Menu
Cyberpunk 2077
  • Tout support
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • ONE
  • Stadia
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News culture /

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction

News culture Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction

L’humanité tente depuis ses premières incursions dans les domaines scientifiques de supplanter dame nature, de surpasser sa condition primaire. Le cyberpunk s’intéresse tout particulièrement à cette quête d’immortalité, aux avancées technologiques que cela implique, autant dans la médecine, l’informatique que la robotique. Par le prisme de la science-fiction, ce mouvement questionne la place de l’être humain ainsi que l’impact du transhumanisme ou encore du biohacking à l’échelle de l’individu et de son écosystème. Et si le futur était en marche ? En 2020, la science n’est plus une fiction. Nous sommes d’ores et déjà en 2077.

53 172 vues

Attention, cet article n'a pas pour but d'être exhaustif, mais simplement de revenir sur les similarités entre la science contemporaine bien réelle et la science-fiction en s'attardant sur un genre bien précis... le cyberpunk ainsi que le transhumanisme qui en découle. La rédaction de jeuxvideo.com vous invite à échanger sur le sujet en commentaires.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Le transhumanisme

Commençons par donner un cadre au sujet et donc par en définir le terme principal. Selon le dictionnaire Larousse, le transhumanisme est un “courant de pensée qui vise l’amélioration des capacités intellectuelles, physiques et psychiques de l’être humain grâce à l’usage de procédés scientifiques et techniques”. Ce mot fut créé en 1937 par Jean Coutrot, un ingénieur français amputé de la jambe droite lors de la Première Guerre mondiale, puis popularisé par Julian Sorell Huxley… biologiste britannique, théoricien de l’eugénisme, premier directeur de l’UNESCO et fondateur de la WWF (World Wide Fund for Nature).

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
La prothèse antique de Thèbes

Si le transhumanisme dans son sens premier s'avère récent, les premières traces archéologiques de "modifications corporelles thérapeutiques" remontent à l’Antiquité, bien avant les révolution industrielles ainsi que les avancées technologiques du XXIe siècle. Loin de transcender la condition humaine, ces dispositifs artificiels (ou prothèses) sommaires cherchent dans un premier temps à remplacer partiellement ou intégralement un membre ou encore une articulation. Nous pourrions citer la prothèse antique égyptienne de gros orteil (ou hallux) retrouvée dans la nécropole de Thèbes et datant de 600 av. J.-C., et la prothèse de jambe de Capoue en Italie remontant aux alentours de 300 av J.-C.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Salvino degli Armati

L’être humain parvient à pallier certains défauts sensoriels dès le XIII siècle. Dans la ville de Florence, le physicien Salvino degli Armati met au point la première paire de lunettes (sans branches) corrigeant la presbytie… une évolution de la pierre de lecture utilisée par les moines copistes au Moyen-Âge, et dont l’invention est attribuée à Abbas Ibn Firnas (IXe siècle). L'ouïe est également au centre des attentions. Le cornet acoustique, dispositif renforçant l’intensité sonore vers le tympan, est ainsi mentionné dès la fin du XVIe siècle par Giambattista della Porta dans l’ouvrage Magia Naturalis. Cependant, toutes ces inventions ne sont que les prémices d’un transhumanisme qui prend son essor avec les progrès de la technologie et de la médecine, deux révolutions intrinsèquement liées.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Une audioprothèse

Le cornet acoustique ou sonotone à entonnoir laisse place désormais aux audioprothèses, communément appelées “appareils auditifs”. Cela implique selon les cas de fixer une tige en titane sur la voûte crânienne, de connecter directement le dispositif aux osselets ou encore d’insérer des électrodes (implant cochléaire) dans l’oreille interne avec pour finalité de compenser une perte d’audition. Que dire des stimulateurs cardiaques (ou pacemaker) fournissant des impulsions électriques destinées à stimuler le cœur ? Des pompes à insuline parfois automatiques conçues pour les diabétiques ? Des lunettes spéciales pour redonner de la couleur dans la vie des daltoniens ? L’être humain corrige certains défauts de “fabrication”, prolonge drastiquement son espérance de vie, mais nous sommes encore loin du transhumanisme imaginé par les œuvres dites "cyberpunk".

