Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News jeu /

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

News jeu Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Batman… super-héros le plus apprécié et membre de la Sainte Trinité de DC Comics aux côtés de Superman et Wonder Woman… soufflait en mai dernier ses 81 bougies. Cela fait 8 décennies que le Chevalier Noir arpente les rues de Gotham City et combat le crime qui y règne que ce soit sur papier, pellicule et bien entendu en pixels. La rédaction de jeuxvideo.com vous propose de revenir sur la carrière vidéoludique du justicier afin de célébrer comme il se doit le Batman Day qui se tient en cette année 2020 le 19 septembre. Cette carrière fut prolifique avec pas moins de 40 jeux vidéo à son actif dans un rôle principal, et 70 si on compte les aventures chorales et autres apparitions, sur une période de 34 ans (1986 - 2020).

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

10 jeux vidéo Batman indispensables

Des débuts encourageants

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Le protecteur de Gotham fait ses premières armes vidéoludiques au milieu des années 80 dans un titre sobrement intitulé Batman. Ce jeu d’action-aventure en 3D isométrique développé par Bernie Drummond et Jon Ritman (élu meilleur développeur en 1988 par Golden Joystick Magazine) et édité par Ocean Software débarque sur Amstrad, ZX Spectrum et MSX en 1986, et reçoit un accueil favorable de la presse qui souligne la présence d’un embryon de système de sauvegarde… une feature avant-gardiste pour l’époque. Dans cette première aventure, Batman tente de secourir Robin en rassemblant les 7 pièces d’un hovercraft.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Deux an plus tard, Bruce Wayne enfile son costume dans un nouveau jeu d’action-aventure toujours édité par Ocean Software avec cette fois-ci les studios Special FX Software au développement. Batman : The Caped Crusader (1988) a la particularité de diviser le récit en deux parties distinctes dans lesquelles Batman affronte le Pingouin et le Joker, mais surtout de placer son intrigue directement dans un comic book. Ce postulat de départ inspirera le Beat'em Up Comix Zone édité en 1995 par Sega sur Mega Drive .

La Boîte de Pandore

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

La jeune carrière pixellisée du Chevalier Noir prend une direction radicalement différente à la fin des années 80. Les scénarios originaux sont de l’histoire ancienne. Batman s’apprête à ouvrir une boîte de Pandore… celle des adaptations. En 1989, Ocean Software surfe sur la sortie sur grand écran du film Batman et lance Batman : The Movie en parallèle, un jeu d’action encensé par la presse (Game of the Year selon le magazine Crash) avec ses niveaux aux gameplays variés et inspirés du long métrage réalisé par Tim Burton. A partir de 1989 s’invite sur NES et Game Boy, puis Mega Drive une autre série d’adaptations dudit film répondant au nom de Batman : The Video Game avec aux commandes Sunsoft.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Ces jeux de plate-forme sont les premier à marquer véritablement les esprits et à imposer Batman sur le marché encore naissant du jeu vidéo avec sa confrontation finale opposant le justicier et le clown de Gotham au sommet du clocher de la cathédrale de la cité. La presse considère alors ce dernier comme l’un des meilleurs jeux de super-héros de la NES (selon Brett Alan Weiss), mais également l’un des plus difficiles jamais sortis sur la console de salon de Nintendo. Sunsoft planche dans la foulée sur une suite basée non plus sur le film de 1989, mais sur les comics de l’âge moderne avec pour conséquence directe un scénario original... une caractéristique qui se fera de plus en plus rare dans les années à venir.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Batman : Return of the Joker pose un pied sur NES en 1991 avant de s’attaquer à la Mega Drive l’année suivante (Batman : Revenge of the Joker - 1992). La version destinée à la console 16-bits de Sega est considérée comme bien plus fidèle au film que celles de la NES et de la Game Boy, et enrichit l’expérience avec des niveaux en véhicules. Atari Games qui flaire le filon conclut la valse des adaptations du Batman de Tim Burton. Le Beat’em Up “Batman” (1990) s’aventure sur bornes d’arcade et offre aux joueurs entre deux séquences d’action inspirées du film de 1989 des audio clips de Michael Keaton et Jack Nicholson, ainsi que des photos digitalisées tirées de l’oeuvre cinématographique.

