CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Soldes
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Soldes
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
The Witcher 3 : Wild Hunt
  • Tout support
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • Switch
  • PS4
  • ONE
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Journal de bord The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test
Profil de mrderiv,  Jeuxvideo.com
mrderiv - Journaliste jeuxvideo.com

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

Avant la sortie de notre test écrit, dans quelques jours, nous vous proposons de partager nos premières impressions sur The Witcher 3 : Wild Hunt. Attendu avec une certaine impatience par les connaisseurs de la saga du sorceleur, mais aussi par une foule de néophytes attirés par les promesses d’un univers, le jeu des Polonais de CD Projekt RED cristallise de nombreux espoirs. Pour ce troisième et dernier volet des aventures de Geralt de Riv, les développeurs ont fait deux gros paris : opter pour un monde ouvert et sortir simultanément le jeu sur PC et consoles de salon.

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

C’est d’ailleurs de la version PlayStation 4 dont nous parlerons ici, CD Projekt souhaitant apparemment que la presse effectue ses premiers pas sur console plutôt que sur PC. Un choix étrange lorsque l’on connaît l’attachement et l’expertise du studio dans ce domaine. Quoi qu’il en soit, nous ne manquerons pas de vous fournir un test complet de toutes les versions du jeu lorsque nous aurons pu poser nos mains dessus. Alors, The Witcher 3 est-il le RPG que nous attendions tous ? En attendant notre test, voici quelques éléments de réponse.

Un monde ouvert, (très) vaste et vivant !

Les discussions ont animé les internets depuis l’annonce du jeu et de son aspect open world : quelle est la taille de la carte de The Witcher 3 ? Sera-t-elle plus grande que celle de GTA V, de Skyrim ? Quels types de contenus ou d'événements y trouvera-t-on ? Eh bien dans le petit jeu du qui aura la plus grosse, The Witcher 3 frappe un grand coup ! Mais rien ne sert d’en avoir une très grande si on ne sait pas s’en servir, hein ? Non content de proposer une surface de jeu diablement vaste, le titre de CD Projekt réussit son pari de la rendre vivante et surtout très cohérente. Des bas-fonds crasseux des villes marchandes aux plaines venteuses des bourgades paysannes, les royaumes du nord offrent une leçon époustouflante en matière d’open world. Oui, The Witcher 3 est immense, parcourir la carte à dos d’Ablette, votre cheval, prend du temps et offre des sensations grisantes proches de celles déjà vécues dans un Red Dead Redemption par exemple. Pour faciliter les choses, un système de voyage rapide est disponible et des bateaux permettent de traverser lacs endormis et mers déchaînées.

The Witcher 3 Wild Hunt, nos premières impressions en attendant le test

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

La carte se compose d’une vaste zone centrale, théâtre du plus gros des événements, elle est bordée de zones annexes : la forteresse de Kaer Morhen au nord-est, lieu de formation des sorceleurs où démarre le tutorial du jeu et les îles de Skellige, à l’ouest, destinées à être parcourues aux alentours du niveau 16. On retrouve aussi cette bonne vieille cité de Wyzima, sous l’emprise cette fois des Nilgaardiens. Toutefois, seul le palais royal reste accessible, il sert de hub scénaristique à l’intrigue politique du titre pour ainsi dire.

Quêtes bas de gamme interdites !

Le coeur vibrant de l’aventure réside donc dans les terres de Velen, vaste zone peuplée de villages de paysans, de champs de bataille aux allures de charniers, de marais puants et de deux villes berceaux du commerce et d’intrigues politiques : Oxenfurt à l’est et Novigrad, la cité libre, au nord. Que peut-on faire dans ce vaste monde me direz-vous ? Oh bien des choses ! La plupart sont d’ailleurs liées au scénario en lui-même, autant pour les quêtes principales que pour les missions secondaires. Car après plus de 45 heures de jeu, une évidence se dessine : chacune des quêtes a bénéficié d’un très grand soin, autant en termes d’écriture, d’objectifs que de mise en scène. The Witcher 3 botte les fesses de la quête secondaire bas de gamme pour se focaliser sur le scénarisé. Jamais une mission ne m’a semblé être du bête remplissage, jamais le titre n’est tombé dans les travers où pourtant bien des RPG triple A sautent à pieds joints. Le monde déborde de contenu intéressant et mes premiers jours de jeu résonnent encore dans mon esprit comme une succession de missions épiques, captivantes, parfois drôles et nostalgiques, parfaitement intégrées à leur univers. 45 heures de jeu vous disais-je, et me voilà niveau 14, je sais qu’il me reste encore bien des choses à faire et des lieux à explorer. Comme annoncé, la durée de vie promet d’être velue et devrait aisément dépasser les 80 ou 100 heures en fonction de vos prétentions.