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Sam Fisher - Splinter Cell

Le transhumanisme cherche par définition à briser les chaînes imposées à l’Homme. Notre espèce souhaite s’émanciper du dictat de mère nature, et mise sur la science pour arriver à ses fins. Avant même de parler d’amputations volontaires et d’implants, certains casques, historiquement pensés pour écouter de la musique ou tout autre matériel audio, permettent aujourd’hui d’amplifier les sons qui nous entourent, et ainsi d’améliorer l’un de nos cinq sens. Il en va de même pour les lunettes à vision nocturne qui donnent la possibilité à l’Homme de percevoir dans le noir. Toutefois, ces équipements demeurent externes et ne font pas partie intégrante de notre être.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
La prothèse bionique Argus II

Grâce aux progrès dans le traitement de l’image et à la miniaturisation des systèmes de captation vidéo, les malvoyants peuvent en 2020 retrouver partiellement la vue selon les cas cliniques via des lunettes optimisant la perception de la lumière, et ajoutant des fonctions de zoom, de contraste et de mise au point proches de celles d’un objectif traditionnel. A terme, l'œil et/ou le dispositif associé deviendrait une caméra, un appareil photo capable de percevoir à plusieurs centaines de mètres peu importe les conditions. Et si cette technologie devenait un implant ? En 2014, des médecins de l'université de Duke à Durham implantent une prothèse bionique dans l'œil gauche d’un homme ayant peu à peu perdu la vue. La technologie de l’Argus II conserve un aspect “lunette-caméra”, mais se base principalement sur un faisceau d’électrodes au préalable greffées sur la rétine du patient afin de contourner sa cécité.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Une puce NFC

D’autres implants existent, non plus pour répondre à un besoin médical, mais pour faciliter le quotidien des citoyens. Ce sont majoritairement des puces NFC (Near Field Communication) ou RFID (Radio-Frequency Identification) qui remplissent diverses fonctions allant du porte-monnaie numérique au stockage de données en passant par la balise GPS ainsi que le badge et autres clés. La Suède est un pays en avance sur son temps dans le domaine de l’implant sous-cutané. La première société à expérimenter l’implantation de micropuces chez ses employés est donc sans grande surprise suédoise. En 2015, Epicenter organise l’implantation de puces NFC qui donnent facilement et sans autres contraintes accès aux services de l'entreprise. Three Square Market située dans l’état du Wisconsin lui emboîte le pas en 2017.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Une puce RFID

Même la Sécurité Sociale y songe, et lance l’année suivante un programme facultatif qui vise à remplacer la Carte Vitale par des puces RFID. Si le phénomène reste marginal en 2020, certains visionnaires se lancent dans cette aventure “connectée”. C’est le cas de la société Dsruptive et de ses capteurs vérifiant les paramètres vitaux de ses porteurs en temps réel ainsi que du projet Bionic Yourself v2.0 et de son implant B10N1C supposé transformer un individu en je cite “bionic super-hero”. Quant aux mélomanes habitués à perdre leur casque audio, ils peuvent suivre l’exemple de Rich Lee. Cet adepte du body hacking (aussi appelé Grinder) a subi une opération en 2013 chez un modificateur corporel pour se faire poser des écouteurs situés sous la peau. Ce pionnier possède à ce jour pas moins de cinq implants ce qui soulève plusieurs questions juridiques.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
La neuromodulation

L’être humain n’utiliserait que 10% de son cerveau. Cette croyance commune et tenace laisse à penser qu’un potentiel latent sommeille sous nos boîtes crâniennes, et qu’il ne tient qu’à nous de le déverrouiller. Le dopage cognitif est une pratique répandue dans certains milieux. La prise de méthamphétamine pourrait développer la mémoire en favorisant la production de nouveaux neurones. Cette substance, considérée comme un stupéfiant aujourd’hui, était utilisée lors de la Seconde Guerre mondiale pour améliorer les performances des soldats. La Ritaline, utilisée dans le cadre de troubles de l'attention, ou le Modafinil, utilisé dans le traitement de la narcolepsie, peuvent être détournés pour améliorer la concentration. D’autres scientifiques imaginent une stimulation via un corps étranger. Une bobine placée à l'extérieur du crâne influencerait l’activité électrique du cerveau, tandis que des électrodes implantées directement dedans permettraient une “neuromodulation invasive”. L'objectif avoué est de changer le fonctionnement cérébral.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
L'athlète Blake Leeper

L’existence des prothèses remonte à l’Antiquité, même si ces dernières se démocratisent bien des siècles, pour ne pas dire deux millénaires plus tard. L’ouvrage artisanal fait de bois, de métal et de cuir laisse place au XXIe siècle à une science susceptible d’améliorer les performances des êtres humains. L’exemple d’Oscar Pistorius (en dehors de ses déboires judiciaires) est on ne peut plus parlant. Ce sud-africain, surnommé “The Blade Runner” en référence au film de Ridley Scott, est le premier athlète amputé à se qualifier pour les jeux Olympiques (de 2012) avec les "valides". Les prothèses de course sont si évoluées et performantes que l'athlète Blake Leeper s’est vu refuser sa demande de participation aux épreuves qualificatives des JO de Tokyo parmi ces mêmes "valides". Le Tribunal Arbitral du Sport estime alors que les prothèses du coureur lui donnent un “avantage injuste sur ses concurrents”.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Jambe prothétique contrôlée par l'esprit

