pètent les vitres, premier jumpscare.
les hunters, le stress assuré (surtout ceux qui bougeait pas et se mettait d'un coup à faire des bonds).
les araignées avec le son étouffé de leurs pattes, et évidemment l'angle de vue qui te mettait la pression.
les rencontres aléatoires (Barry, mon héros :coeur:).

ce jeu est culte, et le Rebirth lui a rendu hommage de la meilleure des manières.
cela fait partie de ces instants de JV qui resteront gravé, première partie, la nuit qui suit, cauchemar...c'était il y a près de 25 ans...1/4 de siècle, putain de coup de vieux !

Lire la suite...
Commentaire édité 22 mars, 21:48 par milouse3
the_dice1
the_dice1
MP
le 22 mars à 20:42

je repense encore aux chiens qui cassent la fenêtre dans le couloir :peur: , le meilleur jeu horreur sur ps1 , vraiment incroyable,les bruits,la musique, l'histoire :cool:

Lire la suite...
Top commentaires
Awaikanmem
Awaikanmem
MP
le 22 mars à 07:22

Merci Paul W. S. Anderson d'avoir créé cette saga cinématographique mythique. Je ne savais pas qu'elle avait été adaptée en jeu vidéo.

Lire la suite...
PouletFrite0911
PouletFrite0911
MP
le 22 mars à 07:07

Une licence culte.
Bon anniversaire.

Lire la suite...
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Les jeux attendus
1
Diablo II : Resurrected
2021
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
3
Resident Evil Village
07 mai 2021
4
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
5
Légendes Pokémon : Arceus
1er trimestre 2022