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

Qu’elles soient principales ou secondaires, les missions mettent pour la plupart à profit les talents de fin limier du sorceleur. Doté de sens affûtés, Geralt devra, à la manière des phases d’enquête de la saga Arkham de Batman, découvrir de nombreux indices sur les lieux de ses traques ou de ses enquêtes. Non, notre héros n’est pas devenu détective, sa tâche principale consiste toujours à se faire payer pour chasser des monstres, mais entre la recherche de sa fille adoptive Ciri, le climat de guerre omniprésent et la réalité sordide du monde qui l’entoure, ce sont bien souvent des intrigues humaines, politiques voire magiques qui occupent le devant de la scène. Pister des empreintes, étudier un cadavre pour en déterminer les causes de la mort, telles seront vos tâches une fois le jeu en main. Je reviendrai en détail sur cet aspect lors du test écrit final et durant les Gaming Live consacrés au jeu, mais attendez-vous à être happé par un scénario d’une rare richesse.

A la recherche de la fille perdue

C’est sur fond de conquêtes nilfgaardiennes que prend place la trame de ce troisième et dernier volet des aventures du sorceleur. L’action du jeu se déroule peu de temps après la fin de The Witcher 2, la guerre entre Nilfgaard et les royaumes encore debout fait rage et les champs de bataille aux allures de charniers s’étendent sur des kilomètres. Comme toujours dans la saga, le peuple vit embourbé dans la crasse, la peur et les superstitions. C’est dans ce cadre bucolique que Geralt se lance corps et âme sur les traces de Ciri, sa fille adoptive. Car si vous avez lu les romans d’Andrzej Sapkowski, vous savez qu’elle occupe une place centrale dans l’univers du sorceleur. Et si les deux premiers jeux de la saga ont évoqué la jeune fille à demi-mot, The Witcher 3 embrasse la trame des romans comme jamais auparavant. Comme ses prédécesseurs, The Witcher 3 se déroule après l’histoire narrée dans les livres, le jeu n’a pas vocation à être la suite officielle des écrits de l’écrivain polonais, mais une oeuvre alternative basée sur un univers existant.

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

On retrouve donc Geralt, accompagné de son amour de toujours, la puissante mage Yennefer de Vengerberg, aux confins des royaumes du nord pour une course contre la chasse sauvage, une troupe de cavaliers fantomatiques eux aussi à la recherche de Ciri. Je m’attarderai plus sur le scénario dans le test du jeu, mais sachez que la guerre marque de sa lourde empreinte toute l’atmosphère du titre. Encore une fois, les choix moraux sont ici omniprésents et leurs conséquences souvent lourdes. La saga The Witcher a toujours réussi à voiler la frontière entre le bien et le mal, une décision juste pourra donc avoir des retombées tragiques. Il règne sur ce dernier volet une ambiance toute particulière, comme si l’inévitable allait se produire, comme si en pleine décadence, l’humanité présentée ici ne se rendait pas compte de sa chute inexorable. Et c’est avec beaucoup d’émotions, de mélancolie, que le jeu distille ses références aux livres, aux deux premiers titres et, d’une certaine façon aussi, à notre propre réalité.

Une danse mortelle ou l’art du combat selon Geralt

Les combats de The Witcher 3 sont une évolution en douceur des mécaniques de ses prédécesseurs. On retrouve un Geralt plus félin que jamais, agile, mortel et doté d’un panel d’actions étoffé de quelques nouveautés. Coups rapides, coups puissants, parades actives, roulades, esquives, arbalète et signes bien placés constituent donc le panel des actions disponibles en jeu. Le tout s’enchaîne avec une rare fluidité pour des rencontres viscérales aux airs de danse macabre. J’ai tout d’abord eu la sensation que le gameplay de The Witcher 3 péchait justement par excès de fluidité, que la trop grande agilité du sorceleur donnait aux affrontements des airs de banal enchaînement de roulades et de bourrinage des deux touches de la manette. Mais ça, c’était avant de me roder à l’art de la parade active et de l’esquive bien placée. Les combats les plus jouissifs sont certainement ceux contre d’autres humains armés d’épées, de lances ou de boucliers, c’est ici que la technicité du système prend tout son sens. Sans tomber dans la débauche de ralentis ou de gros plans, The Witcher 3 distille quelques finish moves sanglants parfaitement intégrés au rythme des combats.

