Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?

Chargement du lecteur vidéo...
News business Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?
46751 vues
Partager sur :

Nous sommes à la Game Developer Conference de mars 2019. Le PDG de Google, Sundar Pichai, ouvre la conférence du groupe en racontant son portrait de joueur. Avec humour, le dirigeant indo-américain glisse quelques anecdotes puis, avec plus de sérieux, détaille le poids de plus en plus considérable de Google dans l’univers du jeu vidéo. Matérialisé sous la forme d’une vidéo percutante, Stadia se livre à la face du monde et promet monts et merveilles avec l’avènement d’un service révolutionnaire basé sur la technologie du cloud-gaming. Le projet, chapeauté par Phil Harrison (ex-monsieur Sony et Microsoft), est alors au cœur de l’attention et la conférence se conclut avec la venue sur scène de Jade Raymond qui annonce la création de Stadia Games and Entertainment. Le studio, propriété de Google, a pour mission d’épauler les éditeurs mais aussi de donner vie à des jeux exclusifs à Stadia. Moins de deux ans plus tard, alors que nous venons d’apprendre la fermeture de ce studio (et ses filiales), toutes ces belles paroles ont volé en éclats. Comment en est-on arrivé là ? Le marché est-il assez grand pour plus de trois acteurs majeurs ? Voici quelques éléments de réponse.

Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?

Si l’annonce est brutale, on ne peut pas vraiment dire que la fermeture du studio Stadia Games and Entertainment soit une (grande) surprise. Face à des mastodontes qui ne cessent de se renforcer avec des offres toujours plus alléchantes, le modèle économique de Stadia – malgré la qualité technique indéniable – peine à se développer et certains observateurs s’attendaient à ce que la firme de Mountain View revoit sa stratégie. Mais peut-être pas aussi rapidement…

Des promesses envolées

Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?

En prenant la direction de Stadia Games and Entertainment, Jade Raymond comptait bien aller au bout de ses intentions initiales. Forte d'un CV prestigieux, notamment en lien avec la licence Assassin's Creed, elle a en effet convaincu bon nombre de ses anciens collègues et employés de Montréal et Toronto (du temps où elle était chez Ubisoft) de la rejoindre et les joueurs étaient en droit de s’attendre, au vu de l’expérience accumulée par les intéressés, à des productions à la fois spectaculaires et innovantes. Mais la réalité est cruelle et le service Stadia n’a pas répondu aux attentes d’une industrie en pleine mutation. Malgré un démarrage poussif, il était permis de croire que la santé financière de Google allait permettre à Stadia de trouver son rythme de croisière. C’est d’autant plus vrai que le cloud-gaming s’affiche comme une alternative intéressante dans un avenir qui embrasse de plus en plus le dématérialisé. Le géant du web en a décidé autrement. À tort ou à raison ? Le temps nous le dira mais il est évident que le coût de fonctionnement du service n’a pas été épongé par le nombre d’abonnements. L’exemple le plus criant nous vient d’Oscar Lemaire, journaliste indépendant officiant au Monde ou chez nos confrères de Gamekult, qui rappelle, par le biais d’un tweet, que Stadia représente 0,2 % des utilisateurs sur l’un des plus gros jeux de la fin d’année 2020 durant sa période de lancement. Autrement dit une brindille ! Le service pensait sûrement se refaire une santé avec Assassin's Creed Valhalla et, surtout, Cyberpunk 2077 mais ça n’a visiblement pas suffi.

Un pari risqué

Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?