La fièvre des adaptations

Le duo Konami - Sega

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n’existe qu’une “seule” adaptation du film Batman : Le Défi réalisé par Tim Burton (ou Batman : Returns de son titre original)... enfin presque. En réalité, plusieurs éditeurs et studios sont en charge du développement des différentes versions. Konami s’associe à Nintendo pour les versions NES et Super NES, tandis que SEGA prend en charge les jeux destinés à ses consoles encore en activité aux débuts des années 90. Batman : Returns devient selon les machines un Beat’em Up (Konami), un jeu de plate-forme orienté action (Game Gear, Master System, Mega Drive) ou une suite de combats en véhicules (Mega CD).

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Le succès grandissant de la série animée Batman : The Animated Series diffusée à compter de 1992 incite les deux éditeurs japonais à exploiter de nouveau la franchise. Dès 1993, le jeu de plate-forme Batman : The Animated Series s’installe sur Game Boy. Par la suite, Konami et Sega développent respectivement un jeu d’action aventure salué pour ses graphismes sur Super NES (1994-1995) et un Beat’em Up jouable en coopération à deux joueurs sur Mega Drive (1995)... non sans changer le nom de la version Game Boy pour devenir The Adventures of Batman & Robin. L'ère des adaptations multiples au nom identique, mais aux visions divergentes touche à sa fin.

Acclaim Entertainment ft. Joel Schumacher

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Acclaim Entertainment en collaboration avec Probe Entertainment prend la relève de Sega et Konami en 1995. Batman Forever le jeu inspiré du film sort à la fin de l’été sur Super NES, Game Boy, Mega Drive, Game Gear, puis sur PC en 1996. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est à la hauteur du matériau d’origine… un échec critique. Ce Beat’em Up jouable en solo ou en duo, et basé sur le moteur de Mortal Kombat (1992) est alors qualifié par la presse de pire jeu Batman de la Super NES. Seuls les visuels des acteurs digitalisés lui permettent de sauver quelque peu les apparences.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Le Chevalier Noir découvre les consoles 32-bits l’année suivante. Acclaim Entertainment convaincu de pouvoir exploiter une seconde fois l’univers super-héroïque et bariolé de Joel Schumacher lance Batman Forever : The Arcade Game en 1996 sur bornes d’arcade. La presse salue le “large choix de mouvements et de combos élaborés” (cf. Next Generation), mais pointe du doigt le manque d’innovation. Les portages médiocres sur Saturn et PlayStation finissent d’enterrer ce Beat’em Up efficace qui troque malheureusement le pur plaisir de jeu contre une expérience répétitive. Et les déboires d'Acclaim ne font que commencer.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

La notion de timing est essentielle sur le marché de l’adaptation. Sortir un jeu vidéo adapté d’un film se fait dans une fenêtre de tir restreinte, de quelques mois tout au plus sous peine de voir le public se désintéresser du projet. Surtout quand ledit projet s’avère être de piètre qualité. Batman & Robin, un jeu d’action-aventure en "monde ouvert", s’invite sur PlayStation en août 1998 et devient instantanément culte, mais pas dans le bon sens du terme. Cet échec critique et commercial retentissant basé sur le film de Joel Schumacher (1997), lui-même descendu par la presse et les fans, conclut ainsi la relation tumultueuse entre le Dark Knight et Acclaim Entertainment. L'éditeur mettra la clé sous la porte six ans plus tard, en septembre 2004.

Les années Ubisoft

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

La déferlante de critiques négatives qui s’abat sur le film Batman & Robin pousse le Chevalier Noir à prendre sa retraite cinématographique pour un temps du moins et à se concentrer sur sa carrière “animée” avec les séries The New Batman Adventures (1997 - 1999) et Batman Beyond (1999 - 2001). Sur le marché du jeu vidéo, Acclaim Entertainment laisse sa place à Ubisoft qui conscient du potentiel commercial du héros de DC Comics. l'diteur français relance dès le début des années 2000 la machine à adaptations. Sur les quatre jeux sortis entre 2000 et 2001, seul Batman : Vengeance s'en sort avec les honneurs. Ce jeu d’action basé sur la série animée mentionnée ci-dessus est un succès commercial avec ses 670.000 ventes toutes plateformes confondues, malgré un accueil mitigée de la presse spécialisée.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Cependant, Ubisoft retombe dans ses travers deux ans plus tard. Batman : Rise of Sin Tzu, un Beat’em Up destiné aux consoles de sixième génération et suite de Batman : Vengeance, subit le courroux des critiques avec respectivement 29% et 25% pour les versions GameCube et Xbox sur Metacritic. Le Dark Knight quitte ensuite le navire Ubisoft et s’offre les services d’Electronic Arts. Le retentissant retour de Batman au cinéma en 2005 s’accompagne d’une adaptation prenant la forme d’un jeu d’action-aventure suivant la trame du film réalisé par Christopher Nolan. Batman Begins le jeu sort un jour avant Batman Begins le film et peut se vanter d’intégrer les voix originales des acteurs, exception faite de Gary Oldman, ainsi qu’un système d’intimidation pour effrayer les ennemis. Une suite basée sur The Dark Knight (2008) est par la suite annulée.