“Toujours plus loin, plus fort, plus vite”, les prothèses des générations futures devraient selon Steve Hartley Collins, professeur en génie mécanique à l’université de Stanford, surpasser le corps humain via des systèmes robotiques avancés et une “intelligence artificielle” capable d’analyser en temps réel la réponse de l'individu afin d’en optimiser les performances. Il ne s’agit plus de dispositifs statiques, mais bien de membres 100% robotisés. En 2013, l’Institut de Réhabilitation de Chicago et plus particulièrement son centre dédié à la médecine bionique fait de ce vieux rêve de science-fiction une réalité avec la première jambe prothétique contrôlée par l’esprit de son porteur. Un an plus tard, le laboratoire de physique appliquée de l’université John Hopkins parvient à donner l’usage de bras mécaniques à une personne amputée grâce à une interface cérébrale homme-machine et une opération chirurgicale.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Prothèse de la DARPA

Bien souvent, les prothèses bioniques se contentent de mouvements basiques tels que tendre l’index et aggriper. La gestion de chaque doigt individuellement est bien plus complexe, et exige une longue rééducation. Cependant, l’université John Hopkins citée ci-dessus révèle en 2016 une technologie permettant à un individu de contrôler par la pensée et avec une très grande précision un bras et une main mécaniques équipée de 5 doigts. Mieux encore… et si ces membres artificiels reconnaissaient le toucher ? La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) fait d’énormes progrès dans ce domaine. En 2015, l’une des prothèses développées est ainsi capable de reproduire le sens du toucher après avoir relié un réseau d’électrodes au cortex sensoriel ainsi qu’au cortex moteur du patient. Un an auparavant, une équipe européenne parvenait à des résultats sensiblement similaires avec une main mécanique.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Peau électronique du RMIT

La prochaine étape serait de revêtir les prothèses d’une peau artificielle ayant les mêmes propriétés que celle humaine, et une fois de plus la science se confond avec la fiction. En 2006, un chimiste de l’université du Nebraska met au point un matériau sensible à la pression. Neuf ans plus tard, deux chercheurs de l’université de Stanford parviennent à convertir la pression statique d’un objet en signaux numériques comparables à ceux perçus par une peau humaine. Et si cette même peau artificielle pouvait ressentir la chaleur et même la douleur ? En combinant plusieurs innovations, des scientifiques du Royal Melbourne Institute of Technology réalisent une surface électronique souple captant les variations de pression et de température afin de simuler le comportement des nocicepteurs (ou récepteurs sensoriels de la douleur). Une machine pourrait en théorie souffrir.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
La xénotransplantation

De par sa condition d’être vivant, un humain est voué à s’éteindre, mais la science cherche désespérément un moyen de lutter contre cette fin naturelle. La transplantation (ou greffe) est une “opération chirurgicale consistant à remplacer un organe par un autre du même type.” A l’heure actuelle, ce procédé est réservé aux interventions médicales avec pour objectif d’augmenter l’espérance de vie des patients ayant un organe malade en le remplaçant par un organe sain. Ces greffons (ou transplants) sont en général d’origine humaine, mais pas seulement. La xénotransplantation qui consiste à greffer un “organe” d'une espèce biologique différente de celle du receveur est une solution. Le porc est une source potentielle de xénogreffes de par ses similitudes génétiques avec l’être humain. Entre les échanges d’insuline et les valves aortiques, nos voisins porcins ont démontré par le passé une certaine compatibilité grandissante avec l'Homme, grâce notamment au clonage et à une sélection minutieuse des sujets.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Un coeur bioartificiel ou "Ghost Organ"

Une autre approche consiste à fabriquer les organes et toutes autres parties du corps humain. Pour cela, l’impression 3D pourrait s’avérer fort utile. Le Wake Forest Baptist Medical Center parvient en 2016 à assembler des cellules vivantes via une imprimante d’un genre nouveau pour former des tissus humains composés de gel et de matières semblables au plastique. Les premières expérimentations et greffes en laboratoire donnent des résultats prometteurs. Les organes bioartificiels sont une autre alternative encourageante car ils répondent aux mêmes prérequis que ceux imprimés, à savoir l'absence totale de rejet. Ces “Ghost Organs” possèdent la structure extracellulaire d’un donneur ainsi que les propres cellules du patient qui vont régénérer et réensemencer l’organe fraîchement “usiné”. Quid des cellules souches ? La cellule souche, identifiée en 1981 chez la souris puis en 1998 chez l'être humain, est une cellule capable de générer des cellules spécialisées (sanguines, musculaires…) par différenciation cellulaire, et de se maintenir dans l’organisme.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Les cellules souches