Avec une multinationale comme Google, on se doute bien que la stratégie validée par l’équipe derrière Stadia n’est pas le fruit d’une soirée trop arrosée et d’idées écrites à la volée sur un bout de nappe. Ce choix a été longuement pensé, étudié et analysé sous toutes les coutures. Et pourtant, pour n’importe quel quidam s’intéressant à l’univers du jeu vidéo, cette direction, à défaut d’être incompréhensible, est difficile à suivre. Bien que s’appuyant sur une technologie dernier cri (issue du Project Yeti lancé en 2016) ainsi que sur sa capacité à se lancer via un simple navigateur Internet – à condition que celui-ci soit Chrome – Stadia oblige l’utilisateur, en complément de son abonnement, à acheter chaque titre – dématérialisé – à l’unité. Face à un Xbox Pass qui propose le téléchargement d’une centaine de titres ou le PlayStation Now qui dispose, lui aussi, d’un catalogue considérable, les joueurs, pour leur grande majorité, n’ont pas fait le choix de Stadia. Et ce n’est certainement pas avec l’évolution des services de la concurrence (notamment le cloud-gaming chez Microsoft ou même chez Nintendo – même si la carotte de 39,99 euros a du mal à passer) que les choses vont changer. En tout cas dans l’immédiat. L’autre point, et qu’on a un peu tendance à oublier parfois, c’est que le cloud gaming impose une connexion suffisamment solide pour être totalement opérationnel. Or, si l’on se focalise sur le seul territoire français, le déploiement de la fibre est loin d’être équitable entre les régions. Bien que la France connaisse la plus forte progression européenne (12 millions d’abonnés à la fibre dont 23 millions éligibles), cela reste un frein à l’utilisation de service en cloud-gaming. Il suffit d’aller sur les forums pour comprendre que beaucoup sont intéressés par le cloud-gaming mais qu’il reste inaccessible pour un nombre important d’utilisateurs. Et Stadia fait partie de l’équation dans un pays où certaines zones géographiques peinent encore à atteindre 5 mégas de débit.

Après Google, Amazon ?
Google n'est pas la seule GAFA à tenter de pénétrer sur le marché du jeu vidéo. Depuis quelques années, Amazon essaye, elle aussi, par petites touches de séduire les joueuses et les joueurs. Mais indéniablement, et leurs productions sont là pour nous le faire dire, la firme de Jeff Bezos ne se précipite pas. À ce jour, le projet le plus ambitieux se nomme The Grand Tour Game, un jeu d'arcade calqué sur la célèbre émission éponyme présentée par les anciens trublions de Top Gear UK. Amazon a probablement une certaine ambition mais son action dans le domaine du jeu vidéo demeure pour le moment assez anecdotique.

Changement de stratégie

Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?

En décidant de fermer ses studios « first party », à savoir ceux de Montréal et Santa Monica mais aussi Typhoon Studios (acheté en décembre 2019), Google a acté le départ de Jade Raymond, mis en difficulté près de 150 salariés (qui devraient être reclassés ou proposés à d’autres studios) et stoppé net les projets en cours. Au final, alors que des jeux étaient en préparation depuis de longs mois, le public n’en découvrira aucun et on peut donc douter de leur état d'avancement. Par le biais du communiqué de Phil Harrison, on devine sans mal que la situation était inextricable :

Créer des jeux de premier ordre à partir de zéro prend de nombreuses années et des investissements importants, et le coût augmente de façon exponentielle. Compte tenu de notre volonté de tirer parti de la technologie éprouvée de Stadia et d’approfondir nos partenariats, nous avons décidé de ne pas investir davantage dans l’apport de contenu exclusif de développement interne SG&E, au-delà des jeux prévus à court terme.

Après un court remerciement à Jade Raymond, il ajoute :

Au cours des prochains mois, la plupart des membres de l’équipe passeront à de nouveaux rôles. Nous nous engageons à travailler avec cette équipe talentueuse pour leur trouver de nouveaux rôles et les soutenir.

Google Stadia : D'ambitions démesurées à une chute vertigineuse, l'histoire était-elle écrite ?