L’émancipation du Chevalier Noir

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Un scénario original n’est pas forcément la clé pour réaliser un jeu Batman de qualité, et l'éditeur Kemco va l’apprendre à ses dépens en 2003 avec Batman : Dark Tomorrow. La présence de Ra’s al Ghul, Talia, et donc de la Ligue des Assassins ne peut décemment être le bosquet qui cache la forêt en flamme. La presse est unanime et descend en flèche cette nouvelle aventure du Chevalier Noir qualifiée par Game Informer de jeu “incompréhensible et jonché de bugs”. Néanmoins, cette volonté de s’extirper de cette spirale d’adaptations porte ses fruits quelques années plus tard.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

L’univers du justicier de Gotham et Lego fusionnent en 2008 suite au rapatriement de la franchise Batman chez Warner Bros. Lego Batman : The Videogame, fort d’un récit inédit opposant la Bat Family et les vilains iconiques de la saga, séduit les fans saluant entre autres la rejouabilité du titre et son humour. Deux suites, à savoir Lego Batman 2 : DC Super Heroes (2012) et Lego Batman 3 : Beyond Gotham (2014), poursuivent sur le terrain du jeu d’action-aventure-puzzle en 2012 et 2014 avec des réussites similaires à celle de leur aîné.

La révolution de “Rocksteady”

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Trop souvent victime de projets opportunistes exploitant une franchise lucrative, Batman reprend son destin en mains en 2009. Batman : Arkham Asylum met KO technique le monde des super-héros, et apporte ses lettres de noblesse aux jeux vidéo basés sur des comics. La presse, les joueurs, les fans… le monde vidéoludique encense les studios londoniens et leur vision du justicier de Gotham avec +90% sur Metacritic. Ce jeu d’action-aventure à la troisième personne scénarisé par Paul Dini (Batman : The Animated Series) redéfinit le jeu vidéo de super-héros et exploite parfaitement l’univers de Batman. Avec son système de combat “Free Flow” devenu célèbre, son approche furtive et sa mise en scène super-héroïque, le titre de Rocksteady est un véritable tour de force.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

De l’eau passe sous les ponts deux années durant, et Rocksteady ne chôme pas. Les studios situés à Londres planchent sur une suite qui fait l'unanimité en 2011. Batman : Arkham City fait mieux que son prédécesseur, reprenant ses forces et gommant bon nombres de ses faiblesses, pour un résultat qui surpasse de loin les attentes de la sphère “gaming”. Le titre s’écoule à 12,5 millions d’exemplaires et génère plus de 600 millions de dollars en l’espace de 12 mois. “Free Flow” amélioré, monde ouvert sombre et gothique, récit original signé Paul Dini puisant dans le lore du justicier… Batman : Arkham City est considéré à juste titre comme l’un si ce n’est le meilleur jeu vidéo de super-héros jamais réalisé.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Face à un tel succès, Warner Bros décide d’exploiter l’Arkhamverse, l’univers alternatif estampillé Batman de Rocksteady. Plusieurs projets sont alors lancés en parallèle par l’éditeur américain. Ce dernier confie à ses studios de Montréal le développement de Batman : Arkham Origins, un préquel à Arkham Asylum, et à Armature Studio une suite de ce même préquel nommée Batman : Arkham Origins Blackgate. Ces jeux sont considérés comme des épisodes “filler”, de simples extensions de l’univers “Arkham” sympathiques pour Origins, et dispensables pour Blackgate.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