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

Les affrontements contre les créatures sont de leur côté un poil moins réussis : à cause d’une IA pas forcément des plus réactives, ces pauvres monstres donnent un peu l’impression d’être de la chair à canon. Attention toutefois au niveau de vos adversaires, The Witcher 3 a fait le choix judicieux de ne pas proposer de level scalling, le moindre loup pourra donc vous causer bien du mal en cas de différence de niveau trop importante. Reste maintenant les grosses bébêtes, souvent associées à des contrats de chasse pour notre ami sorceleur. Après une phase de pistage, elles offrent des combats plus corsés et rappellent quelque peu l’esprit des affrontements d’un Dragon’s Dogma par exemple, je pense notamment ici aux combats en extérieur contre les Griffons ou les Cocatrix.

Toujours au nombre de cinq, les signes ont été revus, corrigés, voire quelque peu nerfés pour certains d’entre eux. Ils puisent tous dans la barre d’endurance du sorceleur et se montrent mieux intégrés à l’action qu’auparavant. Mention spéciale à Axxi qui permettra à Geralt de se la jouer Obi-Wan Kenobi durant certaines phases de dialogue. Des aptitudes à l’épée en passant par l’utilisation basique de la magie, tout pourra être amélioré via un arbre de talents retrouvant enfin de sa superbe après un The Witcher 2 où il souffrait d’un manque de profondeur. On retrouve ici 5 branches disposant pour la plupart d’une vingtaine de talents dans lesquels dépenser nos points de compétence. Une nouveauté fait ici son apparition et concerne les mutagènes dont l’effet peut maintenant être associé à plusieurs talents en même temps. Un mot sur la gestion de l’inventaire : fort heureusement on perd ici le côté liste très consolisée de l’interface de The Witcher 2 pour revenir à une organisation en grille bien plus pratique à l’usage, même sur console, oui ! Autre point qui fâche et nous y reviendrons dans le test, l’usure de l’équipement fait son apparition, mais les développeurs semblent avoir eu la main lourde sur la vitesse à laquelle armes et armures s’abîment en combat. Pensez donc à toujours avoir plusieurs kits de réparation sur vous au risque de mauvaises surprises...

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

Alors, c’est beau ?

C’est l'interrogation du moment, celle qui fait à cet instant même couler beaucoup d’encre. Le jeu est-il beau ? En tout cas aussi beau que voulaient le laisser suggérer ses trailers ? Je précise une nouvelle fois que nous n’avons accès pour le moment qu’à une seule version du titre. Un build presse PS4, proche du jeu final, mais encore parsemé ici et là de quelques bugs. Bref, mon jugement définitif se forgera une fois toutes les versions en main et plus particulièrement une fois la version PC testée. Car The Witcher et CD Projekt restent, par essence, liés à ce support. The Witcher 1 n’a jamais trouvé le chemin des consoles et le second volet est resté durant un long moment le domaine privé des PCistes disposant d’une machine de jeu plus que convenable. On se souvient d’ailleurs qu’à son époque, The Witcher 2 avait impressionné par la qualité de ses graphismes (ah, Ubersampling, tu en auras couché des machines de guerre !). Aujourd’hui, le studio polonais revient avec un monde ouvert porté par un nouveau moteur mis en scène dans de nombreuses bandes-annonces depuis quelques mois. Mais une rumeur fait le tour du Net depuis quelques semaines, les premiers extraits de gameplay PC laissent entrevoir une baisse significative de la qualité graphique du jeu, un downgrade pointé du doigt par des comparatifs entre les vidéos présentées par CD Projekt et la réalité de la version commerciale. Une sorte de phénomène à la Watch Dogs aux allures de bad buzz pour un studio pourtant habitué aux louanges.