Aux débuts des années 2010, Masahito Tachibana et son équipe située en Oregon produisent pour la première fois une cellule souche embryonnaire humaine en affinant une technique autrefois à l’origine du clonage de la brebis Dolly (1996). Les recherches sur ce sujet permettent de créer des tissus et des organes humains dans un but thérapeutique afin de remplacer ceux endommagés. Ce fut le cas lors d’une greffe de trachée en 2013, un organe fabriqué à partir de la moelle osseuse de la patiente. Les cellules souches ouvrent ainsi les portes du clonage humain. Élever un être vivant pour en sauver un autre tel un simple produit… où quand le gain d’espérance de vie se confronte à l’éthique. Les cellules souches pourraient même réveiller les morts. Derrière ce concept sensationnaliste se cachent la société américaine Bioquark et son projet de réanimation de personnes en état de mort cérébrale. Le protocole implique d’injecter lesdites cellules souches en provenance du patient, puis de favoriser la croissance de neurones dans l’espoir d’établir de nouvelles connexions nerveuses. Jeunesse éternelle et immortalité… la Boîte de Pandore pourrait en réalité renfermer des cellules souches.

Cyberpunk : Transhumanisme, biohacking... quand la science n'est plus une fiction
Elon Musk & Neuralink

Impossible d’aborder le transhumanisme sans évoquer Elon Musk (Tesla, SpaceX...) et la start-up Neuralink. Cette entreprise développe un implant cérébral externe, comparé par le milliardaire à une montre connectée, qui pourrait dans un premier temps traiter les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson…). D’autres applications sont envisageables, mais restent encore à l’état de chimères. Cette interface neuronale directe pourrait rendre leur mobilité à des personnes paraplégiques ou encore doter le cerveau d’une véritable puissance informatique. Grâce à cet implant connecté, l’être humain peut espérer accroître ses capacités cérébrales, exploiter tout type d’information en direct, et même fusionner son esprit avec celui d'une intelligence artificielle. Tout cela reste en 2020 hypothétique, mais pour combien de temps encore ?

Les progrès technologiques réalisés dans les années à venir permettront de gagner en force, en précision, en compétences, en espérance de vie, et donc de dépasser notre propre condition d‘être humain. Mais le souhaitons-nous vraiment ? De là à se faire sectionner volontairement un membre, de subir une énucléation, ou pire encore… il n’y a qu’un pas, et c’est le cyberpunk.

Chronique "Cyberpunk & Transhumanisme en 2020 (Le Journal)

Lire d'autres sujets sur le cyberpunk :

Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Par Silent_Jay, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
Futuriste Cyberpunk Science-Fiction PC PS4 ONE Stadia RPG CD Projekt RED CD Projekt Robots
Commander Cyberpunk 2077
PC
Fnac
29.99 €
PS4
Rakuten
30.63 €
ONE
Fnac Marketplace
37.91 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
phoxxx
phoxxx
MP
le 02 janv. à 01:25

On veut nous fait rêver à propos d'un homme "supérieur" grâce aux cellules souches, et muni de capacités hors-normes blablabli... blablabla... Mais quand un nouveau virus débarque on crève tous par milliers ! Nos gouvernements s'affolent et on ne sait plus quoi faire (c'est bien le cas actuellement non ?).

Un peu d'humilité que diable, on est loin de contrôler la nature afin de "dépasser notre propre condition d‘être humain" pour reprendre le texte.

La régénération tissulaire pour les applications médicales semble la piste d'exploration la plus réaliste, le reste ça va rester de la science fiction pour un grand moment :sarcastic:

La médecine avance à tâton, sur des périodes de temps très longues. Le Sida apparu fin des années 70' a tué des milliers de personnes jusqu'au milieu des années 1990 ! Aujourd'hui ça va un peu mieux grâce à la trithérapie et aux traitements antirétroviraux, mais il aura fallu 20 ans de recherche et on ne guérit toujours pas de celui-ci :non: Dans les émissions de Michel Cymes la Médecine est toujours "fabuleuse", mais dans les faits on meurt toujours autant des cancers et des maladies cardiovasculaires... Que je saches on ne propose toujours rien pour lutter efficacement contre l'arthrose (la dégradation du cartilage n'intéresse pas les chercheurs ?), et le mal de dos. Tout ce que savent faire les médecins c'est vous donner des antalgiques et des opiacés qui vous foutent en l'air :non:

Entre nous je ne suis pas certain que la préoccupation principale des élites soit de sauver la vie des gens. Les "malades" c'est très lucratif si vous voyez où je veux en venir...