En agissant de la sorte, Google mise sur son statut d’éditeur pour rassembler les joueurs. Toutefois, et c’est un détail qu’il est difficile de zapper, le paragraphe sur l’avenir de Stadia ne fait que quelques lignes et il faudra voir si ces promesses seront suivis d’actes. Si l’entreprise a bien l’intention de proposer sa technologie à d’autres compagnies (car mettre en place une telle infrastructure demande une somme de talents colossale), il va tout de même falloir suivre de très près l’évolution de la situation. Phil Harrison apparaît un peu comme la dernière « tête d’affiche » et il va sans dire que le catalogue, qui est loin de lutter face à la concurrence, va avoir bien du mal à démontrer une plus-value. Ce que nous enseigne cette situation, c’est que la fortune de Google n’a rien pu faire pour sauver les rames de l’équipage. Si la barque est encore sur l’eau, il va falloir pas mal de ténacité aux intéressés pour ne pas sombrer. Pour se faire une place dans l’industrie, il ne s’agit plus seulement de la connaître mais il est aussi indispensable de prendre les bonnes décisions au bon moment. Par ailleurs, et quelle que soit la stratégie de commercialisation, cette dernière doit être accompagnée d’un message simple et limpide. Sans cela, il apparaît très difficile de percer un marché qui est détenu, dans les grandes lignes, par Nintendo, Sony, Microsoft et l’incontournable Steam. Le jeu vidéo est aujourd’hui d’une telle richesse, d’une telle densité, que l’industrie vidéoludique va probablement avoir besoin, à un moment, de souffler. Et tous les acteurs potentiels n’auront pas forcément une place aux côtés des géants du secteur. Au début des années 2000, la bulle Internet a éclaté et entrainé dans son sillon un nombre incalculables de studios et il serait dommage de revivre une situation similaire (qui a failli se reproduire en 2012) une vingtaine d’années plus tard. Google a probablement senti que la position était intenable, que le parc installé est famélique et a préféré stopper l’hémorragie. On donne aussi parfois, peut-être, un pouvoir déraisonné au dématérialisé (par rapport au support physique) mais cela démontre, une nouvelle fois, que le contenu – et les exclusivités – sont des éléments primordiaux dans le choix des consommateurs (et aussi que le modèle physique n'est pas mort). Il suffit de voir les chiffres de la Nintendo Switch pour s’en convaincre. Une chose est sûre, on va suivre de très près l’évolution de Stadia car il est indéniable que nous sommes à un tournant de la stratégie « jeu vidéo » de Google.

Profil de Ayden_,  Jeuxvideo.com
Par Ayden_, Journaliste jeuxvideo.com
MP

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
SolidSerpant009
SolidSerpant009
MP
le 22 févr. à 01:44

Google s'est est pris des claques, réseaux sociaux, lunettes connectés, téléphone,streaming musique et Films,je crois que je dois être l'un des a se servir de Google play

Lire la suite...
darckenside
darckenside
MP
le 21 févr. à 22:23

Microsoft devrait prendre l'ascendance avec son service Xcloud pour 2 raisons :

La première étant qu'il on un déjà un catalogue variés,
et la deuxième.. Le CHOIX ! (complémentaire)

🙂

Lire la suite...
Manacash
Manacash
MP
le 20 févr. à 13:20

Y'en a marre, pourquoi personne ne parle de geforce now ?! Ce service est 1000 fois mieux, la compression vidéo est largement meilleure que sur stadia et on a accès a des centaines de jeux steam, gog ou epic game store.. Nvidia a vraiment foiré sa com sur ce coups...

Lire la suite...
fatpunkslim93
fatpunkslim93
MP
le 18 févr. à 14:50

Autant JV.com n'a pas été très visionnaire sur Stadia à ses débuts, autant ils ont aucune vision concernant leur avenir en signant leur fin un peu trop tôt. La vérité est sans doute plus nuancée et même si leurs débuts sont difficiles, je parierai pas sur leur déclin pour autant.

Après, c'est vrai que niveau cloud gaming ils sont sacrément concurrencés par xbox , mais il y a surement encore un peu de place, surtout qu'ils peuvent s'appuyer sur android tv, android telephone, et dans une moindre mesure chrome OS.

Lire la suite...
Moon-Patrol
Moon-Patrol
MP
le 16 févr. à 15:02

Stadia à miser sur le cloud gaming alors que la fibre et la 5G ne sont pas généralisés.
Ils voulaient surement se faire connaître du publique et prendre leurs marques en avance pour être opérationnel au moment venu.
Entre temps il y à eu le covid qui a beaucoup retardé le développement des infrastructures (notamment la 5G). Donc le cloud gaming a grande échelle ce n'est pas pour tout de suite.
Peut être que Stadia veux réduire les cout en attendant et peut être veulent ils aussi redéfinir leur stratégie. J'ai du mal à imaginer qu'ils se soient lancé comme ça "la fleur au fusil" alors qu'il est clair que c'est une technologie d'avenir et que donc il faut, au moins, pouvoir tenir jusqu'à cet avenir et au delà pour se développer.