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

Que les choses soient bien claires, nous ne porterons ici aucun jugement sur la version PC dans ces quelques lignes puisque notre dernière approche sur ce support remonte à des builds de test non représentatifs de la version finale. Attardons-nous plutôt sur la version console, et plus particulièrement PlayStation 4 de The Witcher 3. Oui le titre est beau, plutôt beau même… pour un monde ouvert. On sent que CD Projekt a dû adapter ses ambitions de monde ouvert aux exigences techniques de la machine. Le jeu montre en fait deux visages : beau dans son ensemble, il l’est souvent bien moins dans ses détails. Le framerate se montre néanmoins plus que correct, les 30 images par seconde sont tenues à condition de ne pas se trimballer dans les marais sous une pluie battante et avec vent violent. Dans ces moments-là, la console éprouve bien du mal à maintenir cette constance d’affichage. Non pas que cela devienne injouable, loin de là, mais la différence se fait sentir et perturbe quelque peu la fluidité de certains combats. Le travail sur les décors est à applaudir : riches, débordant de détails, CD Projekt s’avance avec un poids lourd dans le domaine du monde ouvert. Et tout ça sans enchaîner les temps de chargement ! Car hormis les petits chargements avant chaque cutscene, le jeu enchaîne ses décors, intérieurs et extérieurs, sans coupure aucune.

The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le testThe Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test

Mettons les choses au point, la version console reste assez éloignée du rendu des trailers, la végétation bien que dense et animée par les bourrasques affiche un rendu assez brouillon quand on la regarde de près. On note aussi la présence d’un peu d’aliasing (pas forcément gênant dans les faits) et de clipping sur quelques éléments de décor ou de texture dans cette version. La qualité du rendu global dépend finalement beaucoup de l’éclairage dans The Witcher 3 ; la même scène éclairée ou non pourra tantôt sembler plus que correcte tantôt assez plate, voire datée. Mais un tel rendu reste très satisfaisant sur consoles et The Witcher 3 n’a aucun mal à se hisser au rang des plus beaux open worlds sur ces machines. Donc non, cette version console n’est pas une sous-version, comme pourraient le penser certains, elle permettra à de nombreux joueurs de pouvoir se plonger dans le jeu faute de PC suffisamment puissant, sans honte aucune. Reste maintenant à juger de la chose sur PC, plate-forme où ces accrocs techniques auront bien plus de mal à être relativisés.

Il resterait encore bien des points à aborder : artisanat, système d’élixir, jeux de cartes, interface, version PC et j’en passe. Mais j’espère que ce premier débrief de mon expérienc en jeu vous aura permis d’en découvrir un peu plus sur The Witcher 3 : Wild Hunt. Le test écrit arrive dans quelques jours car nous jugeons bon de prendre le temps nécessaire et de finir l’aventure avant de vous livrer notre avis sur la question. Des Gaming Live seront disponibles sur le site avant vendredi.

PS4 CD Projekt RED CD Projekt RPG Jouable en solo Fantastique
Commander The Witcher 3 : Wild Hunt
PS4
Amazon
17.75 €
Toutes les offres
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
izibasicv5
izibasicv5
MP
le 16 mai 2015 à 21:09

Bordel c'est l'éditeur ou le magasine qui parle ? Vous êtes sérieux la ?

Lire la suite...
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Micromania PC 9.99€ Amazon PS4 17.75€ Cdiscount PS4 19.95€ Amazon PC 23.78€ Amazon Switch 31.99€ Leclerc Switch 31.99€
Marchand
Supports
Prix
Historique des articles
19
Test The Witcher 3 : Wild Hunt - L'ouverture d'un monde sur PS4
The Witcher 3 : Nos premières impressions avant le test 12 mai 2015, 15:59
PreviewThe Witcher 3 : Wild Hunt, nos impressions après 8 heures de jeu 24 avr. 2015, 15:02
PreviewThe Witcher 3 : Wild Hunt 26 janv. 2015, 16:53
PreviewThe Witcher 3 : Wild Hunt - E3 2014 12 juin 2014, 09:54
PreviewThe Witcher 3 - E3 2013 13 juin 2013, 11:02
Les jeux attendus
1
Starfield
2023
2
Sonic Frontiers
4ème trimestre 2022
3
Street Fighter 6
2023
La vidéo du moment