La conclusion de la trilogie de Rocksteady déboule moteur hurlant en 2015, et met un terme à la série Arkham avec panache en opposant la chauve-souris à un ennemi de taille… l’Arkham Knight. Toutefois, ce troisième volet développé par les studios londoniens ne réitère pas le succès critique de ses prédécesseurs. Batman : Arkham Knight demeure un titre d’excellente facture, mais ne parvient pas à se renouveler. La Batmobile, principale nouveauté de cet opus, peine à convaincre. Les déboires de la version PC, dont les ventes furent suspendues, finissent de semer le trouble. Avec 5 millions de ventes sur le premier trimestre, le titre de Warner Bros. reste un succès à la fois critique et commercial. La saga Arkham vient de prendre fin... ou presque. Une dernière aventure attend le Chevalier Noir en 2016, une aventure en réalité virtuelle. Batman : Arkham VR s’intercale entre Arkham City et Arkham Knight, et séduit les fans grâce à son pouvoir immersif.

Les mémoires du Dark Knight

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

La saga Arkham derrière lui, l’avenir de Bruce Wayne est confié aux studios Telltale Games spécialisés dans les aventures interactives, une évolution moderne des Point & Click d’antan. Batman : The Telltale Series rédige les mémoires du Dark Knight en 2016 au cours d’une expérience épisodique à fins multiples. Ce récit original narrant la rencontre entre Batman et le Joker ne séduit que partiellement les fans qui relèvent tout de même l’opportunité d’incarner le millionnaire afin de privilégier la diplomatie… une feature suffisamment rare pour être notée. Le Chevalier Noir reprend du service fin 2017 - courant 2018 dans une suite directe sous-titrée The Enemy Within. Ce nouveau scénario tout aussi inédit reçoit un accueil bien plus positif de la presse avec un solide 79% sur Metacritic sans véritablement innover au niveau de son gameplay. Néanmoins, la fermeture des studios Telltale Games en octobre 2018 pousse le justicier à la retraite.

Un membre de la Justice League of America

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Batman, aussi omnipotent soit-il, est parfois impuissant et doit coopérer avec d’autres super-héros afin de faire face à certaines menaces d’une toute autre envergure. C’est dans cette optique que fut créée la Justice League of America (ou JLA), une super coalition qui s’intéresse pour la première fois au jeu vidéo en 1995. Sunsoft, impliqué dans l’édition de nombreux titres Batman dans les années 90, confie le développement d’un jeu de combat à Blizzard pour la version Super NES et à Condor Inc. pour celle sur Mega Drive. Justice League Task Force est au final un échec critique n’ayant pour seul intérêt que celui de rassembler dans une même cartouche Superman, Batman, Wonder Woman, Green Arrow, The Flash et Aquaman.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Les années passent. Les super-héros de la Justice League vaquent à leurs occupations avant de se retrouver en 2013 dans un nouveau jeu de baston. Injustice : Les Dieux sont Parmi Nous développé par les studios NetherRealm (en charge de la saga Mortal kombat) confronte les idéaux des membres de la JLA, Batman et Superman en tête, au cours d’un récit original supervisé par Justin Gray et Jimmy Palmiotti (scénaristes pour Marvel et DC Comics). Son roster de 30 combattants et son système de combat impactant assurent à cette confrontation une place de choix au panthéon des jeux DC Comics. Le succès du premier épisode incite les studios basés à Chicago à poursuivre l’aventure.

Batman & jeu vidéo : Un justicier sur tous les fronts

Injustice 2 fait mieux que son prédécesseur et innove dans un genre codifié, celui du jeu de combat, en intégrant un système de loot ainsi qu’une progression inspirée des RPG. Dans cette suite de Gods Among Us, Batman tente de restaurer une société en paix, mais les arrivées successives de Brainiac et du groupe de super-vilains “The Society” vont bouleverser ses plans. A noter qu’il existe de nombreux jeux mettant en scène Batman et les autres personnages de l’univers de DC Comics. En voici plusieurs sur lesquels se pencher : Infinite Crisis (MOBA), Lego Dimensions (Aventure-Puzzle), Mortal Kombat vs DC Universe (Combat), Gotham City Imposteurrs (FPS)...

Warner Bros n’en a pas fini avec le Batman Universe. Deux nouveaux jeux pourraient donner la réplique, même de manière passagère, au Chevalier Noir… Gotham Knights et Suicide Squad : Kill the Justice League. Et comme le dit Bruce Wayne à Clark Kent dans Batman v Superman : "Tell me, do you bleed ? You will."