Lire la suite...
Payzou29bzh
Payzou29bzh
MP
le 29 déc. 2020 à 20:22

Le son est juste génial c'est quelle chanson ?

Lire la suite...
Baboye
Baboye
MP
le 24 déc. 2020 à 19:57

Je suis un etre humain et je remercie dieu pour tout , vivre 2000 ans servira à quoi ? Si ce ne que pour augmenter les chefs d'accusation a notre encontre, que dieu pardonne a l'humanité pour les transgressions.

Lire la suite...
sanglier2000
sanglier2000
MP
le 23 déc. 2020 à 11:35

Pour une fois un article mérite 17/20.

Sérieusement.

Lire la suite...
JeanLucLaHaine
JeanLucLaHaine
MP
le 22 déc. 2020 à 00:05

La xénogreffe de rein de porc, ça fait au moins 25 ans qu'on en parle et que c'est au point mort, il y a trop de contraintes sur cette technique.

Lire la suite...
Commentaire édité 22 déc. 2020, 00:06 par JeanLucLaHaine
_UNR3AL_
_UNR3AL_
MP
le 21 déc. 2020 à 19:06

On pourrait épiloguer des heures sur ce sujet, mais je n'ai qu'une seule chose à dire aux jeunes: Lisez la bible, le témoignage de Jésus Christ notre sauveur, qui est venu sur Terre pour prôner l'amour, apocalypse de St jean "Nul homme ne pourra acheter ou vendre sans avoir la marque de la bête sur la main ou le front, le signe de cette marque est le 666"

Lire la suite...
Darkkurai
Darkkurai
MP
le 21 déc. 2020 à 17:10

Donc même dans le lore du jeux, Cuberpunk 2077 a échouer MDRRR

Je troll sa mère. Les fanboys pas la peine de venir cracher votre jus pomme-raisins.

Lire la suite...
banalgood
banalgood
MP
le 21 déc. 2020 à 14:35

quand la science n'est plus une fiction

ah bon, avant la science c'était de la fiction??? genre Newton, Curie etc ça n'a jamais vraiment existé ailleurs que dans les livres :rire:

Lire la suite...
ryuechizen
ryuechizen
MP
le 21 déc. 2020 à 13:30

Ca m'a mis la puce à l'oreille

Lire la suite...
ThrollNeverEnds
ThrollNeverEnds
MP
le 21 déc. 2020 à 13:27

Super article. Bravo Jay. Ne donne pas l'oreille à la partie toxique de la commu jv.com que est une minorité.

Lire la suite...
Top commentaires
Keinan
Keinan
MP
le 20 déc. 2020 à 12:33

L’être humain n’utiliserait que 10% de son cerveau. Cette croyance commune et tenace laisse à penser qu’un potentiel latent sommeille sous nos boîtes crâniennes, et qu’il ne tient qu’à nous de le déverrouiller.

Et donc le reste est en veille ?

Debunkage : Je vous rassure, l'être humain utilise 100% de son cerveau, la nature et l'évolution ne vous donne pas un cerveau énorme si c'est pour en utilisé que 10%. C'est que la partie dite "consciente" que vous utilisé pleinement, pour réfléchir ou pensé par exemple. Le reste est utilisé de manière "inconsciente" et "instinctive". Comme respirer, entendre, voir, sentir effectué des tâche motrices. Si vous vous mettez à contrôler votre cervelle consciemment à 100% il va falloir pensé non stop à faire battre votre palpitant, et a doser correctement l'apport d'adrénaline pour pas mourir subitement, à respirer, à penser a digérer correctement en disant à votre pancréas et votre foie de ne pas merder. A correctement interpréter les signaux envoyé par les différents organes etc etc ...

Lire la suite...
G7K
G7K
MP
le 20 déc. 2020 à 12:19

À tous les fans de transhumanisme, je vous conseille vivement de voir Ghost in the Shell.

Lire la suite...
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac PC 29.99€ Rakuten PS4 30.63€ Amazon PC 34.54€ Fnac PS4 34.99€ Fnac Marketplace ONE 37.91€ Rakuten ONE 44.98€
Marchand
Supports
Prix
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
2
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
3
Diablo II : Resurrected
2021
4
Biomutant
25 mai 2021
5
Ratchet & Clank : Rift Apart
11 juin 2021