Lire la suite...
turakam
turakam
MP
le 14 févr. à 16:51

J'ai testé le service, ca marche, c'est vrai... Mais il n'y a même pas de case "Rechercher un jeu" pour Google c'est un peu con quand même ....
Et puis le game pass a tout cassé dans le secteur pour le moment :)

Lire la suite...
Jymini
Jymini
MP
le 11 févr. à 15:25

Bonjour,
Moi je trouve dommage de voir tout ses commentaires négatifs et agressifs.
Personnellement je joue sur Stadia depuis sa sortie et j'en suis très satisfait : je joue sur ma télé, mon PC, mon téléphone portable, et partout ou je vais.

Alors oui y a un abonnement : mais ça ne revient pas plus cher que d'acheter une console de jeux et j'ai pas besoin d'en changer quand il y a une nouvelle génération.
Oui il faut acheter les jeux : je ne vois pas ce qu'il y a d'anormal que de payer le jeux à leur créateur comme sur toutes les plateformes.
Manque d'exclusivité : si on lui laisse le temps ça viendrait, mais encore faut il que les gens lui laisse sa chance.
J'ai aussi lu, le cloud c'est froid, ...., je comprends pas , sauf si des gens se servent de leur console comme bouillotte.
Quand à la comparaison avec les PC, l'eternelle comparaison, ... moi qui a toujours eu des PC, je trouve que jouer sans se poser de question sur son matériel, c'est agréable aussi.
Quand à la connection, je n'ai pas la fibre et ça fonctionne très bien avec l'ADSL. A moins de vouloir jouer en 4K, ce qui n'est pas mon cas, il n'y a pas besoin d'avoir une connection de folie ...je joue même en 4G.

Alors oui il y a quelques améliorations à prévoir, mais personnellement je vais continuer à jouer sur Stadia, y prendre du plaisir et les soutenirs.

Lire la suite...
Underfog3
Underfog3
MP
le 09 févr. à 14:13

Ca fait depuis le début de Stadia que tout le monde dit que c'est voué au four, et t'as la rédac qui se réveille aujourd'hui.

Normalement, les journalistes essaient d'avoir un tout petit temps d'avance sur leurs lecteurs, pas l'inverse. :rire:

Lire la suite...
Commentaire édité 09 févr., 14:14 par Underfog3
Terra-bella
Terra-bella
MP
le 07 févr. à 18:36

Les GAFAM dans le jeu vidéo, une hérésie. Ils s’acharnent à vouloir acheter la presse et les joueurs à coups de milliards mais on n’est pas dupes, ce n’est qu’une stratégie pour s’enrichir encore et toujours. Demain ce ne serait pas étonnant que Microsoft essaie par ex de casser le marché des aspirateurs, mais ces grandes boîtes reines de l’évasion fiscale vont finir par être démantelées heureusement, ils font tout pour éviter le moindre euro d’impôt et financer les hôpitaux et écoles. Honteux :nonnon:

Lire la suite...
Capitaine_Q
Capitaine_Q
MP
le 07 févr. à 14:38

Seul des pseudo journaliste à la ramasse et décroché des désirs des joueurs y croyaient....
Avant même la sortie le bide était largement prévisible voilà la vérité...
Certains pseudo analyste à deux balles devraient changer de job 😉

Lire la suite...
Top commentaires
PolakLovesCovid
PolakLovesCovid
MP
le 03 févr. à 19:35

C'est bien mérité et ça servira j'espere de leçon à tout ceux qui imaginent le futur du jeu vidéo uniquement sur un cloud froid, dématérialisé et sans exclusivité.
Tout ça fera réfléchir Sony et Microsoft sur les erreurs à ne pas commettre.

Lire la suite...
DakiIIa
DakiIIa
MP
le 03 févr. à 17:49

Stadia qui se fait juste allumer par le Game Pass en fait, c'est tout con, mais si tu t'alignes pas sur l'offre de Microsoft, tu es mort.

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
3
Biomutant
25 mai 2021
4
Monster Hunter Rise
26 mars 2021
5
Légendes Pokémon : Arceus
1er trimestre 2022