Avance Rapide de Gotham Knights

Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Par Silent_Jay, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
SenSx
SenSx
MP
le 20 sept. 2020 à 17:22

Dossier qui couvre bien la plupart des adaptations mais de façon succincte, en survolant tout de même le sujet sans vraiment s'attarder de manière plus approfondie.
Certains anciens jeux Batman 2D méconnus des nouvelles générations valent le coup, à l'heure ou on a un regain d'attrait pour le retro.
Mais soyons honnêtes, certains de ces jeux sont quand même très moyens s'il on y enlève la licence Batman.
Un vrai bon jeu à licence, est un jeu qui resterait de qualité, sur lequel on s'amuserait vraiment, même en y retirant complètement la "skins" et tous les éléments de l'univers dont ils sont tirés.

En ce qui concerne les meilleures adaptations Batman 2D de l'époque, je retiendrais principalement Batman & Robin version Megadrive/Genesis, et Batman Retrurns sur Snes.

Lire la suite...
Commentaire édité 20 sept. 2020, 17:27 par SenSx
Sylvidra45
Sylvidra45
MP
le 20 sept. 2020 à 11:27

L'illustration en tête est stylé :cool:
Y a eu des bons titres, certainement comme des mauvais, je les ai pas tous fait, j'ai pu toucher qu'aux Arkham Asylum, Origins, City et Knight.
J'attends de voir ce que donnera vraiment Gotham Knights, même s'il ne fait pas suite à Arkham Knight.

Lire la suite...
Cometelake21
Cometelake21
MP
le 20 sept. 2020 à 10:15

Dommage qu'ils tombent dans la mode des progressistes comme ubichiotte avec leur couleur fluos dégueulasse

Lire la suite...
ClaireDearing
ClaireDearing
MP
le 20 sept. 2020 à 00:40

y'a du génie quand même avec cette licence dans les JV notamment, j'ai torché Asylum mais je reparcours régulièrement d'asile rien que pour m'imprégner de l'ambiance

Lire la suite...
Biding
Biding
MP
le 19 sept. 2020 à 21:27

Batman dans le jeux vidéo ça ne date pas d'hier... il a su évoluer dans le temps et surtout, qu'on aime ou pas, reste dans le coup contrairement à la plupart des autres licences du même genre. pourquoi ? il a une attention particulière de la part des studios. pourquoi ? je ne sais pas. Batman n'est pas "le meilleur" des super héros, chacun ses goûts :) mais force est de constater qu'il fait vendre.

Lire la suite...
Etianos
Etianos
MP
le 19 sept. 2020 à 18:18

Je connaissais pas le "Task Force" sur SNES.
Merci, je vais y jouer.

Lire la suite...
Ublimal
Ublimal
MP
le 19 sept. 2020 à 17:28

Je crois que vous avez confondu les 2 Batman de Telltale, parce que certe on rencontre le joker dans le premier jeu mais il joue un rôle très mineur. C'est surtout dans le deux qu'il est présent et qu'on pourrait dire qu'il parle de leur rencontre

Lire la suite...
keuj_89
keuj_89
MP
le 19 sept. 2020 à 17:27

Dommage que l'auteur se contente d'un listing d'une bonne partie des jeux Batman, sans analyse des différents gameplay, et de leurs atouts. Il y a pourtant tant à dire sur des perles 16 bits comme Batman & Robin sur SNES. Pour lire une liste on a Wikipédia. Merci quand même pour la tentative d'article (ratée).

Lire la suite...
Commentaire édité 19 sept. 2020, 17:27 par keuj_89
Nicomacdo
Nicomacdo
MP
le 19 sept. 2020 à 17:04

Because I'm Batman!

Lire la suite...
[Watcher]
[Watcher]
MP
le 19 sept. 2020 à 16:34

Oh tiens, encore un article sur Batman signé Silent Jay... Combien de temps lui faudra t'il pour avoir fait le tour et/ou sortir de sa crise déclenchée par le trailer de Gotham Knights ? Rendez vous dimanche prochain pour un nouvel épisode.

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Halo Infinite
08 déc. 2021
3
Gran Turismo 7
04 mars 2022
4
Halo Infinite Multiplayer
08 déc. 2021
5
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022